Test Polar Ignite 2 : sportive avec plus de style

test Polar Ignite 2

Encore plus de contenu sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Deux ans après la première du nom, Polar a sorti l’Ignite 2, avec l’objectif clair de proposer une jolie montre GPS aux sportifs qui ne cherchent pas des statistiques complexes mais plutôt un coaching pour améliorer leur condition physique avec des activités variées.

L’Ignite 2, c’est la montre GPS d’entrée de gamme de Polar (la Unite n’a pas de puce GPS). Le design a été amélioré, tout comme les fonctionnalités connectées. Sans proposer des fonctionnalités très poussées dans le domaine de la santé, ses points forts restent le suivi du sommeil Nightly recharge et le coaching quotidien FitSpark proposant des séances cardio, de renforcement musculaire et d’étirements.

Test Polar Ignite 2 : le verdict

L’Ignite 2 offre de très bonnes capacités sportives pour le prix auquel elle est vendue (programmation d’entrainements complexes, coach électronique le plus complet du marché. Son écran tactile LCD pourra être l’argument qui fera pencher la balance pour ou contre cet achat.

POUR
Bon coach électronique FitSpark
Design amélioré
Fine et légère
CONTRE
Ecran tactile peu réactif

Ce qui est nouveau sur la Polar Ignite 2 

Ignite 2 nouveau
  • Ajout de la diffusion de la FC via Bluetooth
  • Nouveau widget de contrôle de musique
  • Nouveau widget de météo
  • Nouveau widget de résumé de la semaine d’entrainement
  • Détail des sources d’énergies d’une activité sportive
  • Personnalisation des widgets
  • Autonomie augmentée (20h au lieu de 17)
  • Options d’économies d’énergie

Présentation de la Polar Ignite 2 

Ignite 2 présentation

Elle remplace : Ignite

Au-dessus dans la gamme : Vantage M2

En-dessous dans la gamme : Unite

Visuellement, j’ai tout de suite eu l’impression que l’Ignite 2 était plus jolie, plus raffinée que son ancêtre et même que la plupart des montres GPS d’entrée de gamme. Les formes du boitier sont arrondies, la lunette en métal est striée, les finitions sont impeccables. Le tout ne fait pas forcément très masculin, mais je dirais que c’est une jolie petite montre GPS.

Elle est vraiment toute fine, avec un boitier qui fait seulement 8,5mm d’épaisseur, pour 43mm de large. La lunette en acier fait le tour du boitier mais est peu visible sur la face avant, un peu comme sur la Vantage M2. Le tout pèse 35g. L’Ignite 2 est donc plus fine et plus légère qu’une Vivoactive 4S ou une Suunto 3.

Les pattes sur lesquelles se fixent le bracelet ne dépassent quasiment pas du boitier, ce qui la rend adaptée aux petits poignets. Le bracelet est en silicone, fin, aux bord arrondis, avec une fine boucle métallique. Il peut être retiré facilement sans outils et remplacé par un autre, pour changer de couleur ou de texture. Polar propose d’ailleurs un large choix, avec des collaborations avec Swarovski par exemple.

Il existe 4 versions de coloris, toutes bicolores :

Avant même de parler de fonctionnalités, ce qui distingue l’Ignite 2 de la majorité des autres montres de sport Polar, c’est l’intégration d’un écran LCD plutôt qu’un écran transréflectif. Sans utiliser de termes barbares, ça veut dire que l’Ignite 2 a un écran type montre connectée (Apple Watch ou autre) avec extinction automatique, bien différent de l’écran de la plupart des montres de sport.

Concrètement, l’écran est lumineux en intérieur (contrairement aux écrans transréflectifs qui sont sombres lorsque la luminosité est faible), mais peut être difficile à lire en plein soleil à l’extérieur. Sur ce dernier point, l’intensité de l’éclairage est réglable et Polar a ajouté un détecteur de luminosité pour l’adapter automatiquement.

Ce type d’écran consommant beaucoup d’énergie, il s’éteint automatiquement au bout de quelques secondes. On le réactive avec une pression de bouton ou une rotation du poignet. Pendant une activité sportive, on peut quand même l’activer en permanence, ce qui est plus pratique.

La résolution n’est pas exceptionnelle, avec 240 x 204 pixels pour une largeur de 30,5mm. Le bas de l’écran est aplati. Ce n’est pas forcément beau, notamment avec certaines watchfaces analogiques. On trouvait ça sur pas mal de montres connectées il y a quelques années, mais toutes les marques ont abandonné cette forme depuis, sauf Polar. Cela dit, je trouve que le rendu est correct et que les couleurs sont vives (à pleine luminosité).

Par contre, c’est le contrôle tactile qui laisse à désirer. Là, on n’est pas du tout au niveau de ce qu’on peut trouver en 2021 sur des montres connectées, même low cost. Il est peu réactif et même difficile à maîtriser lorsqu’on veut dérouler rapidement des menus ou des widgets. C’est parfois assez galère, pour faire défiler par exemple la liste des profils sportifs et s’arrêter sur celui qu’on voulait. Le bouton ne sert qu’à ouvrir le menu et à revenir en arrière. Pour tout le reste, il faut utiliser l’écran tactile.

On retrouve l’interface habituelle spécifique à Polar, à savoir que chaque widget est en fait une watchface. C’est-à-dire que chaque widget affiche l’heure, avec des informations spécifiques dans les parties haute et basse de l’écran, plus éventuellement un cercle de progression en bordure de l’écran. Ainsi, on choisit celui qu’on préfère afficher, plutôt que de modifier la watchface :

  • Montre : heure, date, jour
  • Activité quotidienne : progression vers l’objectif d’activité
  • Cardio : FC actuelle
  • Sport : dernière séance
  • Nightly recharge : qualité du sommeil la nuit dernière
  • FitSpark : suggestions d’entrainement
  • Météo : prédictions sur les 3 heures à venir
  • Charge d’entrainement : répartition du temps passé dans chaque zone cardio sur la semaine
  • Contrôle de musique

A chaque fois, il suffit de cliquer sur l’écran pour afficher plus de données sur le thème du widget.

Le widget de résumé de la semaine est intéressant. Il regroupe des infos liées à la charge d’entrainement, avec la durée, la distance, les calories, la répartition du temps passé dans chaque zone cardio. Je trouve dommage que ça ne soit pas calé sur 7 jours glissants. Les totaux sont remis à 0 chaque lundi. Ce qui est intéressant, c’est qu’on peut avoir une prédiction sur la semaine à venir, qui se base sur les entrainements programmés dans Polar Flow. Comme ça, on peut se faire une idée de la difficulté de la semaine à venir par rapport à la semaine qui vient de passer.

Il n’y a pas d’alertes sonores, elles se font uniquement par vibrations. Enfin, on peut quasiment considérer que les alertes par vibrations sont aussi sonores… Elles sont aigües et irrégulières, c’en est même désagréable (genre quand elles se déclenchent en réunion).

Elle est étanche à 30m, ce qui vous permettra d’aller nager avec, mais il faudra quand même éviter les acrobaties, le jet ski et les plongeons.

Pour le sport, l’Ignite 2 s’appuie sur sa batterie de capteurs :

  • Puce GPS, GLONASS, Galiléo, QZSS
  • Capteur cardio optique (pas SpO2)
  • Altimètre GPS

A cela, on ne peut ajouter qu’un seul type de capteur externe, une ceinture cardio (ou un brassard cardio optique) en Bluetooth.

Malgré son allure fine et frêle, l’Ignite 2 reste une montre de sport. Et même une bonne montre multisports. Alors pas multisports au sens triathlon mais multisports au sens qu’elle propose une centaine de profils sportifs. Je ne vais pas les lister tous, considérez simplement qu’il y a tout ce qu’il faut. Je vais néanmoins mentionner la présence de 2 profils pour la natation, en piscine et en eau libre (ce qui est rare sur une montre GPS à ce tarif).

Enfin, c’est plutôt l’application Polar Flow qui propose une centaine de profils sportifs, dont 20 peuvent être transférés dans la montre. Après, la majorité de ces profils sportifs n’a rien de spécifique. Entre le profil vélo et le profil rollers, il n’y a pas de différence. Mais bon, ça permet de faire des réglages différents pour chaque sport et de pouvoir les différencier dans le calendrier d’entrainement.

La fonctionnalité qui fait sortir l’Ignite 2 du lot des montres GPS d’entrée de gamme, c’est sans conteste FitSpark. Un algorithme qui propose chaque jour différentes séances d’entrainement au cardio, de renforcement musculaire et/ou d’étirements. La puissance de FitSpark, c’est que ses propositions sont complètement personnalisées et adaptées au contexte.

Personnalisées car elles sont construites à partir des données que la montre possède sur vos performances. Ensuite, adaptées à 2 titres :

  • En fonction de la qualité de votre récupération pendant la nuit précédente grâce à Nigthly Recharge
  • En fonction de votre activité sportive du jour (après une séance de sport, elle va vous proposer une séance d’étirement ou une courte séance de récupération en zone cardio 2)

Les séances de renforcement musculaire et d’étirements sont accompagnées d’animations à l’écran, qui présentent les mouvements.

Par contre, il n’y a aucun outil de navigation, pas même le retour départ.

Le suivi quotidien n’a pas évolué depuis longtemps chez Polar. L’Ignite 2 enregistre le nombre de pas, les calories brûlées et le temps d’activité. Elle combine tout ça pour suivre l’évolution vers un objectif quotidien d’activité. Il est possible d’activer une alerte d’inactivité.

Le suivi du sommeil est en revanche plus poussé que ce qu’on trouve chez la majorité des autres marques, avec notamment une évaluation complexe de la qualité de la récupération pendant une nuit de sommeil avec Nightly recharge.

Polar a ajouté quelques fonctionnalités connectées aux traditionnelles smart notifications. On trouve désormais un widget météo et un contrôle du lecteur de musique du smartphone. Mais pas de lecteur de musique intégré, il faudra donc toujours emporter son smartphone.

Télécharger le manuel utilisateur

Autonomie

Ignite 2 autonomie

L’autonomie de l’Ignite 2 en enregistrement GPS a été légèrement augmentée : 20h. Compte-tenu de la finesse du boitier, c’est déjà pas mal.

Sur l’écran d’attente du GPS fix, le prédicteur d’autonomie annonce l’autonomie en heures sur laquelle on peut compter en fonction de la charge de la batterie et des réglages du profil sportif. A partir de là, on peut aller dans les réglages pour ajuster l’utilisation des capteurs afin d’augmenter l’autonomie (jusqu’à 100h) :

  • Dégrader la précision GPS 
  • Désactiver le cardio optique

L’autonomie augmente très vite lorsqu’on dégrade la précision GPS (autonomie x 2,5 en passant de 1 point toutes les secondes à 1 point toutes les minutes). Mais attention, soyez bien conscient qu’avec 1 point GPS toutes les minutes, la trace GPS ne sera vraiment pas fidèle et donc la mesure de la distance pas précise du tout.

En utilisation de montre connectée, Polar annonce 5 jours d’autonomie. En pratique, dès lors qu’on fait régulièrement du sport avec GPS, il faut recharger l’Ignite 2 tous les 3 jours environ.

Le chargeur s’aimante au dos de l’Ignite 2. Il tient bien en place, il faut juste faire attention au sens dans lequel on le place (il y a un détrompeur pour pas se tromper).

Polar Ignite 2 perle noire Bouton commander i-run
Polar Ignite 2 bleu orage Bouton commander i-run
Polar Ignite 2 or champagne Bouton commander i-run
Polar Ignite 2 or rose Bouton commander i-run

Champs de donnée

Ignite 2 données
  • Heure
  • Durée : totale, tour
  • Altitude
  • Dénivelé : d+, d-
  • Allure : instantanée, moy, max, tour, max tour
  • Vitesse : instantanée, moy, max, tour, max tour
  • Cadence : instantanée, moy, max
  • FC : instantanée, moy, max, tour, max tour
  • Zone cardio
  • Calories
  • Distance : totale, tour

Running

Ignite 2 course à pied

L’ADN de sportive de l’Ignite 2 se retrouve dans la possibilité de personnaliser l’affichage de chaque profil sportif, jusqu’à 4 données par écran, à partir de l’interface de Polar Flow. Par contre, une fois en course, il faut utiliser l’écran tactile pour passer d’un écran à l’autre. Pas forcément évident. Si jamais vous n’avez pas activé l’éclairage permanent, il faudra d’abord lever le poignet pour activer l’écran, puis arriver à glisser le doigt malgré le balancement des bras et la sueur au bout de l’index.

Le temps d’attente du GPS fix est généralement long, plus long que ce que j’ai l’habitude d’attendre avec d’autres montres GPS en 2021. Le fait que le boitier soit si petit implique probablement que l’antenne de réception est petite. Mais bon, si l’on veut une trace GPS précise, on est obligé d’en passer par là.

On peut mettre à profit cette attente pour aller faire quelques réglages du profil sportif en appuyant sur la petite molette à gauche :

  • Paramètres d’économie d’énergie (fréquence d’enregistrement GPS chaque seconde, chaque minute, toutes les 2 minutes, activer/désactiver le capteur cardio optique). Si vous utilisez une ceinture cardio, pas la peine de désactiver le capteur optique, ce sera automatique.
  • Diffusion de la FC via Bluetooth (ça transforme votre Ignite 2 en bracelet capteur cardio optique pour un autre appareil)
  • Suggestions d’entrainements FitSpark
  • Favoris (les entrainements programmés dans Polar Flow)
  • Chrono intervalles
  • Compte à rebours

L’affichage par défaut mélange des écrans avec des champs de donnée, des présentations graphiques (jauge cardio) et des écrans particuliers comme le contrôle du lecteur de musique du smartphone.

Pas de problème particulier avec l’allure instantanée pendant qu’on court.

On peut régler un tour automatique et une pause automatique, mais pas marquer de tour manuel. On peut aussi programmer un entrainement sur Polar Flow et le transférer dans la montre. On peut programmer tout type de séance complexe et ça, ce n’est pas commun sur les montres GPS à ce prix-là.

Une fois qu’on a lancé la réalisation d’une séance d’entrainement, l’interface de Polar est très pratique. On peut à tout moment consulter la structure de la séance, ignorer l’échauffement (ou l’arrêter avant la fin du temps prévu) ou arrêter la séance en cours de route et poursuivre avec un simple footing.

J’aime bien la présentation des données en fin de séance. On n’est pas submergé par la quantité de données et elles sont bien présentées, avec pas mal d’icones et de graphiques qui rendent la lecture claire.

Notez qu’on trouve la répartition des filières de consommation d’énergie (glucides, lipides, protéines), mais qu’on n’a ces données qu’en fin de séance. Il ne s’agit pas de FuelWise, qu’on trouve sur les Vantage V2 et Grit X, qui est capable d’anticiper les prises d’alimentation. Ces données ne sont pas mesurées mais le résultat d’un calcul fait à partir des intensités (fréquence cardiaque) et des durées. C’est mieux que rien pour tous ceux qui font plutôt du cardio dans le but de brûler des graisses. Vous allez pouvoir vérifier le type de séance qui se révèle le plus efficace dans cet objectif.

Autres sports

Ignite 2 sport

En plus des profils classiques de vélo, natation, randonnée, on trouve des profils pour la musculation, le HIIT, le surf et même le ski de randonnée. C’est un peu une surprise, mais une bonne surprise. Malgré son look de petite montre GPS fragile, on a un profil pour la natation en eau libre (hyper rare sur une montre GPS pas haut de gamme) et elle couvrira des sports outdoor, même si elle n’apportera pas beaucoup d’outils spécifiques.

Exemple : il n’y a pas de comptage automatique des répétitions dans le profil musculation et il n’y a pas de boussole sur le profil de randonnée. Mais on retrouve les données de base, comme l’altitude, le dénivelé, la détection du type de nage, le SWOLF. Pour les sports en salle, l’Ignite 2 se limite à un chronomètre et un capteur cardio optique. Il n’y a aucune donnée sur les mouvements (en rameur, sur des appareils de muscu) et aucun comptage des répétitions. En fait, les principales données sont quand même celles liées aux mouvements (GPS pour les sports en extérieur ou accéléromètre pour les sports en salle) et au cardio (FC, zone cardio).

Les données sont plus intéressantes en analyse post-entrainement sur Polar Flow, avec le suivi de la charge d’entrainement et des calories consommées par source énergétique.

C’est à vélo que la diffusion de fréquence cardiaque est potentiellement la plus utile, pour transférer les données mesurées par le capteur cardio vers un compteur ou Zwift, par exemple. Avec cette fonctionnalité, vous transformez l’Ignite 2 en un bracelet cardio optique qui peut être couplé avec n’importe quel appareil en Bluetooth.

Précision GPS / cardio

Sans surprise (presque), la précision GPS de l’Ignite 2 n’est pas au top du top. Forcément, petit boiter veut dire petite antenne de réception du signal des satellites de géolocalisation et donc précision réduite. On voit donc régulièrement une trace GPS qui divague un peu, comme le long de ce canal.

Ignite 2 précision GPS

Donc quand on commence à tournicoter, la trace GPS de l’Ignite 2 s’écarte régulièrement du chemin réellement parcouru. A l’arrivée, on constate une erreur de 300m sur cette sortie de 13km. On peut relativiser en se disant que ça ne fait que 2% d’erreur, ce qui reste acceptable pour la majorité des sportifs amateurs.

Trace GPS lacets

Parfois, l’imprécision de la trace GPS n’entraine pas d’erreur dans le calcul de la distance. C’est le cas par exemple du passage sur ce point. Mais d’autres erreurs au cours de la sortie ont tout de même produit une erreur de 300m sur 7km.

Trace GPS pont Scarpe

Même en ligne droite, la trace GPS de l’Ignite 2 divague pas mal.

Trace GPS Scarpe Ignite 2

Mais parfois, le résultat est similaire à ceux des autres montres GPS.

Trace GPS Scarpe

A vélo, la précision est meilleure. Voici le plus gros écart que j’ai pu trouver sur une sortie de plus de 50km et à l’arrivée, l’erreur est quasiment négligeable.

Piste cyclable Ignite 2

Côté cardio optique, j’ai obtenu des résultats plus que moyens lors de mes premières sorties running. Sur celle-ci, c’est à peu près acceptable pour un footing de récupération, avec des erreurs de l’ordre de 5bpm et qui ne durent pas longtemps.

Cardio Ignite 2

Mais j’ai obtenu de plus mauvais résultats sur de nombreuses sorties, avec des erreurs plus grandes, jusqu’à 20bpm, ce qui fausse complètement l’analyse de la séance (le training effect, le calcul des calories, le temps de récupération, etc).

Ignite 2 FC

Et puis oh miracle, Polar a déployé une mise à jour logiciel sur l’Ignite 2 et le suivi de la fréquence cardiaque est devenu… parfait. A peine croyable de se dire que c’est la même montre cardio GPS, avec le même capteur, qui a pu produire tous les graphiques de cet article. Je vais poursuivre mes tests pour confirmer que cette courbe n’est pas juste le fruit du hasard et que l’Ignite 2 est bien devenue une montre cardio très fiable. C’est important, notamment dans la perspective d’utiliser la nouvelle fonctionnalité de diffusion de la FC via Bluetooth.

Meilleure FC Ignite 2

Reste l’altimètre GPS. En course à pied, il a donné des résultats catastrophiques à chaque sortie, avec un dénivelé doublé par rapport à ce qu’a mesuré une montre GPS avec un altimètre barométrique.

Altimètre Ignite 2

A chaque fois, pareil.

Altitude plat Ignite 2

Sauf à vélo. Comme on l’a déjà vu, la précision GPS est meilleure à vélo ; hé bien la précision de l’altimètre est également bien meilleure à vélo. Et plus le dénivelé sera conséquent, plus les erreurs seront faibles (relativement).

Altimètre vélo

Activité quotidienne

Ignite 2 Suivi activité

La base, accessible à partir du widget de suivi d’activité quotidienne, c’est :

  • Nombre de pas
  • Progression vers l’objectif quotidien
  • Nombre de calories
  • Durée d’activité

On trouve les infos cardio sur un autre widget :

  • FCmax
  • FCmin de la journée
  • FCmin de la nuit

Le suivi du sommeil est divisé en 2 volets :

  • Statut SNA (système neuronal autonome
  • Statut du sommeil

Le statut du sommeil analyse le sommeil en tant que tel, avec des données sur l’heure de coucher, la durée de sommeil et le temps passé dans les phases de sommeil léger, profond, paradoxal. Mais aussi des données d’analyse comme la continuité du sommeil et le nombre de cycles de sommeil. Ce que je trouve sympa, c’est que les données quotidiennes sont mises en perspective avec les données moyennes sur 28 jours. Ca permet de voir si vous avez mieux ou moins bien dormi que d’habitude.

Le statut SNA analyse plus la qualité de la récupération au travers de données physiologiques comme la fréquence cardiaque, la variabilité de fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire. C’est très intéressant, parce que ce n’est pas parce que vous avez dormi longtemps que votre corps a bien récupéré.

On peut activer une alerte d’inactivité. La montre va vibrer pour vous inciter à bouger après une période d’inactivité. Si vous ne bougez pas dans les 5 minutes qui suivent, alors il y aura un sticker d’inactivité qui sera enregistré dans Polar Flow.

Il n’y a pas de suivi du stress mais Serene est un outil de respiration guidée. On peut régler la durée totale de l’exercice, ainsi que la durée de chaque cycle d’inspiration et d’expiration. Ensuite, il suffit de suivre les bulles à l’écran pour tenir le rythme de respiration. Seul bémol, il n’y a pas de vibrations donc on est obligé de regarder l’écran pour suivre les phases.

Montre connectée

Ignite 2 montre connectée

La nouveauté la plus intéressante, la plus utile peut-être, c’est qu’on peut maintenant personnaliser l’affichage des widgets. Alors, on ne peut pas modifier l’ordre des widgets, mais on peut choisir ceux qu’on veut afficher et ceux qu’on ne veut pas afficher.

On peut changer la watchface, mais ce n’est pas pratique du tout. Il faut choisir une watchface d’après son nom, valider et sortir du menu pour aller la voir. Si elle ne vous plait pas, il faut retourner dans le menu, en choisir une autre, valider, sortir du menu et revenir sur la watchface. Si elle ne vous plait pas… C’est une horreur, ce serait vachement mieux de pouvoir choisir des miniatures.

On peut faire descendre un panneau de raccourcis en glissant le doigt de haut en bas, à partir de n’importe quel widget, avec :

  • Verrouillage de l’écran tactile
  • Régler une alarme
  • Ne pas déranger
  • Mode avion
  • Compte à rebours

Un point rouge en bas de l’écran indique une notification en attente. Pour la consulter, on glisse le doigt de bas en haut.

Un truc que Polar a bien pensé, c’est que lorsque le mode Ne pas déranger s’enclenche automatiquement la nuit (on règle les horaires qu’on veut dans l’application Polar Flow), ça désactive aussi l’allumage automatique de l’écran par les mouvements de poignet. J’ai déjà mentionné dans d’autres tests combien ça énerve ma femme lorsque je porte une montre qui s’allume dès que le tourne dans le lit…

Le widget météo présente les prédictions sur les 3 heures à venir. Mais en cliquant dessus, on obtient beaucoup plus de détails :

  • Température et température ressentie
  • Hauteur de pluie
  • Vitesse et direction du vent
  • Humidité
  • Prédictions à chaque heure jusqu’à minuit
  • Prédictions par pas de 3h sur les 2 jours à venir

L’écran de contrôle de musique est simple à utiliser. On ne peut pas interagir immédiatement avec, il faut d’abord appuyer une fois sur l’écran. Ensuite, on a accès aux commandes pour ajuster le son ou la lecture de la musique. Les écouteurs se couplent au smartphone et il faut que l’Ignite 2 reste à portée Bluetooth de ce dernier pour que ça fonctionne.

Conclusion du test

Ignite 2 avis

L’Ignite 2 apporte des améliorations par petites touches sur l’ensemble des capacités de la montre : un peu d’autonomie, de nouveaux widgets et quelques fonctionnalités connectées. L’évolution la plus notoire reste le design, plus soigné. Les fonctionnalités sportives ont peu évolué, mais parce que l’Ignite offrait déjà de bonnes capacités, allant jusqu’à la natation en eau libre, la programmation d’entrainements complexes et le coach électronique le plus complet du marché avec FitSpark.

L’Ignite 2 ne se destine pas aux sportifs qui veulent faire beaucoup d’analyse de leurs entrainements. Pour ceux-là, il y a les Vantage et la Grit X. Cela dit, ce n’est pas non plus une petite montre connectée juste pour compter 10 000 pas par jours. C’est une vraie montre de sport, avec une puce GPS et une interface pratique. Mais une montre pour faire du sport pour le plaisir, avec un coach électronique FitSpark qui pourra servir de guide, en particulier pour conserver un équilibre entre entrainement et récupération grâce à Nightly recharge.

Vous avez trouvé ce test utile ? Soutenez le blog en commandant chez un partenaire.

Lorsque vous consultez un article de “test”, vérifiez toujours qu’il contient des vraies photos prises pendant le test. S’il ne contient que des images du produit sur fond blanc, alors ce n’est pas un test. L’auteur d’un tel article l’a écrit sans jamais avoir eu le produit dans les mains. Je vous laisse juger de la pertinence de ses analyses…

Un test complet, ça demande du temps. Je ne suis pas payé pour le faire. Si vous êtes intéressé par l’achat de matériel sportif, vous pouvez me soutenir en passant par un des liens ci-dessous. Je toucherai une commission, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Polar Ignite 2 perle noire Bouton commander i-run
Polar Ignite 2 bleu orage Bouton commander i-run
Polar Ignite 2 or champagne Bouton commander i-run
Polar Ignite 2 or rose Bouton commander i-run

6 commentaires

  • JLL

    Bonjour,
    Je ne partage pas la conclusion que l’altimètre GPS marche en vélo et pas en course à pied. Cela vient des exemples comparatifs choisis, avec plus de dénivelé pour le vélo.
    A mon avis, la vérité est que tous les altimètres GPS ont toujours une incertitude aléatoire de 10 ou 20 mètres autour de l’altitude exacte. Cela signifie que cela donne n’importe quoi sur un parcours de bord de mer qui oscille entre 5 et 15 mètres d’altitude que l’on soit à pied, en vélo (ou même sur un bateau le long du parcours).
    En revanche, en montagne, l’altimètre GPS indique correctement (toujours à 10 ou 20 mètres près) l’altitude et donc aussi ses variations de plusieurs centaines ou milliers de mètres que l’on soit à pied, en vélo ou à skis.

  • ZEMZEM

    Bonjour,
    est-ce que cette mise à jour qui a corriger la précision de la FC va-t-elle aussi ciblé la vantage v2?

  • OTTO-LOYAS

    Bonjour , est-il possible de laisser les notifications actives mais sans vibrations , c est assez désagréable que ça vibre tout le temps .
    Merci

  • peut on optimiser les données de FC par le port d’une ceinture polar H10 Cordialement

Répondre à OTTO-LOYAS Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.