Garmin Enduro 2 : record d’autonomie et la carto en prime

Présentation Enduro 2

Encore plus de contenu sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Garmin annonce aujourd’hui la sortie de l’Enduro 2, sa montre GPS visant à apporter le maximum d’autonomie pour les fondus d’ultra. Avec les autonomies affichées par les Fenix 7X (122h avec la recharge solaire), on pouvait se demander si cette branche de l’arbre des Fenix allait perdurer.

Au passage, Garmin en profite pour corriger le principal défaut de l’Enduro : l’absence de cartographie.

Mais l’Enduro 2 n’est pas qu’une Fenix 7X chargée aux mAh, elle sort avec quelques nouvelles fonctionnalités.

Présentation de la Garmin Enduro 2

L’Enduro 2 est construite sur un format similaire à la Fenix 7X, c’est-à-dire un boitier en titane de 51mm de large qui intègre une lampe torche (3 LED) sur la partie haute de la tranche. On retrouve aussi toutes les nouveautés hardware de la Fenix 7X Sapphire :

  • Ecran tactile (280 x 280 pixels)
  • Verre power saphir qui combine recharge solaire et résistance aux rayures
  • Nouvelle puce GPS double fréquence (meilleure précision)
  • Nouveau capteur cardio optique avec SpO2

Sauf que la batterie est un peu plus grosse, ce qui lui permet d’atteindre 150h d’autonomie en enregistrement GPS seul avec recharge solaire. Pour rappel, le record était jusqu’à maintenant détenu par la Vertix 2 avec 140h (sans recharge solaire, elle). Au passage, notez que c’est quasiment le double de l’autonomie de l’Enduro (70h + 10 avec recharge solaire).

En détail, ça donne :

  • GPS seul : 110h + 40 avec le solaire
  • montre connectée : 34 jours + 12 avec le solaire

L’Enduro 2 reprend le bracelet nylon élastique Ultrafit, confortable et léger (70g, c’est 21% de moins qu’une Fenix 7X avec un bracelet en silicone).

Mais bon, Garmin ne se serait pas arrêté à une seule caractéristique pour qualifier l’Enduro 2 comme LA montre GPS pour les sports d’ultra endurance :

  • Le mode de sélection automatique du GPS SatIQ (présentée dans cette vidéo) permet à la montre de choisir la configuration GPS (GPS seul, multi GNSS, multi GNSS double fréquence) dans l’optique d’optimiser l’autonomie tout en assurant la meilleure qualité de trace GPS possible. Cette nouveauté vient s’intégrer au gestionnaire d’alimentation.
  • Le profil Ultrafond. Bon, comme ce profil ne coupe pas le GPS pendant les ravitaillements, c’est pas encore l’idéal (en guise de palliatif, allez voir ma vidéo sur mes astuces pour gérer les ravito, les barrières horaire et la précision de la distance sur ultra).
  • Le chronomètre de repos automatique qui enregistre les pauses pendant les courses. Ca va permettre de différencier le temps passé en course et aux ravitaillements, sachant que les Fenix 7 distinguaient déjà automatiquement le temps passé respectivement à courir et à marcher (présent également sur l’Enduro 2).

L’algorithme Stamina est également présent mais comme je vous l’ai déjà expliqué, il n’est pas pertinent sur des épreuves trop longues.

De la même manière que toutes les Fenix 7 ont été dotées de la cartographie, Garmin a ajouté la cartographie à l’Enduro 2. C’était la principale critique de l’Enduro, qui était vendue plus chère qu’une Fenix 6X Pro Solar mais sans carto. Or, qui dit ultra trail dit courir longtemps sur des chemins de montagne qui rendent les alertes turn by turn pas forcément idéales. Sur l’Enduro 2, la combinaison de la carto et de l’interface tactile devrait largement améliorer cet usage.

Tout comme sur les Fenix 7, on pourra télécharger les cartes via Wifi (32Go de mémoire) et configurer ses profils sportifs depuis l’application Garmin Connect.

En mode suivi d’itinéraire, l’écran up ahead sert de roadbook présentant les informations sur les points d’intérêt le long de l’itinéraire.

Du côté des petites nouveautés, on notera les cartes Nextfork (une fonction qui s’appuie sur la carte pour indiquer la distance jusqu’à la prochaine intersection ainsi que le nom du sentier à venir), le champ de donnée d’allure ajustée à la pente (Coros l’a ajouté début 2022 à ses montres GPS) et un nouveau profil sportif Adventure race qui respecte le règlement de l’ARWS (perso, je connais pas).

Toutes les fonctionnalités d’entrainement sont identiques aux Fenix 7, avec notamment la puissance en course à pied, le statut de variabilité de fréquence cardiaque, le score de préparation à l’entrainement, les suggestions d’entrainements qui s’adaptent en fonction de votre prochaine course dans le calendrier, etc.

Sinon, l’Enduro 2 embarque tout ce que Garmin sait faire sur les plans du suivi quotidien d’activité et des fonctionnalités connectées (lecteur de musique, paiement sans contact, LiveTrack, etc).

Prix et date de sortie

L’Enduro 2 sort officiellement le 9 août, juste à temps pour l’UTMB 2022.

Elle sera vendue 1099€, soit 100€ de plus que la Fenix 7X Sapphire.

Garmin Enduro 2 Bouton commander i-run

Mon avis

Garmin réussit avec l’Enduro 2 ce qu’ils avaient raté avec l’Enduro 1 : concevoir la montre GPS la plus endurante du marché.

Cela dit, je reste sur ma faim. L’Enduro 2 ressemble trop à une Fenix 7X Sapphire vendue plus chère pour un tout petit peu d’autonomie en plus. Du coup, à quoi sert vraiment cette Enduro 2 ? Pourquoi ne pas avoir proposé ces 150h d’autonomie sur la Fenix 7X Sapphire ? Est-ce qu’il y a vraiment un marché pour passer de 122 à 150h d’autonomie ?

Déjà, les ultra runners qui ont déjà acheté une Fenix 7X Sapphire ne pourront que regretter que l’Enduro 2 sorte maintenant.

Perso, j’aurais préféré que Garmin fasse des choix plus tranchés pour distinguer la série des Enduro de celle des Fenix 7, quitte à supprimer des trucs qui consomment de l’énergie. Pourquoi pas une Enduro 2 sans lampe torche, sans écran tactile, sans lecteur de musique, avec un profil Ultrafond qui n’existe pas sur Fenix, etc. Une autre possibilité aurait été des Fenix 7 avec écran AMOLED + LTE et des Enduro avec écran transréflectif.

Mais bon, nous, consommateurs, resterons d’éternels insatisfaits. J’avoue que j’ai fait partie de ceux qui ont critiqué l’absence de carto sur l’Enduro. Et je pense que si Garmin supprimait des trucs sur l’Enduro par rapport aux Fenix, il y aurait toujours quelqu’un pour critiquer ce choix.

3 commentaires

  • Richard Coffre

    Je suis fan de Garmin mais cette hyper segmentation me désole un peu, surtout que les prix atteignent des sommets.
    Comme ma Fenix5 fonctionne toujours et que je compense l’absence de cartographie, je vais attendre une baisse de prix.
    Merci en tous cas pour cette nouvelle analyse qui me permet de découvrir ce modèle que je n’attendais pas.

    • Charlie

      Du même avis que toi.
      Je trouve que Garmin (tout comme bien d’autres) abuse carrément.

      Alors oui, 150h d’autonomie GPS ça fait envie, mais à pratiquement un SMIC ça devient du délire.

      Et toujours comme toi, heureusement que ma Fenix 5 tient encore le coup (et pour moi la carto c’est papier ou rien de toute façon )…

      Je regrette juste l’absence totale d’amélioration des app. Il y en a une ou deux qui pourraient réellement avoir une petite optimisation sans, selon moi, trop de contraintes.

  • Pierre

    Je viens d’acquérir une Garmin 255 , hors concours par rapport au sujet , mais pour ce que j’en fait , elle fait largement le taf, marche et run , possibilité de combiner les activités, enfin voilà quoi , le tout pour 349 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.