Interview Vincent Hulin : sur l’écran de sa montre ? L’heure…

Interview Vincent Hulin
 

Pour cette nouvelle interview, un ultra-traileur chasse un ultra-traileur (promis, je vais essayer de varier pour la prochaine). Mais Vincent Hulin a été judoka avant de se mettre à la course à pied…

Aujourd’hui, on va s’intéresser à l’utilisation d’une montre GPS sur du très très long. Vous pensez UTMB, grand raid de la Réunion, marathon des sables, Tor des géants ? Oui, tout ça, Vincent l’a fait. Mais il a aussi été finisher de la Transpyrenea en 2016 (866km et 65 000m de dénivelé pour traverser les Pyrénées). Si ça vous intéresse, il relate son aventure dans son livre Coureur de l’extrême.

 

Jérôme : En termes d’ultra, tu fais dans l’extrême, puisque tu as été jusqu’à boucler la Transpyrenea en 2016. Pour commencer, pour que les lecteurs cernent un peu mieux ton état d’esprit, peux-tu nous dire comment tu es arrivé à te fixer de tels objectifs ?

Vincent : J’ai 44 ans et j’ai débuté la course à pieds par un premier marathon pour mes 30 ans, et puis j’en ai enchainé une quinzaine durant une dizaine d’années (Boston, Chicago, Londres, Amsterdam, Berlin etc…) avant que dans mon club de Poitiers mon coach me parle de la Diagonale des Fous. J’ai mis un an à la préparer, j’ai fini dans un sale état (périostite) et au mental et à partir de là, j’ai mis le doigt dans l’engrenage. Je rêvais de réaliser 3 courses qui mettaient des étoiles plein les yeux de mes copains d’entrainements : UTMB, Marathon des Sables et Tor des Géants. Courses que j’ai réussi à terminer en 2 ans. Le virus de l’ultra est alors attrapé. Après le Tor des Géants (330 km et 25.000 m D+) ma femme me demande si je vais arrêter mes « conneries » je lui dis oui je crois, et quinze jours après je vois sur internet qu’un organisateur propose de traverser les Pyrénées par le GR 10. Et voilà c’était reparti. Pour moi c’est le défi sportif mais aussi et surtout l’aventure humaine, avec la rencontre des autres mais aussi de soi…

 

Jérôme : Quelle montre est-ce que tu utilises ? Pourquoi avoir choisi cette marque ?

Vincent : Depuis l’UTMB (2013) j’utilise la Suunto Ambit 2. J’ai choisi cette marque car elle fait référence dans le monde de la course, j’ai trouvé le look sympa et surtout les applications que je cherchais.

 

Jérôme : Es-tu un « early adopter » : quand as-tu commencé à utiliser une montre GPS ?

Vincent : Avant d’en arriver là, je faisais des courses sur route et des marathons et j’ai toujours eu des montres cardio, puis avec accéléromètre avant d’oublier le cardio (car je cours plus (+) à la sensation).

 

Jérôme : Qu’est-ce que tu adores sur ta montre ?

Vincent : Elle est sacrément solide, ça fait donc 4 ans que je l’ai et je la porte tous les jours, que ce soit à l’entrainement, en course, ou au boulot. Une grosse montre ? On s’y fait. Je l’ai vraiment adoptée. Mais si la marque finlandaise veut m’offrir la Spartan je suis partant !

 

Jérôme : Quel est le défaut qui pourrait t’en faire changer ?

Vincent : J’avoue que j’ai « crispé » quand 2 des 4 boutons se sont bloqués… Je n’ai pas osé la démonter de suite, mais sur les conseils d’un pote qui connaissait les mêmes symptômes, je l’ai ouverte avec précaution, je l’ai nettoyée et j’ai graissé les boutons et maintenant ça ne se bloque plus. En revanche, la montre ne s’allume plus quand j’appuie sur le bouton, mais en mode alarme, la montre sonne et s’éclaire…va comprendre quelque chose !!!

 

Jérôme : Est-ce que pour toi c’est un élément important de ton matériel ?

Vincent : J’avoue que je ne pourrais pas prendre le départ d’une course sans ma montre, j’aime bien savoir où j’en suis, et même si je n’ai pas encore de soucis avec les barrières horaires c’est quand même bien d’avoir une petite idée sur le sujet.

 

Jérôme : A quoi est-ce qu’elle te sert pendant les courses ? Est-ce que tu t’y fies vraiment pour adapter ton allure ou est-ce que tu la portes juste pour information ?

Vincent : Alors oui, même si sur mes longs longs trails je ne l’utilise plus que pour avoir l’heure et mettre une alarme pour me réveiller. Pour des soucis d’autonomie je ne l’utilise plus pour voir le kilométrage, le dénivelé ou encore le temps d’activité.

 

Jérôme : Comment est-ce que tu gères l’autonomie de la batterie sur des courses aussi longues ?

Vincent : Justement je l’utilise à minima.

 

Jérôme : Quelles sont les données affichées sur ton écran principal ?

Vincent : L’heure !

 

Jérôme : Est-ce que tu programmes des alarmes, des tours automatiques ou autre ?

Vincent : Non plus maintenant mais au début oui et ça sert et parfois ça rassure.

 

Jérôme : En dehors de la vitesse et du cardio, quelles fonctions sont importantes pour ta pratique ?

Vincent : Pour certaines sorties d’entrainements, genre « weekend choc » j’aime bien connaitre le dénivelé pour voir si j’en ai fait assez ou pas.

 

Jérôme : Est-ce que tu t’en sers pour gérer ta charge d’entrainement ou ta récupération ?

Vincent : Oui je l’ai souvent utilisé pour ça, voir mon volume horaire chaque semaine, avec le D+.

 

Jérôme : Est-ce que tu l’utilises en dehors de tes courses ? Pour quelle(s) activité(s) ?

Vincent : Pour tous mes autres sports.

 

Jérôme : As-tu déjà essayé une montre avec un cardio optique ? Que penses-tu de cette nouvelle technologie ?

Vincent : J’ai eu l’occasion d’en discuter avec des spécialistes des objets connectés, et notamment des chercheurs d’un labo de Poitiers. Ils sont convaincus par le côté optique, en revanche, au poignet ce n’est pas encore assez fiable et trop imprécis pour notre pratique. Je souhaite que ça s’améliore. Personnellement les ceintures cardio m’ont souvent agacé dans la pratique (trop lâches elles descendent, trop serrées elles m ’empêchent de respirer) ou peut-être que je suis mal « gaulé » du torse pour que ça fonctionne bien. Je rêve d’avoir mes indications cardiaques juste par le poignet.

 

Jérôme : Quelle est la séance d’entrainement que tout runner devrait faire ?

Vincent : Le repos ! blague à part, il ne faut pas oublier que la récupération fait partie de l’entrainement ! Je n’ai jamais eu de blessures depuis que je me suis lancé dans l’ultra et j’ai trop de copains qui se font des fractures de fatigue… Je suis vraiment à l’écoute de mon corps, car quand on voit ce qu’on se met (des courses de plusieurs jours non-stop et des centaines de kms) on ne sait pas si on fera de beaux vieillards.

 

Jérôme : Quel est le pire conseil que tu entends parfois ?

Vincent : Coûte que coûte il faut faire toutes les séances du plan d’entrainement que ce soit pour un marathon ou un trail ! Ca fait bien longtemps que je préfère faire une sortie de moins qu’une sortie de trop !

 

Jérôme : On sort du domaine des montres, avec un budget de 100€, qu’est-ce que tu achètes ?

Vincent : Un bon cigare, et l’application Petit Bambou pour méditer dans mon jacuzzi

 

Qui d’autre ne veut rien rater ?

Inscrivez-vous à la newsletter pour être sûr de ne pas rater les nouveaux articles et les résultats des nouveaux tests. Et recevez en bonus la checklist des 40 questions à se poser avant d’acheter une montre GPS.

* indicates required



Vous pouvez aussi suivre :

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *