Garmin achète Firstbeat, ça bouleverse pas mal de choses

Garmin achète Firstbeat

Encore plus de contenus sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run, quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Aujourd’hui, Garmin est de loin le plus gros acteur sur le marché des montres de sport. On le trouve même en bonne place dans les classements des ventes de montres connectées. Pour une marque qui cible une clientèle sportive, c’est dire…

Garmin est un gros consommateur d’algorithmes Firstbeat pour ses métriques physiologiques (du VO2max au seuil lactique, en passant par la mesure du stress). On en trouve dans les Fenix, bien évidemment, mais aussi dans une Forerunner 45 et même dans les Vivomove.

Hé bien c’est fort logiquement que Garmin a annoncé aujourd’hui avoir acheté Firstbeat.

Et vous allez voir que ça a des conséquences pour Garmin, pour les autres marques de montres GPS et pour moi…

L’intérêt de Garmin dans l’affaire

Perso, ça fait longtemps que je me demande pourquoi ils continuaient de passer par Firstbeat pour calculer leurs données physiologiques. Parce que c’est ça la réalité, même une donnée physiologique qui semble super simple comme le VO2max est en fait un algorithme de Firstbeat à qui Garmin paie une licence pour pouvoir l’intégrer dans ses montres cardio GPS.

Surtout que Firstbeat compte parmi ses clients des marques anodines comme Huawei (Garmin ne prend pas beaucoup de risque à fournir l’algo du VO2max à Huawei) mais aussi des concurrents directs comme… Suunto ! Bon, je ne suis pas naïf pour autant, j’imagine bien que Garmin a le poids pour négocier des accords d’exclusivité sur les algorithmes les plus avancés.

Mais quand même, il faut savoir que le Body battery de Garmin et les Ressources de Suunto sont en fait le même algorithme Firstbeat, qui porte juste un nom différent en fonction de la marque qui l’implémente.

Donc c’est sûr que l’achat de Firsbeat permet à Garmin de mettre la main sur ses algorithmes. Je pense qu’ils continueront à vendre des algorithmes de base comme le VO2max à d’autres marques, mais qu’ils se réserveront l’exclusivité des derniers algos sortis du labo de recherche et développement.

C’est aussi une occasion d’orienter le travail de développement des futurs algorithmes vers ce que Garmin veut intégrer dans ses montres cardio GPS.

Il y a de ça quelques années, Garmin a aussi mis la main sur l’ANT+… juste avant la généralisation du Bluetooth. Cette fois, leur prise de contrôle de Firstbeat risque d’être beaucoup plus fructueuse.

Les gagnants / les perdants

Firstbeat licence

Bon, on peut pas dire qu’il y ait réellement des ‘gagnants’. Mais vous allez voir que toutes les marques ne vont pas sentir le même effet de souffle.

Il y a ceux qui ont toujours développé leurs algorithmes en interne : Polar, par exemple (FitSpark, running index, Nightly recharge, etc).

Il y a ceux qui ont qui ont fait le choix de développer leurs algorithmes en interne à marche forcée : Coros, par exemple, bien qu’ils soient entrés récemment sur le marché des montres GPS (VO2max, seuil lactique, charge d’entrainement, etc).

Il y a ceux dont le sport n’est pas la cible première et qui achètent des algorithmes à Firstbeat parce que c’est une entreprise spécialisée dans l’analyse des données cardio (fréquence cardiaque et variabilité de fréquence cardiaque) : Huawei, Amazfit, par exemple.

Et il y a le grand perdant : Suunto. Celui dont le cœur de cible est le sport, mais qui a orienté sa stratégie vers le développement de partenariats afin de gagner du temps sur le développement de ses produits :

  • Algos Firstbeat pour la Suunto 5
  • Wear OS pour la Suunto 7
  • Toute une ribambelle d’applications tierces (Strava, TrainingPeaks, Relive, etc) pour compléter l’offre de la Suunto app

Et il y a Strava. Pourquoi Strava (il n’y a aucun algo de Firstbeat intégré dans Strava) ? Parce qu’une partie du business model de Strava est basé sur la vente de licences pour les segments live. Polar, par exemple, paie Strava à chaque fois qu’ils vendent une Vantage V ou une Grit X. Tous les fabricants de montres GPS paient Strava… sauf Garmin. Garmin étant très majoritairement le premier ‘client’ des segments live, ils ont réussi à négocier la gratuité de ce service (qui est payant pour les autres).

Donc pourquoi pas envisager qu’un jour Garmin décide d’acheter Strava ?

Strava a du mal a rentabiliser ses utilisateurs en les faisant payer un abonnement Premium.

Garmin développe des heatmaps, des outils de création d’itinéraires, etc. Tout ça existe aussi sur Strava.

Garmin utilise très largement les segments Strava live (toutes les Fenix depuis la Fenix 3, toutes les Forerunner de triathlon depuis la Forerunner 735XT, les Forerunner 245/645).

Donc pourquoi pas envisager qu’un jour Garmin décide d’acheter Strava ?

La conséquence inattendue de ce rachat (pour moi)

Avant, sur le site Firstbeat, on pouvait consulter la liste complète des algorithmes présent sur n’importe quelle montre cardio GPS, quelle que soit sa marque. Ca permettait de faire un état précis des algos Firstbeat embarqués sur une montre, que ce soit une Amazfit Stratos ou une Garmin Fenix 6. Je m’en servais de temps en temps pour mes tests, analyses et comparaisons.

Bizarrement, maintenant, toutes ces pages sont redirigées :

Ils n’ont pas perdu de temps…

Pour partager trucs et astuces avec le reste de la communauté, rejoignez le groupe Facebook Je ne suis pas un héros mais j’ai une Garmin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.