Test Fitbit Versa 3 : plus belle et avec GPS

Test Fitbit Versa 3

Encore plus de contenu sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Fitbit n’est plus la marque qui produit des bracelets qui comptent le nombre de pas quotidiens. La transformation a pris du temps, mais voilà la Versa 3, déjà la 3e génération de montre connectée de la marque (la 4e si on compte l’Ionic comme étant la première montre connectée avec GPS qu’a sorti Fitbit, en 2016).

La Versa 3, c’est la montre connectée grand public de Fitbit. A ses côtés, la marque a également lancé la Sense, avec encore plus de capteurs et qui se veut très orientée vers le suivi de la santé.

Après 2 générations de Versa plutôt orientées fitness, l’ajout d’une puce GPS fait entrer la Versa 3 dans le monde des montres de sport adaptées à la course à pied, au vélo et bien sûr à la salle de sport.

Fitbit Versa 3 : verdict

La Fitbit Versa 3 est la plus réussie de la série. En plus d’un design réussi, l’ajout d’une puce GPS évite les désagréments du GPS connecté au smartphone et rend la montre GPS encore plus autonome (avec en plus une appli Deezer offline).

POUR
Design amélioré
Ecran plus grand
Deezer
CONTRE
Bouton virtuel mal placé

Présentation

Fitbit Versa 3 présentation

Elle remplace : Versa 2

Au-dessus dans la gamme : Sense

En-dessous dans la gamme : Charge 4

Visuellement, il y a une grosse amélioration qualitative entre la Versa 3 utilisée pour ce test et la Versa 1 que porte ma femme depuis quelques années. Elle ne s’y est pas trompée et m’a directement demandé (à peine la montre déballée) si elle pourrait la récupérer à la fin du test.

Alors, qu’est-ce qui a été amélioré dans son design ?

La forme du boitier a légèrement évolué. C’est toujours une forme de carré aux angles arrondis spéciale Fitbit, mais ils sont plus arrondis (si vous voyez ce que je veux dire). Ensuite, le boitier est en métal. Ben par rapport au plastique noir de la Versa 1, ça rend vachement mieux.

La Versa, c’est un peu comme la Golf (la voiture), elle s’élargit à chaque génération : 36mm pour la Versa, 39mm pour la Versa 2 et 40mm pour la Versa 3. Mais bon, elle convient encore aux petits poignets. Ma femme a de très petits poignets et ça ne la dérange pas. Au contraire, le nouveau système de bracelet avec le bout qui rentre à l’intérieur fait qu’elle n’a pas de problème à la serrer (elle la met au 2e cran).

L’écran est plus grand et ça participe aussi à l’impression générale améliorée. Sur la Versa, on voyait distinctement l’encadrement noir autour de l’écran. Il y avait même une inscription ‘Fitbit’ en bas. Tout ça a disparu sur la Versa 3. L’écran de la Versa avait une diagonale de 3,5cm (résolution 300 x 300 pixels), celui de la Versa 3 fait 4,0cm (résolution 336 x 336 pixels). Pour comparer, c’est la même résolution que l’Apple Watch 6 40mm, dont l’écran est rectangulaire mais de même diagonale (40mm, résolution 394 x 324 pixels).

Ca permet un panel de watchfaces super colorées. Il y en a plein de téléchargement sur le Fitbit store, même si je ne suis pas fan du design de la majorité d’entre elles (chacun ses goûts).

Par défaut, l’écran AMOLED s’éteint automatiquement au bout de 10 secondes. Il est toutefois possible d’activer l’allumage en permanence grâce à un simple bouton raccourcis. On peut aussi régler la luminosité (manuellement ou automatiquement).

Les boutons ont disparu, complètement. Maintenant, on contrôle l’interface grâce à l’écran tactile et un bouton virtuel situé sur le côté gauche du boitier. C’est la même technologie qu’utilise Fitbit sur le Charge 4. Le fonctionnement est simple : il y a une petite encoche sur le côté du boitier, il suffit de la presser et ça déclenche la fonction annuler/retour en arrière, accompagnée d’une petite vibration.

Sauf que là, je ne suis pas fan. Déjà, on ne peut pas choisir le côté sur lequel se trouve l’encoche en fonction du poignet sur lequel on porte la montre. Mais le pire, c’est que l’encoche est située trop près de la peau, sur une partie du boitier qui est en chanfrein vers l’intérieur. Je n’ai pas spécialement des gros doigts mais je suis quand même obligé de soulever légèrement le boitier de mon poignet pour arriver à faire fonctionner le bouton virtuel.

Le bracelet est super. Wahoo, j’adore la sensation au touché. C’est lisse, c’est doux… C’est un système de fixation à la Apple Watch, avec le bout du bracelet qui rentre à l’intérieur du bracelet.

Fibit a changé le système d’accroche rapide du bracelet au boitier. C’est super simple à opérer, il suffit d’appuyer sur un bouton à la base du bracelet et de le retirer. Le cran qui retient le bracelet n’est pas super marqué et en tirant dessus très fort, j’ai réussi à arracher le bracelet. Je ne pense pas qu’on puisse perdre la montre ainsi (j’ai vraiment dû bourriner) mais attention quand même quand le système va s’user avec le temps.

Fitbit a noué plein de partenariats et propose un très large choix de coloris, de formes et de matières. Mais rappelez-vous que le nouveau système de fixation du bracelet rend tous les anciens bracelets Fitbit incompatibles avec la Versa 3.

Au niveau des capteurs, il y a 2 évolutions. La première, c’est bien sûr l’ajout d’une puce GPS/GLONASS, qui n’est utilisée que lors d’enregistrement d’activités sportives en extérieur. C’est pas grand-chose, mais je trouve ça largement plus fiable que le GPS connecté, qui dépend de la connexion avec un smartphone et qui peut parfois merdouiller un peu. La seconde, c’est le changement de capteur cardio optique, qui intègre maintenant un capteur d’oxygénation sanguine (SpO2) utilisé la nuit.

Fitbit n’accepte toujours pas qu’on puisse coupler une ceinture cardio histoire d’améliorer la fiabilité des données de fréquence cardiaque pendant le sport. C’est simple, on ne peut connecter aucun capteur externe à la Versa 3. C’est un point majeur qui distingue la Versa 3 d’une vraie montre GPS pour les sports d’endurance.

A côté de ça, il y a aussi un micro, qui permet d’interagir avec l’assistant virtuel Alexa ou alors de répondre aux messages oralement (voir la partie montre connectée en fin d’article).

L’interface est simple à prendre en main. Je la trouve même plus belle qu’avant (évolution de Fitbit OS). En glissant un doigt du haut vers le bas, on fait apparaître les notifications.

De bas en haut, ce sont les statistiques de suivi d’activité. Le panneau commence par la météo du jour (c’est bien pensé, rapidement accessible), suivie par :

  • Les statistiques de base : pas, étages, distance, calories brûlées, minutes en zone active
  • Les statistiques avancées (il faut activer leur affichage dans les paramètres) : fréquence cardiaque, heures actives, exercices, alimentation, sommeil, cycle menstruel, eau, poids

Et le panneau se termine par l’exercice de respiration guidée pour se relaxer.

De gauche à droite, on fait apparaître un panneau de 6 raccourcis :

  • Ne pas déranger
  • Mode sommeil
  • Luminosité
  • Volume
  • Activation de l’écran (automatique ou manuel)
  • Affichage permanent

Enfin, de droite à gauche, on navigue à travers les pages d’applications (4 par écran), par exemple :

  • Suivi d’activité quotidienne, sport, paramètres, alarme
  • Minuterie, météo, relax, agenda
  • Portefeuille, watchfaces, trouver mon téléphone, coach
  • Alexa, Deezer

Franchement, la navigation est fluide. Parfois, certaines applications sont un peu longues à s’ouvrir. C’est le cas de l’application Aujourd’hui, qui sert à suivre l’activité quotidienne plus en détails que dans le panneau qu’on glisse du bas, pour afficher des graphiques par exemple.

Ce qui est dommage, c’est que Fitbit OS ne permet pas de bouger simplement les icônes comme on le ferait sur un smartphone. Il faut aller dans l’appli Fitbit pour faire ça.

Pendant longtemps, avec Fitbit, on était limité à 8 profils sportifs sur la montre, à choisir parmi une vingtaine depuis l’application sur smartphone. Sur la Versa 3, on a tout sur la montre :

  • Running, tapis de course
  • Vélo
  • Circuit training, exercice, musculation, HIIT, spinning, stepper, vélo elliptique
  • Marche, randonnée
  • Arts martiaux, kickboxing
  • Boot camp
  • Golf, tennins
  • Natation
  • Yoga, pilates

Je ne m’explique toujours pas cette idylle de Fitbit avec le kickboxing…

Fitbit fait maintenant un focus sur le cardio. Pendant une séance, vous pouvez activer une alerte de zone cardio, qui vous indiquera si vous être en train de brûler des graisses ou travailler votre capacité cardio vasculaire. Après un entrainement avec GPS, le tracé de votre sortie course à pied/vélo/rando est coloré par tronçon en fonction de la zone cardio.

La Versa 3 s’intègre bien avec les smartphones. Elle reçoit les smart notifications avec la possibilité d’y répondre lorsqu’on utilise un téléphone Android. Elle a une appli météo, une autre pour le calendrier, le paiement sans contact Fitbit Pay. Et un lecteur de musique, qui fonctionne avec des plateformes de streaming Deezer et Spotify mais n’accepte plus les mp3.

Télécharger le manuel utilisateur

Autonomie

Fitbit Versa 3 autonomie

Fitbit annonce 6 jours d’autonomie en usage quotidien. Avec quelques séances de sport, j’ai rechargé la Versa 3 à peu près tous les 5 jours lors de ce test.

En enregistrement GPS, Fitbit annonce 12 heures et moi j’ai mesuré 12h. C’est plutôt pas mal, considérant que cette montre ne s’adresse pas aux ultra traileurs. Parce que même si vous avez envie de vous challenger sur le marathon de Paris l’année prochaine, ça sera largement suffisant.

La recharge est super rapide. Une heure suffit quasiment à la recharger (pas tout à fait). Mais surtout, il suffit de 12 minutes pour regagner 1 journée d’autonomie sans sport. Ca devrait sauver la vie de quelques étourdis.

Fitbit Versa 3 noir Bouton commander i-run

Champs de donnée

Fitbit Versa 3 champs donnée

Temps : total, tour

Distance : totale, tour

Allure : instantanée, moy

Vitesse : instantanée, moy

Fréquence cardiaque

Calories

Pas

Heure

Minute en zone active

Sports avec GPS

Fitbit Versa 3 running

Fitbit a conservé son concept d’écran à 3 données sur lequel on peut personnaliser celles du haut et du bas (et qui resteront fixes) et choisir quelles métriques on veut faire défiler sur le champ de donnée du milieu.

Sur le profil running, on peut paramétrer, avant de partir :

  • Un objectif : minutes en zone active, distance, temps, calories
  • Notifications de zone cardio
  • Tours automatiques
  • Pause automatique
  • Démarrage automatique
  • Affichage permanent
  • Champs de donnée

Ca ne va pas plus loin, on ne peut pas programmer de séance de fractionné. La nouveauté qui peut être intéressante, c’est l’alerte de zone cardio. C’est une alerte qui retenti quand on change de zone cardio. Fitbit a une définition assez simpliste à 3 zones cardio (plus simpliste que les 5 ou 7 zones cardio qu’on trouve dans d’autres méthodes pour les sports d’endurance). Le principal usage qu’on peut en faire, c’est de cibler une séance brûlage de graisses ou une séance entrainement cardio. Sans caricaturer, je pense que c’est en cible avec ce que les utilisateurs de montres Fitbit cherchent.

Dans l’application, on peut rentrer manuellement la longueur de foulée en course à pied ou en marche. Ou alors on peut laisser la Versa 3 les calculer automatiquement (il faut faire une activité de chaque type avec le GPS activé). Ces 2 valeurs sont importantes, car c’est grâce à elles que la montre sera capable de calculer la distance parcourue lorsque le GPS est désactivé (sur un tapis de course par exemple).

L’accroche GPS est assez rapide. C’est un des intérêts d’avoir une puce GPS directement dans la montre. Avec le GPS connecté (la montre qui récupère les données GPS du smartphone via Bluetooth), parfois c’était long, parfois ça ne fonctionnait pas. Là au moins, pas de mauvaise surprise.

La luminosité des écrans AMOLED est toujours un sujet sensible. Pour toute la durée de ce test, j’ai toujours utilisé le réglage ‘moyen’ (c’est le réglage du milieu des 3 options d’intensité lumineuse) et je n’ai eu aucun problème de lisibilité. Ca ne rend pas super bien sur les photos mais c’est tout à fait lisible. Après, je n’ai pas réalisé ce test en août…

On peut activer un résumé vocal en cours d’activité. Depuis l’application, on peut choisir quelles données seront communiquées (distance, temps, allure moyenne, temps de passage depuis la dernière alerte, calories) et la fréquence à laquelle on veut les entendre (en minutes ou selon la distance). Il suffit ensuite de connecter un casque audio en Bluetooth.

Lors d’une sortie running, l’enregistrement s’est arrêté sans que je comprenne pourquoi. Je suppose que c’est un contact avec la peau de mon poignet qui a activé le bouton virtuel. Encore une raison pour dire qu’il n’est pas top…

Sports sans GPS

Fitbit Versa 3 sport

Tous les profils sportifs en salle se ressemblent dans leur mode de fonctionnement. Ils ne mesurent quasiment rien d’autre que la fréquence cardiaque, les minutes en zone active et les calories brûlées. Il n’y a pas, par exemple, de comptage automatique des répétitions et des séries. Vraiment, le seul intérêt d’utiliser un profil plutôt qu’un autre, c’est de pouvoir les distinguer dans la liste de toutes vos séances sportives sur l’appli Fitbit.

Ah oui, parce qu’il n’y a aucun moyen de consulter les statistiques d’une activité passée depuis la Versa 3. Ca, c’est un peu pénible parfois. Genre vous finissez votre séance, vous allez à la douche et là, si vous voulez consulter les stats de votre séance, ben c’est trop tard. Il faut sortir votre smartphone, faire une synchro et consulter l’appli Fitbit.

La programmation d’entrainements se limite à des séances de HIIT. Mais ça reste une séance simple, basée sur une seule série de répétitions. On fixe donc 3 paramètres :

  • Durée de travail
  • Durée de récupération
  • Nombre de répétitions

Ca permet de faire du Tabata ou des trucs comme ça.

On peut suivre des séances des séances de renforcement musculaires en direct depuis la montre. Les séances sont toutes faites, on les trouve dans l’application Fitbit. Ensuite, lorsqu’on les lance sur la Versa 3, on a une présentation vidéo de chaque exercice pour montrer le mouvement à réaliser. Puis le chrono se lance pour la durée de cet exercice. Et après, ça enchaine avec le suivant, etc.

Je ne sais pas quel est le problème de Fitbit avec la natation. La Versa 3 dispose bien d’un profil de natation, sur lequel on peut paramétrer la longueur de la piscine (25 ou 50m) afin de calculer automatiquement la distance parcourue à partir du comptage du nombre de longueurs.

C’est bien joli, mais Fitbit n’a pas daigné afficher ces données à l’écran. Pendant la séance, on n’a que le chrono et rien d’autre. Donc impossible de savoir où on en est. Pourtant, en fin de séance, après une synchronisation, on a bien la distance dans l’application Fitbit. Etrange…

Strava

Fitbit Versa 3 Strava

Les comptes Strava et Fitbit peuvent être liés. Le transfert des données enregistrées par la Versa 3 sont ainsi automatiquement transférés vers Strava. Et ça fonctionne aussi dans l’autre sens : une séance enregistrée sur Strava sera prise en compte dans le calcul des minutes en zone active.

Depuis le Fitbit store, on peut télécharger une application Strava qui va s’installer sur la Versa 3. On peut alors utiliser cette application à la place des profils sportifs classiques de Fitbit. Honnêtement, cette appli est basique et n’apporte pas grand-chose. Il y a 2 profils sportifs, course à pied et vélo, mais on ne peut pas personnaliser l’affichage des données. Bref, ça n’apporte pas vraiment de plus par rapport aux profils Fitbit par défaut.

En fin de séance, on trouve des données de base comme la distance, l’allure moyenne, le dénivelé et la trace GPS. On peut aussi visualiser directement la tendance de l’allure sur l’itinéraire emprunté, par rapport aux sorties passées.

Précision GPS / cardio

Je l’ai déjà dit, la Versa 3 ne cherche pas à venir concurrencer les Fenix 6 sur le marché de l’ultra trail. Je ne m’attendais donc pas à ce que la précision GPS soit au top. Et finalement, la trace GPS de la Versa 3 est à peu près correcte. Ne focalisez pas sur la distance totale lors de cette première sortie, il y a eu un souci en cours d’enregistrement (qui ne s’est jamais reproduit après).

Bon, on note quand même un écart sur le passage sur la berge de droite.

En ville, c’est pas trop mal non plus. Au final, il n’y a pas de différence notable avec les autres montres GPS.

En forêt, la Versa 3 se comporte aussi bien que la moyenne des montres GPS, même si on remarque quelques écarts sur la berge à gauche et dans la forêt à droite. Mais sans grande conséquence.

Sur une sortie trail, la trace GPS de la Versa 3 s’écarte un peu plus du chemin. Là encore, peu d’impact sur la distance finale. Par contre, ces écarts vont se révéler dans l’allure instantanée, qui va osciller et devenir difficilement exploitable.

Au niveau du cardio optique, ce n’est pas parfait non plus. Pour commencer, une sortie sans grosse intensité et assez constante. Résultat moyen.

Sur la prochaine sortie, avec plus de variations d’intensité, entre 140 et 160bpm, on voit que la Versa 3 arrive à suivre les pics, mais pas tous. Il y a des écarts, mais au global, c’est pas trop mal quand même.

Cette fois, je ne sais pas pourquoi, mais c’est catastrophique. On voit queles pics sont à peu près bien suivis, mais la fréquence cardiaque sur tout le reste de la sortie est complètement aux fraises. Avec un tel suivi, on ne peut pas se fier sur la fréquence cardiaque pour mesurer son effort.

Et puis la bonne surprise est arrivée sur la dernière sortie de ce test. En trail en plus ! Là, franchement, c’est vraiment pas trop mal. Les variations sont très marquées et à part quelques pics écrétés, l’enregistrement est assez correct.

Suivi d’activité quotidienne

Fitbit Versa 3 suivi activité

Le suivi d’activité quotidienne, c’est l’origine de Fitbit. Ils font ça bien, parce qu’ils arrivent à présenter joliment les données sans que ce soit compliqué, aussi bien sur la montre que sur l’application.

L’appli permet de suivre beaucoup de choses, soit automatiquement (grâce aux capteurs de la montre), soit manuellement (en entrant des données directement dans l’appli).

Par exemple, automatiquement :

  • Pas
  • Etages
  • Distance
  • Calories brûlées
  • Minutes en zone active
  • Fréquence cardiaque
  • Heures actives
  • Exercices
  • Sommeil (durée, phases, etc)
  • Fréquence respiratoire (pendant le sommeil)
  • Oxygénation sanguine (pendant le sommeil)

Et manuellement :

  • Alimentation
  • Cycle menstruel
  • Eau
  • Poids

La seule donnée présentée un peu bizarrement, c’est l’oxygénation sanguine (SpO2). Au départ, j’ai même pensé, pendant 3 jours, que ma Versa 3 n’enregistrait pas le SpO2. Jusqu’à ce que je change de watchface pour adopter la watchface de Fitbit présentant le SpO2 de la nuit passée. Je n’ai pas compris pourquoi c’était présenté sur une watchface et pas comme un widget.

Et puis j’ai remarqué que la mesure nocturne de SpO2 était bien transférée dans l’application, tout en bas de l’analyse du sommeil. Mais elle est présentée différemment. Sur la montre, c’est un pourcentage qui est présenté, genre 96%. Ca nous fait une belle jambe. Dans l’appli, il n’y a même pas d’échelle, juste un graphique qui montre les variations de SpO2 (et non plus une valeur absolue). Cette fois, un texte explique que de fortes variations de SpO2 peut être le résultat d’apnées du sommeil.

Et on touche là quelque peu l’aveu d’échec de la recherche de Fitbit. En 2016, Fitbit annonçait déjà que la Blaze et l’Ionic avaient un capteur de SpO2 qui n’était pas encore activé. Fitbit disait travailler sur la détection de l’apnée du sommeil. Quelques années plus tard, Fitbit n’a toujours pas réussi à produire un algorithme qui détecte les apnées du sommeil. Mais rien à foutre, ils ont transformé ça en une super nouvelle fonctionnalité sur la Versa 3 qui nous balance un pourcentage sans nous dire si c’est bien, mal ou s’il faut faire quelque chose pour l’améliorer. Un peu limite comme message marketing… Bref, moi, je trouve ça inutile.

Et puis Fitbit, c’est aussi plein de fonctionnalités pour rester motivé, se bouger, lancer des défis, suivre des séances de sport virtuelles, etc. Pour ça, Fitbit a une expérience solide. On peut se fixer différents objectifs, à l’heure, à la journée, à la semaine, au mois, etc. J’aime bien les randonnées virtuelles (même si à force, je les ai déjà toutes faites).

La façon dont Fitbit compte les minutes en zone active est particulière. L’idée, c’est de trouver un indicateur d’activité physique un peu plus global que les 10 000 pas par jour. Alors Fitbit a essayé de retranscrire une recommandation de l’OMS qui est de faire 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ou au moins 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue par semaine, ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.

Une minute ne vaut pas toujours une minute en fonction de la zone cardio dans laquelle vous étiez. Donc vous pouvez gagner 86 minutes en zone active sur une sortie running de 50 minutes (parce que les minutes en zone 3 comptent double). Mais du coup, je trouve un peu difficile de se représenter cette métrique. Enfin, faut pas trop réfléchir, l’objectif étant d’arriver à 150 à la fin de la semaine.

Montre connectée

Fitbit Versa 3 montre connectée

La Versa 3 est une vraie smartwatch. Fitbit a son propre magasin d’applications. Mais il n’a pas la profondeur de ce que peuvent proposer Apple ou Samsung. Concrètement, il est très riche en watchfaces mais il y a quand même peu d’applications utiles.

La Versa 3 reçoit les notifications, normal. Toutes les notifications, SMS, WhatsApp, Facebook, email, etc, normal. Avec un iPhone, ça s’arrête là. Avec un smartphone Android, c’est plus cool. On a la possibilité de répondre directement depuis la montre, grâce à 3 boutons à l’écran :

  • Envoyer un émoticone
  • Envoyer un court message pré-écrit
  • Répondre en dictant son texte oralement

Bien évidemment, les 2 premières options sont les plus utiles pour être discret en réunion. Mais la dernière option est de loin la plus cool. Ma femme l’a testée et à ma grande surprise, ça fonctionne bien, même en français. Par exemple « bisous mon chéri, je t’aime bien » est passé tel quel. Fitbit OS a même placé la virgule au bon endroit. J’ai été épaté. Bon, la Versa 3 n’étant pas équipée d’une carte SIM, le message ne partira que via votre smartphone connecté en Bluetooth. Elle ne peut pas recevoir ni envoyer de messages en autonome.

Le lecteur de musique a une petite restriction, qui est loin d’être insignifiante. On peut transférer dans la mémoire de la Versa 3 des playlists de Deezer, mais plus de mp3. Il y a bien Spotify aussi, mais pour lequel Fitbit ne propose qu’une télécommande et pas de stockage de la musique. Ca fait une différence énorme, puisqu’avec Deezer, vous pouvez partir faire du sport en musique juste avec la montre et un casque audio Bluetooth, alors qu’avec Spotify, c’est en fait votre smartphone qui va jouer la musique et la Versa 3 ne vous servira qu’à mettre pause, monter le son, etc.

La musique se transfère via Wifi. Il faut se connecter, puis aller sur un navigateur internet vers une URL indiquée à l’écran. Pas forcément le moyen le plus simple mais bon, on ne fait pas ça tous les jours.

La Versa 3 permet de payer sans contact. Mais comme avec toutes les montres connectées qui proposent le paiement sans contact, il faut aller vérifier sur le site de la marque pour savoir avec quelles banques ce service est compatible dans votre pays.

Fitbit a intégré Alexa, l’assistant virtuel d’Amazon. Franchement, il fonctionne bien mieux en français que Bixby, l’assistant de Samsung que j’ai déjà pu tester. Après, il faut faire confiance à Amazon sur le fait qu’il ne vous espionne pas…

Fitbit a déjà annoncé 2 améliorations qui viendront par mise à jour durant l’hiver 2020/21 :

  • Ajout de la possibilité de répondre à un appel téléphonique en parlant à sa montre (pour peu qu’elle soit à portée Bluetooth du smartphone)
  • Ajout de l’assistant virtuel de Google (normal, Google a racheté Fitbit)

Conclusion du test

Fitbit Versa 3 avis

Entre l’amélioration du design, de l’interface de Fitbit OS et des capacités sportives grâce à l’ajout du GPS, je trouve cette Versa 3 aboutie et en tout cas agréable à utiliser.

Bien sûr, elle ne soutiendrait pas la comparaison avec une Garmin Vivoactive 4 ou une Polar Ignite sur la partie purement sportive. La Versa 3 reste encore assez limitée dans ses possibilités de paramétrage des profils sportifs et d’analyse des données sportives.

Mais pour quelqu’un qui ne pratiquerait du sport qu’occasionnellement et souhaiterait par contre avoir un suivi général complet, alors c’est une bonne option. Bref, c’est une montre connectée pour le fitness dont le GPS servira pour une sortie running ou une rando de temps en temps.

Et pis le prix est intéressant. Le rapport fonctionnalités/prix de la Versa 3 est notamment plus intéressant que celui de la Sense.

Vous avez trouvé ce test utile ? Soutenez le blog en commandant chez un partenaire.

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat de matériel sportif et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Fitbit Versa 3 noir Bouton commander i-run
Fitbit Versa 3 rose Bouton commander i-run

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.