Test Fitbit Ionic : concurrente de l’Apple Watch ? Vraiment ?

Test Fitbit Ionic
 

Fitbit est la marque leader du marché des wearables, à la lutte avec Apple. Pour la marque, l’Ionic, c’est la nouvelle arme pour s’attaquer au marché de l’Apple Watch. C’est surtout un changement radical de stratégie. Fitbit a construit sa notoriété sur une gamme complète de bracelets tracker d’activité et lance maintenant une smartwatch. Oui, c’est une révolution !

Pour y arriver, Fitbit a fait plusieurs acquisitions, notamment Pebble et Vector, 2 sociétés connues pour leurs smartwatches, mais aussi Coin, spécialisée dans le paiement sans contact.

Le principal atout de l’Ionic ? Une autonomie de 4 jours. C’est-à-dire une smartwatch qui suit l’activité physique sans interruption parce qu’elle n’a pas besoin d’être rechargée tous les jours.

Mais l’ambition du PDG de Fitbit était de créer avec l’Ionic la meilleure smartwatch pour le sport. Le capteur cardio donc a été entièrement reconstruit, un lecteur de musique a été intégré, un gros travail a été fait sur la précision GPS.

Que deviennent ces promesses à l’épreuve d’un test sur le terrain ?

 

Présentation de la Fitbit Ionic

Elle remplace : Surge

Au-dessus dans la gamme : aucune

En-dessous dans la gamme : Blaze

Ca ne plaira probablement pas à tout le monde, mais Fitbit a opté pour un boitier carré pour l’Ionic, avec un écran rectangulaire. Au premier regard, l’écran LCD fait super lumineux, vraiment, avec une résolution de 348×250 pixels comparable à celle de l’Apple Watch 3. Cette résolution permet d’afficher des photos (et même des gif animés) en guise de fond d’écran de certains menus et pour l’application de coaching. Mais comme sur beaucoup de smartwatches, il n’est pas allumé en permanence. Il est activé soit par une pression de bouton, soit par une rotation du poignet, soit en tapant l’écran.

Le design peut faire assez basique, angulaire. Le boitier en aluminium est très fin (12mm d’épaisseur) et permet à l’ensemble de ne pas dépasser les 47g. C’est quand même remarquable, parce que le poids tombe dans la catégorie des petites montres GPS Garmin (42g pour la Forerunner 235, 43g pour la Vivoactive 3), sauf qu’on n’a pas l’aspect tout plastique de ces dernières. On a un boitier tout en métal et un écran en verre Gorilla 3.

Mais l’aspect général ne fait pas le même effet que ses concurrentes les plus en vue, les Apple Watches. Je la trouve quand même plus réussie que la Blaze, qui avait franchement l’aspect d’un bracelet tracker d’activité avec un grand écran.

Elle existe en 4 versions, dont les couleurs ont été inspirées par l’espace :

A cela s’ajoute la possibilité de changer de bracelet en quelques secondes, avec un système qui est similaire à celui des Fenix 5. On ajoute donc 2 versions de bracelet sport (perforé pour limiter la transpiration et aux couleurs plus flashy) et 2 versions cuir.

Lors de l’achat, l’Ionic est livrée avec 2 bracelets, 1 Large et 1 Small. Ca simplifiera l’achat, puisqu’il n’y aura plus besoin de consulter un guide des tailles, avec le risque de se trouver un peu entre 2. Ce que je trouve dommage, c’est que les 2 bracelets livrés sont de la même couleur. Si le boitier fait fin, on ne peut pas en dire autant de la boucle du bracelet, qui est aussi grosse que celle de la Fenix 5X. Quant au bracelet lui-même, je l’ai trouvé un peu raide. Peut-être est-ce que je me suis trop habitué aux bracelets flexibles en silicone qu’on trouve sur la plupart des montres de sport maintenant.

Bref, j’aime bien le design du boitier, mais pas le bracelet.

En plus de l’écran tactile, 3 boutons complètent l’interface. Celui de gauche sert à annuler, les 2 de droite à valider des options. Souvent, une action ou un cheminement dans les menus peut être réalisé indifféremment par les boutons ou le tactile.

Fitbit a complètement retravaillé son capteur cardio optique pour l’Ionic, ce qui n’est pas seulement une évolution de l’algorithme. Il est placé à ras de l’arrière du boitier, sans faire de bosse qui dépasse comme on voit souvent sur d’autres montres cardio GPS. Il utilise maintenant 3 LED de 3 couleurs différentes (vert, rouge et infrarouge), ce qui doit d’une part améliorer la précision et d’autre part, à terme, arriver à mesurer le taux d’oxygène dans le sang (SpO2) dans le but de détecter l’apnée du sommeil (vivement la mise à jour, j’ai envie de tester ça).

Sur le premier point, vous verrez dans la section « précision » ci-dessous que ça a produit ses effets. Sur le second point, il ne faut pas trop s’emballer, car ce n’est pour l’instant qu’une promesse. Et on a déjà vu par le passé, sur d’autres marques, que les promesses d’évolution software peuvent parfois mettre des mois à arriver.

L’autre évolution du côté des capteurs, c’est l’intégration d’une puce GPS/GLONASS qui doit donner de bien meilleurs résultats que celle du Surge. C’est un point indispensable pour passer du monde des bracelets de fitness à celui des montres pour le sport. Avec le trio de capteurs GPS/cardio/alti baro, l’Ionic dispose des mêmes armes que la Vivoactive 3. Par contre, il n’est pas possible de coupler une ceinture cardio, même Bluetooth.

De base, l’Ionic dispose d’une dizaine d’applications accessibles depuis les écrans d’accueil (d’autres peuvent être téléchargées depuis la galerie d’applications) :

  • Aujourd’hui (suivi d’activité quotidienne)
  • Musique (lecteur de musique)
  • Activité (profils sportifs)
  • Coach (coaching pour du circuit training)
  • Relax (exercices de respiration guidée)
  • Wallet (paiement sans contact)
  • Chronomètres (chrono et compte à rebours)
  • Alarmes (jusqu’à 8 alarmes de réveil)
  • Météo
  • Strava
  • Paramètres

L’Ionic gère plusieurs profils sportifs, dont on peut personnaliser certains paramètres. Et comme elle est étanche à 50m (une caractéristique tellement rare sur les produits Fitbit, qu’il est important de le mentionner), la natation en fait partie :

  • Course à pied
  • Vélo
  • Natation
  • Tapis de course
  • Musculation
  • HIIT
  • Randonnée

On peut créer des profils supplémentaires depuis l’appli smartphone dans le cas où l’on pratique une activité qui ne figure pas dans la liste de départ. Sauf que l’Ionic ne supporte que 7 profils sportifs différents. Il faudra donc supprimer un des profils de départ et en créer un nouveau pour le remplacer.

Le côté smartwatch est assuré grâce à une connexion Bluetooth et WiFi, et des services comme les smart notifications, un lecteur de musique, le paiement sans contact et une galerie d’applications. Une synchronisation se fait automatiquement à chaque fois qu’on lance l’appli Fitbit sur le téléphone. Avec ce package, l’Ionic va plus loin que toutes ses concurrentes, même la Vivoactive 3 ou les montres connectées AndroidWear.

Le lecteur de musique intégré, avec 2,5Go de mémoire, la place dans la classe très fermée des montres GPS avec lecteur de musique. Vous pourrez vous passer de votre téléphone pour faire du sport, écouter de la musique et même payer vos achats grâce à Fitbit Pay. Et si jamais, vous aurez aussi la possibilité de commander le lecteur de votre smartphone depuis l’Ionic si vous choisissez ce moyen de lecture de musique.

La recharge se fait par un câble aimanté, qui ne tient pas très bien en place. Il suffit de la poser un peu de travers pour perdre le contact. Fitbit a annoncé lors du lancement « plus de 4 jours d’autonomie », mais le site stipule maintenant « jusqu’à 5 jours d’autonomie ». Ce qui est énorme dans le monde des montres smartwatches, dont la majorité tourne à 1-2 jours d’autonomie. Sur la première charge, j’ai bien atteint les 4 jours avec le Bluetooth activé en permanence, en faisant 2 séances de sport, dont 1 avec GPS. En fait, les 5 jours sont conditionnés par l’utilisation que vous ferez du GPS et du lecteur de musique. En enregistrement GPS, comptez 8-9h d’autonomie, mais seulement 7 si vous utilisez le lecteur de musique (ce qui n’est pas si mal).

Par contre, on ne peut pas augmenter cette autonomie en désactivant le Bluetooth par exemple, ce que j’ai regretté. C’est une montre connectée et donc sa connexion Bluetooth est tout le temps activée, c’est comme ça. En revanche, on peut l’éteindre et régler l’intensité lumineuse et la force des vibrations.

 

Champs de donnéesFitbit Ionic champs de données

Temps : chrono, heure, tour

Distance : totale, tour

Allure : instantanée, moy

Fréquence cardiaque

Calories brûlées

Nombre de pas

Vitesse : instantanée, moy

Longueurs de piscine

 

Course à piedFitbit Ionic running

L’Ionic offre 2 profils de course à pied : en extérieur et sur tapis. Mais on ne peut pas coupler de footpod.

Pour chaque profil, on peut paramétrer :

  • GPS (activé ou pas)
  • Pause automatique
  • Alertes : on peut choisir d’activer une alerte, basée sur le critère de la durée, distance ou calorie, avec la définition de l’intervalle (par exemple : toutes les 5 minutes ou tous les km)
  • Rétroéclairage (allumage de l’écran en permanence)
  • Autodétection

Si l’autodétection est activée, théoriquement, vous pourriez sortir de chez vous, vous mettre à courir et reprendre une activité normale sans toucher à votre montre. Elle sera capable d’enregistrer votre activité automatiquement. Bon, dans la pratique, je vous recommande quand même de choisir votre activité, attendre la recherche du signal GPS (10-15 secondes) et ne partir qu’une fois que la montre indique ‘connecté’. Sinon, les données comporteront une grosse marge d’erreur sur les premières minutes.

Comme sur toute montre de sport récente, il y a quelques réglages à faire avant d’aller courir.

L’affichage des données (3 par écran) est personnalisable d’une façon qui fait penser à l’affichage des montres GPS TomTom. Les champs du haut et du bas sont personnalisables (temps écoulé, distance, allure, allure moy, FC, calories, pas, heure, durée tour, distance tour), mais resteront fixes à l’écran. Lorsque l’on fera défiler les écrans, il n’y a que la donnée du milieu qui va changer pour tourner entre les données qu’on aura sélectionnées parmi celles citées plus haut.

C’est un peu dommage, car je suis sûr que l’écran aurait permis un affichage de 4 données sur la même page, ce qui l’aurait rendu un peu plus technique. Et l’altimètre barométrique n’est pas mis à profit, puisqu’on ne peut pas afficher l’altitude ou le dénivelé (alors que c’est justement un des points forts de la Vivoactive 3).

Bien sûr, on ne trouvera jamais (même dans les mises à jour à venir) de données plus techniques sur la course à pied (comme la cadence). L’Ionic ne se veut pas une montre GPS de pointe pour le running. C’est une montre multi-activités et Fitbit cherche à regrouper une multitude de fonctionnalités mais n’ira pas dans la recherche de métriques très pointues.

Par défaut, l’écran n’est pas activé en permanence pendant un enregistrement. On peut l’activer pour quelques secondes en le touchant, en tournant le poignet ou en appuyant sur un bouton. Ou alors on peut l’activer en permanence dans les réglages du profil (attention, l’autonomie en sera diminuée). Ensuite, le tactile peut être utilisé pour faire défiler l’affichage. Sous la pluie (ou si vous préférez), les boutons sont plus pratiques. Celui de gauche fait défiler l’affichage, ceux de droite servent à mettre l’enregistrement en pause et à l’arrêter.

A la fin de la séance, une page récapitule les données comme le temps, la distance et le dénivelé, suivies par une table des données au tour. Le souci, c’est qu’une fois qu’on clique sur terminer, ben c’est terminé. Il n’y a pas de journal d’entrainement pour retourner voir les stats de séances précédentes. Il faut pour cela aller sur l’appli.

 

NatationFitbit Ionic natation

Le profil natation n’est utilisable qu’en piscine, pas en eau libre (GPS désactivé). Il faudra donc bien penser à paramétrer la longueur de la piscine. On peut ensuite faire les mêmes configurations que sur le profil course à pied, avec les données à l’écran (le nombre de longueur étant une possibilité supplémentaire), les alertes, l’allumage de l’écran.

De la même manière qu’elle n’enregistre pas la cadence en course à pied, l’Ionic n’enregistre pas le nombre de mouvements ni ne calcule le SWOLF.

Elle fait aussi un peu plus d’erreurs que d’autres montres dans le comptage du nombre de longueurs. Aucune montre n’est parfaite dans le domaine, mais là où j’ai en général 0 à 1 longueur oubliée sur 2km (oui oui, j’ai la chance de nager dans une piscine où l’on n’est jamais plus que 3 par ligne d’eau), l’Ionic faisait plutôt 2 à 3.

 

Autres sportsFitbit Ionic vélo

Comme sur beaucoup de montres GPS multiactivités, le profil vélo est en fait identique au profil course à pied, à ceci prêt qu’il affiche la vitesse en km/h au lieu de l’allure en min/km.

Le mode musculation est en fait un mode cardio basique. Il n’y a pas de détection automatique de répétitions et comptage des séries.

Le mode minuteur d’intervalles va par contre ravir les adeptes de HIIT, crossfit ou de la méthode Lafay. On configure le temps d’exercice, le temps de récupération et le nombre de répétition. Le seul bémol, c’est qu’il faut faire cette configuration depuis l’appli sur smartphone, on ne peut pas le faire depuis la montre. Notez qu’on peut activer le GPS dans ce mode, ce qui permet de faire du fractionné simple.

 

Précision cardio et GPS

Alors alors, est-ce que le nouveau capteur cardio optique de l’Ionic est précis ? Surtout, est-il plus précis que celui des Charge 2 et Blaze que j’ai déjà pu tester et qui s’étaient révélés catastrophiques en utilisation sportive.

Avant de commencer l’étude de la précision GPS de l’Ionic, il faut que je précise une chose. Sur les captures d’écran de l’outil que j’utilise pour comparer des traces GPS, la distance mesurée par l’Ionic est à chaque fois complètement fausse (genre 1km de plus que les autres montres GPS sur une sortie running). Je ne sais pas expliquer pourquoi, mais c’est lié à cet outil. Si je consulte les données de la même sortie sur la plateforme Fitbit, alors la distance est conforme (avec une marge d’erreur classique d’une centaine de mètres). Donc ne prenez pas peur en regardant les captures ci-dessous.

Globalement, comparée à des montres GPS pourtant haut de gamme de chez Suunto et Garmin, l’Ionic tire très bien son épingle du jeu.

GPS Fitbit IonicGlobalement, j’ai trouvé l’Ionic plutôt performante en ville. Ici, la trace GPS entre les maisons ne pose pas de problème.

Ionic précision GPS villeMais il arrive qu’elle soit prise en défaut sous les arbres. Sur un tour de l’île St Germain, l’entrée et la sortie au niveau du pont du Garigliano se fait par un portail dont un des deux battants est fermé. Les traces GPS aller et retour devraient donc se superposer.

Trace GPS ile St GermainUn peu plus loin, alors que le chemin fait une espère de chicane sous les arbres, la trace prend à peu près la forme mais le positionnement n’est pas bon, avec un décalage marqué.

Trace GPS chicaneAlors forcément, en pleine forêt, sous un couvert dense de grands arbres, on retrouve ces décalages, dont voici l’exemple le plus marquant. Après, il faut bien se dire que ce décalage n’a quasiment aucune influence sur la durée mesurée. Dans l’exemple ci-dessous, la longueur des 3 traces est quasiment la même (rappelez vous mon avertissement en début de paragraphe sur l’erreur de mesure due à l’outil de comparaison que j’ai utilisé). Ce qui est très pénalisant pour la mesure de la distance, ce sont les zigzags.

Ionic forêtMais en rase campagne, dans un environnement avec quelques arbres et quelques maisons, la qualité de la trace GPS de l’Ionic est équivalence à celle d’autres montres GPS haut de gamme.

Trace GPSEt parfois, c’est même elle qui montre la meilleure précision GPS.

Trace GPS Ionic place ParisEn vélo, la qualité de la trace est également comparable aux autres montres GPS, même en plein Paris.

Précision GPS Ionic véloSi l’on passe maintenant à l’étude de la précision du cardio, on note une très très nette amélioration des capacités du capteur cardio optique de Fitbit en course à pied. Voilà le résultat de la comparaison avec une ceinture cardio couplée à une Fenix 5X (ce n’est pas la courbe du capteur cardio optique de la Fenix 5X) sur ma première sortie avec l’Ionic.

Précision cardio IonicCet exemple est quasiment parfait, mais ça n’a pas toujours été le cas lors de mes différents tests. Il est assez habituel d’avoir une courbe avec des écarts beaucoup plus importants dans les premières minutes, mais c’est un comportement assez généralisé de tous les capteurs cardio optiques.

Cardio Ionic course à piedEt puis parfois, la précision est bonne presque partout, sauf quelques petits pics qui durent environ 1 minute.

Cardio Ionic froidDans d’autres cas, la durée de « chauffe », pour que le capteur « accroche » la fréquence cardiaque, dure un peu plus que 1 ou 2 minutes. Dans l’exemple suivant, les 9 premières minutes sont complètement hors-jeu, tandis que le reste de la sortie est satisfaisante.

Ionic cardio optiqueEt des fois, c’est l’inverse, il accroche tout de suite mais part en live plus tard, avec des écarts de plus de 20 battements par minute.

Cardio Ionic runningEn vélo, comme à peu près toutes les montres cardio sans ceinture que j’ai testées cette année, la fiabilité du capteur cardio optique laisse à désirer.

Ionic cardio véloMais le vrai point faible de l’Ionic n’est pas là. Son point faible, c’est son altimètre barométrique. Ce qui parait intéressant sur le papier, à savoir une montre GPS avec alti baro pour 300€, se révèle être un fiasco en test sur le terrain.

L’allure générale de la courbe est bonne, mais elle est bruitée par d’innombrables oscillations qui une fois cumulées faussent complètement le calcul du dénivelé total. Je vous montre une illustration, mais toutes mes sorties depuis 1 mois de test, en running ou en vélo, ont révélé le même comportement. Peut-être est-ce dû à un capteur défectueux sur l’exemplaire que j’ai eu en test.

Altimètre Fitbit Ionic

CoachFitibit Coach

Parmi les applications de l’écosystème de l’Ionic, on trouve l’application Coach de FitStar. L’Ionic n’étant pas une montre GPS de running, ces programmes ne sont pas des programmes pour préparer une course comme chez Polar par exemple. Elle propose des enchainements d’exercices de fitness de différentes durées et difficultés :

  • Adbos, 10 minutes
  • Préparation physique générale, 7 minutes
  • Poitrine, 20 minutes

A chaque nouvel exercice, une animation présente le mouvement, puis le chrono se lance. Une vibration marque la transition d’un exercice à l’autre.

Je connaissais presque tous les exercices. Mais là, c’est pratique de ne pas avoir à se soucier de construire la séance. On lance l’appli, on choisit la séance et on se laisse guider. Les exercices sont présentés en animation et l’appli s’occupe du chrono.

C’est assez sympa à utiliser. Tellement sympa qu’on aimerait bien que Fitstar développe plus de programmes. Ils le feront certainement, mais les nouveaux programmes risquent d’être payants (peut-être pas tous).

Fitbit va également sortir 2 services de coaching audio payants :

  • Fitbit Audio Coaching fournira un coaching audio sur une quarantaine de séances différentes de running
  • Fitbit Guided Health est un service de programmes personnalisés, pour arriver à courir 1h sans s’arrêter en 6 semaines par exemple.

 

Tracker d’activitéFitbit Ionic tracker d'activité

Ca fait longtemps (6 ans) que Fitbit maîtrise les rouages du suivi d’activité quotidienne et de la motivation. Dans le domaine, il n’y a aucun concurrent qui fait quelque chose que Fitbit ne sait pas faire.

L’Ionic enregistre en continu les données comme le nombre de pas, la distance, les étages gravis, les calories dépensées, la fréquence cardiaque, les minutes actives et le sommeil.

A partir de cette base, il est possible de fixer des objectifs et des alertes d’activité. Par défaut, elle vous incite à faire un minimum de 250 pas par heure et 5 séances d’activités physique par semaine. Je trouve cette approche bien adaptée pour quelqu’un qui n’est pas un grand sportif et cherche à devenir plus actif. Notamment par le fait qu’il vaut sûrement mieux faire 250 pas chaque heure, plutôt que 5000 pas en une seule fois. Pareil pour le sport, il vaut mieux faire 5 petites séances actives dans la semaine (30 minutes de marche pour aller au boulot, ça compte), plutôt que de courir à fond 1 fois par semaine. Bon par contre, j’ai désactivé l’alerte d’inactivité, parce que du coup, elle se manifeste à l’approche de chaque fin d’heure pour vous inciter à atteindre les 250 pas/h. Alors comment dire, 1 alerte toutes les heures quand vous êtes au bureau, àa fait un peu beaucoup.

Fitbit a aussi sa technologie de détection d’activité (SmartTrack), qui détecte un certain nombre d’activités sans qu’on lance d’enregistrement. Voir le paragraphe Course à pied pour plus de détails.

Et question motivation, j’avais déjà testé les randonnées virtuelles avec la Blaze (j’ai quand même été déçu de voir qu’il n’y en a aucune de nouvelle), mais il y a aussi les défis (si vous avez des amis qui ont aussi un bracelet Fitbit) et les courses virtuelles (vous pouvez par exemple vous lancer dans une course de 2 à 30 sur le marathon de New York.

Et maintenant, Fitbit est en train de transformer sa plateforme en réseau social du fitness, avec un onglet Communauté dans lequel on peut rejoindre des groupes d’intérêt et voir les actualités de ses amis.

 

Montre connectéeApplications Fitbit Ionic

Pour moi, ce qui fait la différence entre une montre GPS connectée et une vraie smartwatch, c’est les applications à télécharger. C’est ce qui fait la différence entre une Fenix 5 et une Apple Watch. Et sur ce plan, pour l’Ionic, c’est un peu la déception. A son lancement, l’Ionic n’avait que 2 applications externes à Fitbit : Strava et la météo.

Depuis, Fitbit a inauguré son store d’applications le 5 décembre. Coup de chance, j’ai failli publier ce test la veille… J’ai bien fait d’attendre une semaine de plus. Une soixantaine d’apps sont maintenant proposées, par exemple :

  • Des jeux : morpion, 2048…
  • Des applis pour télécommander d’autre objets connectés : Philips Hue Lights
  • Des utilitaires : calculatrice, compteur de boisson (vachement utile ça)
  • Sport et santé : Strava, altimètre, pilule (pour la clientèle féminine)
  • Info et finance : NY Times, bourse, cours du bitcoin

J’ai par exemple appris l’exclusion de la Russie des JO en testant l’application du NY Times.

United Airlines, British Airways et Uber devraient sortir d’ici la fin de l’année. Et Deezer en 2018 !!! Le remplissage de cette galerie d’applications va encore s’accélérer. Car maintenant, Fitbit l’a ouverte aux développeurs, qui pourront publier leur application. Et contrairement à Apple, il n’y a pas de censure, ni de contrôle.

Pour beaucoup de personnes, les notifications sont plus utiles que les applications. L’Ionic reçoit absolument tout : appels entrants, SMS, emails, calendrier, WhatsApp, Facebook, etc. La façon dont c’est géré est propre à Fitbit. De base, on ne peut activer que les appels, SMS et événements du calendrier. Ensuite, il faut attendre que l’application « apprenne » quelles sont les applications qui génèrent des notifications. Une fois que c’est fait (sur le mien, il a fallu une après-midi pour découvrir email, Facebook, Messenger, Rappels, Twitter, WhatsApp, YouTube et Dealabs ; et maintenant, j’ai 11 applications différentes), on peut activer une à une (ou pas) le transfert des notifications vers la montre. Pour ma part, je n’en ai activé que 7 sur les 11.

On peut lire directement sur la montre une bonne quantité de texte, mais pas tout en entier si le message est vraiment long. C’est un peu décevant, car avec un écran tactile de bonne taille, on pourrait tout à faire faire défiler à l’infini pour tout lire.

On ne peut pas répondre aux messages. On peut juste décrocher ou raccrocher lors d’un appel entrant. Là encore, on est plus proche d’une montre connectée Garmin que d’une Apple Watch.

La connexion Bluetooth fonctionne impeccablement bien. J’ai eu un peu peur au début, car il m’a fallu plusieurs essais, un redémarrage de la montre et un autre du smartphone pour arriver à réaliser le premier couplage. Mais depuis, tout se passe super bien. La connexion se coupe le soir quand je vais me coucher et se rétablit le matin sans aucun souci.

Les notifications sont bidirectionnelles, puisqu’on reçoit sur le téléphone des informations de la montre. L’appli Fitbit fait par exemple un suivi du niveau de batterie de l’Ionic et vous préviendra lorsque le niveau de charge devient faible (20%).

Comme sur toute montre connectée contemporaine, on peut changer la watchface (l’écran d’heure). Et il y a beaucoup plus de choix depuis la mise à jour du 5 décembre. On ne peut pas le faire depuis la montre, il faut le faire depuis l’application Fitbit pour smartphone. Et du coup, on ne peut les changer qu’une par une. On va sur l’appli, on télécharge sa nouvelle watchface, et si on veut changer, il faut retourner sur l’appli et recommencer le processus. Pas très pratique.

Fitbit Labs est une série de 4 watchfaces dynamiques très particulières. Vous vous souvenez des Tamagotchis ? Ben c’est un peut comme si vous aviez un Tamagotchi (vous avez le choix entre 2 chiens et 2 chats) sur l’écran de votre montre. Le concept est le suivant : vous le nourrirez en atteignant vos objectifs d’activité quotidienne. Et si vous ne bougez pas, il va mourir.

Watchfaces Fitbit Ionic

Lecteur de musiqueLecteur musique Ionic

L’Ionic n’est pas la première, ni la seule, montre GPS avec un lecteur de musique. Contrairement aux Runner 2 et 3, on peut transférer des morceaux de musiques un par un et pas nécessairement des playlists complètes. C’est plus simple. Par contre, on ne peut pas le faire via le câble USB et un ordinateur. Il faut le faire via WiFi, ça complique un peu la chose. Le choix des morceaux de musique se fait par contre bien depuis un ordinateur avec l’application Fitbit Connect. Voilà les formats supportés :

  • Windows : mp3, mp4, wma
  • Mac : mp3, mp4, AIFF

Je trouve ça un peu tordu. J’aurais préféré soit carrément transférer les musiques de mon smartphone à la montre par Bluetooth (OK ça aurait été long), soit depuis mon ordinateur via le câble USB. Mais là, on a besoin d’un ordinateur et de WiFi pour le faire.

 

Fitbit PayFitbit Pay

Fitbit a acheté Coin, une startup spécialisée, pour développer Fitbit Pay, une solution de paiement sans contact. On commence par rentrer les informations de sa carte bancaire (Visa, Mastercard ou American Express) dans l’application Fitbit. On doit ensuite choisir un code pin, qui servira à sécuriser le paiement sans contact (au cas où l’on vous vole votre montre par exemple).

Le code n’est demandé qu’une fois, tant que l’Ionic reste à votre poignet. Dès qu’on l’enlève, il faudra taper le code au premier allumage de l’écran. Bon parfois, il doit y avoir des loupés avec le capteur cardio et il arrive environ 1 fois par jour qu’on doive retaper le code pin alors qu’on n’a pas enlevé la montre. On peut aussi activer un paramètre qui demande un code au moins toutes les 24h.

Tuto Fitbit PayEnsuite, il suffit de maintenir enfoncé le bouton de gauche, d’approcher l’Ionic du lecteur et voilà, le tour est joué.

Comme pour Garmin Pay, le principal problème, c’est qu’il faut que Fitbit signe un accord avec chaque banque. Une par une… Et malheureusement, en France, il n’y en a pas encore. Si cette fonctionnalité vous tente, vérifiez bien ce point avant de faire votre achat.

Pour ce test, Fitbit m’a fourni une carte pré-payée, ce qui permet de s’affranchir du partenariat avec une banque en particulier. Et donc, j’ai pu tester le paiement sans contact avec ma montre connectée. Et ça marche ! La classe.

 

Fitbit FlyerFitbit Flyer écouteurs

En même temps que l’Ionic, Fitbit a sorti des écouteurs Bluetooth étanches appelés Flyer. Ils sont vendus avec 2 tailles d’embouts intra-auriculaires, 2 types d’ailettes de maintien et 2 tailles pour chaque type d’ailettes. L’autonomie annoncée est de 6h.

Ce sont des écouteurs Fitbit, mais ils fonctionnent aussi bien avec un smartphone qu’avec l’Ionic. En fait, pour être précis, ils peuvent fonctionner avec un smartphone et l’Ionic… en même temps. C’est-à-dire que vous pouvez écouter de la musique en courant avec l’Ionic, votre téléphone sonne, vous recevez la notification sur l’Ionic, vous décrochez en tapant sur l’écran et commencez votre conversation à travers les écouteurs Flyer. Le tout sans avoir à sortir votre téléphone.

Je ne cours pas souvent en musique, mais j’ai trouvé le son bon, avec un bon facteur d’atténuation du bruit ambiant et sans jamais avoir de coupures.

 

ConclusionFitbit Ionic avis

Pour répondre de façon honnête à la question posée dans le titre de ce test, je suis quand même obligé de dire que l’Ionic est encore loin d’être la montre connectée qui viendra détrôner l’Apple Watch.

Je n’ai pas grand-chose à reprocher à la montre, mais l’App store n’est pas encore au même niveau. Sur le plan smartwatch, je la classerais plus proche de la Vivoactive 3 que de l’Apple Watch (avec quand même un gros avantage : le lecteur de musique !).

Le design va forcément diviser les gens, entre ceux qui aiment et ceux qui le trouvent horrible. Mais le lecteur de musique et l’autonomie devraient mettre tout le monde d’accord.

J’ai été impressionné par le chemin parcouru par Fitbit sur les fonctionnalités pour le sport entre la Blaze ou le Charge 2 et l’Ionic. La précision des capteurs cardio et GPS est au niveau des autres marques de sport comme Garmin. Bien sûr, elle ne fournit pas autant d’outils pour l’entrainement mais bon, Fitbit ne vise pas non plus le même public, n’ira jamais chercher Garmin sur le terrain du triathlon, mais peut désormais rivaliser avec TomTom, Garmin et Polar sur la tranche fitness et sportif ne recherchant pas la performance.

Ce n’est donc pas la meilleure montre connectée, pas la meilleure montre de sport, mais l’Ionic peut concourir pour le titre de meilleure montre connectée pour le sport.

Alors, on choisit laquelle ?

  • Si vous privilégiez les fonctions connectées : Apple Watch (avec un App Store plus étoffé)
  • Si vous faites du sport en musique : Ionic
  • Si vous voulez des outils pour l’entrainement : Vivoactive 3 (entrainements programmés, plus d’options multi-activités et un altimètre barométrique qui fonctionne mieux)

 

Vous avez trouvé ce test utile ? Vous souhaitez acheter une Ionic ?

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je suis un sportif comme vous qui cherche à avoir le plus de détails possibles avant d’acheter un nouveau matériel de sport. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat d’une Ionic et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Fitbit Ionic gris graphite EUR 279,00Bouton commander amazon
Fitbit Ionic bleu gris EUR 299,00Bouton commander amazon
Fitbit Ionic orange métalisé EUR 299,00Bouton commander amazon
Fitbit Flyer EUR 129,95Bouton commander amazon

9 commentaires

  • Alex

    Super test, bravo ! Vivement que Fitbit accepte les banques française (ou au moins les néobanques) pour le paiement sans contact !

  • julius

    super boulo. ce test est tres complet. C’est la grande classe. il me tarde le test de l’apple watch3.
    Ce site fait maintenant parti de mes favoris

  • christine

    J’adore vos tests qui m’aide à me décider pour ma prochaine montre de sport et vos vidéos sont vraiment top et facile à comprendre

    j’avais acheté la polar 370 que j’ai perdu je lui repprochait de ne pas avoir le gps intégré ce qui était son gros point faible
    j hésite donc entre la vivoactive 3 et la nouvelle ionic de fibit . j ‘hésitais aussi avec la vivo Hr car j’ai vu votre video sur cette montre qui montrait son bon rapport qualité /prix
    je cours 10 à 15km une à deux fois par semaine et je commence à me mettre au fractionné donc j’aurai besoin dune montre qui me face des entrainements type
    je fais aussi du crossfit / ZUMBA / RENFO/ cardio trainning : cardio boxe et je veux donc une montre qui me dise les calories bruler et qui me donne pourquoi pas des exemple d’entrainement de renfo
    et enfin je vais régulièrement à la piscine et je voudrais son savoir la distance parcourue et nombrre de calorie

    merci de m’aider dans mes choix

    • Jérôme

      Bonjour
      Je risque de renforcer votre hésitation. Pour le fractionné, il vaut mieux la Vivoactive 3. Pour le renforcement, l’appli Fitbit Coach de l’Ionic est pas mal (quoi que limitée à 3 séries d’exercices pour le moment). Donc à vous de voir quelle est votre priorité, mais j’ai quand même l’impression que ce sera la Vivoactive 3.

  • Rodrigue

    Bonjour,

    Je vais répéter ce que les autres disent de positif. C’est vraiment bien les tests que vous faites, ils sont complets et bien argumentés.

    Je m’intéresse depuis peu aux montres connectés. Je cherche à me faire un cadal geek et voilà que la montre connectée me fait de l’oeil. Tout d’abord parce que j’en ai besoin pour mieux suivre mes activités sportives. Ma Tomtom multisport première génération est un peu limitée, même si en extérieur elle m’a bien servi. L’autre raison est purement geek, on ne se refait pas !

    Je fais beaucoup de sport en salle, genre biking, cardio boxing, body combat etc…
    Je souhaite un suivi cardio, en activité comme au repos, toute consommation de calories. La musique sur la montre je m’en fiche royalement. Qu’elle donne l’heure ça peut être bien aussi, tant qu’à faire !

    Malgré mes équipements tous Apple, j’ai mis de côté l’Apple Watch qui ne me semble pas à la hauteur pour ce que je recherche et son autonomie est bien faiblarde.

    D’après les tests que j’ai vu ici, il semblerait que ce soit la Vivoactive 3 qui me soit tout indiquée. Me trompe-je ?

    • Jérôme

      Bonsoir
      Si vous voulez une montre orientée sport, oui pour la Vivoactive 3. Mais une montre connectée comme l’Ionic ou la Samsung Gear Sport que je teste actuellement vont quand même plus loin sur le côté geek (avec les applications téléchargeables par exemple).

      • Rodrigue

        Merci pour votre réponse.
        En effet, je recherche une montre orientée sport. Le côté geek, c’est juste pour trouver un seconde prétexte. Ma véritable raison pour en avoir une qui tienne la route c’est réellement le côté sport, particulièrement le sport en salle, là où le GPS n’a pas trop d’intérêt. Je souhaite une bonne évaluation des performances cardiaques et dépense d’énergie. Bien entendu, le GPS est utile pour les sorties en extérieure.

        J’avais suivi de prés la Ionic justement, mais la vivoactive reste un poil au dessus j’ai l’impression et la forme ronde de la Garmin me plaît plus. Je suis sur le point de me décider à moins qu’un avis plus éclairé encore vienne modifier mes plans.

        Je vais peut être attendre votre compte rendu sur le test de la Gear Sport.

        • Rodrigue

          Bonjour,

          Finalement, je me suis acheté la Vivoactive 3 et pour l’instant ça me paraît pas mal du tout pour mes activités.

          Merci encore pour vos tests qui m’ont décidé dans mon choix.

  • JJMartin

    Attention le verre n’a pas la qualité de l’apple Watch ou de la Garmin. Si il est cassé pas de possibilité de le changer . Il n’y a plus qu’à jeter la montre. Incroyable pour un produit à 350 €

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *