Des dessins avec un GPS ?

Dessin GPS Stephen Lund
 

La conférence TED définit sa mission comme « propagateur d’idées », et met gratuitement à la disposition du public les meilleures conférences sur son site Web. A Victoria, Stephen Lund est venu présenter son art à pédale.

 

En voici la transcription :

Mon titre de gloire est que j’ai réalisé ce dessin. Et je dois avouer qu’il récolte des avis partagés. Certaines personnes disent que l’œil est trop gros et que les « vrais » artistes ont un sens des proportions. D’autres disent que c’est remarquablement brut, que ça leur rappelle les bestioles qu’on voit dans l’art paléolithique. Et il y a ceux qui trouvent que ça aurait plus sa place sur la porte de leur réfrigérateur.

Mais après que je leur donne quelques détails sur ma girafe, même les plus sceptiques changent d’avis. Je leur dis que de la tête aux pieds, elle mesure 11km de haut. Je leur dis que je l’ai dessinée à l’envers. Que son œil disproportionné est en fait de la même forme et de la même taille que la route circulaire de ce parc. Et que pour la dessiner, j’ai dû parcourir 115km dans les rues de Victoria. Et je leur dis alors que je l’ai dessinée avec ça [ndlr : un vélo].

En fait, j’ai fait beaucoup de dessin avec mon vélo et ça. C’est un GPS. Et ce hobby, je l’ai appelé « GPS doodeling ».

Quand je monte ce GPS sur mon guidon et que je roule en ville, il récolte les données de satellites GPS. Ca enregistre ma vitesse, ma distance, mon altitude, etc. c’est en fait un outil pour l’entrainement. Et quand je transfère ces données sur un site qui s’appelle Strava.com, je peux analyser mes données et les comparer à d’autres athlètes. Le plus cool, c’est la petite ligne rouge qui trace tous mes mouvements sur une carte. Dès le départ, j’ai compris que cette ligne rouge détenait un énorme potentiel. Et le 1er janvier, quand je suis sorti du jardin givré pour dessiner joyeux 2015 dans les rues de Victoria, j’ai découvert ce potentiel.

J’admets que ce premier dessin était brut et rudimentaire, mais c’était une révolution. Après ça, mon vélo n’était plus un vélo. C’était un pinceau préhistorique. Et la ville entière était mon canevas. Le GPS doodeling a ajouté un but à mes séances de vélo. Ca m’a donné une façon de déguiser mes entrainements en exploration urbaine et expression créative. Une façon de rendre l’entrainement fun.

Soyons honnête à propos de l’entrainement. Je sais qu’il y a des gens qui aiment nager des longueurs et aller à la salle de muscu. Mais pour la majorité d’entre nous, rester en forme ressemble plus à ça [ndlr : l’enfer]. C’est ennuyeux, répétitif. J’aime faire du vélo et rouler peut être excitant, mais je serais le premier à admettre que ça peut aussi être monotone. Particulièrement quand vous roulez sur les mêmes routes jour après jour.

Le GPS doodeling change tout. Désormais, 3h sur un vélo n’est plus qu’un entrainement pour le cœur. Maintenant, 3h sur un vélo, c’est ça [ndlr : un raton-laveur, un fourmilier, un orque ou un serpent de mer]. Le GPS doodeling a ravivé ma passion pour le vélo. Ca a en fait amené ma vie de cycliste à un niveau jamais atteint. En plus de 30 ans de cyclisme, j’ai rarement dépassé les 10 000km par saison. Rien que cette année, j’ai roulé 20 000km. C’est comme rouler de Victoria à Miami, de Miami à Paris, de Paris à Dubai et de Dubai à Katmandu. La moitié du tour de la Terre. Et ces routes que j’emprunte ne sont pas toujours plates. Voilà le mont Everest. J’ai déjà fait l’ascension du mont Everest 15 fois cette année. Et j’ai passé 700h sur ma selle. C’est comme si vous passiez tout le mois de février, une année bissextile, jour et nuit sur votre vélo.

J’avoue que je ne passe pas tout ce temps à dessiner avec mon GPS. J’ai fait 70 dessins cette année, qui font en moyenne 70km chacun. Ca fait 5 000km à s’amuser à faire des dessins sur mon vélo.

Parfois, dessiner avec un GPS demande plus que juste de la sueur. Parfois, ça fait couler du sang. Voilà ce qu’il reste d’un pickup qui m’a coupé la route un jour au milieu d’un dessin. J’ai ramassé principalement sur l’épaule, un peu le menton et il y avait du sang.

Et que sont de la sueur et du sang sans larmes ? Certains dessins m’ont attristé. Le premier, je l’appelle mon selfie Strava. Parce que tout le monde se doit de prendre un seflie. Cétait en fait mon deuxième dessin, juste après le joyeux 2015. J’avais déjà fait plus de 30km quand je me suis perdu. C’était retour au départ avec une grande leçon : un GPS n’a pas de gomme. Le second dessin qui m’a rendu triste est celui que j’appelle ma sirène. C’est celui sur lequel j’ai expérimenté la technique que j’appelle relier les points. J’ai découvert par accident que si je mets mon GPS en pause au point A et le rallume au point B, ces points se relient par une ligne droite. J’ai utilisé cette technique pour des détails sur mes dessins où les routes ne coopèrent pas. Le problème c’est que ça demande beaucoup de stop and go et donc c’est lent. Je savais que ma sirène allait prendre du temps. Donc j’ai quitté ma maison à 5h du matin un samedi. J’ai crevé 3 fois, il y a eu un orage, j’ai eu faim et je n’avais pas encore commencé. Il m’a fallu rentrer 2 fois à la maison et ça m’a pris 3h avant même de commencer. Et ma femme m’a dit la 2e fois : est-ce que ce n’est pas l’univers qui te dit de revenir te coucher ? Ce à quoi j’ai répondu : non, c’est l’univers qui teste ma motivation à dessiner cette sirène. J’y suis donc reparti. 212km et 14h de vélo plus tard, elle était terminée.

C’est grâce au GPS doodeling que je suis aussi en forme maintenant. Mais la forme physique n’est qu’une part de l’équation et l’autre est l’expression créative. Vous avez tous déjà entendu des gens dire : oh j’aimerais être créatif, mais je ne le suis pas. Vous avez tous un cerveau droit, le centre de la créativité. Et on a tous une envie de s’exprimer et de créer. Ce qui me plait dans le GPS doodeling, c’est que ça retire l’intimidation de l’expression artistique. Si vous pouvez bouger, vous pouvez dessiner. Vous pouvez faire ça sur un vélo, en marchant ou sur un skateboard. J’appelle ça GPS doodeling [ndlr : gribouillage] parce que le mot « art » peut parfois être exclusif. Tout le monde gribouille. N’importe qui peut gribouiller au GPS.

Ca ne me surprend pas que la question qu’on me pose le plus est : comment ? Comment créez-vous ces dessins ? Comment puis-je commencer ? Ce que je dis aux gens, c’est qu’on ne les créé pas, on les découvre. Ils sont dans la carte et attendent d’être découverts. Voici la carte que j’utilise pour planifier mes dessins. Au premier coup d’œil, il n’y a rien de particulièrement inspirant qui ressort de cette page. Le point clé, c’est quand j’ai tracé toutes les routes principales de Victoria. D’un seul coup, les idées ont commencé à ressortir, un peu comme les formes des nuages. Cette forme par exemple est vite devenue ma sorcière. Celle-là est devenue une pelleteuse. Cette forme m’a narguée pendant des mois et il est devenu un personnage qui apparait dans 3 dessins. Et voilà la forme qui est devenue ma girafe, que j’ai appelée Garmina, en référence à la marque de mon GPS.

Les derniers 11 mois ont été un sacré voyage. Ce qui a commencé comme un passe-temps a en fait attiré l’attention dans le monde entier. En mars dernier, j’ai vu mon blog passer de 51 visites par jour à presque 12 000 le lendemain. Et sur Strava, j’ai des followers dans 60 pays qui attendent mon prochain dessin. Beaucoup de pression, mais très excitant. Mais ce n’est pas ça qui m’incite à le faire. Le GPS doodeling m’a amené à explorer plein d’endroits. Et comme vous êtes tous des êtres créatifs, je voudrais vous lancer un challenge pour que vous essayiez. Allumez votre GPS, allez marcher ou rouler dans votre quartier et voilà. C’est votre premier GPS doodle et vous savez ce que c’est ? C’est une fenêtre. Une fenêtre à travers de laquelle vous trouverez d’infinie possibilités pour exprimer votre créativité et étancher votre soif d’aventure.

 

Moi, ça me donne envie d’essayer, pas vous ?

Bon alors, on s’y met quand ?

 

Dessin GPS colibriDessin GPS girafeDessin GPS cycliste

 

Qui d’autre ne veut rien rater ?

Inscrivez-vous à la newsletter pour être sûr de ne pas rater les nouveaux articles et les résultats des nouveaux tests. Et recevez en bonus la checklist des 40 questions à se poser avant d’acheter une montre GPS.

 

Vous pouvez aussi suivre la page Facebook ou Twitter.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *