Test Aftershokz Aeropex : meilleur son et sécurité toujours assurée

Test Aftershokz Aeropex

Encore plus de contenus sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run, quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Les habitués le savent, j’utilise un casque Aftershokz Trekz Air pour toutes les séances de sport que je fais avec une montre GPS dotée d’un lecteur de musique.

Cette année, Aftershokz a sorti l’Aeropex, la nouvelle version encore plus légère avec une meilleure qualité de son.

Pourquoi est-ce que je préfère ces casques à tous les petits écouteurs qui pullulent sur le marché ?

Ces casques audio Bluetooth ont la particularité d’utiliser la conduction osseuse pour transmettre la musique. La beauté de la chose, c’est qu’on entend très bien les sons environnant (car on n’a pas d’écouteur dans les oreilles). Donc c’est super pour pratiquer le sport en sécurité.

Le son par conduction osseuse (osthéophonie)

Avant de présenter le casque Aftershokz Aeropex et ses fonctionnalités, je pense qu’il sera utile d’expliquer comment ça fonctionne.

Pour commencer, rassurez-vous, conduction osseuse ne veut pas dire qu’on va vous faire passer du courant dans la tête.

L’oreille se décompose en 3 parties

  • L’oreille externe : le pavillon (l’oreille qu’on voit de chaque côté de votre tête) et le conduit auditif externe
  • L’oreille moyenne : le tympan, le marteau, l’enclume et l’étrier (je suis sûr que ça vous rappelle quelque chose), la trompe d’Eustache et la mastoïde
  • L’oreille interne : la clochée et le vestibule extérieur
Oreille

En fonctionnement normal, les ondes sonores sont captées par le pavillon, traversent le conduit auditif externe et frappent le tympan. Ces vibrations, sont ensuite transmises au travers de l’oreille moyenne et arrivent dans l’oreille interne où elles sont transformées en signal nerveux qui part dans le nerf auditif. Ces signaux seront enfin interprétés par le cerveau comme un son.

Ouie normale

En conduction osseuse, la transmission du son est beaucoup plus directe. Le son est appliqué sur la boite crânienne, généralement au niveau de la tempe. Les vibrations progressent le long de l’os et arrivent directement sur la clochée (oreille interne) où elles sont transformées en signal nerveux. Et voilà un son !

Ostéophonie

Ca permet donc d’écouter de la musique sans obstruer les oreilles avec un casque (que ce soit un gros casque externe ou un petit casque intra-auriculaire.

Présentation du casque Aftershokz Aeropex

Présentation Aftershokz Aeropex

L’Aeropex est construit autour d’une fine structure en titane. A chaque extrémité se trouve un module de forme ovale que l’on placera juste devant les oreilles, au niveau de l’articulation de la mâchoire (les transducteurs, qui servent à transmettre le son). La tige forme de chaque côté un arrondi qui vient épouser le dessus de l’oreille. Et juste derrière, une petite excroissance.

La tige de titane qui fait le tour du cou et le tour des oreilles est semi-flexible. On peut la tordre dans tous les sens et elle retrouve sa forme initiale. L’Aeropex est entièrement recouvert d’une couche de caoutchouc qui lui donne un toucher agréable (et qui doit augmenter son accroche sur la peau, pour bien tenir en place).

La forme des transducteurs a été modifiée. Ils sont plus petits que sur le Treks Air et leur forme a été revue pour permettre un meilleur contact (et donc une meilleure transmission du son), notamment parce que les surfaces de contact avec la peau sont maintenant inclinées.

Il est 15% plus léger que son ancêtre : 26 grammes.

Il y a 3 boutons :

Deux boutons se trouvent sous l’excroissance derrière l’oreille droite. Ils servent à :

  • allumer/éteindre le casque
  • appairer un appareil en Bluetooth (smartphone ou montre)
  • augmenter/diminuer le volume

Le bouton de gauche se trouve lui sur le transducteur et sert à :

  • play/pause
  • changer de musique
  • appel téléphonique
  • lancer l’assistant de votre smartphone (appui long)

Il manquerait presque une appli pour pouvoir personnaliser les fonctions des boutons.

Sous l’excroissance de gauche se trouve le connecteur pour le câble de recharge (et la batterie à l’intérieur). Il y a de la nouveauté sur ce point. Afin de rendre l’Aeropex étanche, Aftershokz n’a pas repris le connecteur micro-USB du Trekz Air. Tant mieux, car on sait que ces ports micro-USB, même ceux réputés étanches, ont tendance à rouiller avec le temps. Maintenant, c’est un connecteur propriétaire aimanté.

L’avantage, c’est qu’il est presque étanche. Techniquement, c’est « IP67 », c’est-à-dire qu’il résiste à une immersion de 30 minutes à 1 mètre de profondeur. Aucun problème pour survivre à une Saintélyon sous la pluie.

Attention, que ce soit clair tout de suite : l’Aeropex n’est pas fait pour fonctionner dans l’eau. De toute façon, qui nage avec son smartphone (perso j’ai pas de poche dans mon maillot de bain) ? Et même pour ceux qui auraient une montre GPS avec lecteur de musique, ben le Bluetooth ne passant pas dans l’eau, ça ne pourrait pas fonctionner.

Alors si c’est un casque audio pour la natation que vous cherchez, sachez qu’il existe l’Aftershokz Trainerz qui lui est conçu pour la natation. La différence, c’est que le Trainerz intègre une mémoire interne qui permet de stocker de la musique directement et donc de ne pas avoir besoin de Bluetooth.

L’aimant est assez puissant et il tient bien en place. Je vous vois venir de loin avec l’inconvénient : « oui mais si on le perd… ». Ben si on le perd, on prend l’autre. Ah oui, parce que Aftershokz a pensé aux têtes en l’air et fournit de base dans la boite 2 câbles. Cool ! Bon, il faudra juste pas l’oublié en partant en vacances. Du coup, j’en laisse 1 un boulot et 1 à la maison. Parfait !

On peut connecter 2 appareils en même temps à l’Aeropex. Par exemple une montre GPS avec lecteur de musique et un smartphone. Ca permet d’écouter de la musique avec la montre et basculer pour recevoir un appel téléphonique.

L’autonomie annoncée par Aftershokz est de 8h. Techniquement, c’est 8h à 60% du volume sonore. Perso, je n’écoute pas la musique trop fort et je devais être en-dessous de ce niveau. Donc j’arrive à tenir environ 10 heures avec une recharge.

Utiliser l’Aeropex en sport

Aftershokz Aeropex

Vous l’avez compris, l’Aeropex est un casque sans fil fait pour le sport.

Il est si léger qu’il ne ballotte pas. C’était ma crainte, au début : que l’arceau derrière la nuque ballotte à chaque foulée. L’horreur. Mais pas du tout. C’est bien fait, puisque la pression exercée de chaque côté de la tête n’est pas trop forte (ça ne serre pas). C’est très confortable à porter et on l’oublie vite.

Pour ceux qui se poseraient la question, le port de lunettes (c’est mon cas) ne gêne absolument pas. Ca passe aussi avec un casque de vélo (quoi que ça peut peut-être dépendre du modèle de casque et de la position exacte des sangles). A vélo, la gêne vient de l’arceau derrière la nuque, qui peut parfois toucher le col d’une veste lorsqu’on est en position aéro (ou les mains en bas du guidon).

Les transducteurs ont une plus grande surface de contact et ça améliore la qualité de la musique. Par exemple, avec le Trekz Air, le fait d’ouvrir la bouche (par exemple pour mâcher une barre de céréales) altérait grandement le son. Avec l’Aeropex, c’est beaucoup moins le cas.

On perçoit aussi mieux les basses. Alors c’est pas la qualité d’écouteurs Bose, mais c’est mieux qu’avant. Surtout, on n’a pas de sensation de vibration lorsque les basses sont puissantes.

Je trouve aussi qu’il y a moins de fuites qu’avec le Trekz Air. Là, on n’entend vraiment rien dès qu’on est à 1 mètre de la personne qui porte le casque.

On trouve facilement le bouton pour augmenter le son à droite, celui pour diminuer est un peu plus difficile à localiser, notamment quand on porte des gants. Le bouton de gauche a été positionné un peu plus haut sur le module transducteur, mais ça ne pose pas de problème.

Chaque pression de bouton est accompagnée d’un bip assez puissant. Ca permet de s’assurer que la commande a bien fonctionné, mais c’est pas toujours très agréable.

L’Aeropex remplit parfaitement son rôle : diffuser de la musique tout en laissant passer les bruits de l’environnement (pour la sécurité). Quand on court, on entend les gens du trottoir d’en face discuter, les voitures arriver, la sonnette d’un vélo et même les oiseaux chanter.

On n’a aucun désagrément sur les oreilles ou dans le conduit auditif du fait du port du casque.

Au-delà de la sécurité, un casque à conduction osseuse comme l’Aeropex permet aussi de discuter avec un pote tout en écoutant de la musique. A moins de mettre du Linkin Park à fond, on entend tout à fait un partenaire parler.

J’ai quand même noté quelques coupures dans la connexion Bluetooth avec les différentes montres GPS dotées d’un lecteur de musique avec lesquelles j’ai testé l’Aeropex. Mais j’ai du mal à expliquer quand ça arrive, je n’ai pas réussi à identifier une situation particulière qui déclenche une coupure.

Utiliser l’Aeropex en dehors du sport

Détail Aftershokz Aeropex

Ben oui, vu le prix, je comprends que vous ayez envie d’utiliser ce joujou un peu plus que 2 ou 3 fois dans la semaine. A la base, c’est un casque Bluetooth, donc on peut s’en servir pour tout. Sauf que ce qui fait sa force en sport devient son talon d’Achille le reste du temps (quoi que pas systématiquement).

Au boulot, ça passe. Ca peut être sympa d’écouter de la musique tout en restant disponible pour vos collègues. Avec l’Aeropex, on n’est pas complètement isolé dans sa bulle et on entend tout à fait son collègue qui nous appelle.

Mais à par ça, dans le train, le métro ou tout autre environnement bruyant, les bruits viennent gâcher la qualité de l’écoute. Alors pour ça, Aftershokz fournit une paire de bouchons auriculaires. Mais bon, c’est pas le top niveau confort.

En dehors du sport, on rencontre une autre situation où le design n’est pas adapté : lorsqu’on veut reposer sa tête sur un appuie-tête ou s’allonger. Même si la tige de titane est semi-flexible, elle ne s’écrase pas suffisamment et donc le fait d’appuyer sa nuque sur quelque chose déplace les transducteurs et on perd le son.

Conclusion du test

Aftershokz Aeropex lunettes

L’idée de base qui motive l’achat de l’Aeropex, c’est de pouvoir écouter de la musique dans les situations où l’on ne recherche pas une grande qualité sonore et que la sécurité nous incite à ne pas utiliser un casque audio.

Avec un gros casque, on a chaud aux oreilles l’été. Avec des petits écouteurs, on a peur (j’aurais peur) de les perdre. Avec un casque à conduction osseuse, on n’a aucun de ces désagréments.

L’intérêt de l’Aeropex, c’est donc aussi de gagner en confort en plus de la sécurité. Après, il faut avoir un certain type d’utilisation quand même, pour ne pas être déçu du résultat.

Pour moi, qui ne suis pas un audiophile mais qui apprécie de plus en plus faire du sport en musique, c’est le casque parfait.

Aftershokz Aeropex noir
Bouton commander i-run
Aftershokz Aeropex gris
Bouton commander i-run
Aftershokz Aeropex bleu
Bouton commander i-run
Aftershokz Xtrainerz
Bouton commander i-run

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.