Test Garmin Vivosmart 3 : mieux que le Fitbit Charge 2 ?

Test Vivosmart 3
 

La communauté (et du contenu complémentaire) sur les réseaux sociaux : Facebook , Twitter, Youtube, Instagram ou Pinterest.

Après le Vivosmart (numéro 1), le Vivosmart HR (numéro 2) et le Vivosmart HR+ (numéro 3), Garmin sort… le Vivosmart 3 (le numéro 4 en fait). Il s’agit d’une nouvelle évolution de son bracelet tracker d’activité dédié aux sportifs et sportives. A différencier des trackers d’activité d’entrée de gamme qui comptent simplement le nombre de pas. Là, on parle de VO2max et tout et tout. Le Vivosmart 3 est la réponse directe de Garmin face à Fitbit qui est entré sur ce créneau avec le Charge 2 (multisports, fractionné, VO2max, etc).

Sur le plan des fonctionnalités et de la précision du cardio, le Vivosmart HR m’avait fait forte impression. J’avais juste déploré l’absence d’effort au niveau du design. Or, sur ce marché des bracelets connectés, le design, ça compte.

Garmin a fait évoluer le design, j’espérais au moment de commencer ce test qu’il avait aussi conservé les fonctionnalités et la précision de son prédécesseur. Sans oublier les petites nouveautés qui le rendent unique : le suivi du niveau de stress et le compteur automatique de répétitions pour la muscu.

 

Présentation du Garmin Vivosmart 3Présentation Vivosmart 3

Il remplace : Vivosmart HR

Au-dessus dans la gamme : Vivosmart HR+

En-dessous dans la gamme : Vivosmart HR

La première chose qui m’a frappée en sortant le Vivosmart 3 de sa boite, c’est à quel point il est fin : 18mm de large et 12mm d’épaisseur, contre 21mm / 12mm pour le Vivosmart HR. Du coup, le poids passe de 30g à 20g (pour la version medium/regular). Il a donc tout pour être discret. Ca se confirme une fois qu’on le passe au poignet.

Le bracelet en silicone est un peu élastique et le tout est confortable à porter. La fermeture se fait par une boucle classique (et pas un système de clips comme on trouve souvent sur ce genre de bracelet), avec un passant pour retenir le bout du bracelet.

L’écran est entièrement camouflé dans le design du bracelet. Rien ne dépasse. Et je trouve que ça rend assez bien dans l’aspect général. Une partie du bracelet est texturée avec un genre de petits croisillons (côté boucle du bracelet) et l’autre bout est lisse (côté trous du bracelet). Et à la naissance de cette partie lisse se trouve l’écran, qui est caché en-dessous.

Alors forcément, qui dit petit bracelet dit aussi petit écran : 10x20mm pour une résolution de 64×128 pixels. C’est une nette réduction par rapport au Vivosmart HR (11x25mm pour 68×160 pixels). Et je ne parle même pas des bracelets similaires des autres marques, comme le Fitbit Charge 2 ou le Polar A370 (écran couleur 13x27mm ; 80×160 pixels). On ne peut pas tout avoir… Oh et il n’y a plus un seul bouton physique, tout se fait en tactile sur l’écran.

Du coup, j’ai trouvé l’interface plus difficile à utiliser. Il faut combiner des glisser haut/bas, glisser gauche/droite, appui court, appui long et double tap. Et parfois, l’écran (vous vous souvenez qu’il est petit) est divisé en 3 zones différentes sur lesquelles faire un appui court. Ajoutez à cette complexité un ou deux ratés de temps en temps de l’écran tactile qui reconnait mal le mouvement et vous comprendrez que ça peut vite devenir énervant.

On allume donc l’écran par un double tap (qui ne marche pas à tous les coups) ou un mouvement du poignet (qui ne marche pas à tous les coups). Je ne suis pas fan des écrans qui ne restent pas allumés en permanence, notamment pendant une activité sportive. Avant de râler que le mouvement de réveil automatique en levant le poignet ne fonctionne pas, vérifiez que vous avez renseigné dans les paramètres sur Garmin Connect à quel poignet vous le portez, ça aidera. L’intensité de l’affichage est réglable en mode manuel ou automatique, mais il reste malgré tout illisible en plein soleil.

Il est doté d’un capteur cardio optique Garmin, dépourvu de GPS et est étanche à 50m, sans qu’il soit utilisable pour enregistrer une séance de natation (même en piscine). Et on a aussi accès à un chrono et un compte à rebours. C’est tout bête, mais c’est souvent absent sur les montres GPS.

Le câble de rechargement a changé et ressemble fortement à celui du Charge 2. Il s’agit d’une pince qui vient se placer au dos du bracelet, avec 4 petits plots métalliques qui feront la connexion pour le recharger et pour transférer les données sur l’ordinateur via une prise USB. Ca tient bien en place, pas besoin d’être hyper délicat. Comptez 1h30 pour une recharge complète.

L’autonomie est annoncée à 5 jours. C’est dans la norme de de ce qu’on trouve chez ses concurrents : 5 jours pour le Vivosmart HR et le Charge2, 4 jours pour le A370. Sauf que l’indicateur de la charge restante n’est pas numérique, mais sous forme d’un icône représentant une batterie plus ou moins rechargée. Du coup, c’est difficile d’estimer combien de batterie il reste et ça oblige à le recharger plutôt tous les 4 jours, juste pour être sûr. Même s’il y a quand même une alerte à 10%.

Sinon, il est possible de le coupler avec un smartphone, soit ponctuellement pour faire une synchronisation des données sans fil avec Garmin Conect, soit en permanence pour recevoir les smart notifications.

En termes de fonctionnalités, c’est un bracelet complet : plusieurs profils sportifs, compteurs de répétitions pour la muscu, VO2max pour la course à pied, mesure du stress, suivi cardio 24h/24.

On peut afficher l’heure sur l’écran principal de 2 façons, selon qu’on préfère un affichage vertical ou horizontal (un peu de travers). En plus de l’heure, on a le jour de la semaine, la date, le niveau de la batterie et la barre d’inactivité. A partir de là, on peut faire défiler les écrans suivants, similaires aux widgets qu’on trouve sur les montres GPS Garmin :

  • Nombre de pas – avec objectif (un appui affiche le total de la veille)
  • Nombre d’étages gravis (un appui affiche le total de la veille)
  • Minutes intensives (un appui affiche le total du jour)
  • Calories brûlées (un appui affiche le total de la veille)
  • Distance parcourue (un appui affiche le total de la veille)
  • Contrôle de musique
  • Météo du jour (un appui affiche la météo des 3 prochains jours)
  • Notifications
  • Fréquence cardiaque – avec fréquence cardiaque au repos (un appui affiche la courbe de fréquence cardiaque sur 1h, la FCmax et la FCmin)
  • Niveau de stress (un appui affiche le niveau sur 1h)

A partir de l’appli Garmin Connect, on peut configurer plein de choses, comme une alarme de réveil, des paramètres de personnalisation des profils sportifs, quels widgets on veut afficher (ou pas), la durée d’allumage de l’écran, la watchface (8 options différentes, analogiques ou numériques), etc. Mais il faut passer par l’appli, on ne peut pas faire grand-chose directement depuis le Vivosmart 3.

 

Utilisation en sportVivosmart 3 running

Il y a plusieurs profils sportifs qui peuvent être utilisés pour enregistrer une activité sportive :

  • Marche
  • Course à pied
  • Cardio
  • Musculation
  • Autre

C’est 2 profils de plus que le Vivosmart HR, mais je trouve qu’il manque toujours un profil vélo. Ca oblige à utiliser le mode Autre et ensuite à corriger manuellement dans Garmin Connect le type de sport pratiqué. Bon, c’est déjà bien qu’on puisse le faire.

Depuis Garmin Connect, on peut faire différents réglages sur chaque profil sportif :

  • Programmer des alertes (temps, distance, calories, fréquence cardiaque)
  • Programmer des tours automatiques à chaque kilomètre
  • Personnaliser les champs de données (4 écrans de 2 données, plus 1 écran avec l’heure)

Les champs de données disponibles :

  • Chrono
  • Distance
  • Calories
  • Fréquence cardiaque
  • Zone cardio
  • Nombre de pas
  • Nombre de tours

Notez quand même l’absence de la vitesse/allure. On peut afficher le chrono et la distance, mais pas la vitesse instantanée. Comme le Vivosmart 3 est dépourvu de GPS, il ‘mesure’ la distance en faisant une estimation basée sur le nombre de pas et la longueur de votre foulée. C’est donc approximatif et Garmin a dû estimer que ce n’était pas assez précis pour s’en servir pour calculer une vitesse instantanée. Mais j’aurais quand même bien apprécié un champ de donnée ‘vitesse moyenne’.

Finalement, c’est en course à pied que l’allumage automatique de l’écran fonctionne le mieux. Levez l’écran deà hauteur des yeux et ça fonctionne à tous les coups.

La précision de mesure de la distance en course à pied est variable. Bien sûr, si vous partez sur un ultra avec le Vivosmart 3, l’erreur sera énorme à l’arrivée. Mais si vous ne faites de la course à pied qu’occasionnellement sur des distances qui restent courtes (5-8km) et à allure régulière, il suffira de bien paramétrer votre longueur de foulée dans Garmin Connect et ça se passera bien. Sur du trail, ce sera moins bon (11,9km au lieu de 9,1 sur ma dernière sortie).

Avec la dernière version du capteur cardio optique de Garmin, il est possible de mesurer la variabilité de la fréquence cardiaque, ce qui permet de calculer le VO2max. Il suffit de faire quelques sorties en course à pied (minimum 15 minutes) et la valeur va s’affiner au fur et à mesure.

Le bracelet peut aussi être utilisé comme accessoire pour une autre montre ou un compteur vélo. Il faut pour ça activer la diffusion de fréquence cardiaque (HR broadcast) et le coupler avec un autre appareil compatible ANT+ (du Garmin quoi).

 

Mode musculationVivosmart 3 musculation

Je crois que c’est la première fois que je fais un paragraphe spécifique pour la musculation. Mais là, le compteur de répétition le mérite. Concrètement, dans le mode musculation, le Vivosmart 3 va compter automatiquement les répétitions que vous faites.

Tout d’abord, il faut bien comprendre comment ça fonctionne. Ca ne marche pas par l’opération du saint esprit, ça ne peut compter que ce qui bouge. C’est-à-dire que si vous le portez au poignet et que vous faites des pompes, ça ne fonctionnera pas. Idem pour les tractions ou les presses pour les jambes. Mais ça comptera les biceps curls, les crunchs, les squats, etc. Et si vous faites des tractions ou de la presse, essayez d’attacher le bracelet à votre cheville ou au lacet d’une chaussure, ça passe.

Ensuite, la séance se présente comme suit :

  • Lancez l’activité – faites votre première série
  • Appuyez sur l’écran quand c’est fini – le chrono se lance pour la récupération
  • Appuyez sur l’écran pour faire votre 2e série – le bracelet compte le nombre de séries
  • Arrêtez l’activité quand vous avez fini ou que vous n’en pouvez plus

Toutes les données sont ensuite visualisables dans Garmin Connect. Et si besoin, vous pouvez aussi rajouter des séries manuellement (pour des tractions par exemple).

Globalement, ça marche bien, même s’il arrive qu’il rate quelques mouvements de temps en temps. Ca marche même mieux que je ne l’avais imaginé. Franchement, à part si vous faites des mouvements bizarroïdes (comme des burpees), il arrive vraiment bien à compter le nombre de répétitions.

Par contre, ça ne fonctionne pas en mode inversé. C’est-à-dire qu’on ne peut pas fixer un nombre de répétitions avec une alarme qui vibre lorsque le quota est atteint (un peu comme on programme une séance de fractionné en course à pied).

 

Tracker d’activitéVivosmart 3 tracker d'activité

Le Vivosmart 3 mesure plusieurs paramètres en continu :

  • Nombre de pas
  • Distance parcourue
  • Nombre d’étages gravis
  • Nombre de calories dépensées
  • Nombre de minutes d’activité
  • Fréquence cardiaque
  • Niveau de stress

Comme d’habitude, c’est difficile pour moi de donner un avis sur la précision des différentes mesures. Le Vivosmart 3 compte systématiquement un peu moins de pas que le Charge 2. Par exemple, sur une journée de rando, il a comptabilisé 18 000 pas, contre 18 500. Mais autant dire que la différence entre les 2 est très faible.

Comme à chaque fois, ce n’est probablement pas 100% précis (il faudrait pour cela un capteur sur la cheville et pas au poignet). De toute façon, il y aura toujours des pas qui seront loupés (si vous poussez une poussette par exemple) et d’autres qui seront imaginaires (faites un essai sous la douche et vous verrez que vous aurez fait une cinquantaine de pas). Mais les données sont dans la même fourchette que celles mesurées par la Suunto Sport Wrist HR ou le Fitbit Charge 2. Au final, l’important ce n’est pas de savoir si vous avez fait 7800 pas ou 7500 pas, c’est que ça soit comparable d’une journée sur l’autre pour voir l’évolution.

Pas de problème avec le comptage du nombre d’étages gravis, l’alti baro fait bien son boulot.

Ca ne s’arrête pas là, puisqu’il est équipé de MoveIQ, une fonction qui détecte automatiquement une activité physique pratiquée. Marchez 20 minutes pour aller à la gare, faites 15 minutes de Vélib, courrez 5 minutes pour attraper votre bus, toutes ces activités devraient être enregistrées sans action de votre part. Vous retrouverez ensuite chaque activité dans Garmin Connect sous forme de petits ronds gris qui apparaissent dans le graphique de l’activité quotidienne.

Bon ça, c’est la théorie présentée par Garmin. Je dirais que ça marche 80% du temps (ce qui est déjà fort bien, car il faut avouer que détecter une activité de vélo à partir des mouvements du poignet et du cardio, c’est pas forcément facile). Ca marche très bien pour la marche et la course à pied et même le vélo. Ca peut paraitre surprenant, mais MoveIQ détecte parfaitement les séances de natation (même si le Vivosmart 3 n’a pas de mode natation). Vous n’aurez pas de statistiques (d’ailleurs il perd complètement le cardio dans l’eau), mais l’activité apparaitra dans votre ligne du temps.

Deux conseils :

  • Si vous faites une séance de zumba, de rameur, de course à pied ou autre, il vaut quand même mieux lancer l’enregistrement d’une activité sportive. MoveIQ, c’est vraiement pour les activités de la vie quotidienne. Mais pour les séances de sport, c’est plus sûr et plus précis de lancer un enregistrement.
  • Veillez bien à paramétrer les seuils de détection dans Garmin Connect. Pour chaque activité, il faut définir un seuil à partir duquel il considérera ça comme une activité valable. Je crois que j’ai tout réglé à 10 minutes. C’est à dire que si je nage 2 longueurs en piscine ou que je cours 5 minutes, il ne le prendra pas en compte. Si vous réglez une durée trop courte (genre 2 minutes pour une activité de marche), ça sera un peu la paguaille ; et trop longue, vous raterez des activités.

On peut activer différentes fonctionnalités de motivation, comme les alertes d’inactivité, ou spécifier différents objectifs quotidiens (en nombre de pas, d’étages ou de minutes intensives, avec la possibilité de laisser Garmin Connect adapter dynamiquement vos objectifs en fonction de votre niveau d’activité).

La nuit (si vous êtes quelqu’un de normal), il poursuivra son travail par le suivi du sommeil. Et vu qu’il est tout fin et tout léger, vous n’avez pas d’excuse pour ne pas dormir avec. Il enregistrera les phases du sommeil, les éventuels réveils intempestifs, les heures de coucher et de lever et la durée de sommeil.

 

Suivi du niveau de stressVivosmart 3 niveau de stress

Allez, encore un paragraphe tout nouveau qui fait son apparition dans mon test. Voilà une nouvelle fonctionnalité, basée sur la variabilité de la fréquence cardiaque (tout comme le VO2max). Ca mesure un niveau de stress, avec un indicateur entre 0 (le plus petit que j’ai vu de mes yeux est 1) et 100.

Je vous avoue que j’étais très très dubitatif, d’une part sur la fiabilité de la mesure et d’autre part sur son utilité. Autant je peux voir un intérêt à faire une mesure ponctuelle de la fréquence cardiaque, autant je ne voyais pas trop quoi faire d’une mesure du niveau de stress.

Prenant très à coeur tous les tests que je fais sur ce blog, j’ai donc pris rendez-vous chez le dentiste…

Vivosmart 3 mesure stressOn voit bien un pic à 66 à 16h24 (arrivée dans la salle d’attente). Mais c’est presque le calme plat après, avec un pic encore plus marqué vers 17h05 alors que j’étais déjà sorti.

Et j’ai découvert qu’en fait c’est une erreur de traduction. Il ne s’agit pas du niveau de stress (au sens de tension, d’anxiété), mais du niveau de fatigue. Et là, je comprends comment ça marche (avec la variabilité de fréquence cardiaque, reliée à la fatigue) et à quoi ça sert.

On peut soit consulter ce niveau de fatigue à l’écran du Vivosmart 3, soit voir un suivi dans Garmin Connect. Vous savez comme moi que Garmin Connect est une usine à gaz, donc si vous cherchez les données de stress, il faudra cliquer sur Activités > Pas. Normal quoi… Dans l’application, c’est plus simple, il y a une page dédiée, accessible en faisant défiler les écrans depuis la page d’accueil.

Oh tiens, quand on clique sur l’onglet « stress », il est bien écrit que le graphique affiche le « niveau d’effort, mesuré tout au long de la journée ». On peut donc voir la répartition du temps passé dans chaque zone d’effort (0-25 repos, 26-50 effort faible, 51-75 effort moyen, 76-100 effort élevé), ainsi qu’un score d’effort pour la journée. Notez que les activités sportives enregistrées ne sont pas comptées dans le calcul de ce niveau d’effort général.

Bon, tout ça reste quand même un peu flou et je ne suis pas sûr de l’intérêt de cette métrique. Si on voulait aller jusqu’au bout du truc, il aurait fallu créer une alarme automatique qu’on pourrait activer au-dessus d’un certain niveau et qui inviterait à faire un exercice de contrôle de la respiration parce qu’on est stressé. D’un autre côté, on n’a pas forcément besoin d’un bracelet pour savoir quand on est stressé…

Garmin a couplé ça avec un exercice de respiration guidée, une fonctionnalité apparue et que j’ai déjà testée sur le Charge 2. On commence par choisir la durée de l’exercice (par défaut le Vivosmart 3 propose 2 minutes). Ensuite, on se laisse guider par les instructions qui apparaissent à l’écran et qui font alterner : inspirer, retenir sa respiration, expirer, retenir sa respiration, et ainsi de suite.

 

Précision cardioVivosmart 3 cardio

Au niveau du suivi 24h/24, il n’y a aucun problème de précision du cardio, puisque dans Garmin Connect, mes données de fréquence cardiaque au repos mesurées par le Vivosmart 3 sont dans la continuité de celles mesurées par la Forerunner 935, qui elles-mêmes étaient dans la continuité de la Fenix 5.

Durant une activité, l’enregistrement des données se fait en mode intelligent. C’est à dire que le capteur ne prend pas 1 fréquence cardiaque chaque seconde, mais de manière plus ou moins aléatoire. En course à pied, c’est toutes les 1 à 3 secondes ; en vélo, c’est entre 1 et 10 secondes.

En course à pied, la précision est correcte. En tout cas, largement meilleure que la majorité des bracelets avec capteur cardio. Ci-dessous, en trail, le Vivosmart 3 (en rouge, la courbe jaune étant une ceinture cardio Suunto) s’en sort bien sur 2/3 de la sortie mais rate les montées dans la dernière partie.

Vivosmart 3 précision cardioEn vélo, il a toujours été très mauvais. Habituellement, je suis plus nuancé dans mes commentaires, car les capteurs cardio optiques peuvent être plus ou moins fiables selon les situations. Mais là, en vélo, je n’ai jamais réussi à lui faire dépasser 111bpm. Alors que ma ceinture cardio Suunto confirme que je suis bien passé plusieurs fois au-dessus de 170.

 

Fonctions connectéesVivosmart 3 bracelet connecté

C’est assez impressionnant de voir ce qu’a réussi à faire Garmin avec un si petit écran. A partir de l’écran des notifications, on peut faire défiler les dernières notifications reçues, les supprimer et accéder aux messages. On s’y attendait, il est quasi impossible d’afficher plus de 4 mots à l’écran. Mais là où les concurrents s’arrêtent généralement là, il est possible sur le Vivosmart 3 de faire défiler les écrans pour lire les messages en entier !

Sinon, toutes les notifications s’affichent en direct : SMS, emails, applications comme Facebook, Twitter, WhatsApp ou même Voyage SNCF et appels entrants.

La nuit, on peut paramétrer une plage horaire pendant laquelle les notifications sont désactivées (23h-7h pour ma part).

Le contrôle de la musique du smartphone se fait grâce à 3 boutons play/pause, recul, avance. Mais ça ne fonctionne qu’avec le lecteur par défaut de votre smartphone (iTunes dans mon cas). Et il n’y a pas de réglage du volume.

La météo affiche la tendance, la température du moment et les températures min et max. Une fois qu’on a connecté le Vivosmart 3 au téléphone, il télécharge aussi les prévisions des 3 prochains jours.

 

ConclusionAvis Vivosmart 3

Le Vivosmart 3 est une bonne évolution du Vivosmart HR, en plus fin, avec de nouvelles fonctionnalités et sans augmentation du prix. Dans la pure tradition Garmin, il fournira tout un tas de données sur votre santé et votre activité physique.

Il y a une différenciation claire avec d’autres produits de la marque plus solidement orientés ‘sport’. Le Vivosmart 3 va plus s’adresser à des personnes ‘fitness’, qui ne cherchent pas une montre pour le sport avec plein de statistiques mais plutôt un bracelet à porter 24h/24 et qui apporte des informations sur la condition physique en général. Tout est là : le compteur de répétitions pour la muscu, du cardio type zumba, un peu de course à pied, le VO2max et le niveau de stress pour suivre la forme physique.

Je trouve quand même dommage que Garmin n’ait pas opté pour l’utilisation du GPS connecté qui permet d’utiliser celui du smartphone. Ca aurait apporté pas mal de choses en plus, comme une meilleure précision, la possibilité d’afficher la vitesse, mais aussi de visualiser le parcours sur une carte sur Garmin Connect.

Au final, si c’est votre créneau, vous allez forcément hésiter entre le Vivosmart 3 et le Fitbit Charge 2. Et ce n’est pas le budget qui va vous aider à faire la différence, car à 10€ prêt, ils sont au même prix.

  • Si vous faites de la muscu (ou plus généralement des exercices avec des poids) > Vivosmart 3 sans hésiter, pour son mode muscu qui compte les répétitions automatiquement
  • Si vous courez 1 fois par semaine > Charge 2, qui a l’avantage du GPS connecté et du fractionné
  • Si vous êtes un peu fashion > Charge 2 et ses bracelets interchangeables
  • Pour tout le reste > l’un ou l’autre, en fonction de la marque du bracelet que vous aviez avant (pour ne pas changer de plateforme) ou des bracelets de vos amis (pour pouvoir comparer vos stats facilement)

 

Vous avez trouvé ce test utile ? Vous souhaitez acheter un Vivosmart 3 ?

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je suis un sportif comme vous qui cherche à avoir le plus de détails possibles avant d’acheter un nouveau matériel de sport. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat d’un Vivosmart 3 et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Vivosmart 3 LargeEUR 119,95Bouton commander amazon
Vivosmart 3 Small/MediumEUR 119,99Bouton commander amazon
Fitbit Charge 2EUR 129,00Bouton commander amazon

6 commentaires

  • Pierrot

    Bonjour, merci pour cet test. Pour le côté ANT+ est-ce que ça signifie que n’importe quelle application mobile (Wahoo, Bikecomputer Pro etc) ou compteur supportant ANT+ pourra lire le cardio ? Ils n’ont pas limité aux dispositifs Garmin ?

  • Pierrot

    Merci pour la réponse. Le manuel dit qu’avec Garmin ça marche, mais explicitement qu’avec d’autres ça ne marche pas. Le mieux serait de tester rapidement avec Wahoo, Strava ou une autre application supportant le Ant+,

  • Leroy

    Bonjour je voudrais savoir si la montre Garmin vivosmart 3 prend bien mes calories en faisant du vélo en salle, de la danse, du trampoline merci

    • Jérôme

      Bonjour
      Oui, le calcul se fait 24h/24 à partir des données du profil et de la fréquence cardiaque.

      • Leroy

        Bonjour même quand on fait
        Du vélo en salle ça calcule précisément les calories brûlées car j avais la montre fit bit charge 2 mais quand on avait pas la montre au poignet elle avait calculé des calories donc très déçu merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *