Test Suunto 5 : un mix unique de fonctionnalités

Test Suunto 5

La communauté (et des bonus) sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Youtube et Instagram.

Vous êtes libre de cliquer ici pour passer commande chez mon partenaire i-Run et soutenir ainsi le blog. Profitez-en pour utiliser le code IRUN15, qui offre 15% de réduction sur les nouveautés chaussure et textile.

Suunto continue le remplacement de la gamme de Spartan par la gamme des ‘Suunto à numéro’. La Suunto 5 vient donc se placer en milieu de gamme, en lieu et place de la Spartan Trainer Wrist HR.

Pas grand chose de nouveau, la Suunto 5 est simplement une sorte de fusion entre ce qui se fait déjà sur la 3 (assistance d’entraînement évolutive de Firstbeat) et la 9 (batterie intelligente).

Montre GPS multisports (même triathlon), suivi d’itinéraire, le package de fonctionnalités est intéressant et la finition améliorée.

Ca fait un paquet d’arguments pour une montre GPS multisports qui coûte à peine plus de la moitié du prix de la Suunto 9… De quoi attirer tous les sportifs qui n’ont pas envie de mettre 500€ dans leur montre de sport.

Présentation de la Suunto 5

Présentation Suunto 5

Elle remplace : Spartan Trainer Wrist HR

Au-dessus dans la gamme : Suunto 9

En-dessous dans la gamme : Suunto 3

Visuellement, la Suunto 5 ressemble à une mini-Suunto 9. Suunto a même poussé le vice jusqu’à placarder la même watchface.

Moi qui ai déjà testé la Spartan Trainer Wrist HR en version full-plastique (la bleue), je peux vous dire que la finition est largement meilleure et ça se voit tout de suite. La lunette en métal donne un rendu tout de suite meilleur. Sur la Spartan Trainer, il existait certes déjà plusieurs modèles avec une lunette en acier, mais les versions de base étaient full-plastic. Là, il n’y a que des versions avec lunette en métal.

Aucun problème à porter cette montre au quotidien. La lunette ressemble plus qu’un peu à celle de la Suunto 9, sans que ce soit exactement la même. Le verre est un vrai verre, pas une plaque de plastique transparent (polyamide il me semble) comme sur la Spartan Trainer. Ensuite, je trouve les finitions générales bien meilleures. Le raccord entre le bracelet et le boîtier de la montre est mieux fait, on ne voit pas de bavure de moulage, etc.

Par contre, on retrouve le design de la Spartan Trainer, c’est à dire :

  • une extension du boîtier à la base du bracelet qui abrite l’antenne GPS
  • 5 boutons
  • pas d’écran tactile

Il existe 4 versions de coloris de la Suunto 5:

Son boîtier place la Suunto 5 parmi les ‘grosses petites montres GPS’. Avec 46mm de largeur, c’est la même taille que les Vantage ou l’Apex ; un tout petit peu moins que les Fenix 5 et Forerunner 945 (47mm) mais plus qu’une Forerunner 735XT (44mm). Surtout, avec 14,6mm d’épaisseur, c’est un peu plus que toutes ses concurrentes spécialisée dans le triathlon : 12mm pour la Vantage M, entre 12 et 13,9mm pour les Garmin (Forerunner 735XT, 935 et 945). Mais la gamme outdoor des Fenix reste plus imposante (15,5mm pour la Fenix 5).

La Suunto 5 sort sur la balance à 66g. Ca reste relativement lourd. La Coros Apex 46mm (le grand modèle) est à 55g, la Vantage M à 45 et la Forerunner 735XT à 44. Mais bon, il faut dire que Suunto ne cherche pas à grappiller les grammes. Le bracelet est toujours aussi long et aussi épais, là où celui des Forerunner est vachement plus fin.

L’écran est plutôt juste en-dessous de la moyenne du marché, avec une résolution de 218×218 pixels là où le standard se situe maintenant à 240×240. C’est un écran couleur transréflectif, c’est à dire qu’il sera parfaitement lisible en plein soleil mais nécessitera le rétro éclairage pour être lisible dans la pénombre (nécessaire lors de vos sorties tôt le matin ou en soirée l’hiver). On ne peut pas régler l’intensité du rétro éclairage.

Contrairement aux autres montres GPS Suunto plus haut de gamme, la Suunto 5 n’est pas équipée d’un écran tactile. C’est pourquoi on retrouve 5 boutons (et pas 3) :

  • à droite : haut, bas et valider
  • à gauche : retour et éclairage

En-dessous du boîtier, à la jonction du boîtier et du bracelet, se trouve une extension qui abrite l’antenne GPS. L’explication de ce design particulier à Suunto (qu’on trouvait déjà sur les montres GPS d’ancienne génération Ambit) est d’orienter l’antenne GPS vers le ciel quand on court, pour mieux capteur le signal des satellites. Pour vous convaincre de son utilité, allez lire cet article dans lequel j’ai testé la précision GPS de plusieurs montres GPS en fonction de l’inclinaison de leur antenne.

Il faut donc accepter une petite griffe sur le design pour gagner un peu en précision GPS. Chacun fera son choix en fonction de ses priorités.

Depuis la mise à jour 2.8, Suunto est passé à Galiléo. On a donc le choix entre :

  • GPS
  • GPS + GLONASS
  • GPS + Galiléo

Au dos, se trouve un capteur cardio optique fourni par Valencell et intégré par Suunto.

A l’intérieur, pas de baromètre, donc pas d’altimètre barométrique. Il faudra se contenter de l’altimètre GPS.

Autre absence au niveau des capteurs, la boussole, utile pour la navigation. Sans boussole, il faut se déplacer pour que la montre puisse s’orienter. Concrètement, ça veut dire que si vous vous arrêtez pour chercher votre chemin, elle ne pourra plus vous fournir d’information sur votre orientation.

Le connecteur de rechargement est sous la forme d’une pince et pas du connecteur aimanté qu’on trouve sur les autres montres GPS Suunto plus haut de gamme. En fait la Spartan Trainer se rechargeait aussi grâce à une pince, mais là, Suunto utilise un câble nouveau. Le fil est plat au lieu d’être de section ronde et la pince est légèrement différente. Bref, un détail. Sauf quand on place mal la pince et qu’il y a des faux contacts…

Le bracelet est en silicone et ressemble lui aussi à celui de sa grande soeur. Il ne peut pas être remplacé sans outil. Il faut retirer deux petites vis.

Elle est étanche à 50m, ce qui est habituel pour une montre GPS de triathlon.

La liaison Bluetooth est utilisée aussi bien pour connecter un smartphone que pour coupler un capteur externe (ceinture cardio, footpod, capteur de puissance course à pied, capteurs de cadence, vitesse et puissance de vélo).

Par rapport à ce qu’on trouvait il y a quelques années sur les montres GPS milieu de gamme, la Suunto 5 est largement mieux dotée en fonctionnalités sportives :

  • multisports
  • triathlon
  • navigation
  • compatible avec les capteurs de puissance à vélo et en course à pied
  • coach virtuel (assistance à l’entraînement évolutive)

Reprenons dans l’ordre.

La Suunto 5 est une montre GPS multisports à plusieurs titre. Pour commencer, elle supporte environ 80 profils sportifs, avec la possibilité de créer plusieurs profils sportifs pour la même activité (genre 1 profil vélo avec capteur de puissance et 1 profil vélo sans capteur de puissance). Ensuite, elle intègre un mode triathlon qui permet d’enchaîner les 3 disciplines et les transitions qui vont avec. Enfin, lors d’un enregistrement d’une activité sportive, on peut changer de profil quand on veut (sans paramétrage particulier). Il suffit de faire un appui long sur le bouton du haut et d’aller chercher le profil suivant parmi la liste. Utile pour des raids multisports.

La navigation comprend le suivi d’itinéraire et les point d’intérêts (POI), avec les données associées (distance restante, temps jusqu’au prochain point ou heure estimée d’arrivée). C’est peut-être le seul domaine où la nouvelle appli Suunto fait mieux que Movescount. Car on y retrouve les cartes de chaleurs que j’apprécie tant (comme sur le site web Movescount), avec la possibilité de tracer un itinéraire directement avec l’écran tactile de son smartphone. On peut faire du tracé libre (par bouts de ligne droite) ou en suivi de route/chemin entre 2 points. Il ne reste plus qu’à faire une synchro après. C’est mieux que ce que permet de faire l’appli pourtant spécialisée Garmin Explore (qui ne fait pas de suivi de route/chemin).

La compatibilité avec les capteurs de puissance vélo et course à pied est extrêmement rare sur les montres GPS milieu de gamme. Sur le créneau autour de 300€, il n’y a que Suunto qui le propose. Ca permettra aux fous de stats d’économiser un peu sur leur budget montre GPS.

L’assistance à l’entraînement évolutive est un algorithme Firstbeat dont Suunto a (pour l’instant?) l’exclusivité. C’est une intelligence artificielle (employons les grands mots pour impressionner) qui programme chaque lundi un plan d’entraînement hebdomadaire. C’est elle qui fixe, en fonction de votre niveau (pas celui que vous pensez avoir, mais celui qu’elle mesure avec ses capteurs lors de vos séances de sport), tous les paramètres de chaque entraînement :

  • le jour
  • la durée
  • l’intensité (la zone cardio)
  • la durée de récupération

La cerise sur le gâteau, c’est qu’elle adapte ce plan chaque matin :

  • Vous avez raté une séance ? Elle augmentera un peu la durée des prochaines.
  • C’est trop facile et vous dépassez systématiquement l’objectif ? Les prochaines séances seront plus longues ou plus intenses.

Il y a 3 niveaux (entretenir, améliorer ou booster sa forme), ce qui peut permettre d’adapter le plan d’entraînement selon différentes phases de l’année (genre ‘entretenir sa forme’ sur la période décembre/janvier et ‘booster sa forme’ 2 mois avant une course).

Franchement, je suis fan. C’est inutile pour certains sportifs qui sont tout à fait capables de construire leur plan d’entraînement, ou pour ceux qui suivent un plan d’entraînement spécifique (genre préparer le marathon de Paris). Mais pour tous les autres, ça peut être très utile.

Après, pour ceux qui veulent se débrouiller tout seul, on peut utiliser différents outils d’entraînement :

Le suivi d’activité quotidienne n’a quasiment pas changé. On peut suivre la fréquence cardiaque, le nombre de pas, les calories et le sommeil sur des widgets spécifiques.

Arrive enfin le côté montre connectée (qui n’a pas évolué non plus), avec la réception de multiples smart notifications depuis un smartphone connecté.

Si vous faites déjà partie de la famille Suunto, vous risquez de devoir changer vos habitudes. La Suunto 5 est la première montre GPS Suunto à ne pas être compatible avec Movescount. Il faut impérativement la connecter à la nouvelle appli Suunto (celle qui a un logo noir avec un triangle rouge). Bon, de toute façon, comme Suunto a prévu de fermer Movescount un de ces jours, dites-vous que vous aurez un peu d’avance sur les autres.

Et si l’utilisation d’une appli pour consulter vos stats, alors vous pourrez le faire sur le site Sports-tracker. Vous serez obligé de faire la synchro de votre montre avec l’appli (impossible de le faire par un ordinateur via câble USB) et ensuite, le transfert des données est automatique vers le site.

Pour un blogueur testeur, ça a un autre impact : actuellement, on ne peut pas coupler plusieurs montres à la nouvelle appli. On est limité à 1. Mais bon, ça, c’est mon problème…

Et sinon, vous pouvez toujours configurer votre compte Suunto pour un export automatique de vos données vers Strava, Training Peaks ou Relive (pour remplacer les Suunto Movies).

Autonomie

Suunto 5 autonomie

Sur ce point, il y a eu une grosse amélioration par rapport à la Spartan Trainer (10h d’autonomie en mode GPS ‘Meilleur’).

Suunto a implémenté 2 modes GPS sur la Suunto 5. Habituellement (comprenez : sur toutes les autres montres GPS Suunto), c’est 3. Le mode Performance offre 20h d’enregistrement GPS, tandis que le mode Endurance permet de monter jusqu’à 40h.

Pas de mode Ultra donc. C’est presque dommage car si on fait une règle de 3, on aurait pu espérer à peu près 100h d’autonomie en mode Ultra. Ce qui, pour une montre GPS aussi petite, aurait été super intéressant. Je pense que c’est l’absence de boussole qui a empêché Suunto d’implémenter un mode FusedTtrack 120s comme sur la Suunto 9.

Bon, techniquement, j’ai trouvé un moyen d’aller au-delà de 40h. Il suffit de choisir le mode perso, dans lequel on peut faise ses propres réglages. Et là, surprise ! on a le choix entre 3 modes GPS : meilleur, bon et OK. Donc si on met le mode GPS sur OK et qu’on active le mode économie d’énergie de l’écran (qui s’éteint au bout de 10s), on atteint 60h. tadaaaaa !…

Ce que Suunto appelle ‘batterie intelligente’, c’est la prédiction d’autonomie que fait la Suunto 5 en fonction des réglages et du niveau restant de batterie.

Alors que j’écris ce lignes, la batterie est à 84%. Si j’affiche le profil Course, elle m’annonce qu’il reste 19h d’autonomie. Il suffit que j’active le rétro éclairage (pour un run un soir d’hiver par exemple) et ça tombe à 13h. Au besoin, je peux passer en mode Endurance, qui me donnerait 39h d’autonomie. Et en faisant des réglages perso, j’obtiendrais à ma guise une autonomie entre 13 et 39h.

En utilisation ‘montre connectée’, comptez environ 5 jours d’autonomie si vous activez en plus le suivi continu de la Fréquence cardiaque et du sommeil (2 fonctionnalités qu’on peut choisir de désactiver).

Champs de donnée

Suunto 5 champs données

Allure (instantanée, moy, max, moy tour, max tour, moy intervalle)
Altitude (instantanée, max, min, max du tour, min du tour)

Dénivelé (total, du tour)

Cadence (max, moyenne, max du tour, moyenne du tour)

Calories

Chrono (total, activité actuelle, activité précédente, tour, intervalle)Descente d- (total, du tour)

Distance (totale, au tour, intervalle, nautique)

Durée (totale, activité précédente, du tour)

EPOC

Fréquence cardiaque (instantanée, moy, min tour, moy tour, max, max intervalle, max tour, %FCmax, %moy FCmax)

Heure

Navigation (ETE fin itinéraire, ETA fin itinéraire, ETE POI, ETA POI, distance restante)

Nombre de tours

PTE

Puissance (3s, 10s, 30s, moyenne, max, max tour, moy tour, moy intervalle)

Soleil (heure de lever et coucher)

Température (instantanée, max, moyenne, du tour)

Temps de récupération

Vitesse (instantanée, max, moyenne, max du tour, moyenne du tour, nautique, nautique moyenne)

Vitesse verticale (instantanée, moyenne, moyenne du tour)

Running

Suunto 5 running

Au moment de lancer un enregistrement sportif, la première option sera la séance guidée proposée par l’assistance à l’entraînement évolutive si une séance est programmée ce jour-là.

Deux choix s’offrent à vous :

  • accepter la séance, puis choisir le profil sportif après
  • refuser la séance et choisir un profil sportif dans la liste proposée

Le gros avantage, c’est qu’on n’est pas obligé de réaliser la séance guidée uniquement en course à pied. Comme l’objectif fixé est d’atteindre un certain Training effect (mesure de l’effort cardio) en respectant une durée et une zone cardio, on peut tout à fait y arriver sur une séance de VTT, de roller ou de stand up paddle.

Dans le cas d’une séance guidée, une barre est ajoutée à peu près au milieu de l’écran principal de données. Elle va se remplir au fur et à mesure de la séance. Et une alerte avertira qu’on a atteint l’objectif.

Lors d’une séance guidée par l’assistance à l’entraînement évolutive, il vaut mieux activer les alertes sonores. Sinon, la montre vibre à tout bout de champ : sortie de zone cardio cible, retour dans la zone cardio cible, mais aussi tour automatique et même smart notifications si vous ne les avez pas désactivées pendant les activités sportives.

L’avantage avec les alertes sonores, c’est qu’elles sont distinctes en fonction de l’événement et ça évite de jeter sans cesse un coup d’oeil à sa montre pour savoir pourquoi elle a vibré.

Bien que l’écran de la Suunto 5 soit plus petit que celui de la Suunto 9, on peut toujours le configurer pour afficher jusqu’à 7 données par page. La bizarrerie, c’est qu’avec la nouvelle appli Suunto, on ne peut pas personnaliser les profils sportifs de base. Il faut systématiquement en créer un nouveau. Alors après, on peut personnaliser tout ce qu’on veut dessus, des champs de données aux capteurs externes à rechercher. Mais il faut créer un nouveau profil, même si l’on veut juste passer l’écran principal de 3 à 4 données.

Suunto est toujours une des rares marques à différencier les tours automatiques des tours manuels (sur la montre et dans l’appli).

En fin de séance, elle nous demande d’évaluer nos sensations (de excellentes à médiocres). C’est à renseigner manuellement (à nous de rester honnête). Ensuite, on une longue liste de statistiques, de la durée au VO2max.

Vélo

De base, les 3 profils cyclisme, VTT et cyclisme en salle permettent de couvrir toutes les activités à 2 roues. Pour chaque profil, on peut définir différents capteurs à rechercher et appairer.

La taille de l’écran pourra être un bémol si vous aimez placer votre montre GPS sur le cintre. Ou alors il faudra éviter l’écran à 7 données (qui pourtant est pratique à vélo, car il permet d’afficher beaucoup de données et d’éviter d’avoir à faire l’acrobate pour faire défiler les écrans).

Et de toute façon, si vous placez la montre sur le cintre, il faudra obligatoirement y coupler un capteur cardio (ceinture ou brassard optique) car le capteur cardio optique ne pourra pas fonctionner. Ou plutôt si, il va fonctionner mais va mesurer n’importe quoi. Le souci, c’est que ces données seront enregistrées et vont pourrir vos stats (ce n’est pas propre à la Suunto 5, c’est comme ça avec beaucoup de montres cardio GPS avec capteur optique au dos).

Un profil vélo peut tout à fait être utilisé pour une séance programmée par le coach virtuel. Elle va également avoir un impact qui sera mesuré par le graphique des Ressources.

Natation

Suunto 5 natation

Malgré son placement en milieu de gamme, la Suunto 5 possède bien 2 profils de natation, pour la piscine (comptage du nombre de longueurs) et pour l’eau libre (utilisation du GPS pour mesurer la distance).

A part ça, tout le reste est identique dans le fonctionnement.

Le comptage des longueurs fonctionne bien, je n’ai jamais eu plus d’une longueur d’erreur par kilomètre. Mais bon, je ne nage pas dans des lignes d’eau surpeuplées (aujourd’hui, on était 2 dans ma ligne d’eau).

Le capeur cardio optique est activé dans l’eau. Mais si vous voulez des données de FC plus fiables, vous pouvez utiliser la ceinture Suunto Smart sensor, qui enregistrera dans sa mémoire la FC dans l’eau et transmettra les données à la montre en fin de séance.

Multisport/triathlon

Ca paraît pas comme ça, mais la Suunto 5 est une puissante montre GPS pour le triathlon (même si elle ne coûte pas plus de 500€). Deux raisons à cela :

La première, c’est que vous pouvez y coupler une ceinture cardio, un capteur de puissance course à pied, un capteur de cadence vélo et un capteur de puissance vélo. Rien que ça.

La seconde, c’est l’assistance à l’entraînement évolutive qui s’applique à tous les sports de la discipline. Hé oui ! Aujourd’hui, d’autres marques proposent via leur plateforme des plans d’entraînement pour un 10km ou un marathon. Mais aucune ne propose de plan d’entraînement pour le triathlon.

Alors OK, la Suunto 5 ne vous dira pas quel sport privilégier pour la séance du jour, mais suivra vos progrès dans tous les disciplines et adaptera ses recommandations en conséquence.

La limite de cet algo, c’est que les sports qui n’ont pas de vocation cardio sont quand même pris en compte. Je m’explique : l’algo ne fait pas de différence entre une séance de muscu et une séance de course à pied. Même dans le cas d’une séance de muscu, il va mesurer le TE de la séance à partir du chrono et de la FC. Et si il vous avait prévu une séance le lendemain, ben il risque de vous la repousser au surlendemain, pour vous laisser le temps de récupérer. Alors que vous n’êtes pas fatigué !

En fait, ce qu’il faudrait, c’est que Suunto exclue certains profils sportifs qui n’ont pas de vocation cardio (comme la muscu, l’escalade, le golf) des calculs de l’assistance à l’entrainement.

Précision GPS / cardio

Ce n’est pas la première montre GPS de Suunto à utiliser la puce Sony. Leur algo semble efficace et la précision est bonne. Très bonne même.

Trace GPS forêt

Sur cette partie biscornue en forêt, la Suunto 5 produit la meilleure trace GPS sur plusieurs tronçons.

Sur l’épingle en bas à droite, c’est elle qui marque le mieux l’épingle, alors que les autres traces forment un arrondi (le chemin que j’ai emprunté n’apparait pas sur la carte, mais il se trouve sur la trace bleue de la Suunto 5).

Sur le ‘S’ de la partie centrale, c’est la seule qui suit exactement l’emplacement du chemin.

Il n’y a que sur le haut que le classement s’inverse : la Fenix 5X Plus produit la meilleure trace et la Suunto 5 la moins bonne.

Trace GPS aller retour

Sur un aller-retour sur une route bordée d’arbres, la Suunto 5 est celle dont les traces aller et retour se superposent le mieux.

Trace Suunto 5 running

La précision GPS est excellente. Sur cette sortie, la trace est à la fois rectiligne là où elle doit l’être (dans les lignes droites) et les virages sont marqués très précisément.

C’est clairement la meilleure des 3 montres GPS que je portais ce jour-là.

Passons à la précision du capteur cardio optique.

Précision cardio Suunto 5

Habituellement, le capteur cardio Valencelle des montres cardio GPS Suunto donne de mauvais résultats sur moi les 10 premières minutes, avant de se caler plus ou moins correctement après.

Là, on dirait que Suunto a amélioré son algo de traitement du signal, car la courbe de fréquence cardiaque comparée à celle d’une ceinture cardio est assez bonne. Elle est encore un peu trop en dents de scie, avec des pics qui peuvent être source d’erreurs.

Malheureusement, ce n’est pas toujours aussi réussi.

Cardio optique Suunto 5

Suivi d’activité quotidienne

Suunto 5 suivi activité

Le widget du stress et des ressources est le même que sur la Suunto 3 (techniquement, comme c’est un algorithme de Firstbeat, c’est aussi le même que le Body ressources qu’on trouve sur les dernières Garmin). Un widget qui est absent de la Suunto 9 (pourtant plus chère) et qui peut être utile dans le suivi de la charge générale, car il combine les effets de :

  • l’entraînement
  • l’activité quotidienne
  • la qualité de la récupération

Commençons par le commencement, il ne s’agit pas du stress comme charge psychique mais plutôt de la définition anglaise du stress comme charge de travail imposée à notre corps. D’ailleurs, le vocabulaire utilisé par Suunto le fait plus transparaître que celui de Garmin.

Il y a différentes phases, de actif à inactif en passant par récupération. Bon, en soit, ce n’est pas la donnée instantanée qui est importante (quoi que) mais plutôt le graphique qu’on trouve sur la 2e page. Il s’agit d’un graphique qui montre l’évolution des ressources sur les 16 dernières heures. On en tire plusieurs informations :

  • la donnée actuelle : plus elle est proche de 100 et plus vous pourrez tirer sur la machine lors de votre prochain entraînement ; si vous êtes à 17%, ce n’est peut-être pas la peine d’aller faire une séance de 10 fois 30/30…
  • la tendance : l’algorithme tient compte des activités qui puisent dans les ressources (les activités sportives mais aussi l’activité physique quotidienne) et des périodes de récupération (sommeil mais aussi au calme sur un canapé, sieste, etc).

Si vous vous entraînez tous les jours et que chaque matin votre niveau de ressource est plus bas que celui de la veille, c’est que vous n’équilibrez pas entraînement et récupération. Il va falloir prendre un jour de repos, ou dormir plus ou réduire l’intensité de vos séances.

Vous voyez ? Ca peut vraiment être utile comme indicateur.

Le suivi du sommeil est un peu plus évolué que sur la Suunto 9, puisque la Suunto 5 évalue la qualité du sommeil et pas seulement la durée passée dans chaque phase de sommeil.

Dans le widget de suivi du sommeil, on trouve aussi (sur le 3e écran), la fréquence cardiaque au repos sous forme d’un graphique sur les 7 derniers jours. Il n’y a que Suunto qui place ça ici et pas avec les autres données de FC.

On trouve encore 1 autre widget de suivi d’activité quotidienne, qui affiche le nombre de pas et les calories dépensées sur la journée, ainsi que jour par jours sur les 7 derniers jours.

Toutes ces données sont transférées sur la nouvelle appli Suunto.

Montre connectée

Montre connectée Suunto 5

Ca fait longtemps que Suunto n’a pas travaillé sur le sujet pour ajouter de nouvelles fonctionnalités connectées. La Suunto 5 reçoit donc les smart notifications d’un smartphone couplé en Bluetooth et… c’est tout. Pas de commande de lecteur de musique, pas de widget météo, etc.

On accède au centre de notifications depuis l’écran d’heure par un appui sur le bouton du milieu. Là, on visualise d’abord si une séance est programmée par l’assistance à l’entraînement évolutive. Ensuite, il faut aller vers le bas pour accéder aux notifications proprement dites.

Bon, bien sûr, on n’est pas obligé de faire ça si on consulte l’écran dès que la montre vibre et affiche le texte de la notification.

Il y a un choix de 8 watchfaces. Suunto avait sorti des nouvelles watchfaces lors de la sortie de la Suunto 9 et la Spartan Sport Wrist HR Baro avant ça. Mais là, non. Rien de nouveau.

Conclusion du test

Avis Suunto 5

A chaque fois qu’une nouvelle montre GPS vient remplacer une ancienne, se pose l’éternelle question « est-ce que ça vaut le coup de remplacer ma Spartan Trainer par une Suunto 5 » ? Hé bien figurez-vous que pour une fois je vais répondre « oui » (d’habitude, je ne pousse pas à la dépense).

Alors OK, la Suunto 5 fait monter légèrement les tarifs. Oui et non. En fait, la Suunto 5 avec lunette en métal se retrouve au même tarif de 329€ que les versions de Spartan Trainer avec lunette en métal. Mais les versions full-plastic qui étaient vendues à moins de 300€ ont disparu.

Ca ne paraît peut-être pas au premier abord, mais j’espère vous avoir expliqué pourquoi dans ce test : meilleure finition, meilleure autonomie, batterie intelligente, assistance d’entraînement évolutive.

Et si vous n’avez pas déjà une Suunto et que vous hésitez à acheter la Suunto, le rapport fonctionnalités/prix est intéressant : suivi d’itinéraire, multisports, compatibilité avec tous les capteurs running et vélo. Autant de fonctionnalités qu’on trouve encore rarement sur les montres GPS de milieu de gamme.

Reste alors le problème de l’appli Suunto, qui n’est toujours pas au niveau des analyses que permettait de faire Movescount. C’est un critère qui rebutera tous ceux qui construisent eux-même leurs séances d’entraînement et analysent leurs stats (même si ça devrait s’améliorer avec le temps).

Vous avez trouvé ce test utile ? Vous souhaitez acheter une Spartan Trainer ?

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je suis un sportif comme vous qui cherche à avoir le plus de détails possibles avant d’acheter un nouveau matériel de sport. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat d’une Spartan Trainer et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Suunto 5 All Black329€
Bouton commander i-run
Suunto 5 White329€
Bouton commander i-run

19 commentaires

  • Cyril

    Bonjour,

    Merci pour ce test.
    La navigation a-elle vraiment un intérêt sur une montre depourvue de boussole ? Le suivi d’une trace me semble compliqué dans ces conditions non ?

    • Jérôme

      Bonjour
      Ca complique un peu les choses dans le sens où dès que tu t’arrêtes, l’écran ne s’oriente plus. Mais ça passe.

    • Marc

      Bonjour et merci … j’aimerais avoir ton avis sur le Suunto 5 par rapport à ma Suunto spartan ultra est-ce que ça vaut le coup de la changer… aura t’il une autre Suunto 7 pour 2019 …merci sportivement

  • Sacha

    Bonjour,
    Merci tout d’abord pour la qualité de tous les tests effectués. En pleine recherche d’une nouvelle montre, je ne peux qu’apprécier une mine d’informations comme celles-ci.

    Mon coeur balance entre la suunto 5 et la forerunner 245. Les nouvelles fonctionnalités intégrées par firstbeat sont justes énormes, les données physiologiques sont une réelle avancée dans l’entrainement amateur.
    J’ai l’habitude de suivre mes propres plans d’entrainement, mais je dois parfois repousser ou modifier des séances de part mon travail … services de nuit ou heures supplémentaires. L’entrainement adaptatif parait intéressant sur le papier, mais cela oblige de suivre le programme de suunto et non un autre ?

    La forerunner 245 étant une bombe de fonctionnalités ( mais qui au final sont regroupés sous d’autres termes chez suunto, usage commercial de firstbeat je pense. Les quelques différences se situent là : spo2 ( usage limité hors montagne et sans bar je pense ), aero et ana ( ça c’est intéressant pour répartir ses séances ), fractionnés complexes etc ), quels facteurs joueraient en faveur de la suunto 5 ?

    Sportivement

    • Jérôme

      Bonjour
      Si tu sais faire ton plan d’entrainement toi-même, la Forerunner 245 permet de programmer plus de types de séances (notamment des séances pyramidales). La Suunto 5 est à privilégier pour ceux qui ne veulent pas s’embêter à faire tout ça et juste suivre l’assistance à l’entrainement Firstbeat.

  • Agat

    Bonjour,
    Et si l’on hésite entre celle-ci et la Forerunner 735XT pour une utilisation notamment triathlon, la différence se fait-elle “uniquement” sur la programmation de séances d’entrainement svp ?
    ou il y a t-il un autre modèle qui sort du lot dans cette gamme de prix ?
    Merci les tests complets !

    • Jérôme

      Bonjour
      La Forerunner 735XT permet de programmer beaucoup plus de types de séances d’entraînement. Dans la même gamme de prix, j’aime bien la Polar Vantage M.

  • Antoine

    Merci pour ton article, comme toujours très complet. Suunto envisage t il d’implanter l’entraînement évolutif sur la suunto 9?
    Merci

  • Erwan B

    Bonjour
    Merci pour ces tests qui sont pour moi (et bien d’autres) des références.
    Propriétaire (heureux) d’une Ambit3 Peak Sapphire, je me tâte pour trouver une montre qui me suive en SWIMRUN, mode introuvable sur la montre. Il est possible de le construire mais il est limité à 6 étapes. Il faut en redémarrer un en pleine course. Bof.
    « Essayée » en magasin la Suunto 5 est en effet plus petite que l’Ambit3, mais surtout bcp plus légère. Le vendeur m’a indiqué qu’elle était un cran en dessous de ma montre (absence de Baro, finition Sapphire). Il orienterait plus vers la 9 Baro … pas le même budget.
    Avant de parler d’une hypothétique 7 (noel 2019?), que pensez-vous des arguments du vendeur ?
    Pour info, il teste lui aussi la 9 en ce moment et ne tarît pas d’éloge sur la nouvelle gamme. Pour lui la gamme Spartan était un « trou » dans la gamme Suunto. Les 9, 3 & 5 reviennent au « rang » des Ambit3 vis-à-vis des autres marques, notamment Garmin.
    Merci encore pour ce test
    Sportivement
    Erwan B.
    (Natation, Swimrun, Windsurf, Bodysurf …)

  • pascal

    Es ce que lors des MAJ sur la trainer wrist on vas pouvoir bénéficier d’une de réception
    supplémentaire comme GPS et GLONASS ou Galiléo .

  • Bobby leclaire Québec

    Et le cardio est t’ils aussi pourrie que la gamme spartan parce que j’ai retourné 5 fois une spartan traîner du au pique épouvantable du cardio au repos et même parfois arrêter du cardio en randonnée des mesures pas réaliste Et du côté de garmin beaucoup de bug avec la nouvelle 245 le cardio après une mis à jour arrête tout simplement retourner 4 fois et fini par un remboursement des 2 montres

  • Lesage

    Bonjour,
    Tout d’abord merci pour la qualité de vos essais. Je viens de lire les tests des plusieurs montres et tous sont très bien détaillés et facile à comprendre, j’ai beaucoup appris.
    Je possède une très vieille Suunto Core et j’en suis satisfait mais voilà, j’aimerais la remplacer par une montre outdoor/multiactivités plus moderne.
    Pour les activités je l’utiliserai pour:
    la randonnée en montagne (tracé GPS, dénivelé),
    le ski, le VTT,
    la musculation/fitness pour avoir ma FC,
    activités diverses comme le paddle et le skateboard pour la distance et vitesse
    ps: je ne cours pas et je n’ai pas de programme cible.

    Comme je connais que Suunto par ma montre et aussi pour mon ordinateur de plongée, je suis allé en premier chez eux, mais j’ai aussi découvert Garmin. Et maintenant je suis rempli de doute…
    Suunto 5 > j’ai peur qu’elle ne soit pas assez complète
    Suunto 9
    Fenix 5 > peut-être trop pour moi
    Vivoactive3 music > découverte suite à ton article mais pas sur qu’elle soit complète pour la randonnée en montagne
    Laquelle choisir?

    Si tu as des conseils à m’apporter, je suis preneur plutôt deux fois qu’une.
    Sportivement,
    Benoit

    • Jérôme

      Bonjour
      Pour votre profil, je ne pense pas qu’il y ait besoin d’aller chercher une Fenix 5 ou une Suunto 9. Vous pourriez profiter d’un meilleur rapport fonctionnalités/prix avec une Suunto Spartan Sport Wrist HR Baro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.