Montres GPS : le bon, la brute et le truand

Montre GPS le bon la brute et le truand
 

Depuis ses débuts, le blog Montre Cardio GPS a bien grandi. Le nombre de fans augmente. Je noue de plus en plus de partenariats avec des boutiques et d’autres blogs de sport. Désormais, j’arrive à tester toutes les nouvelles montres cardio GPS de 6 fabricants et une partie des innombrables bracelets trakers d’activité.

Dans tous les tests, j’essaie d’être aussi impartial et objectif que possible (même si on a tous nos préférences et nos habitudes). Et je m’efforce de répondre à tous les commentaires en bas de chaque article (plus de 500 sur l’ensemble du blog à l’heure actuelle) et toutes les questions que je reçois par mail ou sur Facebook. Parce que vous avez parfois des besoins ou des envies auxquels je n’avais pas pensé. Mais aussi parce que vous pouvez apporter votre avis sur une montre, qui viendra compléter le mien.

Pour le moment, je tiens le rythme et j’arrive à tester les montres que j’ai envie de tester. Mais c’est sûr, je n’arriverai jamais à tester tous les trackers d’activité, il y en a tellement. Alors il restera forcément des ‘trous’ dans le blog, des bracelets qui vous intéressent et que je n’aurai pas pu tester.

Avec cet article un peu spécial, j’ai décidé de regarder en arrière et faire un petit bilan des montres GPS testées depuis 1 an, histoire de donner un avis avec un peu plus de recul.

 

Le bon, la brute et le truand : les critères

Je vais catégoriser les montres GPS selon 3 groupes : le bon (bonne montre), la brute (bonne montre qui est mal aimée sur 1 critère particulier), le truand (montre qui déçoit pour une raison ou une autre).

Prix : 2 raisons de s’intéresser au prix. Premièrement, parce que lorsqu’on achète une montre GPS, le budget, c’est un critère important (forcément). Deuxièmement, quand on cherche une montre GPS, on ne peut pas demander la même chose à une montre à 99€ qu’à une autre à 600€.

Fonctionnalités : est-ce qu’elle fonctionne bien et qu’elle fait ce qu’on attend d’elle ? Les capteurs, les données affichées, l’autonomie…

Durabilité : en principe, je teste les montres GPS pendant 1 mois, parfois plus sur une montre GPS multisports avec beaucoup de fonctionnalités. Et parfois, la bonne impression initiale est écornée par des problèmes qui apparaissent avec le temps. A l’inverse, certaines marques savent faire évoluer le logiciel de leurs montres pour corriger des bugs ou améliorer ses fonctionnalités.

Design : c’est le plus subjectif des critères. Mais c’est un critère qui compte lorsqu’on cherche une montre de sport. C’est comme pour les voitures.

Concurrence : un test ne suffit pas pour être objectif sur une montre GPS. Il faut aussi la comparer avec la concurrence. Une montre peut paraître super à l’utilisation, mais si on peut trouver la même chose pour 50€ de moins, vous en serez déçu.

 

Le bon : Garmin Fenix 3 / Fenix 3 HR, tout pour être la meilleure (pour le moment)Fenix 3 HR

Elle a su plaire, dès l’annonce de sa sortie, par son design. Elle a ensuite été détestée, à cause de problèmes de précision GPS. Très semblable à Forerunner 920XT en termes de fonctionnalités, la Fenix 3 se veut encore plus polyvalente. Sa première position parmi les montres GPS outdoor est à peu près certaine, même si les Suuntoïstes lui préféreront toujours l’Ambit3 Peak en se basant sur le critère de la précision GPS. Mais du point de vue des fonctionnalités, il n’y a pas mieux actuellement. La Fenix 3 est à l’aise partout, sur terre, dans l’eau en ski ou en costard.

Cliquez ici pour lire mon test de la Fenix 3 HR

 

La brute : Suunto Ambit3 Run, pas la plus jolie mais terriblement efficaceAmbit3 run

Ce n’est pas la plus jolie, défigurée par une bosse à la naissance du bracelet. Sauf que cette bosse, c’est la force de l’Ambit3. Car elle abrite l’antenne GPS, ce qui la place dans une position optimale (dirigée vers le ciel) pour recevoir le signal des satellites GPS. Ca vaut pour les 3 versions de l’Ambit3 : Peak, Sport et Run. Elles ont longtemps été des montres de luxe, généralement plus chères que leurs concurrentes Garmin. Mais avec l’annonce de la Suunto Spartan Ultra, ça change. Leurs prix sont au plus bas historique. Et enfin, avec une autonomie de 20h à 200h en fonction des réglages GPS, l’Ambit3 Peak reste la montre GPS qui a la plus grande autonomie.

Cliquez ici pour lire mon test de l’Ambit3 Run

 

Le truand : Garmin Epix, une belle tentativeEpix

L’Epix, ça devait être la montre GPS ‘ultime’ de Garmin. Celle qui concentrait tout à votre poignet. Toutes les fonctionnalités de la Fenix 3, un écran tactile, un look militaire et surtout, surtout, des fonds de carte pour la navigation. Oui mais voilà, certains trouvent l’écran de 1,4 pouces un peu petit pour faire défiler la cartographie et inversement d’autres trouvent la montre imposante. Le défilement de la carto n’est pas toujours fluide. Du coup, l’Epix s’est effacée petit à petit à l’ombre de la Fenix 3. Cette dernière focalisait toute l’attention du public et des développeurs qui sortaient des mises à jour à un rythme effréné (parfois 2 ou 3 par mois), tandis que l’Epix n’évoluait pas, elle. Les nouvelles métriques de course ont été transférées vers la Forerunner 920XT, mais pas l’Epix. Peut-être que le marché n’était pas prêt. Les développeurs de Garmin semblent avoir abandonné ce bijou.

Cliquez ici pour lire mon test de l’Epix

 

Le bon : Tomtom Runner 2, courrez en rythmeRunner 2

TomTom est un acteur récent des montres GPS. Et il a su proposer de vraies alternatives aux Garmin, Polar et autre Sunto. Les Runner Cardio et Multisport Cardio intègrent GPS, cardio optique et un bon éventail de fonctionnalités : alertes par vibration, entrainements en fractionné et partenaire virtuel. Avec la Spark (aussi appelée Runner 2), TomTom a pris l’initiative, en proposant un produit qui se démarque du reste de ses concurrents : GPS + cardio optique + tracker d’activité + musique (stockage et lecteur MP3). J’ai hésité entre le bon et le truand en classifiant la Runner 2. Pourquoi ? Parce qu’elle fonctionne très bien → ‘le bon’. Mais d’un autre côté, TomTom a repris le même logiciel que la Runner Cardio, sans améliorer un seul de ses points faibles (personnalisation des écrans limitée, analyse limitée des statistiques dans TomTom Mysport) → ‘le truand’.

Cliquez ici pour lire mon test de la Runner 2

 

La brute : Polar M400, tout bon sauf son port USBM400

La M400, c’est le meilleur rapport fonctionnalités/prix pour une montre GPS d’entrée de gamme. Montre GPS, tracker d’activité, smart notifications, estimation du VO2max, calendrier et séances d’entrainement personnalisées, retour au point de départ, le touit pour 120€. J’étais enchanté après mon test. Mais sur la durée, de nombreux utilisateurs ont eu des problèmes de corrosion du port micro-USB qui sert pour la recharge. Polar a réagi en ajoutant un petit capuchon en caoutchouc qui vient protéger le port micro-USB. Je dis toujours qu’il ne faut pas généraliser ce qu’on lit sur les forums. Car généralement, les râleurs s’expriment alors que les gens satisfaits ne s’expriment pas. Ce qui fait qu’on a l’impression qu’il n’y a que des mécontents alors que ce n’est pas la réalité.

Cliquez ici pour lire mon test de la M400

 

Le truand : Polar, pour ses retardsPolar

Polar, marque de renommée mondiale, inventeur de la ceinture cardio, mérite une mention spéciale dans cette liste pour son retard habituel dans le développement de nouvelles fonctionnalités. Les utilisateurs de la marque finlandaise savent ce que je veux dire. Un an pour avoir un mode natation en eau libre sur la V800 (pourtant leur montre GPS triathlon), des mois et des mois pour synchroniser avec Strava, un an pour obtenir la cadence de course à pied sur la M400, etc… Le bon côté des choses, c’est qu’il n’y a pas d’obsolescence programmée chez Polar, leurs montres continuent de recevoir des mises à jour et évoluent. Le problème, c’est que les gens achètent une montre sur des annonces marketing et les fonctionnalités ne sont aps au rendez-vous. Et même quand Polar annonce en fanfare une nouveauté à venir, il faut parfois encore attendre 6 mois avant de la voir vraiment. Le dernier exemple, c’est l’annonce de l’intégration V800-GoPro le mois dernier, une mise à jour qui ne sera pas disponible avant la fin de l’année. Et on pourrait ajouter les problèmes de synchronisation qui ont touché Polar Flow ces dernières semaines.

Cliquez ici pour voir les mises à jour de la V800

 

Le bon : Garmin Forerunner 235Forerunner 235

Avec la Forerunner 230, la Forerunner 235 forme la nouvelle génération de montre GPS running de milieu de gamme, en remplacement de la Forerunner 220. Hé bien on peut dire qu’il y a un bon en avant en termes de fonctionnalités. La Forerunner 235, en plus du capteur cardio optique, a récupéré une partie des fonctionnalités autrefois réservées au haut de gamme (Forerunner 620). Alors je l’ai classée dans le groupe des ‘bons’. Mais je conviens que le capteur cardio optique, même s’il est fiable, ne remplacera jamais une ceinture cardio sur des séances comme du fractionné.

Cliquez ici pour lire mon test de la Forerunner 235

 

La brute : Suunto Ambit3 VerticalAmbit3 vertical

A sa sortie, beaucoup de gens se demandaient si l’Ambit3 Vertical était la remplaçante de la très appréciée Ambit3 Peak. Mais son prix et son autonomie nous ont rapidement fait comprendre que malgré les nouvelles fonctionnalités de dénivelé, ce n’était pas le nouveau fer de lance de Suunto. Du coup, elle a du mal à faire sa place. Le graphique de dénivelé le long d’un itinéraire intéresse les traileurs, mais ils ne sont pas prêt à lâcher leur Ambit3 Peak pour l’Ambit3 Vertical. Et l’annonce de la Suunto Spartan Ultra n’arrangera pas les choses. C’est dommage, car c’est une montre GPS très réussie qui convient bien au trail, pour peu qu’on ne cherche pas à faire de l’ultra trail.

Cliquez ici pour lire mon test de l’Ambit3 Vertical

 

Le truand : Suunto Traverse, si j’avais su que l’Ambit3 Vertical arriveraitTraverse

Dans ce cas, la déception ne vient pas de cette montre GPS pour la randonnée, mais la sortie d’une montre presque similaire, l’Ambit3 Vertical, avec plus de fonctionnalités et un prix presque identique (335€ pour la Traverse, 376€ pour l’Ambit3 Vertical). La Traverse apportait des améliorations attendues des utilisateurs de montres Suunto : disparition de la bosse sur le bracelet, alertes par vibrations et accessoirement compatibilité GLONASS. Mais le problème se pose quand certains ont acheté cette montre alors que Suunto sortait quelques mois plus tard une montre GPS reprenant un design similaire mais avec plus de fonctionnalités, l’Ambit3 Vertical, pour 40€ de plus.

Cliquez ici pour lire mon test de la Traverse

 

Le bon : Garmin Vivoactive, la plus féminine des montres GPSVivoactive

Elle est toute petite, ne ressemble à aucune autre montre GPS, mais est quand même bourrée de fonctionnalités. Avec son air d’Apple Watch, c’est la montre GPS multisports la plus adaptée pour les femmes, même pour la porter 24h/24. Et Garmin n’a pas lésiné sur les fonctionnalités. De nombreux profils sportifs, tracker d’activité, altimètre, retour vers le départ, alertes par vibrations, écran couleur et des possibilités supplémentaires avec les applications de Garmin Connect IQ.

Cliquez ici pour lire mon test de la Vivoactive

 

La brute : TomTom Multisport Cardio / Runner CardioRunner cardio

Ce sont les montres qui ont permis à TomTom de se faire une place sur le marché, en misant sur la combinaisont GPS + cardio optique. Elles sont jumelles, si ce n’est que l’une est une montre GPS de running tandis que l’autre est multisports (mais pas triathlon). Leur point fort réside principalement dans la simplicité de leur interface, qui se fait via l’intermédiaire un seul bouton à la façon d’un joysitck. Pourquoi les catégoriser comme ‘brute’ ? Tout simplement parce que l’esthétique n’est pas leur point fort. Se sont de bonnes montres de sport, mais elles resteront des montres de sport.

Cliquez ici pour lire mon test de la Multisport Cardio

Cliquez ici pour lire mon test de la Runner Cardio

 

La brute : Epson Runsense SF-810Runsense SF-810

Encore une montre GPS qui fonctionne bien et que je vais classer dans le groupe des ‘brutes’. En ce qui concerne la Runsense SF-810, s’est son interface compliquée qui est à déplorer. Quatre boutons qui possèdent chacun 2 fonctions selon qu’on fasse un appui simple ou un maintien long, lesquelles fonctions changent d’un menu à l’autre. C’est dommage parce que le reste des fonctionnalités et la précision des mesures sont très réussies et son prix la positionne bien face à la concurrence. J’espère qu’ils se serviront de cette expérience pour sortir une deuxième génération de montres de sport.

Cliquez ici pour lire mon test de la Runsense SF-810

 

Qui d’autre ne veut rien rater ?

Inscrivez-vous à la newsletter pour être sûr de ne pas rater les nouveaux articles et les résultats des nouveaux tests. Et recevez en bonus la checklist des 40 questions à se poser avant d’acheter une montre GPS.

 

Vous pouvez aussi suivre la page Facebook ou Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *