Test Honor Watch GS Pro : alliance surprenante d’une montre connectée et d’outdoor

Honor Watch GS Pro test

Encore plus de contenu sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

C’est un visuel du teasing de la Honor Watch GS Pro qui a attiré mon attention : on y voit un écran de suivi d’itinéraire. Ca parait pas comme ça, on connait ça depuis longtemps sur les montres GPS, mais c’est encore très rare sur les marques chinoises, qui fabriquent de nombreuses montres GPS pas chères mais pas encore très orientées sur les sports outdoor.

Ne vous arrêtez pas trop vite sur le préjugé ‘low cost’. Son écran est tout simplement épatant : 454 x 454 pixels. Et le meilleur auquel vous ne vous attendez pas : malgré cet écran incroyable, elle annonce 48h d’autonomie en enregistrement GPS et 20 jours en montre connecté.

Est-ce que Honor aurait tapé dans le mille en réussissant le tour de force d’allier qualité de l’écran et autonomie sur une montre GPS outdoor ? J’ai testé ça pour vous.

Test Honor Watch GS Pro : le verdict

La Honor Watch GS Pro n’est peut-être pas la montre GPS outdoor ultime ou une remplaçante de Fenix 6 Pro. Mais c’est l’alliance d’une montre connectée et d’une montre GPS outdoor. De nombreux détails sont bien pensés, il manque juste le suivi d’itinéraire pour qu’elle soit parfaite.

POUR
Superbe écran AMOLED
Autonomie
100 profils sportifs
Robustesse MIL-STD-810G
CONTRE
Navigation limitée
Angle blessant
Lecteur de musique limité à Android

Présentation de la Honor Watch GS Pro

Honor Watch GS Pro présentation

Bon, je vais forcément commencer par l’écran. Parce que pfiuuuu quel écran. Grand écran AMOLED (35mm de diamètre), il a une super résolution (454 x 454 pixels) et on ne distingue même pas le bord de l’écran du bord de la lunette. Franchement, il faut le voir, c’est l’écran ultime en fait. A titre de comparaison, la Suunto 9 et la Fenix 6X ont des résolutions de 320 x 300 et 280 x 280 respectivement.

L’écran est entouré par une lunette en métal qui est vraiment jolie, avec des graduations de boussole comme rappel outdoor. La lunette dépasse du verre d’environ 1mm, ce qui participera à le protéger contre les rayures.

C’est une grosse montre. La fiche technique de Honor annonce 48mm de diamètre. Elle me semblait plus grande, donc je suis allé la mesurer pour vérifier. Moi, je dirais donc plutôt 50mm de diamètre sur le plus grand diamètre. Ben oui, il y a un espèce de renflement sur le côté gauche. Ben avec ce renflement, elle fait 50mm et pas 48. Donc 50mm, c’est l’équivalent d’une Fenix 6X ou d’une Suunto 9.

Puisqu’on parlait de rappels, il y a une petite flèche rouge de chaque côté du boitier, qui semblent pointer vers les renflements de chaque côté du boitier. Le renflement de droite est prolongé par 2 boutons. Et le renflement de gauche avec cette petite flèche rouge ? Au début, j’ai cru que c’était une zone tactile qui pourrait contrôler le défilement des menus, comme sur la Vivoactive 3. Ben non, en fait il n’y a rien, c’est juste du plastique.

Le plastique du boitier ne donne pas une impression de grande qualité. Mais j’ai un plus gros reproche à faire à la construction même du boitier. Les attaches du bracelet, les espèces de pattes qui sont de chaque côté de la base du bracelet, sont en creux en-dessous. Mais du coup, en portant la montre au poignet gauche, la patte située en haut à droite vient appuyer sur l’os saillant de mon poignet. Et parfois, ça fait mal (genre quand je croise les bras).

Le bracelet ne me semble pas en silicone, il est un peu plus rigide que ce à quoi on est habitué sur les autres montres GPS très orientées sport. Il est équipé d’un système de remplacement rapide par tirette. Mais attention, ce sont des bracelets particuliers à la Honor Watch GPS Pro. Ce n’est pas une attache standard. Ce système rend le bracelet fixe par rapport au boitier, il ne tourne pas autour d’un axe. Moi, j’aime bien ce genre de système, c’est confortable car en général mieux ajusté autour de mon poignet.

Elle pèse 77g. Là encore, ne vous laissez pas berner par la fiche produit qui annonce 45g, c’est le poids sans le bracelet. Pour le coup, quand même, 77g pour une montre de cette taille, c’est relativement léger. La Coros Vertix fait 76g, la Suunto 9 Baro 81g et la Fenix 6X 93g.

En plus d’être étanche à 50m, elle répond à la norme MIL-STD-810G de l’armée américaine :

  • Résistance aux chocs
  • Résistance à la chaleur : 70°
  • Résistance au froid : -40° pendant 90 minutes
  • Résistance aux chocs thermiques
  • Résistance à l’humidité
  • Résistance à l’eau salée

De manière très classique maintenant, on trouve une puce GPS/GLONASS, un capteur cardio optique avec saturation sanguine en oxygène (SpO2), un accéléromètre, une boussole et un altimètre barométrique.

Il n’est pas possible de coupler un capteur externe, même une ceinture cardio. Dommage, l’orientation sport de la Honor Watch GS Pro en prend un coup, car on sait que ça va poser problème sur les séances les plus intenses.

Pour ce qui est des connexions, il y a du Bluetooth mais pas de Wifi. Et il y a aussi 4Go de mémoire, pour pouvoir stocker de la musique, plus un micro et un haut-parleur.

La navigation dans les menus se fait principalement via l’écran tactile. Les 2 boutons ne permettent pas de réaliser toutes les actions. En fait leur fonction est même déconcertante au début. Le bouton du haut sert à ouvrir le menu des applications. Donc le bouton du bas sert à revenir en arrière ? Ben non, c’est le bouton du haut qui sert à revenir à l’écran d’heure. C’est un peu bizarre au début ça.

Quant au bouton du bas, on peut lui affecter la fonction qu’on veut. Moi j’ai mis l’accès aux profils sportifs. Mais on peut lui affecter n’importe quelle application, par exemple les notifications, la météo, la boussole, le lecteur de musique, etc.

Sinon, on accède aux notifications en glissant le doigt vers le haut.

Lorsqu’on glisse vers le bas, on ouvre un panneau de configuration, avec des raccourcis et l’accès aux réglages.

On fait défiler les widgets de gauche à droite ou de droite à gauche :

  • Watchface
  • Fréquence cardiaque : FC, max, min, repos, graphique du jour
  • Stress : max, min, graphique du jour
  • Météo
  • Lecteur de musique
  • Activité quotidienne
  • Sommeil

En plus de tout ça, voici la liste des applications :

  • Applications liées à l’entrainement : entrainement (accès aux profils sportifs), historique, statut d’entrainement
  • Applications liées à l’activité quotidienne : FC, SpO2, activité quotidienne, sommeil, stress
  • Exercice respiratoire
  • Applications liées au téléphone : journal d’appels, contacts, notifications, trouver mon téléphone
  • Lecteur de musique
  • Applications liées à l’outdoor : baromètre, boussole, météo, lampe torche
  • Minuteur, alarme

La liste des profils sportifs se rapproche ce celle qu’on pourrait trouver sur une montre GPS outdoor type Suunto 9. Il y en a bien une centaine. On a d’abord une liste de profils en favoris :

  • Course à pied, tapis de course, trail
  • Marche en extérieur, en intérieur
  • Vélo, home trainer
  • Natation en piscine, en eau libre
  • Triathlon
  • Randonnée, alpinisme
  • Ski, snowboard, ski de fond
  • Vélo elliptique, rameur
  • Cardio
  • Musculation

Et on peut ensuite accéder à des profils sportifs supplémentaires, classés en 6 catégories :

  • Intérieur
  • Fun
  • Sports
  • Eau
  • Hiver
  • Extrême

Il y a 13 séances pré-programmées, auxquelles on accède depuis l’application entrainement. Mon avis, c’est que ce sont plutôt des séances destinées à des adeptes de salle de muscu qui font une sortie cardio par semaine et pas à des sportifs d’endurance. Il y a beaucoup de séances en alternance marche/course et 12 séances sur 13 font moins de 30 minutes. Bref, pas trop adapté pour un public outdoor.

Depuis l’application pour smartphone, on peut aussi créer automatiquement un programme d’entrainement pour 5, 10, semi ou marathon.

Alors c’est le moment de dévoiler une bizarrerie : la Honor Watch GS Pro fonctionne avec l’application Huawei Santé. Je ne sais pas quelle est la relation entre Huawei et Honor, j’avoue que je n’ai pas cherché. C’est peut-être comme Amazfit qui est une filiale de Xiaomi, je ne sais pas.

Il faudra prendre l’appli Huawei comme elle est. Et vous n’aurez pas le choix, puisqu’on ne peut pas synchroniser les données avec une autre application (pas de transfert vers Strava par exemple). Et comme on ne peut pas télécharger les données des activités, on ne peut même pas le faire manuellement. Non, vraiment, il n’y a pas le choix, toutes les données de la Honor Watch GS Pro sont à consulter et analyser sur l’appli Huawei Santé.

Alors on peut quand même faire beaucoup de choses avec l’appli. Ou plutôt, il y a beaucoup de données, que l’on peut visualiser sous plusieurs formes : ponctuellement sur une activité ou une journée, ou sous forme de graphique à la journée, la semaine, le mois ou l’année. Quant aux données elles-mêmes, ça va du nombre de pas au VO2max. Bon franchement, il faut s’habituer à l’interface, parce qu’il y en a un peu de partout, mais on peut faire déjà beaucoup de choses.

En plus des données de base comme la fréquence cardiaque, la distance ou l’allure, la Honor Watch GS Pro exploite aussi des algorithmes pour calculer des données physiologiques comme le VO2max, le training effect aérobie, le training effect anaérobie, le temps de récupération, le statut d’entrainement et la charge d’entrainement.

Listées comme ça, toutes ses fonctionnalités sont dignes d’une Garmin, Suunto ou Polar. Et encore, toutes les montres GPS de ces marques n’ont pas toutes ces métriques. Franchement, j’ai trouvé ça assez impressionnant de la part d’une marque classée comme low cost.

Mais ce qui la différencie des autres montres Huawei, Amazfit, Oppo, etc, c’est le suivi d’itinéraire. Enfin, c’est ce que je croyais. Mais en fait, c’est plus limité que ça. Techniquement, il n’y a pas de suivi d’itinéraire. C’est plutôt un retour départ amélioré. Oh déception.

Il y a quelques outils d’entrainement de base :

  • Tour manuel (uniquement sur certains profils sportifs)
  • Tour auto (distance, temps ou calories)
  • Fixer un objectif (distance, temps ou calories)
  • Alerte de FC
  • Partenaire virtuel
  • Personnalisation des zones cardio

A côté de ça, le suivi quotidien est assez basique sur la montre, il n’y a pas tant de choses que ça. Par exemple, sur le widget de sommeil, on ne voit que la durée du sommeil. Ca fait un gros widget pour pas grand-chose. Mais bon, il y a beaucoup plus dans l’appli sur smartphone.

En revanche, un truc de base comme la personnalisation des écrans de donnée n’est pas possible.

Franchement, je m’attendais à mieux sur le côté smartwatch. En général, les marques chinoises arrivent à proposer beaucoup de choses similaires à Wear OS (Google) ou Tizen (Samsung). J’avais été impressionné lors du test de l’Amazfit Stratos.

Pour commencer, grosse déception de voir que le lecteur de musique ne fonctionne pas avec iPhone mais uniquement avec un téléphone Android. Et pas d’appli Spotify ou Deezer non plus.

Pas de paiement sans contact.

Pas de galerie d’applications à télécharger.

Pas de calendrier.

Le reste est OK : smart notifications, météo, watchfaces.

Ah si, il y a quand même un truc trop cool (la première fois qu’on l’utilise) : la prise d’appels téléphoniques directement depuis la montre. Hé oui, comme il y a un micro et un haut-parleur, on peut téléphoner sans sortir son smartphone de sa poche. Bon, comme il n’y a pas de carte SIM dans la montre, on ne peut pas téléphoner avec la montre toute seule, il faut quand même avoir un smartphone couplé en Bluetooth.

Autonomie

Honor Watch GS Pro Autonomie

Honor annonce du gros sur ce point-là. Et c’est même surprenant, parce qu’avec un aussi gros écran AMOLED, on pourrait s’attendre à une autonomie réduite (genre comme un Apple Watch). Or, on ne peut pas accepter pour une montre connectée outdoor d’avoir à la recharger tous les soirs.

L’autonomie de la Honor Watch GS Pro est annoncée à 25 jours en utilisation montre connectée, 48h en enregistrement GPS et même jusqu’à 100h avec le mode économie d’énergie. Là, on est sur des performances dignes de Coros ou des Fenix de Garmin.

L’option d’économie d’énergie qui apporte 100h d’autonomie n’est accessible que sur 3 profils sportifs : trail, rando (il y a 2 profils pour la rando : en plaine et en montagne).

Pour l’utilisation en tant que montre, il y a plusieurs réglages pour l’allumage de l’écran : extinction automatique au bout de 5 secondes, extinction automatique au bout de 5 minutes ou allumage permanent. Le fait d’activer l’écran en permanence divise l’autonomie par 2 et on ne peut pas utiliser toutes les watchfaces, on n’a accès qu’à une dizaine de watcfaces choisies parce qu’elles doivent consommer moins.

Sur ma première journée de test, avec 1h de course à pied et beaucoup d’activations de l’écran le temps que je fasse le tour de tous les menus et les réglages, la batterie n’a perdu que 6%. Donc ça fait environ 2 semaines d’autonomie tout en faisant du sport. C’est très bon.

Pour ce qui est de l’enregistrement cardio GPS, je dirais autour de 45h. Wahoo c’est top. Bien évidemment, ça dépendra de l’utilisation que vous faites de l’écran. Là, 45h, c’est quasiment sans utiliser l’écran. Si vous allumez l’écran navigation toutes les 30 secondes, l’autonomie sera moindre.

Le connecteur aimanté qui sert à la recharge, avec 2 plots métalliques, n’est pas très bien fait. La force de l’aimant est vraiment faible et il arrive que le connecteur tourne un peu lorsqu’on pose la montre à recharger, ce qui coupe le contact. Pas génial.

Honor Watch GS Pro Bouton commander amazon

Champs de donnée

Honor Watch GS Pro champs donnée

Fréquence cardiaque : instantanée

Allure : instantanée

Vitesse : instantanée, moy, max, descente, max descente

Distance : totale, descente

Chrono

Heure

Nombre de pas

Cadence

Calories

Dénivelé : d+, d-

Altitude

Vitesse verticale

Pente

SpO2

Training effect : aérobie, anaérobie

Mouvements

Fréquence de mouvements

Running

Honor Watch GS Pro running

On ne peut pas vraiment dire que la Honor Watch GS Pro est une pure montre GPS de running mais bon, c’est quand même la base la course à pied. Et puis il y a quelques données avancées, comme la longueur de foulée. Par contre, certaines données comme le d- et la pente ne sont disponibles que dans les profils de ski, pas dans le profil de trail par exemple.

Je trouve que Honor a fait un effort pour mettre plein de petites explications à différents endroits. Par exemple, si vous n’attendez pas l’accroche GPS pour lancer l’enregistrement d’une séance de sport en extérieur, alors un message annonce que la montre recherche le signal GPS et qu’il faut patienter. Il y a quand même un bouton pour ignorer cet avertissement et lancer l’enregistrement quand même.

Il y a quelques traductions bizarres. Deux exemples :

  • Segmentation manuelle = tour manuel
  • Compagnon intelligent = partenaire virtuel

L’accroche GPS peut être longue.

Les écrans de données qu’on fait défiler verticalement ont entre 1 et 4 champs de donnée plus une jauge cardio. Horizontalement, on accède à l’écran du lecteur de musique et celui de navigation. C’est la première fois que je vois une telle interface et franchement c’est pas mal. Ca évite d’avoir à faire trop de manipulations quand on a tout plein d’écrans. Là, je peux passer de l’écran 1 à l’écran 2 en glissant de bas en haut, puis passer à l’écran de navigation en glissant de droite à gauche, ce qui m’évite d’avoir à faire défiler 3, 4, 5 ou 6 écrans.

L’allure instantanée est stable comme il faut et cohérente avec celle des autres montres GPS que j’ai portées en même temps.

A l’usage, les alertes vocales par haut-parleur sont vite gonflantes. En fait, c’est peut-être tout simplement à cause de l’accent américain de la voix. Pis il y en a un peu trop souvent. Genre je me serais bien passé de « Start the workout », « workout paused » et « workout ended ». Autant l’annonce au moment d’un tour manuel c’est OK, autant les annonces motivation du genre « you’re doing great » n’apportent rien. On passe toujours pour un mec bizarre quand on court avec des potes et qu’on a une montre qui parle…

Dommage qu’on soit en hiver, parce que j’aurais bien aimé valider le fait que l’écran AMOLED est toujours bien lisible. Sur ma période de test, je n’ai eu aucun problème. En fait il n’y a qu’en photo que ça rend mal certaines fois. En réel, c’est toujours nickel.

Quand on consulte une activité dans l’appli, l’interface est plutôt sympa. Lorsqu’on ouvre l’onglet, on voit un replay de la trace GPS sous forme d’animation, avec un dégradé de couleurs en fonction de l’allure (rouge = rapide, vert = lent).

Outdoor

Honor Watch GS Pro outdoor

Qu’est-ce qui pourrait faire de la Honor Watch GS Pro une montre connectée plus outdoor que ses concurrentes ?

L’application boussole. Simple mais efficace. Elle donne le nord quoi, mais pas plus (on ne peut pas fixer un cap).

L’application baromètre. Elle est constituée de 2 écrans. Le premier donne la pression actuelle, le max et le min de la journée, ainsi qu’un graphique sur les 24 dernières heures. Suffisant pour voir la tendance météo. On peut définir une alerte orage et même régler sa sensibilité. Là, c’est déjà pas mal, la Polar Grit X ne le fait même pas. Le 2e écran est un altimètre, avec l’altitude actuelle, le min et le max de la journée, ainsi qu’un graphique des 24 dernières heures. On peut faire un calibrage manuel.

L’application météo. Celle-là est super aboutie. Il y a d’abord 3 écrans qui affichent de manière graphique l’ensoleillement (avec heure de lever et de coucher), la même chose avec la Lune, la phase de la Lune (moment dans le cycle lunaire). On peut voir les données de ces 3 écrans sur les 4 jours à venir. Ensuite le 4e écran présente la météo, d’abord du moment, puis heure par heure sur les 6 prochaines heures, puis pour les 7 jours à venir.

Mais ce qui la différencie de bon nombre de montres connectées Huawei, Amazfit, etc, c’est la navigation. Techniquement, il n’y a pas de suivi d’itinéraire. On ne peut pas transférer un itinéraire GPX à suivre dans la montre. En fait, lorsqu’on part faire une sortie normale, l’écran de navigation va afficher la trace GPS en bleu, en mode petit poucet. On peut zoomer et dézoomer. Puis, à n’importe quel moment, on peut activer le retour au point de départ. On a alors 2 options :

  • Trackback : la montre va nous guider sur l’itinéraire aller, mais dans l’autre sens
  • A vol d’oiseau : la montre trace une ligne en pointillés blancs vers le point de départ et indique la distance à vol d’oiseau

En mode Trackback, on commence par suivre la trace aller et la montre nous guide à l’approche des virages. Elle indique même les indications oralement, avec son micro (en anglais). Non mais vivement que Garmin ajoute ça sur ses Fenix ! Il y a aussi une alerte si on s’éloigne de trop de l’itinéraire.

Le symbole utilisé pour indiquer notre position est un peu gros à mon goût, il masque un peu trop la trace, ce qui peut être gênant à l’approche de virages.

Le mode ski possède un comptage automatique des descentes, ce qui permet d’afficher des données par descente comme on le fait avec un tour automatique en course à pied. Il y a des données particulières comme la pente max, la vitesse max, la distance de glisse (de la descente ou au total) et l’altitude.

A ma grande surprise, Honor a pensé à des petits détails dans les réglages de certains profils sportifs outdoor :

  • Sur les profils outdoor, la luminosité de l’écran est réglée par défaut au maximum, pour assurer une bonne lisibilité même en plein soleil
  • L’écran tactile est verrouillé automatiquement sur les sports d’eau et de ski
  • Le capteur SpO2 est activé en continu sur les profils de montagne (utile pour suivre son acclimatation à l’altitude)

Autres sports

Honor Watch GS Pro sport

Je vous préviens, je n’ai pas pu tout tester. Il y a quand même des profils pour la balançoire, les fléchettes, le saut à l’élastique et le billard ! Non mais sérieux ? Même moi je ne lance pas l’enregistrement d’une activité quand je fais de la balançoire (oui, j’ai 2 filles de 4 et 6 ans et il m’arrive de faire de la balançoire au parc).

Tous les profils n’ont pas des métriques dédiées comme le profil de ski. Par exemple, les profils de rame n’ont pas tous les métriques relatives aux coups de rame (fréquence de mouvement, etc). Elles sont présentes sur le profil de rameur, mais pas celui de stand up paddle, par exemple.

C’est à vélo que les alertes audios par haut-parleur sont le plus utiles. A vélo, ce n’est pas forcément facile de regarder l’écran, surtout quand on porte des gants et des manches longues. Il suffit alors de régler un tour automatique (par défaut 5km) et on aura alors à chaque fois l’annonce de la distance, du chrono du dernier tour et de la fréquence cardiaque.

Le mode musculation est basique. Il donne le chrono et la fréquence cardiaque et pis c’est tout, tel un profil cardio en fait. Il n’y a pas de détection automatique des mouvements et des séries.

Le mode triathlon permet d’enchainer natation en eau libre, cyclisme et course à pied. En plus des écrans de donnée classiques, un écran supplémentaire donne un résumé de la course, avec le temps de chaque épreuve et des transitions.

Précision GPS / cardio

On ne peut pas exporter les données contenues dans l’application Huawei. Donc je n’ai pas pu analyser la précision de la Honor Watch GS Pro comme je le fais d’habitude lors du test d’une montre GPS. Au lieu de comparer des courbes et des traces GPS, je dois me contenter de comparer la distance, la FCmoy, la FCmax et mon impression sur l’allure instantanée.

En course à pied, par rapport à une Forerunner 745 avec ceinture cardio :

  • Distance : 50m d’écart sur 8,8km
  • FCmax : 166 contre 174bpm
  • FCmoy : 155 contre 159bpm

A vélo, la fiabilité est assez épatante, comparée à mon compteur Karoo couplé à une ceinture cardio. Exemple sur la première sortie :

  • Distance : 100m d’écart sur 56km
  • FCmax : 170 contre 171bpm
  • FCmoy : 147 contre 151bpm

Par contre, le mode GPS éco, qui double l’autonomie aboutit presque sans surprise à des grosses erreurs dans le calcul de la distance : entre 10 et 25%.

Ca reste une comparaison approximative. Disons que c’est une précision suffisante pour être à peu près dans la bonne zone cardio, pour calculer un training effect et estimer un VO2max.

Activité quotidienne

Honor Watch GS Pro activité quotidienne

Sur la montre, les widgets sont assez réduits.

On a quelques données sur la wachface directement (en fonction de celle que vous choisissez, sur celle que j’utilise actuellement, il y a le nombre de pas et les calories). Dans l’appli, on trouve le nombre de pas, la distance, la hauteur gravie (en mètres et pas en nombre d’étages), les calories brûlées, la FC moyenne, le stress moyen, la SpO2, la durée du sommeil.

La Honor Watch GS Pro mesure le stress en continu, qui est présenté dans un widget dédié avec notamment un graphique sur la journée. Par contre, l’oxygénation sanguine n’est mesurée qu’à la demande, depuis l’application SpO2. Que penser de ces 2 fonctionnalités ? Ben qu’elles ne sont pas faciles à exploiter. Qu’est-ce qu’on fait une fois qu’on sait qu’on a un stress à 43 et une SpO2 à 98% ? Il n’y a pas d’alerte qu’on pourrait activer.

A la rigueur, vous pouvez lancer un exercice de respiration guidée pour vous détendre.

Le widget de suivi du sommeil est plus que concis : on n’a que la durée et c’est tout. C’est marrant qu’ils n’aient pas développé un widget plus complet, puisque des données supplémentaires sont accessibles dans l’appli. Dans l’appli, on a un graphique avec la répartition par phases (éveil, sommeil léger, profond, paradoxal), les heures de coucher et de réveil, un score global de qualité du sommeil.

Ce qui est appréciable, c’est qu’on a des conseils sur différents paramètres pour essayer de les améliorer (siestes, respiration, réveil, continuité, phases). Franchement, je trouve ça super, parce que trop souvent, on nous balance tout un tas de statistiques sans nous expliquer ce que ça veut dire, comment à se traduit en effet sur notre corps et ce qu’on peut y faire.

Après, il faut faire confiance aux algorithmes. Par exemple, je sais que cette nuit j’ai été réveillé par ma fille. Je ne me suis pas levé (j’ai fait semblant de dormir et ma femme y a été, évidemment) mais j’ai bien été réveillé. Bon ben la montre n’y a vu que du feu et n’a pas détecté de réveil.

On peut activer la détection automatique d’activité sportive. Ca fonctionne pour la course à pied, la marche, le rameur et le vélo elliptique. En gros, la montre va déclencher une alerte pour vous rappeler de démarrer ou d’arrêter l’enregistrement de l’activité. Utile pour les têtes en l’air.

On peut activer l’alerte de fréquence cardiaque anormale et une alerte d’inactivité. Il y a tout plein de scores totaux et des badges à gagner. Par exemple, depuis que j’ai la Honor Watch GS Pro en test, j’ai parcouru 1/184e de la muraille de Chine et j’ai fait plus de pas cette semaine que 56% des utilisateurs.

Montre connectée

Honor Watch GS Pro montre connectée

Bon, soyons honnêtes : la fonctionnalité la plus cool, c’est de pouvoir passer un appel avec sa montre. Comme dans K2000 ! Techniquement, on ne peut pas appeler avec la montre, juste décrocher puis converser en utilisant le micro et le haut-parleur de la montre, sans sortir son smartphone de sa poche. J’ai fait le test et mon interlocuteur ne m’a pas fait remonter quelque problème de qualité de son. Ca passe. Bon, on le fait une fois pour essayer, je ne suis pas sûr d’en avoir vraiment l’utilité.

Dans ce secteur, la plus grosse déception, c’est le lecteur de musique. Il y en a bien un, mais il ne fonctionne qu’avec des morceaux de musiques à transférer depuis l’application sur un téléphone Android. J’ai un iPhone, ben je ne peux rien faire, même pas contrôle le lecteur de musique de mon iPhone. Vraiment dommage, d’autant qu’on ne peut pas non plus utiliser Deezer ou Spotify.

La météo affichée sur le widget est tirée de l’appli Huawei. Donc il faudra un smartphone connecté au moins 1 fois par jour en Bluetooth et aussi autoriser l’appli à accéder à vos données de localisation (un réglage à faire sur votre smartphone).

Les notifications passent bien, que ce soit Facebook, WhatsApp, SMS, emails, appels téléphoniques. On peut définir dans l’application lesquelles on veut recevoir et lesquelles on veut bloquer.

Par contre, une fois qu’on en a lue une sur la montre, elle disparait, impossible de la retrouver pour la relire. Il faudra sortir votre téléphone.

Conclusion du test

Honor Watch GS Pro avis

La Honor Watch GS Pro m’a fait une très bonne impression. L’écran est extraordinaire, le plus beau que j’aie jamais vu. Le design est aussi agréable, avec une alliance réussie entre smartwatch et outdoor.

Malheureusement, comme on pouvait l’imaginer, ce n’est pas une montre GPS Suunto, ni une Fenix. La navigation reste un gros point faible quand on la compare à la concurrence sur le marché de l’outdoor. C’est vraiment dommage, parce que tout le reste y est. Donc OK, ce n’est pas une pure montre GPS d’outdoor. Mais franchement, c’est une montre qui combine bien les fonctionnalités et les qualités d’une smartwatch avec les outils d’une montre outdoor.

En fait, ce qui m’a troublé, c’est que ce n’est pas ce à quoi je m’attendais. Je m’attendais à une montre estampillée ‘outdoor’ juste parce qu’elle avait le suivi d’itinéraire et à laquelle il manquerait plein de fonctionnalités pour être vraiment classée comme outdoor. Mais franchement pas du tout, c’est même l’inverse. OK, on a compris, il n’y a pas de suivi d’itinéraire mais juste du retour départ. Mais sinon, tout le reste y est et est bien fait : calibrage manuel de l’alti baro, alerte orage, écran tactile verrouillé sur les sports d’eau, luminosité max sur les sports outdoor, météo précise, heure du soleil, SpO2. Et énorme autonomie ! Tout ça avec un superbe écran AMOLED.

Arf, je suis dégouté. Parce que quand même, le suivi d’itinéraire, c’est la base pour l’outdoor, la rando, la montagne. Donc j’aimerais pouvoir dire que la Honor Watch GS Pro est parfaite… Mais je ne peux pas. Et puis il y a ce problème de coin qui me fait mal au poignet. Je pense qu’à cause de ça, je ne la prendrais sur une journée ski de rando, alpinisme ou grosse rando.

Après, ça reste un super rapport fonctionnalités / prix pour celui qui cherche une jolie montre connectée et qui fait un peu de rando le WE.

Vous avez trouvé ce test utile ? Soutenez le blog en commandant chez un partenaire.

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat de matériel sportif et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Honor Watch GS Pro Bouton commander amazon

8 commentaires

  • Benjamin

    S’ils sont aussi réactifs que COROS pour les maj et qu’ils balancent un suivi GPX voire même de la carto avec un écran pareil, çà peut devenir une sérieuse concurrente

  • Lulu

    Je suis extrêmement satisfait de ma Coros apex mais cette honor met en avant de belles qualités avec un écran qui claque!
    Gardons espoirs qu’honor fasse des mises à jour. Si le suivi de navigation débarque je me laisserai bien tenter.

  • Dimitri

    Merci pour ce test. Est-ce que la GT2 Pro est similaire ? Un test prévu ?

  • Benoît

    Bonjour,
    j’ai utilisé cette montre quelques jours avant de la renvoyer ; de réelles qualités mais aussi deux défauts rédhibitoires pour de l’outdoor.
    – Gps imprécis sous couvert d’arbres avec arrêt de position et trace rectiligne jusqu’au prochain point où le gps est à nouveau actif à découvert.
    – impossibilité de transférer la trace GPS ou d’en importer, pour le moment…

  • Fabrice

    Bonjour,

    Merci pour ce test, au top comme d’habitude.

    Pour répondre à l’une des questions du test, Honor est une filiale de Huawei ce qui explique l’utilisation de leur appli santé.

    @+

  • Nico

    Bonjour
    bien que l’alti soit juste, le baro est mal calibré…
    et je n’ai pas trouvé comment le recalibrer….
    une idée ?
    sinon montre très sympa pour le quotidien (j’ai une garmin instinct en complément pour la montagne…)
    merci
    N.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.