Test Samsung Galaxy Watch 5 Pro : toujours plus (autonomie, capteurs, robustesse)

Test Samsung Galaxy Watch 5 Pro

Encore plus de contenu sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Samsung a renouvelé sa gamme de montres connectées avec la Galaxy Watch 5. L’offre a même été étendue avec une version Galaxy Watch 5 Pro bodybuildée pour lui permettre d’affronter l’outdoor. Une vitre saphir, le suivi d’itinéraire et une autonomie augmentée doivent permettre de rendre la version Pro encore plus utile en pleine nature.

Suffisamment Pro pour rivaliser avec une Fenix 7 ? Hum, non, faut pas exagérer. Mais tout le monde n’a pas besoin d’une Fenix 7. Cette version Pro a de quoi séduire les sportifs et randonneurs occasionnels qui voudraient bien que la montre connectée qui leur rend tant de services toute la semaine continue d’en faire autant pendant leurs escapades sportives.

Test Samsung Galaxy Watch 5 Pro : le verdict

Sans même parler du point de vue sportif, la version Galaxy Watch 5 Pro est attrayante ne serait-ce que pour son autonomie augmentée. L’interface Samsung One UI fonctionne parfaitement mais les fonctionnalités pour l’outdoor ne seront suffisantes que pour un sportif de niveau moyen.

POUR
Excellent suivi santé
Interface graphique
Large choix d’applications
CONTRE
Fonctionnalités limitées avec certains smartphones Android
Suivi d’itinéraire limité

Ce qui est nouveau sur la Samsung Galaxy Watch 5 Pro

Nouveau Galaxy Watch 5 Pro
  • Boitier plus gros : 46 x 46 x 15mm
  • Autonomie augmentée : 20h d’enregistrement sportif / 80h en utilisation de montre connectée
  • Nouvelle fermeture de bracelet
  • Capteur de température corporelle
  • Câble de recharge USB-C
  • Vitre inrayable en saphir
  • Boitier en titane
  • Suivi d’itinéraire GPX
  • Coque de protection

Présentation de la Samsung Galaxy Watch 5 Pro

Présentation Galaxy Watch 5 Pro

Elle remplace : Galaxy Watch 4

Au-dessus dans la gamme : aucune

En-dessous dans la gamme : Samsung Galaxy Watch 5

Modèle testé : Galaxy Watch 5 Pro 4G

Si vous n’aviez pas suivi les dernières évolutions, les Galaxy Watch tournent depuis la 4 sous Wear OS (Google), avec quelques customisations opérées par Samsung (notamment l’interface One UI). Comme la Galaxy Watch 4, toutes les Galaxy Watch 5 ne sont compatibles qu’avec les smartphones Android et pas les iPhone. En outre, certaines fonctionnalités (comme la pression artérielle ou l’ECG) nécessitent spécifiquement un smartphone Samsung.

Visuellement, on peut distinguer 3 modèles de Galaxy Watch 5 :

  • Galaxy Watch 5 – 40mm, le petit modèle
  • Galaxy Watch 5 – 44mm, le grand modèle
  • Galaxy Watch 5 Pro – 45mm, le modèle outdoor

Les 2 premiers modèles reprennent un design similaire à la génération précédente, avec des tailles de boitier identiques. Elles se déclinent en 2 versions, Bluetooth ou 4G (rend la montre autonome sans besoin d’un smartphone).

Elément curieux, aucune n’a été dotée de la traditionnelle lunette rotative autour de l’écran.

En complément du tactile, il y a 2 boutons sur le côté droit, qui servent aussi à quelques fonctionnalités comme l’électrocardiogramme.

Le boitier de la Galaxy Watch 5 Pro est plus gros que les 2 autres versions, mais reste finalement plus petit que ne l’était la Galaxy Watch 4 Classic (46mm). Si l’on regarde les caractéristiques sur le site de Samsung, elle ne ferait que 10,5mm d’épaisseur. Pourtant, la montre donne une impression massive. En guise de comparaison, 10,5mm, c’est l’épaisseur d’une Suunto 9 Peak ; même une Forerunner 255S est plus épaisse. Bon, en fait, j’ai mesuré l’épaisseur du boitier à 15mm. Pour le coup, 15mm, c’est l’épaisseur d’une Fenix 7X, c’est quand même pas pareil !

Il n’y a pas à proprement parler de lunette. Le montage est plutôt original. Le bloc de métal (en titane alors qu’il est en aluminium sur les autres modèles) qui constitue le boitier a des bords qui remontent plus haut que l’écran. L’idée est probablement de protéger l’écran des rayures, conformément à la destination de ce modèle. Le chanfrein est arrondi, ce qui facilite le glissement du doigt pour l’utilisation du tactile, surtout parce que la lunette rotative a été remplacée par une zone tactile sur le pourtour de l’écran. C’est assez facile d’utilisation : on place le doigt dans le creux de la lunette et on tourne autour de l’écran, l’effet est le même.

L’autre avantage, c’est qu’il n’y a quasiment pas de bande noire autour de l’écran. Ce dernier vient à ras du bord du boitier. Il s’agit d’un écran super AMOLED de 35mm avec une résolution de 450 x 450 pixels et 16 millions de couleurs.

L’écran est protégé par une vitre en saphir inrayable. A cela on peut ajouter le fait que la Galaxy Watch 5 Pro satisfait les tests de robustesse de la norme MIL-STD-810 de l’armée américaine. Le boitier est étanche à 50m. L’immense majorité des montres GPS outdoor est étanche à 100m, Samsung aurait pu faire un effort sur ce point.

Pour convaincre même les plus réticents quant au possible usage outdoor de la Galaxy Watch 5 Pro, Samsung a carrément conçu une coque de protection. Dommage qu’elle ne soit pas incluse dans la boite (et qu’elle soit aussi moche).

Samsung annonce un poids de 46g… pour le boitier uniquement. Ajoutez-y le bracelet d’origine et cette valeur monte à 77g sur ma balance. C’est le poids d’une Vertix, d’une Suunto 9 Baro ou d’une Fenix 7.

Je me suis trouvé un peu comme une poule ayant trouvé un cure-dents devant le bracelet. Il m’a fallu un moment pour comprendre comment fonctionne le système de fermeture. C’est un bracelet en silicone avec un système de fermeture semblable à ceux qu’on trouve sur les montres classiques dotées d’un bracelet en métal. La première étape est de régler le bracelet à la bonne longueur en faisant coulisser le système de fermeture pour le fixer. Ensuite, le système se verrouille par un bloc aimanté.

L’aimant est vraiment puissant. Il m’est quand même arrivé 1 fois de l’ouvrir par mégarde lors d’un mouvement de la vie quotidienne. Attention, ça veut dire qu’on peut perdre sa montre. Toutefois, même si le système s’ouvre, le bracelet reste en boucle autour du poignet, il ne s’ouvre pas complètement, ce qui vous laisse une chance pour que la montre ne tombe pas par terre (ou dans l’eau).

L’avantage de ce système c’est qu’une fois qu’il est en place, rien ne bouge. Il n’y a pas de petit passant qui se balade ou de bout de bracelet qui rebique. C’est quand même pas l’idéal pour le sport, il n’est pas facile à ajuster précisément. Comme il est équipé d’un système de détache rapide, il vaudra mieux acheter un deuxième bracelet plus adapté pour une utilisation sportive. Si jamais, les bracelets de la Galaxy Watch 4 sont compatibles avec la Galaxy Watch 5 Pro.

L’interface se gère par les boutons, le tactile et la lunette rotative virtuelle.

  • Un swipe de droite à gauche ou une rotation dans le sens des aiguilles d’une montre fait défiler les widgets (appelés ‘cartes’ dans Wear OS)
  • Un swipe de gauche à droite ou une rotation dans le sens inverse des aiguilles d’une montre fait défiler les notifications
  • Un swipe de haut en bas fait descendre les panneaux de configuration
  • Un swipe de bas en haut fait apparaitre la galerie d’applications

Tout est personnalisable : les cartes et leur ordre, les commandes des panneaux de configuration, la position des icônes d’application.

La liste des capteurs est impressionnante et inégalée parmi la concurrence :

  • Puce GPS, GLONASS, Galileo, Beidou
  • Altimètre barométrique
  • Capteur cardio + oxygénation sanguine (SpO2) + tension artérielle
  • Electrocardiogramme (ECG)
  • Capteur d’impédance
  • Boussole magnétique (utile pour le suivi d’itinéraire)
  • Capteur de température cutanée
  • Capteur de luminosité

Le capteur infrarouge de température cutanée n’est pas encore utilisé. Il a été ajouté en vue d’améliorer l’analyse du sommeil mais il faudra encore une mise à jour pour qu’il soit exploité.

La liste des profils sportifs mélange une centaine de sports comme la course à pied, le vélo à des exercices de musculation (squat, crunch, etc). Ca fait un peu fouillis au début. L’idée d’avoir ces exercices de muscu, c’est qu’on peut les enchainer au sein de l’enregistrement d’une séance de musculation. Et puis on trouve aussi d’autres activités comme le yoga.

Loin du cliché de la montre connectée, la Samsung Galaxy Watch 5 Pro propose quelques réglages et fonctionnalités qui valent une montre GPS d’entrée de gamme chez une marque spécialisée sport, comme par exemple :

  • La personnalisation des champs de données
  • Jusqu’à 7 champs de donnée par écran
  • La programmation d’une séance d’intervalles
  • Des running dynamics comme l’équilibre du temps de contact gauche / droite
  • Le VO2max

Bon, il y a encore des lacunes, au premier chapitre desquels l’impossibilité de coupler une ceinture cardio. Du moins dans la configuration de base, car on verra plus loin qu’il existe des applications avec lesquelles on peut utiliser des capteurs externes en Bluetooth (même un Stryd si on veut). Également le nombre limité de champs de donnée.

D’un point de vue sportif, la grosse nouveauté sur la Galaxy Watch 5 Pro, c’est la possibilité de suivre un itinéraire avec un guidage vocal turn by turn (fonctionnalité absente sur les autres Galaxy Watch 5). C’est tout simplement la première montre GPS que je teste à faire du guidage vocal le long d’un itinéraire (même les Fenix 7 ne le font pas). Comme la montre est dotée d’un haut-parleur, même pas besoin de coupler des écouteurs, la montre se suffit à elle-même.

Le suivi santé va bien au-delà du suivi d’activité quotidienne habituel. Donc en plus du nombre de pas, nombre de calories, du sommeil, de la fréquence cardiaque, de l’oxygénation sanguine, du stress et du cycle menstruel, la Galaxy Watch 5 Pro prend des mesures de composition corporelle (os, muscle, graisse), de la tension artérielle et d’électrocardiogramme. Elle est même capable de détecter les ronflements.

Avec tous ses capteurs et algorithmes, l’objectif est de détecter certaines pathologies avec la montre (fibrillation atriale, apnée du sommeil, tension artérielle) et de procurer des conseils via l’application Samsung Health.

Côté montre connectée, l’expérience dépend du smartphone utilisé. L’application Samsung Health de mon smartphone détectait bien la Galaxy Watch 5 Pro mais impossible d’appairer les 2. J’ai donc utilisé un Samsung S8 pour ce test et je dois avouer que c’est plaisant. La montre s’intègre parfaitement avec le smartphone, avec beaucoup plus de fonctionnalités et surtout des fonctionnalités qui vont dans les 2 sens (du smartphone à la montre, comme les smart notifications ; mais aussi de la montre au smartphone, comme le lancement du téléchargement d’une application ou l’écoute d’un message vocal).

Bien évidemment, il faudra distinguer les modèles ‘Bluetooth’ qui nécessitent un smartphone connecté et les modèles ‘4G’ qui peuvent être purement autonomes. En complément, elles ont toutes le Wifi.

Sinon, ben entre les applications natives (paiement sans contact, assistant virtuel, météo, calendrier) et tout ce qu’on peut télécharger sur le Google Play store, ben il y a de quoi satisfaire à peu près tout le monde.

Il existe plusieurs options pour le lecteur de musique : mp3, Spotify ou YouTube Music. Ca, c’est une grosse avancée par rapport à ce qu’on trouvait avant sur les montres connectées Wear OS.

Télécharger le manuel utilisateur

Autonomie

Lorsque Samsung a abandonné son OS propriétaire pour passer à Wear OS, leurs montres connectées ont aussi perdu leur principal avantage concurrentiel : l’autonomie. La version Pro de la Galaxy Watch 5 vise à répondre à ce problème avec une batterie sensiblement plus grosse.

En utilisation montre connectée, elle peut tenir 80h. Bien sûr cela dépendra fortement des réglages (Wifi, Bluetooth, fréquence du capteur cardio, écran always on, etc… voir cette vidéo pour optimiser tout ça) et de l’utilisation (nombre de smart notifications reçues, séances de sport, etc). Mais bon, c’est quand même le double de la Galaxy Watch 4 Classic et 4 fois plus qu’une Apple Watch.

J’ai réussi sans problème à passer 3 jours sur une recharge sans faire de sport (extinction auto de l’écran, cardio toutes les 10min, stress manuel, SpO2 pendant le sommeil).

J’ai été agréablement surpris en activant l’allumage always on. On tient 2 jours facile (environ 30% par journée + 10% la nuit). Avec du sport, il faut plutôt partir sur 1 recharge tous les 2 jours.

Dans les menus, il y a un module qui permet de visualiser la part d’énergie consommée par chaque fonction (écran, synchro avec Samsung Health, chaque appli, wifi, etc). Ca peut être intéressant, par exemple pour comparer la consommation de chaque watchface (différence entre une watchface simple et une autre qui affiche tout plein de données).

Samsung annonce une autonomie de 20h en enregistrement sportif avec GPS. A titre de comparaison, l’autonomie de la Galaxy Watch 4 Classic était de… 6-7h !

Pour ce qui est du sport, 1h avec GPS et lecteur de musique pompe 20% de la batterie. Par contre, 1h de sport avec l’écran always on juste avec GPS et cardio optique pompe environ 6%. Ca fait dans les 16-17h d’autonomie.

Le câble de recharge s’aimante au dos de la montre, c’est tout simple à utiliser. La particularité, c’est qu’il est muni d’une prise USB-C. Ce connecteur est sensé devenir universel dans les années à venir mais pour l’instant, on n’a pas forcément tous à la maison un bloc prise avec une sortie USB-C. En tout cas, moi, je n’en ai pas. Il n’y en a pas de fourni dans la boite. Ca veut dire que je suis obligé de recharger ma montre sur mon ordinateur. C’est quand même limitant si je devais partir quelques jours à droite à gauche.

Samsung a implémenté une recharge rapide. Ca veut dire que le ‘début’ de la charge est rapide. Samsung annonce que 8 minutes de recharge suffisent pour enregistrer 8h de sommeil. Mais après, la recharge ralentit et il faut plutôt compter 2h pour une recharge complète. C’est assez long.

Samsung Galaxy Watch 5 Pro Bouton commander amazon

Champs de donnée

Champs donnée Galaxy Watch 5 Pro
  • Durée
  • Distance
  • Allure : instantanée, moy
  • Vitesse : instantanée, moy
  • Fréquence cardiaque : instantanée, moy, max
  • Zones de FC
  • %VO2max
  • Cadence
  • Calories
  • Asymétrie
  • Longueurs
  • Mouvements de bras dernière longueur
  • Allure dernière longueur
  • Dénivelé positif

Utilisation sportive de base (essentiellement running)

Running Galaxy Watch 5 Pro

Il existe 3 profils de course à pied : le mode normal, un mode avec des séances d’entrainement pré-enregistrées pour viser différents objectifs (brûlage de calories, footing léger, etc), un mode tapis de course (sans GPS).

Dans les réglages, on peut utiliser quelques outils de base comme :

  • Un objectif : durée, distance ou calories
  • Programmer une séance d’intervalles simple (du 10 x 30/30 par exemple)
  • Tour automatique
  • Pause automatique
  • Coaching audio

Il n’y a pas vraiment de GPS fix. Ou en tout cas pas tout le temps, ça dépend comment on s’y prend. Si on clique sur le raccourci d’un profil sportif, le décompte commence 3-2-1 et c’est parti.

J’ai fait quelques essais et en analysant les traces, on voit que l’accroche GPS n’est pas toujours faite au bout des 3 secondes du compte à rebours. Le bon indicateur, c’est le petit icône vert en haut des écrans de données. S’il clignote, c’est que l’accroche GPS n’est pas complète, je vous recommande alors d’attendre qu’il soit fixe avant de partir.

La bonne solution, c’est donc d’afficher la liste de tous les profils, d’attendre que l’icone vert soit fixe (attendre le GPS fix quoi) et ensuite de cliquer sur l’icône pour lancer l’enregistrement.

L’écran tactile fonctionne bien. Mais bon, pour le sport, rien ne vaut les boutons. Avec la Galaxy Watch 5 Pro, le tactile est incontournable. On fait défiler les écrans de donnée verticalement ; sur le côté droit on accède aux commandes musicales ; sur le côté gauche les commandes pause, stop, etc. Avec sa sueur, l’écran retient vite les traces.

Le bouton du bas permet d’accéder aux commandes pause / stop tandis que le bouton du haut nous ramène sur la partie montre connectée (on peut consulter n’importe quel widget ou appli sans stopper une séance de sport).

Le saphir ne génère quasiment pas de reflets. Ce problème est plus visible sur les écrans transréflectifs mais quasiment absent avec les écrans AMOLED, parce qu’ils sont éclairés par le dessous.

Sur une version Galaxy Watch 5 Pro LTE, on peut améliorer la précision de localisation en combinant les données GPS et le réseau 4G. Attention, ça va bouffer de la batterie. Ce que je regrette, c’est qu’il n’y a pas d’option d’économie d’énergie (dégrader un peu la précision GPS pour gagner en autonomie) qu’on pourrait utiliser, par exemple, en randonnée).

On peut afficher jusqu’à 7 champs de donnée par écran. Après, le reste des écrans est assez limité. Le seul écran graphique est la jauge cardio.

Même si on n’a pas débuté une activité avec un suivi d’itinéraire, on peut choisir à n’importe quel moment d’être guidé jusqu’au point de départ en suivant exactement la trace GPS en sens inverse. Dans ce cas, on est guidé virage par virage avec alertes vocales (comme en suivi d’itinéraire vocal, voir le paragraphe suivant).

On retrouve son historique d’entrainement dans l’application Samsung Health sur la montre (sur le smartphone aussi). Je dois dire que la présentation des données en fin d’exercice est vraiment complète et agréable à regarder. Mais je n’aime pas trop l’organisation générale de l’application. Je trouve que c’est un peu fouillis et que certaines choses se trouvent à des endroits inattendus.

Outdoor

Outdoor Galaxy Watch 5 Pro

Détaillons le guidage vocal le long d’un itinéraire. Pour commencer, il faut importer un itinéraire GPX sur Samsung Health. J’ai déjà présenté 8 applications pour tracer des itinéraires. La procédure demande ensuite quelques manipulations :

  • Créer un itinéraire sur une application tierce
  • Exporter le fichier GPX
  • S’envoyer le fichier GPX par mail
  • Enregistrer le fichier GPX sur son smartphone
  • Ouvrir le fichier GPS avec l’appli Samsung Health
  • Une fois enregistré, l’itinéraire sera synchronisé automatiquement sur la montre

Dans l’appli, on peut visualiser l’itinéraire sur la carte avec des couleurs en fonction de la pente. Au moment de l’enregistrement, il faut choisir le profil sportif qui sera lié à cet itinéraire. Là, il y a 2 contraintes :

  • Il n’y a que 2 profils disponibles : randonnée et vélo
  • Depuis la montre, on ne pourra plus changer le profil sportif utilisé avec chaque itinéraire

C’est totalement nul (ah oui, je suis clair). Il y a suffisamment de marques de montres GPS dont Samsung aurait pu s’inspirer. Leur implémentation est très limitante. Ca veut dire qu’on ne peut pas faire de suivi d’itinéraire avec le profil de Course à pied pour faire du trail. D’ailleurs, je trouve dommage que Samsung n’ait pas ajouté un profil Trail lorsqu’ils ont décidé d’ajouter le suivi d’itinéraire.

Je ne sais pas pour quelle raison, Samsung a dissocié le suivi d’itinéraire de l’enregistrement sportif classique. Il s’agit de 2 applications différentes. La logique est la suivante :

  • Utilise un profil de l’application sport pour enregistrer ta séance de sport lambda
  • Utilise le suivi d’itinéraire pour ta rando ou la sortie vélo du WE

Lorsqu’on opte pour le suivi d’itinéraire donc, on choisit dans l’appli de l’affecter à une activité de randonnée ou de vélo. Ensuite, sur la montre, on ne pourra plus changer le profil. La conséquence c’est qu’on n’aura pas forcément les écrans de données qu’on aurait voulus (si vous choisissez par exemple le profil Randonnée pour faire du trail avec suivi d’itinéraire).

Enfin bon, on choisit son itinéraire, on lance l’enregistrement et c’est parti en suivi l’itinéraire. On a une carto type Google Maps à l’écran (pas le top pour du trail ou de la rando en montagne), avec un itinéraire à suivre en bleu et la trace GPS en vert. Les indications de navigation sont affichées dans un bandeau en bas de l’écran.

La Galaxy Watch 5 Pro ne dispose pas de cartographie stockée dans sa mémoire. Elle télécharge la portion de carto autour de vous (plusieurs dizaines de kilomètres carrés quand même). Donc oui, vous aurez bien la cartographie hors ligne pour votre itinéraire mais non, vous ne pourrez pas consulter une portion de carte ailleurs. De même, si vous n’avez pas préparé un itinéraire à l’avance, vous ne pourrez pas consulter la carto à l’improviste.

En-dessous, on a tous les autres écrans des profils Randonnée ou Vélo, comme pour un enregistrement classique.

Au moment opportun, la montre vibre et le haut-parleur débite les indications de navigation turn by turn, les alertes hors itinéraire, etc.

On manipule la carte comme on le fait sur un smartphone, c’est encore mieux que sur l’Epix 2 :

  • Swipe pour déplacer
  • Pinch (2 doigts) pour zoomer ou dézoomer
  • Double tap pour zoomer

Je disais dans le chapitre précédent que je trouvais l’organisation de l’appli un peu fouillis, hé bien en voilà un bon exemple : je n’ai pas réussi à retrouver les itinéraires dans l’application. J’aurais voulu en supprimer un mais je ne sais pas où ils sont enregistrés. Impossible de mettre la main dessus.

Autres sports

Sport Galaxy Watch 5 Pro

On trouve 3 listes de profils sportifs :

  • Les favoris, accessibles rapidement depuis la montre
  • La liste complémentaire, accessible depuis la montre après avoir cliqué sur Plus
  • Le reste, accessible uniquement depuis l’application Samsung Health sur smartphone et parmi lesquels on peut choisir manuellement les sports qu’on veut transférer sur la montre

Ces profils sportifs, on peut les classer dans 2 catégories :

  • Les sports (course à pied, vélo, natation, randonnée, vélo elliptique, etc)
  • Les exercices de musculation (tirage vertical, flexion de bras, développé couché, crunch, etc)

Pour tous les exercices de musculation, la Galaxy Watch 5 Pro va détecter les mouvements et compter (plus ou moins bien) les répétitions et les séries. Après, on peut enchainer avec un autre exercice, puis un autre, puis un autre et le tout sera enregistré comme une seule séance. La limite, ben c’est la bibliothèque d’exercices qui n’est pas très développée et ne couvrira peut-être pas tous les exercices que vous avez l’habitude de faire.

Pour la natation, il y a 2 profils : en piscine (sans GPS) et en eau libre (avec GPS).

Pour le vélo, idem : 1 profil avec GPS pour l’extérieur et 1 sans GPS pour le vélo en salle.

Il y a d’autres profils pour la salle, comme les entrainements en circuit ou le yoga.

Tous les sports outdoor et sports collectifs sont par défaut absents de la montre. Il faut aller dans Samsung Health, passer en revue la centaine de profils pour choisir ceux qu’on veut ajouter dans la montre. Mais grosso modo, il y a tout : football, aviron, badminton, golf, ski, etc.

Les meilleures applications Wear OS pour le sport

Appli sport Galaxy Watch 5 Pro
  • Strava : l’affichage en direct n’est pas terrible, on ne peut toujours pas personnaliser les écrans de donnée, mais la sortie sera transmise directement sur Strava. Ce qui rend l’appli intéressante, c’est qu’on peut déclencher depuis la montre la Beacon (le suivi en direct type LiveTrack).
  • Komoot : bien pour le suivi d’itinéraire et l’affichage de la cartographie.
  • Sporty Go : permet de faire beaucoup de choses, avec une douzaine de profils sportifs, dont certains comblent des omissions dans la liste des profils disponibles dans l’application Samsung de base. On peut coupler des capteurs Bluetooth (ceinture cardio, capteur de cadence vélo et même Stryd), transférer les séances vers d’autres applications (Strava, TrainingPeaks, Final Surge), ajuster la fréquence de relevé des capteurs (1s, 3s, 5s, 10s, 30s, 60s), personnaliser la FCmax et la FCrepos. Le seul reproche que j’ai à lui faire, c’est la gestion des écrans de données. Franchement, c’est le bazar, il y en a plein et c’est difficile de s’y retrouver.
  • Ghost racer : couplage de capteurs Bluetooth, carto offline.
  • Outdooractive : belle cartographie téléchargeable pour un usage hors ligne, affichage des coordonnées GPS, nombreux parcours accessibles depuis l’appli (course à pied, vélo, VTT, promenade.

Lorsqu’on utilise une appli tierce pour enregistrer des activités sportives, il faut faire bien attention au réglage de détection automatique d’activité physique. Ca passe avec certaines appli (comme Strava), mais avec d’autres (comme Sporty Go), ça fait doublon : on lance un enregistrement manuel avec l’appli et au bout du 10 minutes, la montre nous avertit qu’un enregistrement automatique a été lancé.

Activité quotidienne

Suivi activité Galaxy Watch 5 Pro

L’éventail du suivi de santé est impressionnant.

Attention, il faudra éventuellement bien ajuster quelques réglages en fonction de ce que vous voulez suivre et l’impact que ça aura sur l’autonomie de la montre.

  • 3 choix pour l’enregistrement de la fréquence cardiaque : en continu, toutes les 10 minutes ou à la demande (mesure ponctuelle)
  • 2 choix seulement pour le suivi du stress : en continu ou à la demande (mesure ponctuelle à lancer depuis le widget)
  • Pour l’enregistrement du SpO2, c’est soit en continu la nuit, soit à la demande (mesure ponctuelle)

Pour profiter du maximum de fonctionnalités de suivi santé, il faudra télécharger l’application Health monitor en plus de Samsung Health. Cette appli gère l’ECG et la tension artérielle.

Pour l’ECG, les électrodes sont situées au dos de la montre et sur le bouton du haut. On place le doigt sur le bouton et on attend 30 secondes. Pour moi, ça n’a pas été très concluant. Les 4 premiers enregistrements n’ont pas fonctionné (dans un sens, il vaut mieux avouer plutôt que de donner un résultat faux). Le 5e enregistrement m’a détecté une fibrillation atriale et m’a conseillé d’aller consulter mon médecin. Bon, étant donné que j’ai été opéré 3 jours avant, je pense que c’est un problème qui aurait pu être détecté lorsque j’ai été bardé d’électrodes. Le 6e enregistrement n’a pas fonctionné et le 7e n’a détecté aucun signe de fibrillation.

Pour faire des mesures de tension artérielle, il faut d’abord étalonner la Galaxy Watch 5 Pro avec un appareil médical. Ce n’est qu’après ce premier calibrage qu’on pourra refaire des mesures en autonome. Là où ça devient vraiment contraignant, c’est qu’il faudra refaire ce calibrage tous les 28 jours.

Le capteur à impédance bioélectrique permet de déduire la composition corporelle. C’est la même technologie que certaines balances qui font ça aussi. Ca fonctionne un peu comme pour l’électrocardiogramme, sauf que cette fois, on pose 1 doigt sur chacun des 2 boutons pendant 15 secondes. Ca m’a paru fiable car les données étaient bien différentes lorsque j’ai fait faire une mesure à ma femme. Ca permet de suivre son taux de graisse ou son IMC sur l’application.

Le suivi du sommeil est complet et il faut mentionner que la Galaxy Watch 5 Pro détecte les siestes en plus du sommeil la nuit. Si elles sont assez longues, on a les mêmes analyses avec les phases de sommeil et tout. Quand on explore les détails des données dans le widget, on découvre qu’elle ne parle pas d’apnée du sommeil mais affiche le temps passé à une oxygénation sanguine inférieure à 90%. Chez moi, ça a toujours été de quelques dizaines de secondes. J’imagine que si vous avez plusieurs minutes, vous pouvez vous inquiéter et aller consulter. La détection des ronflements (un symptôme souvent complémentaire des apnées du sommeil) nécessite d’avoir son smartphone à côté de soi quand on dort.

L’affichage du widget de fréquence cardiaque est intéressant, avec une plage ‘au repos’ et des relevés de FC qui évoluent sur 24h, dans ou au-dessus de cette plage.

Lors d’un test de niveau de stress, la montre analyse la variabilité de fréquence cardiaque, la sudation, la fréquence respiratoire, etc. Tout ça pour sortir un score dont il est difficile de dire s’il est fiable.

Sinon, il ne faut pas oublier le suivi d’activité un peu plus classique :

  • Nombre de pas
  • Nombre d’étages
  • Nombre de calories
  • Distance
  • Objectif d’activité quotidienne

Montre connectée

Montre connectée Galaxy Watch 5 Pro

En plus des applications Samsung comme Pay, Messages, Bixby, Health, on trouve par défaut des applis Boussole, Calendrier, Météo, Trouver mon téléphone, Chrono, Alarme, Lecteur de musique, Enregistrement de mémo vocaux, Calculatrice, Galerie de photos, Outlook. Cette liste peut s’enrichir d’applications téléchargées sur le Play store. Et là, il y a un choix incomparable par rapport aux magasins Huawei, Fitbit ou Garmin. Il y a vraiment tout.

On accède rapidement aux applications par un swipe vers le haut qui affiche une galerie d’icônes. Alors ça demande un peu d’habitude car il faut repérer l’application voulue juste par son icône, il n’y a pas de nom.

Il n’y a pas d’application Youtube, mais en passant par le navigateur Internet et moyennant une connexion Wifi, on peut tout à fait regarder une vidéo YouTube. L’écran est petit, le son est bon et ça passe.

Le guidage se lance automatiquement sur la montre si on lance un itinéraire sur Google Maps sur le smartphone. On peut recevoir une alerte d’appel entrant, refuser l’appel et écouter le message, tout ça depuis la montre sans jamais sortir son smartphone. Oui oui, on peut écouter la messagerie grâce au haut-parleur de la montre sans sortir son téléphone de sa poche.

Par défaut, c’est Samsung Pay et l’assistant Bixby qui sont activés. Mais on peut télécharger Google assistant et wallet pour les utiliser à la place (notamment parce que j’ai toujours trouvé Bixby pourri). J’ai donc téléchargé Google assistant et affecté un raccourci (appui long sur le bouton du haut).

La personnalisation des boutons n’est pas extensive. Celui du haut sert à revenir à l’écran d’accueil. On peut y affecter 2 fonctions supplémentaires, pour un appui long et un appui double. Dommage que celui du bas n’ait qu’une fonction pour un appui court.

Il faudra ensuite prendre un peu de temps pour télécharger les applications phares comme Spotify, Strava, Calm, etc, selon votre usage. J’ai téléchargé 1 application boussole et une altimètre/baromètre pour compléter les outils outdoor. C’est pas le choix qui manque sur le Google Play store.

Parmi les commandes gestuelles, on peut décrocher un appel en secouant le bras 2 fois. Ensuite, on peut faire la conversation à sa montre. Sans une version LTE, cela nécessite quand même d’avoir son smartphone à portée de Bluetooth, mais ça évite de devoir le sortir d’une poche ou d’un sac.

On peut recevoir une notification d’un message (SMS, WhatsApp ou autre), les émoticônes et les photos sont affichés directement à l’écran. On peut aussi y répondre :

  • En dictant un message
  • En enregistrant un message vocal
  • En envoyant un émoji
  • En écrivant avec le doigt sur l’écran tactile (lettre par lettre, c’est assez long)
  • En tapant un message avec le clavier

J’ai été très agréablement surpris par le mode always on. Habituellement, dans ce genre de mode, la montre affiche l’heure en permanence mais pas avec la belle watchface colorée. Souvent, c’est une watchface diminuée, en noir et blanc. Là, ce n’est pas le cas. C’est bien la belle watchface qui reste allumée en permanence. C’est juste l’intensité lumineuse de l’écran qui est réduite au minimum.

Dans le menu accessibilité, Samsung et Google ont prévu plein de réglages pour améliorer l’utilisation de la Galaxy Watch 5 Pro pour les personnes ayant des déficiences :

  • Amélioration de la visibilité : polices à contraste élevé, correction des couleurs, inversion des couleurs, ajout d’un filtre de couleur, suppression des animations, réduction de la transparence et du flou, agrandissement, polices en gras, taille de police
  • Amélioration de l’audition : désactivation de tous les sons, son mono, balance gauche / droite
  • Interaction et dextérité : délai de l’appui prolongé, durée d’appui, non prise en compte des touches répétées
  • Saisie de texte par clavier, oralement ou par dessin

Pour le lecteur de musique, 3 choix s’offrent à vous pour écouter de la musique offline (sans smartphone) :

  • Transférer des morceaux mp3 depuis votre smartphone vers la mémoire de la Galaxy Watch 5 Pro
  • Télécharger Spotify – nécessite un compte Premium
  • Télécharger YouTube Music – nécessite un compte Premium

Pour les versions Galaxy Watch 5 4G, le streaming de Spotify est possible via la connexion 4G.

Il existe 2 fonctionnalités de sécurité :

  • Déclenchement manuel d’un SOS lors d’un triple appui du bouton du bas (attention, il faut l’avoir activé dans les paramètres)
  • Déclenchement automatique d’un SOS lorsqu’une chute est détectée (pareil, il faut l’activer car c’est désactivé par défaut)

La détection automatique des chutes peut être activée indépendamment lors de l’enregistrement des activités sportives ou lors de l’activité physique ou tout le temps.

Si vous n’avez pas une Galaxy Watch 5 4G, c’est le smartphone qui va envoyer le SOS. Il faut aussi avoir défini une liste de contact d’urgence (au moins un). Ensuite, il se passe 3 choses :

  • Envoi d’un SMS « j’ai besoin d’aide »
  • Appel téléphonique vers le contact d’urgence
  • Envoi par SMS d’un lien Google Maps avec géolocalisation

Conclusion du test de la Samsung Galaxy Watch 5 Pro

Bon, on ne va pas se mentir, il n’y a pas beaucoup de nouveautés sur les Galaxy Watch 5 par rapport aux Galaxy Watch 4. Les avancées sont en revanche significatives pour ce qui est de la Galaxy Watch 5 Pro.

C’est une pure montre connectée pour les sportifs qui ont un smartphone Samsung et qui veulent de la connectivité, un large magasin d’applications et un bon suivi santé. Cependant, le public très sportif verra des points noirs, notamment l’impossibilité de connecter une ceinture cardio et les limitations du suivi d’itinéraire. Donc le suffixe Pro est peut-être un petit peu too much. Galaxy Watch 5 Plus aurait été plus approprié. Mais bon, c’est le ‘Pro’ qui est en vogue actuellement (Fenix 6 Pro, Grit X Pro, Suunto 9 Peak Pro).

Cette version Pro attire tout de même un intérêt particulier du fait de son autonomie qui lui permet d’enchainer 3 jours ou 2 jours avec une séance de sport avant de la recharger. Alors ça rend le format assez gros (surtout en épaisseur) mais c’est quand même confortable de ne pas avoir à se préoccuper de toujours recharger sa montre. Le guidage vocal du suivi d’itinéraire ravira les gens qui sont déjà contents que leur montre connectée les assiste dans la vie de tous les jours et qui verront qu’elle peut aussi les aider sur une séance de sport ou un WE randonnée.

Vous avez trouvé ce test utile ? Soutenez le blog en commandant chez un partenaire.

Lorsque vous consultez un article de « test », vérifiez toujours qu’il contient des vraies photos prises pendant le test. S’il ne contient que des images du produit sur fond blanc, alors ce n’est pas un test. L’auteur d’un tel article l’a écrit sans jamais avoir eu le produit dans les mains. Je vous laisse juger de la pertinence de ses analyses…

Un test complet, ça demande du temps. Je ne suis pas payé pour le faire. Si vous êtes intéressé par l’achat de matériel sportif, vous pouvez me soutenir en passant par un des liens ci-dessous. Je toucherai une commission, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Samsung Galaxy Watch 5 Pro Bluetooth Bouton commander amazon
Samsung Galaxy Watch 5 Pro 4G Bouton commander amazon

3 commentaires

  • RILLH

    Bjr,

    Test intéressant, ni complaisant, ni à charge ! je réfléchis pour changer ma Fénix 3 dont le suivi GPS n’est pas extraordinaire … Une remarque sur ce point, si la montre est compatible avec les 5 constellations, elle n’est pas multibandes donc une seule constellation est utilisée à un instant « t ».

    J’ai vu un paramètre %VO2max mais existe t=il une suivi de l’évolution de la VO2max ? et savez vous comment cet indicateur est calculé par Samsung ?

    merci

    Dominique

  • David60

    Bonjour, pour une séance de running semaine avec gps ( j aimerai vraiment améliorer mes performances petit à petit et avoir des performances détaillées) du fitness et un bon suivi du sommeil, vaut il mieux se tourner vers cette montre, la Suunto 9 Peak ou la Garmin 255 music ( le fait de ne pas prendre son téléphone m’attire mais le design est très sportif ou pour aller plus loin attendre une bonne promo sur la Fenix 7 saphir. Par contre je trouve les Suunto plus jolies et cela a un peu d’importance pour moi. Y aura t il une Suunto 10 Peak?
    Je ne souhaite pas aller au delà de 500 euros.
    Merci d’avance.

    • Jérôme

      Bonjour
      Si c’est juste pour 1 sortie par semaine, vous pouvez taper moins cher : Forerunner 55 chez Garmin et Suunto 5 Peak chez Suunto. La Galaxy WAtch a l’avantage pour ses capacités connectées mais Garmin et Suunto conservent l’avantage pour la partie sportive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.