Test Polar M600 : plus smartwatch ou plus montre de sport ?

test-polar-m600
 

La communauté (et du contenu complémentaire) sur les réseaux sociaux : Facebook , Twitter, Youtube, Instagram ou Pinterest.

Polar est sorti de sa zone de confort. La marque finlandaise a pris le risque d’aller plus loin que ses concurrents, en intégrant l’expertise Polar des fonctions pour le sport aux innombrables possibilités offertes par Android Wear pour créer une smartwatch optimisée pour le sport. Ne s’arrêtant pas là, Polar a également développé et intégré un tout nouveau capteur cardio et pour la première fois, un lecteur de musique.

La Polar M600, c’est donc le hardware d’une montre pour le sport (puce GPS, capteur cardio, étanche, bracelet silicone) avec le software d’une smartwatch (notifications, applications, recherches Google, etc). En tout cas, que ce soit clair tout de suite, ce n’est pas la remplaçante de la V800. Mais l’intégration marche bien, je n’ai pas eu à déplorer un seul plantage.

Ayant un iPhone, avec lequel  les fonctionnalités sont limitées, j’ai dû faire participer ma femme pour ce test (enfin, quand je dis participer, c’est pas elle qui est allée courir, faut pas pousser mémé dans les orties ; elle m’a juste prêté son téléphone Samsung).

Ce test a été rendu possible grâce à vos j’aime et vos partages qui ont fait connaître le blog.

 

Présentation de la Polar M600presentation-polar-m600

Elle remplace : Aucune, c’est un nouveau segment

Au-dessus dans la gamme : V800, mais sans le côté smartwatch

En-dessous dans la gamme : M430

Commençons par ce qui pourrait être considéré par certains comme le gros défaut de la M600, son look. On retrouve bien l’ADN de Polar, avec un genre de croisement entre le A360 (les barres chromées de chaque côté de l’écran) et la V800 (écran carré, large bracelet). Toutefois, j’ai été parfois surpris des réactions des gens qui la trouvent plutôt jolie. Et même des femmes ! Je pensais que le côté carré mastoc serait rédhibitoire, hé bien non. Pour en avoir discuté avec Laury Thilleman, miss France et ambassadrice Polar, elle adorait la sienne (en version blanche).

La M600 reprend les dimensions de la V800 (1mm plus large et 0.3mm plus épaisse). C’est justement ces 13mm d’épaisseur qui gênent le plus quand on la porte comme montre de tous les jours. Elle ne sait pas rester sous une manche de chemise par exemple, c’est pas possible. Mais elle est bien plus légère : 63g contre 79 pour la V800. A titre de comparaison, la TomTom Runner 3 qui est construite sur le même principe de boitier inséré dans le bracelet ne pèse que 50g.

L’écran a les mêmes dimensions que celui de la V800, mais sa résolution a quasiment doublé (240×240 pixels contre 128×128). Il s’agit d’un écran tactile couleur très réactif. Par contre, il n’est pas optimisé pour l’outdoor, c’est-à-dire que l’eau perturbe quand même son fonctionnement. Par défaut, il ne reste allumé que quelques secondes puis s’éteint automatiquement, pour économiser la batterie. On peut changer ce mode de fonctionnement dans les paramètres pour qu’il reste allumé tout le temps. J’ai essayé et j’ai rencontré un problème inattendu : il reste allumé tout le temps. Je veux dire même la nuit. Du coup, je suis repassé en mode automatique. Mais je trouve l’activation pas très réactive. C’est-à-dire qu’il faut attendre environ une seconde pour qu’il se rallume et quand c’est vous qui le faites, ça parait très long.

Le bracelet englobe complètement le boitier de la montre, qui peut être retiré facilement. Actuellement, on a le choix entre un bracelet noir ou un bracelet blanc. Mais Polar devrait sortir de nouvelles couleurs, sans pour autant aller aussi loin que Fitbit dans la customisation et le choix des matières. Le détail vraiment (mais alors vraiment) pénible, c’est que le passant dans lequel est sensé se loger le bout du bracelet ne tient pas en place. Et je pense que je dois le remettre en place 20 fois par jours. C’est pénible.

Il n’y a que 2 boutons physiques sur la M600. C’est-à-dire qu’on ne peut pas se passer de l’écran tactile pour naviguer dans les menus, même si le bouton de gauche regroupe plusieurs fonctions (1 clic, 2 clics, 3 clics, appui long). Le bouton de gauche est utilisé pour la partie Android Wear, tandis que le bouton central sur la face avant appelle l’application Polar Flow.

Vous l’avez peut-être deviné, il faut 2 applications sur votre smartphone pour faire fonctionner la M600 : Android Wear pour tout ce qui est connexion et menus, et Polar Flow pour la partie sport (même si, vous le verrez plus loin, vous pouvez utiliser directement une autre application, comme Strava ou Runtastic, pour le sport).

Et vous aurez absolument besoin de votre smartphone, puisque la M600 ne peut pas se connecter à un ordinateur en USB pour le transfert des données. Le câble USB ne permet que la recharge et pas le transfert de données. La M600 dispose d’une connexion WiFi, mais elle n’est active que si elle est couplée à un téléphone Android. Donc si vous avez un iPhone, vous devrez tout télécharger via Bluetooth, ce qui peut être parfois long.

L’autonomie se rapproche plus de celle de l’Apple Watch que de la V800. Polar annonce 2 jours d’autonomie avec un téléphone Android et 1 jour avec un téléphone iOS. Je ne sais pas ce qui explique cette différence, d’autant que le couplage M600-iOS offre moins de fonctionnalités que le couplage M600-Android (je vous en dis plus dans le prochaine paragraphe à ce sujet), mais c’est comme ça. Cela dit (et c’est suffisamment rare pour être mentionné), ces données Polar ne sont pas surévaluées. Avec mon iPhone, les notifications activées et une séance de sport, il me restait encore de la batterie au bout d’une journée. Donc c’est mieux qu’une Apple Watch qui atteint péniblement 18 heures. Par contre, le problème qu’engendre ce besoin de recharger la M600 tous les jours, c’est précisément qu’on doit la recharger tous les jours. Or, pour un tracker d’activité quotidienne, c’est quand même ennuyant, car ça veut dire que vous aurez forcément un trou dans votre suivi. Alors c’est à vous de choisir, soit vous perdez du suivi d’activité, soit du suivi de sommeil. Après, la recharge se fait rapidement, environ 1 heure chaque soir (2h pour passer de 0 à 100%). Donc moi, je la rechargeais pendant le repas du soir. En enregistrement cardio GPS continu, l’autonomie maximale est de 8 heures (sans lecture de musique).

La M600 intègre une puce GPS/GLONASS, mais Polar le met moins en avant que Garmin, pour qui c’est un argument marketing utilisé plus que l’intérêt réel de la chose. Cependant, on ne peut pas choisir d’activer ou désactiver le GLONASS. Je n’ai pas trouvé d’info pour savoir s’il est activé par défaut ou pas. Il est également possible d’utiliser le GPS de votre smartphone s’il est connecté. Tout comme il est possible d’utiliser une ceinture cardio Bluetooth en lieu et place du capteur cardio optique.

La M600 donne accès à toute la liste de profils sportifs de Polar Flow, environ 80. Mais pas de profil de triathlon comme la V800, ni de statistiques de golf comme la Vivoactive HR. Polar a développé un tout nouveau capteur cardio optique, avec 6 LED sensées améliorer la précision de la mesure. Rendez-vous à la section précision pour en savoir plus.

Les alertes et notifications se font par vibrations, mais je les ai trouvées un peu faibles. L’avantage, c’est qu’en réunion, vous ne ferez pas sursauter votre voisin. Mais il arrive qu’on rate une vibration dans un mouvement.

L’orientation sportive de la M600 nécessitait qu’elle soit étanche. Polar s’est contenté du minimum pour permettre son utilisation dans l’eau. Elle respecte la norme IPX8 (matériel submersible, immersion prolongée à plus de 1 mètre pendant 30 minutes).

 

 

Compatibilité smartphone Android / iOS : les différencesm600-telephone-android-iphone

La M600 tourne actuellement avec Android Wear 1.5. Polar pourrait à l’avenir passer à Android Wear 2.0, sans l’avoir promis. La version 1.5 est compatible avec les téléphones Android 4.3 ou plus et les iPhones 5 ou plus récents fonctionnant sous iOS 8.2 ou plus. Mais coupler la M600 avec un iPhone limite les fonctionnalités de la partie smartwatch (les fonctions pour le sport de Polar Flow sont identiques). On peut connecter Polar Flow avec Google Fit sur un téléphone Android et avec Apple Health sur un iPhone.

Sur un iPhone, aucune application n’est transférée vers la M600. On y trouve que les applis de base : Polar Flow (forcément), Google Fit, Google pour les recherches, chronomètre, compte à rebours, calendrier, traduction et alarme. C’est tout. Pas de Strava, pas de Runtastic, pas de Google Maps… Les contacts ne sont pas téléchargés. Mais ce n’est pas tout, pas de connexion WiFi, ni de lecteur de musique. En revanche, les commandes vocales « OK Google » fonctionnent, mais pas la dictée pour répondre à un SMS par un SMS dicté. Les smart notifications, elles, fonctionnent.

Donc avec un iPhone, ça fonctionne (c’est un bon début, surtout si on fait la comparaison avec l’Apple Watch qui ne fonctionne qu’avec un téléphone Apple), mais c’est pas top.

m600-ios-vs-android

Course à piedm600-running

Il n’est pas possible de personnaliser le profil course à pied depuis la montre. Il faut le faire sur Polar Flow avant de l’utiliser. Faites-le, sinon vous n’aurez qu’un seul écran et l’impression que cette montre de sport ne sert pas à grand-chose. Ensuite, on accède au menu des profils (jusqu’à 20 sur la montre, parmi les 80 disponibles sur Polar Flow). Le GPS fix n’est pas très rapide, il faut souvent 5 à 10 secondes pour acquérir le signal GPS et la fréquence cardiaque avant de partir. Durant cette phase, un icône cerclé de vert indique l’utilisation d’un capteur interne (puce GPS et capteur cardio optique) et un cercle bleu indique un capteur externe (GPS du smartphone et ceinture cardio).

Avant de partir, il faut aussi activer l’écran en permanence, car en mode automatique, il deviendra noir au bout de 5 secondes. Et c’est un peu pénible quand on court de devoir tenir le poignet relevé en attendant que l’écran ne s’active automatiquement.

On peut afficher 8 pages de 1 à 4 données, disposées l’une au-dessus de l’autre : durée, fréquence cardiaque (instantanée, moyenne, max, zone cardio et par tour), distance, allure/vitesse (instantanée, moyenne, max et par tour). L’écran est très lisible, en couleur, avec un fort contraste et chaque donnée est identifiée en début de ligne avec un icône (éventuellement complété d’un AVG pour signifier une moyenne). La fréquence cardiaque est écrite dans la couleur de la zone cardio, c’est bien pensé. On fait défiler les écrans de données de haut en bas avec l’écran tactile. De droite à gauche, on peut afficher un écran par tour et un écran de résumé de l’activité.

On peut configurer des tours automatiques (depuis Polar Flow, forcément), mais pas de tour manuel. A côté des écrans de données, on peut afficher un résumé des tours et un résumé de l’activité complète. C’est bien utile, mais pas facile à utiliser. Il y a une dizaine de données sur chacun de ces 2 écrans, plus des graphes de cardio. Mais tout ça est mis en page sur une seule page, ce qui oblige à la faire dérouler en faisant glisser le doigt sur l’écran. Et faire ça en courant, ce n’est pas forcément facile.

Il n’y a pas non plus de données de dénivelé ou d’altitude. Alors c’est surprenant de découvrir un graphique d’altitude après  le transfert des données sur Polar Flow. On se dit que sur une montre à 300€, on pourrait quand même avoir un altimètre GPS. Finalement, quand on compare les graphiques d’altitude de la M600 et d’un altimètre barométrique, on se rend-compte de son imprécision. Le dénivelé cumulé peut être 3 fois plus grand, à cause des pics sur la courbe de la M600. Donc autant s’en passer.

altimetre-m600A partir de la montre, on ne peut rien configurer pour la séance, pas d’objectif, pas de suivi d’itinéraire, pas de tour automatique ni manuel. Alors je vous accorde qu’il est possible de faire un programme d’entrainement depuis Polar Flow, sur lequel on peut construire les séances qu’on veut, qui seront disponibles sur la montre, après une pression du bouton central. Mais bon, j’aurais apprécié une solution intermédiaire pour fixer simplement un objectif depuis la montre. De même, il n’y a pas d’historique des activités.

L’application Polar Flow peut tourner en tâche de fond. C’est-à-dire que vous pouvez lancer une activité, basculer sur n’importe quelle application (Google Maps, Music ou que sais-je), puis revenir à votre enregistrement. L’enregistrement de toutes les statistiques ne se sera pas arrêté. A l’utilisation, l’allure instantanée est lissée sur 5 bonnes secondes, ce qui la rend parfois pas très réactive.

 

Autres sportsm600-sport

On retrouve de nombreux profils sportifs en plus de la course à pied. Mais ils sont tous construits à partir des mêmes données. Ca permet donc de personnaliser les affichages en fonction de ce qu’on veut voir pour chaque sport.

Mais le mode vélo ne peut utiliser aucun capteur Bluetooth de puissance ou de cadence. Le mode natation ne compte pas les longueurs ni le nombre de mouvements. Par contre, le capteur cardio reste allumé dans ce mode, alors que les montres concurrentes Garmin et TomTom le coupent dans l’eau. Peut-être un indice sur les espoirs que place Polar dans son capteur cardio optique pour l’intégrer dans une future V900.

Il existe plein d’autres profils, avec ou sans suivi GPS qui peuvent être utilisés dans différentes configurations.

Techniquement, la M600 n’est en fait pas beaucoup plus multisports qu’une Forerunner 235 par exemple. Mais c’est quand même appréciable de pouvoir utiliser un profil spécifique pour chaque sport.

 

Précision GPS / cardiom600-cardio-gps

Polar se démarque en développant en propre un nouveau capteur cardio optique avec un signe particulier : 6 LED placées en cercle autour du capteur. L’idée est probablement d’améliorer le suivi en limitant l’incidence de la lumière extérieure.

Du coup, je me suis posé une question : est-ce que ce nouveau design va améliorer la précision du capteur ou est-ce qu’il va juste améliorer la précision du capteur si on le porte mal ? Car la base pour avoir de bons résultats quand on utilise un capteur cardio optique, c’est de bien le positionner. Il faut le placer un bon doigt au-dessus de l’os saillant du poignet et resserrer le bracelet pour bien le plaquer contre la peau. Il ne faut pas qu’il soit perturbé par la lumière extérieure. Ensuite, on peut obtenir de bons résultats.

cardio-m600Mais après d’autres tests, je dois dire que ce capteur ne fait pas beaucoup mieux que ceux de Garmin ou TomTom que j’ai déjà pu tester. Comme souvent, il rate certaines montées du cardio à haute intensité.

cardio-m600-2En tout cas, c’est largement mieux que le premier essai de Polar, le capteur du A360. Au bilan, ce nouveau capteur fonctionne assez bien en rythme de croisière, mais se révèle comme beaucoup d’autres un peu faible sur des variations à haute d’intensité.

Du côté du GPS, la M600 se comporte de façon correcte, sans être extraordinaire.

gps-ouvert-blaze-m600Elle fait un bon suivi en ligne droite, même en forêt.

gps-foret-m600Mais elle a tendance à couper les virages. Ce qui semble paradoxal, c’est que la distance mesurée par la M600 est malgré tout systématiquement supérieure à celle des autres montres GPS que j’ai utilisées.

gps-zigzag-m600Lorsqu’on zigzague sous des grands arbres, le tracé devient approximatif. Mais bon, l’erreur n’est que de quelques mètres et au final la distance pas si fausse que ça (au passage, j’ai découvert que les prisons étaient floutées sur les images satellite).

gps-foret-m600-bof

Tracker d’activitém600-tracker-activite

On retrouve sur la M600 le suivi d’activité quotidienne similaire au A360. Elle compte le nombre de pas, la distance, le temps d’activité, les calories brûlées, avec des alertes d’inactivité et fait un suivi automatique du sommeil. Pas de suivi du cardio 24h/24, probablement pour économiser la batterie. Vous pouvez consulter ponctuellement votre fréquence cardiaque en lançant Google Fit, mais cette donnée ne sera pas enregistrée pour une analyse à long terme. Il ne faut pas non plus compter sur la fréquence cardiaque au repos.

Sur la montre, la progression vers l’objectif est visible sur l‘écran d’heure Polar. On peut également consulter les statistiques de la journée sur un écran spécifique. Le petit hic, c’est qu’il n’y a pas d’historique, juste les stats de la journée courante. Donc le matin quand vous vous levez, ben vous êtes obligé de sortir votre smartphone pour voir ce que vous avez fait la veille. Sur une montre qui a 4Go d’espace de stockage, je trouve ça dommage.

 

Smartwatchm600-android-wear

J’avoue, la première chose que j’avais envie de tester, c’est la commande vocale : « OK Kit, vient le me chercher » ! Bon, Kit n’est jamais venu, mais la fonction « OK Google » fonctionne très bien. On peut s’en servir soit pour faire une recherche (recherche Google, météo, itinéraire, etc), soit pour répondre à un SMS en faisant la dictée, ou encore pour lancer une fonction de la montre. Par exemple : « OK Google aller courir » lance l’enregistrement d’une séance de running. Mais on ne peut pas utiliser le micro pour parler au téléphone (vous ne pourrez pas vous faire passer pour un agent secret).

De l’écran d’heure, glissez le doigt de droite à gauche pour voir les 3 écrans smartwatch : applications / contacts / commandes vocales.

Au premier couplage, toutes les applications compatibles avec Android Wear sont transférées vers la M600 (uniquement avec un smartphone Android).

Les notifications apparaissent dans un bandeau en bas de l’écran. Il suffit de cliquer dessus pour les afficher en plein écran. Et il est alors possible de faire défiler vers le bas pour lire un long message. La M600 peut recevoir des notifications pour des SMS, emails, rappels de calendrier, appels entrant et autres applications (genre WhatsApp, Twitter, etc). Pour les SMS, il est possible de répondre avec la montre sans sortir le téléphone, en dictant le message avec la commande vocale. Par contre, pour un appel entrant, on peut choisir de prendre ou refuser l’appel, mais on ne peut pas continuer la conversation avec la montre, il faut sortir le téléphone.

La M600 dispose de 4Go de stockage, qui peuvent être utilisés pour stocker de la musique directement sur la montre (et ainsi vous passer de votre lecteur MP3). La première fois, le transfert des playlists peut être long. Mais après, vous n’aurez plus besoin que d’un casque Bluetooth pour en profiter grâce à Google Play Music.

 

Montre de tous les joursmontre-m600

Comme ça se fait maintenant, il est possible de changer l’écran d’affichage de l’heure. Le choix est large. Sur la montre, il y a 2 écrans Polar, 2 écrans Google Fit et une dizaine d’autres allant de la photo de montagne au cadran stylisé. Et si ça ne vous suffit pas, parce que tous ceux-là sont assez basiques et aucun n’affiche des tonnes de données sur votre activité, alors il est possible d’en télécharger d’autres avec Andoid Wear.

On a le choix dans les réglages de 5 niveaux de luminosité. J’ai toujours utilisé le 1 (le plus faible) et c’était suffisant. Il est possible de régler une alarme de réveil. Et votre agenda du jour est consultable sur la montre.

 

Conclusionm600-smartwatch

La Polar M600 est vraiment particulière (peut-être pas unique mais au moins particulière). Ce n’est pas une surprise, il n’existe aucune smartwatch Android Wear avec autant de fonctionnalités pour le sport. D’un autre côté, c’est une vraie smartwatch, avec largement plus de fonctionnalités que toutes les montres GPS Garmin ou autre, qui ne font en fait que recevoir des smart notifications ou que la TomTom Spark qui n’a qu’un lecteur de musique. Polar a donc fait un pari, en visant un créneau intermédiaire. Ils ont préféré attaquer le marché des smartwatches, qui déçoivent généralement par leurs fonctionnalités pour le sport (pas forcément de GPS, options d’entrainement limitées, manque de données) ou par leur précision (souvent au niveau du capteur cardio), plutôt que de sortir une remplaçante de la V800.

Au bilan, c’est quand même difficile de comparer la M600 avec d’autres montres cardio GPS. Mais il faut être réaliste, la M600 décevra les possesseurs de V800. Ce n’est clairement pas une pure montre de sport et les running addicts lui trouveront des défauts ou des lacunes. Ceux-là devraient attendre la V900, car si Polar la développe sur la base de la V800 et y intègre l’écran couleur de la M600, ça devrait être une bonne combinaison. Si vous ne vous sentez pas encore au niveau requis pour faire du triathlon, vous pouvez vous rabattre sur les montres GPS running de Polar, la M200 avec un cardio optique ou la M400 avec une ceinture cardio.

Après, il y a aussi la question du prix. Car pour 300€, vous pouvez très bien opter pour une M200 ou une M400 et une smartwatch à côté.

Mes conseils pour choisir (3 cas de figure, 2 faciles et 1 plus difficile) :

  • Vous avez un iPhone ? Oubliez la M600, qui vous apportera trop peu de fonctionnalités pour justifier le qualificatif de smartwatch (et son prix). Optez pour une autre montre GPS qui reçoit les smart notifications.
  • Vous êtes à la recherche d’une smartwatch avec des fonctionnalités pour le sport ? C’est sur ce créneau que la M600 exprimera son plein potentiel, faisant mieux que les autres smartwatches.
  • Vous êtes à la recherche d’une montre pour le sport avec quelques fonctionnalités de smartwatch ? C’est le cas où le choix est le plus difficile. La M600 ne satisfera probablement pas les fondus de course à pied, d’outdoor, ou ceux qui courent après un chrono. Par contre, elle suffira pour les sportifs qui ne font du sport que pour le plaisir ou pour rester en forme.

 

Vous avez trouvé ce test utile ? Vous souhaitez acheter une M600 ?

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je suis un sportif comme vous qui cherche à avoir le plus de détails possibles avant d’acheter un nouveau matériel de sport. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat d’une M600, vous pouvez la trouver sur Amazon et profiter de la livraison gratuite. En même temps, en utilisant un des liens ci-dessous, Amazon me reversera une commission, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire ci-dessous. Je prendrai le temps d’y répondre.

Polar M600 noireEUR 239,99Bouton commander amazon
Polar M600 blancheEUR 269,00Bouton commander amazon

8 commentaires

  • Charles-henri CAHUZAC

    Personnellement je l’ai acheté pour remplacer ma V800 . Finalement je préfère la revendre car elle est plus adapté à un coureur occasionel . Si jamais ça peut intéresser quelqu’un n’hésitez pas à me contacter 🙂 .

  • GLM

    J’ai plusieurs questions:
    – Doit-on forcément avoir le smartphone dans la poche pour courir avec ou est-elle autonome ?
    – Est-il possible de stocker de la musique dessus ?
    – Est-il possible de l’associer à des écouteurs bluetooth ?
    Merci d’avance pour les réponses !

    • Jérôme

      Bonjour
      La M600 est autonome : elle a un GPS et un capteur cardio. Pas besoin d’emporter son téléphone.
      On peut charger de la musique dessus, mais uniquement si vous avez un téléphone Android (pas possible avec un iPhone). Ensuite il suffit d’ajouter des écouteurs Bluetooth pour écouter de la musique.

  • GLM

    Super ! merci de la réponse !
    Je viens de la commander, j’espère ne pas être déçu … pas évident de faire un choix sachant que chacune présente des avantages que l’autre n’a pas … mais votre blog est une mine d’informations et rend le choix plus facile ! Merci.

  • Jacky

    Bonjour
    Tout d’abord félicitation pour ce test très complet. Après presque 4 mois d’utilisation je trouve effectivement que c’est la montre idéale pour le multi-sport de loisir et même un peu plus.
    J’aimerai apporter un complément d’information car Polar met très régulièrement sa montre à jour. Entre autres le verrouillage de la luminosité et/ou de la fonction tactile lors des entrainements. Pour résoudre le problème de lisibilité de l écran lors des sports externes et le défilement de l écran quand il pleut ou en piscine ( scroll vers le bas dans le profil sélectionné). De plus maintenant toutes les infos de dénivelé sont accessibles pendant l entrainement en temps réel (à condition de les avoir ajoutées dans polar flow sur le profil voulu).
    Dernier point en utilisant régulierement le gps et le capteur cardiaque mais en laissant aussi réguièrement la montre en mode avion et en mode cinéma la nuit, elle passe sans problème les 3 jours d autonomie.

  • Lanceau

    Bonjour, commentaire un peu tardif, je viens de voir qu’avec un iphone, il est maintenant possible d’installer google play pour avoir accès à d’autres applications sur la montre? du coup à priori la possibilité d’installer des applications comme viewranger ou autre? avez-vous des infos sur cette mise à jour? (support.polar.com/fr/support/what_are_the_differences_between_using_my_m600_with_an_android_phone_and_an_iphone_android_wear_20?product_id=88272&category=faqs)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *