Test Fitbit Charge 3 : un vrai plus en termes d’ergonomie

Test Fitbit Charge 3

La communauté (et des bonus) sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Youtube et Instagram.

Vous êtes libre de cliquez ici pour passer commande chez mon partenaire i-Run et soutenir ainsi le blog. Profitez-en pour utiliser le code IRUN15, qui offre 15% de réduction sur les nouveautés chaussure et textile.

Malgré son virage amorcé vers les montres connectées (Ionic avec GPS, Versa sans GPS), Fitbit n’en a pas pour autant abandonné son créneau historique des bracelets de suivi d’activité quotidienne. Le Charge 3 est la dernière version de son bestseller des bracelets tracker d’activité.

Fitbit a amélioré bon nombre de points pour s’assurer qu’il devienne votre meilleur compagnon : écran, étanchéité, autonomie, interface. Une édition spéciale intègre également le paiement sans contact.

Présentation du Fitbit Charge 3

Fitbit Charge 3

Il remplace : Charge 2

Au-dessus dans la gamme : Versa

En-dessous dans la gamme : Alta HR

Il y a eu plusieurs modifications côté design. La plus remarquable, c’est la disparition du bouton physique sur le côté. Le bouton a disparu, mais la fonctionnalité est conservée. En fait, maintenant, il suffit de tenir le boitier entre ses doigts pour obtenir le même résultat que si l’on appuyait sur un bouton. Ca s’accompagne d’une vibration et ça fonctionne super bien.

Le boitier est plus fin et son dos est de forme arrondie.

Le Charge 3 est disponible en 2 versions :

  • Charge 3
  • Charge 3 special edition (celui que j’ai utilisé pour ce test)

Contrairement à ce qui se fait dans le secteur des montres connectées, où de plus en plus de marques sortent leurs produits en 2 tailles différentes, ici, c’est le paiement sans contact qui fait la différence entre les 2 versions. Perso, je trouve que c’est une bonne idée. Ca permet de conserver un prix au plus juste pour la version de base et de ne proposer le paiement sans contact qu’à ceux qui souhaitent s’en servir. Ca évite les critiques de ceux qui considèrent que c’est un gadget et qui pourraient râler d’avoir dû payer 20€ de plus pour ça.

Chaque version est déclinée en 2 coloris de boitier : Graphite et Rosegold, une distinction clairement masculin/féminin.

L’édition spéciale inclut également un second bracelet (compris dans les 20€ supplémentaires qu’il faut débourser par rapport à la version de base), soit textile, soit sport (silicone percé de trous pour l’aération).

Il y a 2 longueurs de bracelet et ils sont tous dotés d’un système de remplacement rapide (même ceux en textile). Il suffit d’appuyer sur un bouton à l’arrière et de tirer dessus. Ce système conçu par Fitbit est beaucoup plus pratique et rapide à utiliser que le système qu’on trouve parfois avec une tirette métallique.

  • Bracelet S : poignet de 14 à 18cm
  • Bracelet L : Poignet de 18 à 22cm

Chaque type de bracelet est également disponible en plusieurs couleurs :

  • Type classique : bleu ardoise, noir
  • Type cuir : prune, bleu nuit
  • Type sport : blanc (version vendue avec le Charge 3 édition spéciale boitier graphite), violet, noir, bleu marine, rouge
  • Type tissé : lavande (version vendue avec le Charge 3 édition spéciale boitier or rose), charbon, pervenche

L’écran OLED noir & blanc affiche une résolution de 100 x 150 pixels. Ca parait pas énorme, mais c’est une surface 40% plus grande que celui du Charge 2. La vitre n’est pas plus grande, c’est juste l’écran en-dessous qui a été agrandi, avec moins de marge noire autour. En plus, on voit moins la démarcation entre l’écran et le pourtour, ce qui donne un rendu plus esthétique. L’écran est un vrai écran tactile, pas juste un écran qui détecte quand on tape dessus. On peut taper, rester appuyé longtemps, glisser, c’est réactif et fluide. Techniquement, ce n’est pas un écran N&B mais à niveaux de gris. C’est-à-dire qu’on y voit du noir, du blanc et aussi du gris, ce qui autorise quelques nuances dans l’affichage, comme sur certaines watchfaces.

Le Fitbit Charge 3 est super léger : 29g, contre 36 pour son prédécesseur. La différence vient en grande partie du fait que le boitier est en aluminium et plus en acier. C’est toujours 9g de plus que le Garmin Vivosmart 3, mais ce dernier est tout en plastique. Et puis à ce niveau, 20g ou 30g, on ne sent pas la différence au poignet.

Parmi la panoplie de capteurs (cardio optique, accéléromètre, altimètre, oxygénation sanguine), le grand absent, c’est le GPS. Perso, je ne critique pas forcément ce choix. Tout le monde n’a pas besoin d’un GPS et je trouve heureux que certains produits en soient dépourvus. Certains n’ont pas besoin de payer plus pour quelque chose dont ils ne se serviront pas. Mais c’est à bien prendre en compte au moment du choix. Au besoin, il suffit d’emporter son téléphone. Le Charge 3 sera alors capable de recevoir les données de localisation grâce au GPS connecté du téléphone.

Le capteur SpO2 d’oxygénation sanguine est bien présent mais n’est pas encore utilisé. Fitbit a déjà annoncé depuis plus d’un an l’arrivée prochaine de la détection de l’apnée du sommeil, mais la version Bêta de cette fonctionnalité n’est pas encore sortie.

C’est le premier de la série des Charge à être étanche à 50m, ce qui autorise de nager avec. On peut donc l’utiliser en piscine sans problème.

Fitbit annonce 7 jours d’autonomie (+2 jours par rapport à son prédécesseur). Même en pratique, j’ai pu atteindre sans problème cette marque. En fait, comme il n’y a pas de puce GPS gourmande en énergie, quel que soit votre volume horaire hebdomadaire de sport, vous devriez arriver à tenir 7 jours sur 1 recharge. Bien sûr, ce chiffre peut tomber à 6 jours si vous utilisez beaucoup l’écran, recevez beaucoup de notifications, etc.

La recharge se fait avec un chargeur pince spécial, qui se branche sur n’importe quel port USB (ordinateur ou prise de chargeur de téléphone).

Par défaut, l’écran est éteint ; on l’allume de 3 manières : rotation du poignet, double tap sur l’écran ou en pinçant le boitier avec 2 doigts. L’interface est intuitive, beaucoup plus que sur le Charge 2 ou le Vivosmart 3. On retrouve en fait la même organisation des écrans que sur la Versa ou l’Ionic. Il suffit de glisser le doigt :

  • Vers le bas pour afficher les notifications
  • Vers le haut pour voir les statistiques d’activité quotidienne
  • Vers la gauche pour accéder aux applications et paramètres

En complément, on pince le boitier avec 2 doigts pour annuler et revenir en arrière. Et si on maintient quelques seconde, on accède au paiement sans contact.

On peut accéder depuis le Fitbit Charge 3 à 6 profils sportifs en favoris, à choisir parmi la liste suivante :

  • Marche, randonnée
  • Running, tapis de course
  • Vélo, spinning
  • Natation
  • HIIT, gym, pilates, yoga
  • Golf, tennis
  • Kickboxing, arts martiaux
  • Vélo elliptique, stepper
  • Musculation, bootcamp

Sport avec GPS

Fitbit Charge 3 running

Au moment de lancer l’enregistrement d’une activité sportive type running, un petit logo en haut à gauche indique si le téléphone est connecté ou pas (donc si les données GPS sont récupérées ou pas). Il faut autoriser, dans les paramètres de votre téléphone, l’appli Fitbit à accéder à vos données de géolocalisation, ainsi que leur transfert par Bluetooth. C’est une manip’ à faire la première fois et après on n’en parle plus.

Il y a 2 cas de figures. Pour tous les sports relevant de la marche ou de la course à pied, la distance peut être calculée soit avec le GPS (la méthode la plus précise), soit avec l’accéléromètre interne (moins précis). Mais pour les autres activités, comme le vélo, le GPS est indispensable pour connaitre la distance (et donc la vitessse).

Parmi les écrans, on peut afficher la fréquence cardiaque, mais aussi les zones cardio (une nouveauté). Mais c’est un peu particulier, puisque 4 zones sont définies (contre 5 en général partout ailleurs). Par défaut, la FCmax est calculée avec la formule 220-âge. Mais tout ceci est personnalisable.

Pour chaque profil sportif, on peut éventuellement définir un objectif :

  • Distance
  • Temps
  • Calories

Depuis l’application, on peut aussi activer un tour automatique sur la distance. Mais les intervalles sont limités à une liste prédéfinie : 0,4km (une piste d’athlé), 1km, 1,5km, 2km, etc. On ne peut pas faire un tour auto de 1,3km par exemple (en même temps, ce serait une idée saugrenue)

On retrouve la même présentation des données que sur la Versa (mais sur un écran plus petit). La distance est inscrite en haut et le temps en bas, en petit et en gris (pas top pour la lisibilité). Ces 2 champs de données sont invariables. Le champ de données du milieu est plus gros que les autres et écrit en blanc. On peut y faire défiler les données de gauche à droite, de droite à gauche ou en tapant simplement sur l’écran :

  • Distance
  • Temps
  • Distance tour
  • Allure
  • Allure moy
  • FC (avec zone cardio)
  • Calories
  • Nombre de pas
  • Heure

Autres sports (sans GPS)

Fitbit Charge 3 natation

Parmi les profils, on trouve la natation en piscine. Il suffit de paramétrer la longueur de la piscine et le Charge 3 se charge de compter les longueurs et calculer la distance parcourue. Il ne faut pas espérer de statistiques plus détaillées (SWOLF, temps de repos ou détail par série), mais juste la distance et l’allure moyenne.

Viennent ensuite tous les profils de sport en salle, pour lesquels les données sont assez limitées. En gros, le temps, la fréquence cardiaque, le nombre de pas et les calories brûlées. Il n’y a pas de comptage automatique des répétitions sur des mouvements de musculation ou de renforcement musculaire.

Le Fitbit Charge 3 est capable de mesurer la distance à partir de son accéléromètre. C’est utile dans un gymnase ou sur un tapis de course. Mais pour que ça fonctionne, il faut soit :

  • Avoir étalonné l’accéléromètre lors d’une séance running avec GPS
  • Saisir manuellement la longueur d’une foulée dans l’appli Fitbit

Précision cardio / GPS

Les données GPS étant tirées du smartphone couplé avec le Fitbit Charge 3, ça ne rime à rien de faire une comparaison de précision GPS. Ca reviendrait à étudier la précision GPS du smartphone. Pour info, cette précision dépendra aussi de l’endroit où vous placez votre smartphone : plus précis dans un brassard porté sur le bras qu’au fond d’un sac à dos ou dans une ceinture ventrale.

Mais si vous êtes curieux, voilà ce que ça peut donner. On voit que mon iPhone lisse beaucoup les virages.

Trace GPS Charge 3

Côté cardio, le Fitbit Charge 3 démontre une nouvelle fois que le capteur cardio otpique d’un bracelet connecté est tout aussi précis que celui d’une montre cardio GPS.

Cardio Charge 3

Suivi d’activité quotidienne

Bracelet tracker activité Charge 3

On accède aux statistiques de la journée en glissant le doigt vers le haut et en faisant défiler l’écran :

  • Nombre de pas quotidien
  • Nombre de pas dans l’heure
  • FC
  • Distance
  • Calories
  • Nombre d’étages
  • Cycles féminins
  • Quantité d’eau
  • Nombre d’activités sportives

En fonctionnement continu, le il enregistre la fréquence cardiaque toutes les 5 secondes (contre 1 fois pas seconde lors d’une activité sportive).

Le Charge 3 est capable de reconnaître et enregistrer automatiquement les activités physiques (marche, course, vélo, natation, etc) qui sont pratiquées pendant plus de 15 minutes. Ca permet par exemple de prendre en compte un trajet en Vélib sans lancer l’enregistrement GPS (parce que pour un trajet domicile-travail, la trace GPS sur une carte n’est pas forcément intéressante).

On peut bien sûr se fixer un objectif principal d’activité :

  • Nombre de pas
  • Distance
  • Calories brûlées
  • Minutes actives
  • Etages gravis

En plus de ça, on peut activer les alertes pour bouger plus. Dans ce cas, l’objectif est de faire 250 pas par heure, sur une plage horaire que vous définissez vous-même. Un quart d’heure avant la fin de chaque heure, vous recevrez une alerte vous indiquant à combien vous en êtes, ce qui vous laisse 15 minutes pour faire ce qu’il faut pour arriver à 250.

Le seul cas de grossière erreur dans le comptage du nombre de pas, je l’ai rencontré en voiture sur l’autoroute. Là, je suis monté jusqu’à plus de 17 000 pas sur la journée alors que la montre que j’avais sur l’autre poignet indiquait 5 600. C’est vraiment curieux, car je n’ai rencontré ce problème que sur l’autoroute, pas sur une circulation en ville ou sur départementale. Je n’ai pas d’explication, sauf à dire que c’est la seule fois où le comptage a été erroné. Lors des 30 autres jours de ce test, tout s’est bien passé.

Fitbit est la seule marque qui intègre un module dans son application permettant de suivre les cycles menstruels des femmes. L’idée étant de pouvoir anticiper et comprendre l’impact sur l’activité sportive. Mais il n’y a pas de détection automatique, c’est plus un calendrier.

Le suivi du sommeil est complet et précis. Lorsque mon réveil sonne à 6h40 en semaine, je retrouve cette donnée enregistrée dans l’appli (et pas 6h41). L’interface est bien faite et permet aussi bien d’avoir une vue rapide du sommeil du moment (graphique sur la semaine, étoile indiquant que l’objectif de temps de sommeil a été atteint) mais aussi d’aller dans le détail de ce qui s’est passé pendant la nuit (différentes couleurs indiquant les phases d’éveil, de sommeil paradoxal, léger et profond).

Attention, la mémoire du Charge 3 ne peut contenir que 7 jours de données de suivi d’activité. Ca veut dire qu’il faut faire une synchronisation au moins 1 fois par semaine avec l’application, sinon, les données les plus anciennes seront écrasées.

Il n’y a pas de suivi du niveau de stress, mais on trouve tout de même Relax, qui permet de faire des exercices de respiration guidée. Il y a 2 exercices proposés : 2 minutes ou 5 minutes. Il faut suivre les instructions à l’écran, mais il n’y a pas de vibrations qui indique le changement de phase inspirer-expirer-inspirer-etc. Du coup, c’est pas terrible à utiliser. C’est pas vraiment propice à se mettre dans une position détendue puisqu’il faut regarder en permanence l’écran.

Bracelet connecté

Bracelet connecté Fitbit

Avec le Charge 3, Fitbit a essayé de faire disparaître la frontière entre montre connectée et bracelet connecté de suivi d’activité en y ajoutant un maximum de fonctionnalités connectées et en rapprochant les interfaces.

La gestion des smart notifications a été améliorée. Il peut recevoir n’importe quelle smart notification (SMS, mail, Facebook, WhatsApp, etc) et on peut définir dans l’appli Fitbit celles qu’on veut et celles qu’on ne veut pas. L’écran est suffisamment grand et lumineux pour qu’on puisse lire les messages. Pas besoin d’avoir les réflexes de Lucky Luke, on peut accéder n’importe quand au centre de notifications en glissant le doigt vers le bas (2 notifications par écran). On peut ensuite cliquer dessus pour lire le contenu. Et malgré la petite taille de l’écran, on peut en lire beaucoup. Chaque ligne ne peut contenir qu’une dizaine de lettres, mais on peut faire défiler l’écran pour lire un message. C’est fluide et finalement mieux que ce à quoi je m’attendais.

Il est maintenant possible de répondre avec des messages préenregistrés directement depuis l’écran du bracelet. Comme souvent, cette fonctionnalité n’est disponible qu’avec un smartphone Android, pas Apple…

Il existe plusieurs watchfaces, même si le choix est plus restreint que sur une montre connectée comme la Versa (il y en a 8). Ca permet quand même de choisir entre affichage numérique ou analogique (avec des aiguilles) et différentes disposition des informations. La seule contrainte, c’est qu’il faut utiliser l’application pour la changer, on ne peut pas le faire en direct depuis l’écran. L’autre truc que je regrette, c’est qu’il n’y ait aucune watchface complètement épurée affichant simplement l’heure. Il y a toujours l’heure et 2 données d’activité (en haut et en bas).

Parmi les applications, on trouve un chronomètre et un compte à rebours, la base. Mais aussi la météo. C’est tout et vu l’écran, ce n’est pas une surprise qu’on ne puisse pas en télécharger de nouvelles depuis un magasin d’applications.

La météo affiche le temps, les températures min et max de la journée, ainsi que des 2 jours à venir. Dis comme ça, c’est basique. Le petit plus, c’est qu’on peut enregistrer plusieurs villes favorites dans l’application Fitbit. C’est-à-dire qu’on peut afficher sur un écran la météo du lieu où l’on se trouve, et sur un autre écran la météo de notre domicile.

Fitbit fait partie des rares marques à proposer l’alarme silencieuse sur ses appareils. Il est possible de programmer une alarme dans l’application (avec ou sans rappel) et d’être réveillé simplement par des vibrations du bracelet.

Le Charge 3 édition spéciale intègre une puce NFC qui autorise le paiement sans contact. Comme à chaque fois, vérifiez bien la comptabilité de votre banque et votre CB avec Fitbit Pay, car c’est encore limité. Pour accéder à cette fonctionnalité, il faut au préalable enregistrer une carte bleue dans l’application et ensuite maintenir enfoncé le bouton virtuel pendant quelques secondes.

Conclusion du test

Avis Fitbit Charge 3

En termes de fonctionnalités, en dehors de l’usage purement sportif, il faut reconnaitre que le Fitbit Charge 3 est tout aussi capable qu’une montre de milieu de gamme de Garmin (et même plus qu’une Suunto ou une Polar). C’est le bracelet le plus abouti en termes d’interface de tous ceux que j’ai testés. Bien sûr ce n’est pas le bracelet qui vous aidera à passer de 4h à 3h45 au marathon. Mais il ravira tous ceux qui se bougent (ou ont envie de se bouger) pour se maintenir en forme et veulent suivre leur activité physique.

Dans le domaine du suivi d’activité, la détection de l’apnée du sommeil est annoncée par Fitbit depuis déjà 2 ans (lors de la sortie de l’Ionic). Maintenant qu’Apple le fait sur sa Watch 4, il serait temps que ça sorte…

Globalement, je le trouve réussi. Le design est plutôt sympa, il ne nécessite qu’une recharge par semaine, et alimente en données une application Fitbit qui est très ergonomique. Et en plus, avec son écran tactile et ses menus, il est agréable à utiliser. Rien à voir avec le Vivosport ou le Vivosmart 3 de Garmin.

Perso, plutôt qu’une version avec paiement sans contact, j’aurais préféré une édition spéciale avec lecteur de musique. Là, ça aurait été un vrai différenciateur sur le marché des bracelets connectés. C’est vrai, on a vu en 2018 de nombreuses montres GPS arriver sur le marché avec un lecteur de musique. Mais l’offre est encore limitée sur les bracelets.

Vous avez trouvé ce test utile ? Soutenez le blog en commandant chez un partenaire.

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat de matériel sportif et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Fitbit Charge 3 aluminium/noir149€
Bouton commander i-run
Fitbit Charge 3 or rose/bleu ardoise149€
Bouton commander i-run

2 commentaires

  • Leroy .E

    Difficile de si retrouvé dans toutes ses montres ….

    Le GPS aurai dû être sur la version spécial .
    Toujours top des test 😉

  • Hervé

    Bonjour,
    A première vue, ce bracelet Charge 3 peut convaincre. Effectivement, le Charge 3 est utile au quotidien, c’est dans ce sens que je l’ai acheté. Mais à l’usage, pour ma part depuis octobre 2018, il est loin d’être efficace. Des bugs successifs se produisent et la synchronisation est loin d’être au point. 3 versions du firmware ont été proposé depuis octobre 2018, mais les anomalies s’accumulent. D’ailleurs, ce que j’avance est vérifiable sur le forum Charge 3 de Fitbit. Pour 150 euros, c’est cher payé pour une fiabilité absente.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.