Test Grit X2 Pro : Polar devient crédible pour le trail

Grit X2 Pro test

Encore plus de contenu sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Polar a débuté en 2020 une série dédiée au trail, initialement avec la Grit X, puis la Grit X Pro. En 2024, on passe maintenant à la Grit X2 Pro.

La sortie de la Grit X2 Pro s’accompagne d’une évolution stratégique. Jusqu’à maintenant, la communication de Polar a toujours positionné la Vantage V comme étant le top de la gamme Polar, même avec l’apparition de la Grit X Pro. Cette fois, Polar a clairement positionné la Grit X2 Pro au-dessus de la Vantage V3, allant même jusqu’à prendre comme slogan « probablement la montre la plus incroyable que nous ayons jamais conçue ».

Polar s’engage aussi à fond dans le virage vers l’AMOLED. La Grit X2 Pro est avant tout une déclinaison de la Vantage V3 avec un boitier plus robuste et une vitre en saphir. On y retrouve également tous les nouveaux capteurs de la marque, comme une puce multi GNSS double fréquence et un capteur cardio + oxygénation sanguine + électrocardiogramme. Sans oublier la cartographie et des capacités de navigation améliorées.

Test Grit X2 Pro : le verdict

Avec l’amélioration de la navigation et l’apparition des données de vitesse verticale, la Grit X2 Pro est sans conteste la montre GPS de Polar la plus aboutie pour le trail ; mais pas en avance sur la concurrence.

POUR
Amélioration des capacités de navigation
Tests de performance
Suivi de la charge d’entrainement
Analyse de la récupération
CONTRE
Prix
Turn by turn seulement via Komoot

Ce qui est nouveau sur la Grit X2 Pro

Grit X2 Pro nouveauté
  • Ecran AMOLED 454 x 454 pixels
  • Ecran plus grand (35 mm contre 30,5 mm)
  • Boitier plus large (49 mm contre 47)
  • Boitier plus épais (13,4 mm)
  • Puce multi GNSS double fréquence
  • Nouveau capteur cardio
  • Oxymètre de pouls (SpO2)
  • Capteur d’électrocardiogramme (ECG)
  • Capteur de température cutanée
  • Autonomie augmentée
  • Cartographie
  • Trace GPS petit poucet
  • Synchronisation des itinéraires Strava
  • Champs de donnée de vitesse verticale
  • Vitesse 3D en trail
  • 32 Go de mémoire
  • Boost de sommeil
  • Lampe de poche d’appoint
  • Nouvelles watchfaces
  • Microprocesseur plus puissant (interface 2,5 fois plus rapide)
  • Bracelets standards de 22 mm
  • Augmentation de prix (+250€)

Présentation de la Grit X2 Pro

Grit X2 Pro présentation

Je trouve le design de la Grit X2 Pro intéressant. On ne va pas se le cacher, elle ressemble fortement aux Epix de Garmin. Elle a l’allure générale d’une grosse montre avec une grosse lunette, des marquages de boussole, des vis apparentes et quelques renforts discrets sur le côté du boitier.

La version Titan adopte une lunette au design un peu plus agressif. Et je dois dire qu’elle emporte ma préférence. Dans les faits, la seule différence entre la version standard et la version Grit X2 Pro Titan, c’est l’utilisation de titane à la place de l’acier. Ca entraîne une légère réduction du poids de la montre mais les autres caractéristiques restent en tout point identiques (saphir, carto, fonctionnalités). La version Titan est vendue plus chère et inclue un bracelet en cuir en plus du bracelet silicone.

Question look, je dirais que la Grit X2 Pro se rapproche de l’Epix Pro et la Grit X2 Pro Titan un peu plus de la T-Rex Ultra.

En tout cas c’est un look bien plus typé que la Vantage V3 toute en courbes avec ses airs de grosse Google Pixel Watch.

Le boitier est gros mais pas énorme. La Grit X2 Pro est à ce jour la plus grosse montre GPS de Polar, avec un boitier de 49 mm de large, contre 47 pour la Grit X Pro et la Vantage V3. C’est le format également adopté par Suunto pour ses Vertical et Race. Mais plus petit que les concurrentes de COROS et Garmin (VERTIX 2 et Epix Pro – 51 mm).

Cela dit, ça va paraitre surprenant, mais elle est plus fine que la Vantage V3 (13,4 mm contre 14,5 mm). C’est surprenant car habituellement, les triathlètes ont tendance à privilégier des montres GPS fines, qui gênent moins le retrait de la combinaison de natation.

La vitre qui recouvre l’écran est en saphir, donc inrayable. Heureusement, parce qu’elle affleure parfaitement avec la lunette, qui ne lui offrira aucune protection contre les coups et rayures. C’est une autre différence avec la Vantage V3, qui avait un écran aux bords arrondis sur l’extérieur, celui de la Grit X2 Pro est plat.

Chose assez rare pour Polar, mais classique pour ce segment de montres GPS, la Grit X2 Pro est étanche à 100 m. Elle a également été testée conformément à la norme MIL-STD-810 de robustesse des matériels de l’armée américaine.

Le bracelet de 22 mm de large reprend les caractéristiques des précédentes Polar, avec une texture de surface qui donne l’impression qu’il est tissé. Il est bicolore, noir à l’extérieur et gris à l’intérieur, mais ça ne se voit pas lorsqu’on porte la montre au poignet. La boucle est en acier et de section ronde. La singularité se trouve au niveau du premier centimètre de chaque côté, avec 3 ondulations qui apportent un peu de souplesse supplémentaire. A cet endroit, il est plus fin et j’espère que ça ne se transformera pas avec le temps en un point de rupture.

Le bracelet peut être retiré sans difficulté avec un système de tirette sur la tige pour le remplacer.

La Grit X2 Pro Titan est livré avec 1 bracelet silicone et 1 bracelet en cuir.

L’ensemble pèse 79 g. Mine de rien, pour ce format, ça en fait la montre GPS de trail la plus légère du marché. Plus légère que la Vertical (84 g), la VERTIX 2 (91 g) et l’Epix Pro – 51 mm (98 g). Après, bien sûr, il y a des options plus petites qui sont moins lourdes, comme l’APEX 2 Pro à 52 g.

La Grit X2 Pro Titan pèse 64 g, ce qui fait une réduction sensible du poids, là encore plus légère que ses concurrentes en titane (Vertical Solar à 76 g, Epix Pro – 51 mm Sapphire à 88 g et VERTIX 2 à 91 g).

Dans ce boitier, Polar a pourtant logé le même écran que l’Epix Pro – 51 mm et la Vantage V3, c’est-à-dire un écran AMOLED tactile de 35 mm de diamètre et 454 x 454 pixels de définition. Il est super réactif, bien plus que les écrans tactiles de la Grit X Pro ou de la Vantage V2 (les écrans ne se bloquent plus entre 2 widgets). Il peut monter à une luminosité de 1050 nits. On va pas chipoter, c’est pareil que les options AMOLED de Garmin et Suunto (1000 nits).

Par défaut, il fonctionne en permanence en mode extinction automatique, pour afficher l’heure comme pour une séance de sport. L’allumage de l’écran se fait soit par une pression de bouton, soit par rotation du poignet. On peut changer ça pour basculer sur un mode d’allumage permanent pour afficher l’heure ou individuellement pour chaque profil sportif.

En revanche, on ne peut pas désactiver le tactile.

Toutes les commandes peuvent aussi se faire via les 5 boutons et l’interface classique de Polar.

Les widgets défilent horizontalement. On peut choisir ceux qu’on veut afficher mais on ne peut pas en changer l’ordre.

  • Heure
  • Activité quotidienne
  • Résumé de la semaine
  • Nightly recharge
  • Boost du sommeil
  • Température nocturne
  • Suggestions d’entrainement FitSpark
  • Navigation
  • Lever et coucher du soleil
  • Météo
  • Commandes de lecteur de musique

L’interface est complétée par un panneau de raccourcis qu’on fait descendre par un glissement de doigt vers le bas.

Vers le haut, on fait apparaître les notifications non vues.

On retrouve dans la Grti X2 Pro les mêmes capteurs que la Vantage V3 :

  • Puce multi GNSS double fréquence
  • Altimètre barométrique
  • Capteur cardio optique avec oxygénation sanguine (SpO2)
  • Electrocardiogramme (ECG)
  • Capteur de température cutanée

Néanmoins, si les électrodes sont là, la Grit X2 Pro n’utilise pas son capteur ECG pour réaliser un électrocardiogramme comme le fait Apple dans le but de déceler une fibrillation atriale. Polar a opté pour un montage basique, similaire à ce qu’a fait COROS sur les APEX 2 et VERTIX 2S. C’est-à-dire que le capteur ECG est utilisé dans le cadre des différents tests de condition physique pour améliorer la fiabilité des résultats de FC et VFC et se passer de ceinture cardio.

Polar a développé un algorithme qui va corriger les données de fréquence cardiaque enregistrées par le capteur cardio optique de la Grit X2 Pro. Concrètement, rien ne changera en direct. L’écran affichera la FC relevée par le capteur cardio optique. Mais au moment de l’enregistrement dans la mémoire de la montre, s’il y a des valeurs aberrantes (genre une chute à 89 bpm pendant quelques secondes au milieu de votre séance de seuil), elles seront corrigées par interpolation au moment de l’enregistrement. Ce sont donc les données corrigées qui seront ensuite transférées à Polar Flow (puis éventuellement Strava).

On peut en complément coupler tout type de capteurs en Bluetooth :

  • Capteurs cardio (ceinture ou brassard)
  • Capteur de puissance en course à pied (Stryd)
  • Capteurs vélo (vitesse, distance, puissance)

Et on peut également activer la diffusion de fréquence cardiaque de la Grit X2 Pro vers un autre appareil connecté en Bluetooth.

La Grit X2 Pro est une montre GPS multisports complète, avec la possibilité de faire du triathlon. Elle propose énormément d’outils sportifs. Les mêmes que la Vantage V3. Voici les possibilités offertes pour l’entrainement :

  • Alertes
  • Contre la montre (distance et chrono cible)
  • Intervalles depuis la montre
  • Programmation d’une séance d’entrainement complexe depuis Polar Flow
  • Suggestion d’entrainements quotidiens FitSpark
  • Segments Strava live

FitSpark est un algorithme de suggestion d’entrainement très complet. Il propose chaque jour entre 4 et 6 séances, soit de cardio (qu’on peut réaliser avec n’importe quel profil sportif), soit de renforcement musculaire, soit d’étirements. C’est adaptatif, c’est-à-dire qu’il prend en compte le niveau sportif, votre historique d’entrainement et la qualité de la récupération de la nuit pour moduler la difficulté des séances proposées.

Le suivi de la charge d’entrainement se fait via un widget de statut de charge cardiaque (qu’on pourrait appeler statut d’entrainement) sur la montre. Polar Flow offre néanmoins bien plus de possibilités d’analyse.

Un premier domaine pour lequel Polar se distingue des concurrents, c’est celui des tests guidés. L’ajout du capteur ECG permet de se passer de ceinture cardio pour certains tests (ceux qui se font en restant immobile).

  • Test orthostatique
  • Test de récupération de jambes
  • Oxygénation sanguine (SpO2)
  • Electrocardiogramme (ECG)
  • Test de performance (marche)
  • Test de performance (course)
  • Test de performance (vélo)
  • Test fitness

La récupération peut être suivie de 2 manières, avec Recovery Pro (nécessite de réaliser au moins 3 tests orthostatiques par semaine), ou via la variabilité de fréquence cardiaque de Nighlty Recharge (moins contraignant car inclus dans le suivi du sommeil).

Après, la Grit X2 Pro embarque encore quelques algorithmes maison comme FuelWise pour les alertes de nutrition intelligentes qui s’adaptent en fonction de la consommation de calories ; ou HillSplitter pour la détection automatique et l’ajustement de l’affichage des montées et descentes.

La cartographie est gérée à 2 niveaux. En sortie d’usine, la Grit X2 Pro embarque dans sa mémoire une carte de base qui couvre l’Europe et l’Amérique du Nord. Ensuite, on peut aller sur le site Polar Flow pour télécharger des cartes supplémentaires (d’autres zones) ou complémentaires (des cartes topo qui affichent plus de détails, comme les sentiers et les courbes de niveau), dans la limite des 32 Go de capacité de la mémoire de la montre.

La navigation est complétée par le suivi d’itinéraire GPX, avec les alertes turn by turn si l’itinéraire a été tracé sur Komoot. Polar a noué un nouveau partenariat qui permet de transférer automatiquement les itinéraires de Strava.

Avec ses nouveaux capteurs, la Grit X2 Pro mesure encore plus de données en continu : nombre de pas, distance, étages gravis, fréquence cardiaque, calories brûlées, heures en mouvement / debout / assis, phases de sommeil, fréquence respiratoire, température cutanée, etc.

La force de Polar dans ce domaine, c’est la présentation des données dans Polar Flow qui est très claire.

Polar dispose des algorithmes les plus avancés pour l’analyse du sommeil, décomposée en 3 volets :

  • Sleepwise, pour les phases du sommeil
  • Nightly recharge (mesure la VFC), pour la récupération
  • Boost du sommeil, pour l’impact de votre nuit de sommeil sur la journée à venir (pics d’énergie et coups de barre liés au cycle circadien)

Après, il y a quelques petits points qui méritent des explications, comme les limites de l’ECG ou de la prise de la température cutanée. Je développerai tout ça dans la section de suivi quotidien / santé ci-dessous.

Il y a aussi le guide Serene pour faire des exercices de relaxation par la respiration.

Les fonctionnalités connectées n’ont pas évolué et sont assez succinctes :

  • Smart notifications
  • Contrôle de lecteur de musique du smartphone
  • Météo

Télécharger le manuel utilisateur

Autonomie

Grit X2 Pro autonomie

Pour ce qui est de l’autonomie, Polar annonce jusqu’à 57 h en mode GPS seul et 43 h en mode multi GNSS double fréquence. C’est à peu près au niveau des Epix Pro, mieux que la 47 mm et moins bien que la 51 mm (la Grit X2 Pro mesure 49 mm de large). C’est moins bien que la Suunto Race.

La subtilité, c’est que Polar annonce des performances avec l’extinction automatique de l’écran. Or, si on passe la Grit X2 Pro en allumage permanent, l’autonomie tombe aux alentours de 24 h en GPS seul. Et là, c’est pas énorme, moins bien que l’Epix Pro – 47 mm.

Autonomie
GPS seul, extinction auto57 h
GNSS double fréquence, extinction auto43 h
GPS seul, allumage permanent24 h
GNSS double fréquence, allumage permanent21 h
Montre connectée, extinction auto10 jours
Montre connectée, allumage permanent6 jours

J’ai eu le temps de tester ça en utilisation réelle, sur le terrain. Parce que j’avais noté lors de mon test de la Vantage V3 que ces autonomies théoriques annoncées par Polar sous-estimaient largement la consommation de l’écran AMOLED. Car l’écran ne réduisait jamais sa luminosité et donc consommait énormément à chaque fois qu’on l’allumait. Et lors d’une séance avec suivi d’itinéraire sur la carte, on consulte souvent l’écran.

Pour commencer, Polar a corrigé ce défaut de jeunesse en introduisant 2 niveaux de luminosité pour l’écran. Lorsqu’on l’active, il s’allume à pleine luminosité, puis elle est réduite au bout de quelques secondes. Ensuite, si on est en mode extinction, l’écran finira par s’éteindre après quelques secondes supplémentaires. En mode allumage permanent, il va rester à ce niveau réduit de luminosité. C’est le même principe qui est adopté par toutes les marques actuellement.

Cette fois, mes tests confirment bien les autonomies annoncées par Polar, avec dans les 20 h en GNSS double fréquence et allumage permanent de l’écran et dans les 55 h d’autonomie max en GPS seul et extinction automatique.

Les options d’économie d’énergie sont encore limitées. Celle qui fait gagner le plus d’autonomie, c’est de changer la précision GPS dans les paramètres pendant l’accroche GPS. Théoriquement, on peut monter jusqu’à 140 h d’autonomie. Mais pour se faire, il faudra régler la fréquence GPS à 1 point toutes les 2 minutes. Autant vous dire que la précision GPS sera vraiment très moche.

La Grit X2 Pro ne se recharge pas en course. On peut physiquement brancher le câble de recharge pendant l’enregistrement d’une activité mais il ne se passe rien, elle ne recharge pas.

En utilisation de montre connectée, 1 journée sans sport consomme environ 10 % de batterie. Si l’on ajoute une séance de sport d’une heure avec GPS, il faut compter 13 à 15 %.

La Grit X2 Pro se recharge avec un câble USB-C et un connecteur aimanté au dos de la montre.

Polar Grit X2 Pro Bouton commander i-run

Champs de donnée

Grit X2 Pro champs donnée

Polar a fait un pas de plus vers les traileurs en ajoutant des champs de donnée de vitesse verticale. Trois au total :

  • vitesse verticale instantanée
  • vitesse verticale moyenne
  • vitesse verticale moyenne sur 30 secondes

Reste plus qu’à Polar d’exploiter ce grand écran AMOLED en autorisant la configuration des écrans à plus de 4 champs de donnée.

Utilisation sportive de base (essentiellement running)

Grit X2 Pro running

On peut personnaliser les écrans de chaque profil sportif depuis Polar Flow. On peut aller jusqu’à 8 écrans mais on est toujours limité à 4 champs de donnée par écran. Sur ce point, Polar n’a pas pris en compte l’augmentation de la surface d’affichage de l’écran de la Grit X2 Pro (35 mm de diamètre) par rapport à la Grit X Pro (30,5 mm). Dommage, il faudrait qu’ils passent à 8 champs de donnée par écran.

Il existe aussi pas mal d’écrans graphiques ou spécifiques (heure, carte, boussole, altitude, FC, segment Strava, contrôle de musique, etc) ou des jauges (FC, allure, puissance) qu’on peut ajouter comme champ de donnée au sein d’un écran. Les écrans de FC ou de puissance affichent un graphique de la donnée en question sur les 10 minutes précédentes avec en haut la valeur instantanée (en gros) et en bas la valeur moyenne et maximale. Sur la Vantage v3, ce graphique était limité à la dernière minute.

On peut activer l’allumage permanent de l’écran soit pour la séance qu’on s’apprête à débuter, soit pour toutes les séances du même type. C’est-à-dire qu’on peut paramétrer l’écran always on pour un sport et l’extinction automatique pour un autre sport.

Sur l’écran pendant l’accroche GPS, chaque capteur est représenté par un icône, rouge initialement. S’il est bleu, c’est que c’est un capteur externe connecté ; s’il est vert, c’est que c’est un capteur de la montre et qu’il est prêt à fonctionner. Cette représentation est on ne peut plus claire.

Le smartphone est aussi représenté, au cas où vous souhaiteriez utiliser le coaching vocal de l’appli Polar Flow. Qu’on soit clair : la Grit X2 Pro n’est pas équipée de haut-parleur mais si vous emportez votre smartphone, elle peut vous indiquer (via le haut-parleur du smartphone ou un casque audio connecté au smartphone) des informations à chaque tour lors de votre entrainement.

Pendant l’accroche GPS, on peut aussi accéder à quelques derniers réglages ou activer quelques fonctionnalités :

  • Allumage de l’écran
  • Paramètres d’économie d’énergie (fréquence GPS, cardio optique)
  • Partage de FC
  • Suggestion d’entrainement : renvoie vers FitSpark
  • Favoris (les entrainements)
  • Contre la montre
  • Chrono d’intervalles : pour faire du fractionné simple
  • Compte à rebours
  • Itinéraires
  • Retour au point de départ

Ca offre plein de possibilités d’entrainement, qu’on peut programmer soi-même sur la montre (fractionné simple), sur Polar Flow (entrainement complexe) ou en s’inscrivant à un programme d’entrainement gratuit sur Polar Flow (5 km, 10 km, semi-marathon ou marathon). Polar Flow propose aussi une super interface pour programmer une saison complète, pour périodiser l’entrainement ou se préparer pour enchaîner plusieurs objectifs.

Avec la Grit X2 Pro, on peut utiliser la puissance au poignet (sans capteur externe) ou avec un capteur Stryd.

On peut jeter un œil aux suggestions d’entrainement de FitSpark depuis le widget spécifique ou dans les paramètres du profil sportif. C’est un outil foncier, c’est-à-dire qu’il ne peut pas servir à une préparation physique spécifique pour une course donnée. Mais comme il est adaptatif, il vous proposera toujours des séances adaptées pour votre niveau sportif et la récupération mesurée par Nightly recharge la nuit précédente. L’algo est assez complet et vous proposera des séances de 3 types : cardio (qu’on peut réaliser avec n’importe quel profil sportif, pas seulement la course à pied), renforcement musculaire et étirements. C’est aussi un algo qui s’adapte en direct, c’est-à-dire qu’il peut vous proposer du cardio ou du renforcement musculaire le matin au réveil mais qu’après votre séance de sport, il vous proposera plutôt un footing de récupération ou des étirements.

Deux écrans sont spécifiques au dénivelé. Un écran graphique présente le profil d’altitude du dernier kilomètre, avec 4 champs de donnée en plus : altitude et pente actuelles, d+ et d- totaux. Ensuite, il y a Hill splitter. C’est un écran spécial dénivelé, mais c’est plus que ça. Avec Hill splitter, la montre va détecter automatiquement si vous êtes sur une portion montante, descendante ou plate et afficher des données bornées sur la portion en cours : distance, dénivelé (+ ou -), allure. L’écran affiche aussi le nombre de montées / descentes. C’est donc un super écran pour faire des séances de répétitions en côte. En plus de l’intérêt en direct, ce séquençage des données se retrouvera dans Polar Flow pour une analyse, comme des tours automatiques. Mais ce n’est pas l’équivalemment de ClimbPro de Garmin.

Si on a chargé un itinéraire à suivre, alors un écran supplémentaire affichera le profil d’altitude avec à gauche la partie déjà parcourue et à droite la partie qu’il reste à parcourir. En haut, la pente et l’altitude ; en bas, le D+ et le D- parcouru et restant à parcourir).

Pour marquer un tour manuel, il suffit de taper sur l’écran. C’est une fonctionnalité qui reste spécifique à Polar.

FuelWise est un algorithme intéressant qui se décompose en 3 parties :

  • Avant de partir, on peut rentrer la durée et l’intensité prévisionnelles d’une course et il va calculer la quantité de ravitaillements à prendre
  • Pendant la course, il déclenche des alertes de manière intelligentes pour vous dire à quel moment prendre un ravitaillement (l’intervalle n’est pas régulier mais est calculé en fonction des calories dépensées pendant l’effort)
  • En fin de séance (n’importe laquelle), parmi toutes les données de résumé, la Grit X2 Pro affiche la répartition de la consommation énergétique par filière (lipide, glucide, protide)

La charge d’entrainement telle qu’elle est implémentée par Polar se décompose en 3 éléments : charge cardio, charge musculaire, charge ressentie.

La charge cardio, peut être suivie sur la montre et dans Polar Flow. Sur la montre, le widget statut d’entrainement cardio vous donne un indicateur sur la productivité de votre entrainement, selon 4 niveaux : désentrainement, maintien, productif, excessif. Ce statut est calculé en comparant votre charge d’entrainement sur 7 jours (appelée fatigue) à votre charge d’entrainement sur 28 jours (appelée tolérance). Dans la zone excessif, la montre vous alerte sur le risque de blessure (c’est que vous avez augmenté trop rapidement votre volume d’entrainement par rapport à ce que vous faites d’habitude).

La charge musculaire est tirée de la puissance et peut être suivie dans Polar Flow.

Quant à la charge ressentie, c’est vous qui la renseignez manuellement. L’ennui, c’est qu’il faut aller dans Polar Flow pour l’ajouter à la séance, on ne peut pas le faire directement depuis la montre en fin de séance (comme ça se fait chez Garmin, COROS et Suunto).

Sur la montre, il y a un widget qui présente une synthèse des entrainements de la semaine :

  • Histogramme du nombre d’heures d’entrainement par jour
  • Heures d’entrainement total
  • Répartition des zones cardio (en circulaire, autour de l’écran)

La Grit X2 Pro propose différents tests pour mieux mesurer les performances. Le test de marche se destine aux sportifs occasionnels ou pour un retour de grosse blessure. Le test de course à pied est un test guidé permettant d’obtenir pas mal de métriques physiologiques (FCmax, VO2max, VMA, rFTP). La fiabilité des données produites dépend évidemment de la fiabilité des données mesurées. Il est donc important d’utiliser une ceinture cardio pour ce test. L’autre élément essentiel, c’est de réaliser ce test sur du plat. Comptez environ 40-45 minutes de plat. En fonction d’où vous habitez, ça peut vouloir dire aller courir autour d’une piste d’athlétisme. Une fois lancé, il suffit de suivre les indications d’allure sur l’écran. Ca commence doucement et puis ça accélère tout le temps, jusqu’à ce qu’on craque et qu’on décide de mettre fin au test.

Le test de récupération de jambes vise à mesurer si vos jambes ont récupéré musculairement de vos précédentes séances. Le protocole est simple, on lance le test, on place les mains sur les hanches, on squatte et on saute à pieds joints 3 fois de suite. La Grit X2 Pro mesure la hauteur des sauts. A partir de l’analyse des 3 hauteurs, l’algorithme détermine si vos muscles ont suffisamment récupéré ou pas. Ce résultat sert à savoir si vos jambes sont prêtes à refaire une séance les sollicitant fortement. Il est aussi injecté dans FitSpark, pour adapter les séances de renforcement musculaire proposées.

Autres sports

Grit X2 Pro crossfit

Polar Flow propose une centaine de profils sportifs qui sont tous personnalisables. On ne peut en revanche en transférer que 20 dans la montre.

On trouve 2 profils pour la natation (en piscine ou en eau libre), un pour enchainer plusieurs sports et  2 pour le triathlon :

  • Un normal (natation en eau libre, vélo, course à pied)
  • Un offroad (natation en eau libre, trail, VTT)

Même chose pour le duathlon : un profil classique et un offroad. Il n’y a pas de profil swimrun, run and bike ou autre. Le profil Multisport permet néanmoins d’enchainer n’importe quels profils sportifs de la liste de favoris dans la montre. On peut faire ainsi du run & bike, du swimrun ou un raid multisport, mais il faudra gérer chaque changement de sport manuellement en allant chercher le profil suivant.

La plupart des profils sportifs ne sont pas ‘intelligents’ et ne sont généralement que des copies d’un profil type. Par exemple, dans le profil escalade en salle, on peut choisir d’afficher la vitesse en km/h ou l’allure en min/km et l’altimètre est désactivé… No comment.

Le profil Musculation ne détecte pas les séries et les répétitions automatiquement comme la plupart des montres connectées maintenant.

Le guide exercices-repos qui est apparu sur la Vantage V3 est maintenant devenu optionnel sur la Grit X2 Pro. L’idée est de guider le repos entre plusieurs séries non plus par un intervalle de temps mais par le retour à une FC basse. Ce guide travail / repos est également présent sur différents profils sportifs comme HIIT, entrainement en circuit, etc. Je trouve ça intéressant, surtout pour le crossfit.

Pour le vélo, il existe des profils pour la route, le VTT et le home trainer. Avec un profil de vélo, on retrouve les mêmes réglages depuis la montre qu’en course à pied. L’écran HillSplitter fonctionne aussi à vélo, comme en course à pied.

Il existe un test de performances pour le vélo. C’est le test de FTP guidé. Le protocole du test est différent de celui de course à pied. Déjà, il faut un capteur de puissance. Il faut là encore réaliser le test à plat. Bon en fait, l’idéal, c’est le home trainer. On choisit une durée avant de lancer le test (20, 30 ,40, 60 minutes). L’objectif est ensuite de maintenir la plus haute puissance pendant toute la durée du test.

L’écran Strava Live s’active automatiquement à l’approche d’un segment (nécessite un compte Strava payant et d’avoir identifié des segments favoris). Il est très lisible : distance restante, allure / vitesse et avance ou retard par rapport au KOM.

En natation, la Grit X2 Pro détecte automatiquement les pauses en fin de série. Elle affiche alors le temps de récupération. Bon point. Par contre, il n’y a toujours pas moyen d’enregistrer correctement les séries de jambes et d’éducatifs type nage à 1 bras.

Techniquement, les recommandations d’entrainement FitSpark sont utilisables avec presque n’importe quel profil sportif, dans la mesure où elles sont faites sur une base de cardio. Il suffit donc d’avoir un capteur cardio fiable sur le sport en question (ceinture, brassard ou cardio optique de la montre) et on peut réaliser la séance en rameur, vélo, rollers ou n’importe quoi. Par exemple, aujourd’hui, il me propose 1 séance de cardio long (1 h 25 en zones 2 avec 1 bloc en zone 3), 1 séance de cardio de 50 min en zone 3, 1 séance de mobilité dynamique de 23 min et 1 séance de stabilité de 15 min.

Outdoor

Grit X2 Pro outdoor

Les boutons sont encadrés par de petits renforts du boitier, ce qui les rend difficiles à trouver avec des gants.

Le téléchargement de la carte topo se fait hyper facilement, mais il faut un ordinateur à disposition. On télécharge la carto voulue, on branche la Grit X2 Pro avec le câble USB-C. Elle est détectée comme une clé USB par l’ordinateur et on colle le fichier .mbtiles dans la mémoire de la montre.

Avec un Mac, ce sera un peu plus compliqué et il faudra utilisé Android File Transfer pour révéler la mémoire de la montre.

Comme les 32 Go de mémoire ne peuvent pas servir à stocker de la musique, il ne faut pas hésiter à télécharger, une bonne fois pour toutes, toutes les cartes dont on pourrait un jour avoir besoin.

Polar a retravaillé sa carto par rapport à la Vantage V3 et a opté pour une présentation de la carto très dynamique. On ne trouve pas les mêmes informations en fonction du zoom choisi.

  • Au zoom 8 km, on voit le nom de grandes villes
  • Au zoom 4 km, on voit le nom de certains villages
  • Au zoom 2 km, on voit le nom de tous les villages et les téléskis
  • Au zoom 1 km, on voit les pistes, quelques lieux-dits et les téléskis
  • Au zoom 500 m, on voit les sentiers, les courbes de niveau, quelques lieux-dits, les barres rocheuses et les téléskis
  • A 250 m et en-dessous, on voit les sentiers, les courbes de niveau, les maisons, les barres rocheuses, les téléskis et plus aucun nom

La carte de Polar est belle. Le seul reproche que j’ai à lui faire, c’est le même que sur la carto COROS : tous les chemins et routes sont représentés en blancs sur fond gris ou vert clair. Ca manque de contraste et ça n’aide pas à différencier l’importance des chemins.

Polar Flow ne dispose pas d’outil de création d’itinéraire. Il vous faudra donc utiliser une autre appli ou un autre site. Polar a toutefois développé 2 partenariats avec Komoot et Strava pour vous faciliter la tâche en synchronisant directement les itinéraires créés sur ces plateformes vers Polar Flow (sans passer par un export puis import manuel du fichier GPX). Avec Strava, il faut un compte payant et avec Komoot, il faut avoir acheté la zone de carte d’où part l’itinéraire. Et elles ont chacune leurs avantages.

Un itinéraire créé sur Komoot va ajouter les indications turn by turn sur la Grit X2 Pro.

L’avantage de Strava, c’est son outil de création automatique d’itinéraire. On choisit un sport, on rentre quelques desideratas (distance, dénivelé, surface du terrain, etc) et Strava crée 3 propositions d’itinéraire en quelques secondes. Mais ça ne générera pas d’alertes turn by turn sur la Grit X2 Pro.

Je vous explique comment ça fonctionne. Lorsqu’on trace un itinéraire sur Komoot, l’appli ajoute automatiquement des points de passage qui déclencheront des alertes à chaque virage. Ces données sont transmises dans le fichier GPX vers Polar Flow puis sur la montre. Par contre, Strava ne crée pas ces points de passage. Et contrairement à Garmin Connect ou l’appli Suunto, Polar Flow ne sait pas les ajouter. Donc pas d’alerte de virage.

Polar a aussi effectué un gros travail pour pallier les différentes lacunes de la Vantage V3 dans le domaine de la navigation :

  • Afficher la trace GPS même lorsqu’on n’a pas chargé d’itinéraire à suivre
  • Afficher la trace GPS (en rouge) en parallèle de l’itinéraire à suivre (en bleu)
  • Afficher une flèche pour indiquer la direction de l’itinéraire à suivre

On peut déclencher un guidage vers le point de départ soit à vol d’oiseau (direction à suivre), soit en suivant la trace en sens inverse.

L’écran de boussole permet de verrouiller un azimut. De base, c’est une simple boussole qui est affichée. Mais on peut pointer une direction et verrouiller la boussole. A partir de là, un code couleur blanc/rouge est utilisé pour visualiser la déviation par rapport à la direction visée au départ.

On peut calibrer l’altimètre pendant une activité (si d’aventure vous passiez devant un panneau indiquant l’altitude). C’est à partir de l’écran de dénivelé qu’on peut calibrer manuellement l’altitude. C’est une spécificité Polar : on ne calibre pas l’alti baro avant de partir mais en cours de route.

Dans le panneau de raccourcis, on trouve une lampe d’appoint. Ca bascule l’écran sur un affichage blanc et monte la luminosité au maximum. Ca ne suffira pas à éclairer votre chemin dans une forêt mais pourra dépanner pour trouver un trou de serrure ou un truc au fond d’un sac.

Pour terminer, pour être une montre GPS outdoor complète, il manque encore à la Grit X2 Pro :

  • Une alerte orage
  • La possibilité de déplacer la carte à l’aide du tactile
  • Le support des waypoints sur les itinéraires et des points d’intérêt (et ça, je pense que ça n’arrivera pas tant que Polar n’aura pas son propre outil de création d’itinéraire).

Précision GPS / cardio

Je vais commencer par une comparaison de traces GPS en mode GPS seul. Sur ce coup, c’est la Forerunner 165 qui s’en sort le mieux.

Au même endroit, si l’on passe en GNSS double fréquence, la qualité des traces est bien meilleure. Ce mode ayant tendance à se généraliser, je crois que je vais dorénavant l’utiliser pour mes prochains tests.

Pour rappel, le mode GNSS double fréquence est particulièrement intéressant en ville, car il permet de corriger des erreurs liées aux réflexions des signaux sur les façades d’immeuble. Ici, on voit précisément le moment où j’ai traversé la rue.

Cela dit, ce n’est pas encore parfait dans 100% des cas. Les traces GPS louvoient sous les arbres sur les bords de Seine. En ville, la Grit X2 Pro s’en sort mieux sur ce coup.

Mais sur la même sortie, sur cette portion sous les grands arbres d’un parc, l’Epix Pro est légèrement meilleure.

En forêt profonde, toujours en GNSS double fréquence, les 2 montres GPS ont bien enregistré cette épingle.

Dans la garrigue, les arbres sont plus petits, gênent moins la réception du signal GPS et les 2 traces se superposent presque parfaitement.

Pareil ici, dans cette zone à fort dénivelé.

Et dans un environnement presque entièrement dégagé (des pelouses et quelques arbres), les traces GPS sont également bien propres.

Le passage sous un pont routier (avec perte de la réception des signaux GPS) est également bien géré par les 2 montres.

Concernant le fonctionnement de l’altimètre barométrique, on remarque qu’il colle à celui de l’Epix Pro sur les 2 premiers tiers de cette sortie, mais que les courbes s’écartent à la fin. Comme toujours c’est impossible de savoir laquelle est dans le vrai. D’autant que les 2 montres enregistrent une différence d’altitude entre le départ et l’arrivée.

Sur cette rando, la différence est encore plus flagrante. Le gros trou au milieu est la pause picnic. Sauf que sur cette rando, je me souviens précisément qu’on s’est arrêté au bord de la rivière au retour, en-dessous du parking de départ. Donc cette fois, je pense que l’Epix est plus proche de la réalité. Ce qui veut dire que l’alti baro de la Grit X2 Pro a doucement dérivé au cours de la journée pour terminer avec environ 25 m d’erreur en positif.

Sinon, sur des sorties plus courtes, ça ne pause pas de problème. Sur cet enregistrement, vous remarquez que la courbe d’altitude de la Grit X2 Pro est en escaliers alors que celles des Garmin sont plus lissées. C’est que Polar a fixé un pas plus important entre les paliers. Visiblement, ils n’enregistrent pas de virgule dans la mesure de l’altitude et la courbe saute de mètre en mètre.

Voilà un cas où l’approche de Polar fait sens. Vous voyez le gros pic sur la droite ? C’est le passage d’une passerelle sur la Tamise, à plus de 15 mètres de haut. Je suis monté par des escaliers (d’où la verticale), j’ai traversé la passerelle (à plat) puis je suis redescendu par des escaliers. Donc théoriquement, la portion de courbe d’altitude sur la passerelle devrait être plate. Or, on voit que la courbe de l’Epix Pro varie plus que celle de la Grit X2 Pro et pour ce coup, la Grit X2 Pro est plus juste que l’Epix Pro.

Initialement, la fiabilité du capteur de fréquence cardiaque n’était pas terrible. Comme pour la Vantage V3, il produit des données correctes la majorité du temps mais il est aussi capable de faire de grosses erreurs.

Ici à vélo, le suivi de la FC est plus qu’approximatif, avec un gros retard au démarrage, puis des erreurs sur plusieurs creux.

Et puis à la faveur d’une mise à jour fin avril, les résultats ont été largement améliorés. Je vais continuer mes tests.

Alors, ce n’est pas parfait, mais c’est bien mieux que toutes les courbes de fréquence cardiaque que j’ai enregistrées en début de période de test.

Je n’ai pas réussi à mettre en évidence l’algorithme de correction des données de fréquence cardiaque de la montre. J’ai bien tenté de comparer l’enregistrement fait sur la Grit X2 Pro (donc avec l’algo de correction) et un autre enregistré sur une autre montre qui recevait la FC de la Grit X2 Pro via la diffusion de FC (donc sans algo de correction). Ben les courbes se superposent tout le temps.

Suivi quotidien / santé

Grit X2 Pro suivi quotidien

Le capteur ECG de la Grit X2 Pro n’est pas homologué pour réaliser des électrocardiogrammes dans une optique médicale. Lorsqu’on réalise le test, on voit pourtant bien une courbe défiler à l’écran qui ressemble à un électrocardiogramme. Polar a fait le même choix que COROS, c’est-à-dire d’intégrer des électrodes pour faire un ECG mais de s’en servir uniquement dans le but d’améliorer la fiabilité des mesures de FC et de VFC par rapport au capteur cardio optique. Ils ne cherchent pas à s’en servir dans un but de détection de fibrillation atriale ou plus largement de suivi santé. Pour certains tests physiologiques, ça permet de se passer d’une ceinture cardio pour les réaliser.

Pour utiliser l’ECG, il suffit de positionner 1 doigt sur le bouton cerclé de rouge en haut à gauche. Selon de quel côté vous portez votre montre, la position c’est pas forcément très agréable (ça oblige à tordre le poignet).

On peut ainsi réaliser un ECG à la façon Polar, qui donnera, en 30 secondes :

  • FC moy
  • VFC et intervalle R-R
  • VOP à la contraction et au relâchement

La VOP, c’est la vitesse d’onde de pouls. C’est le temps qu’il faut pour que l’effet d’une contraction se mesure au niveau du poignet (en gros, c’est la différence de temps entre ce que détecte l’ECG et ce que détecte le cardio optique). Dans un suivi de santé, ça peut donner une indication sur l’état des vaisseaux.

On peut utiliser l’ECG pour réaliser un test orthostatique qui, s’il est réalisé au moins 3 fois par semaine, donnera des indications de récupération avec l’algorithme Recovery pro. Jusqu’à maintenant, il fallait nécessairement utiliser une ceinture cardio pour réaliser ce test, de préférence au réveil. Désormais, ça reste toujours un peu long (1 min 30 couché ou assis puis 1 min 30 debout) mais c’est un peu plus simple. Chaque test donne :

  • FC repos
  • VFC repos
  • FC pic
  • FC debout
  • VFC debout

Nightly recharge est un widget d’analyse du sommeil en 2 volets :

  • Le statut du sommeil (score sur 100) analyse votre nuit au travers de données comme le temps de sommeil, sa continuité, le nombre de cycles de sommeil
  • Le statut du système nerveux autonome (score entre -10 et +10) analyse la récupération au travers de la FC repos, la VFC et la fréquence respiratoire

Polar ne présente pas juste les données de la dernière nuit mais les met en regard de la moyenne des 28 dernières nuits pour donner un peu de perspective. Mais ils n’ont pas adopté un système de jauge comme le font les autres marques.

Les 2 volets permettent des analyses utiles. On peut par exemple dormir longtemps (bon score de sommeil) mais mal (mauvais score SNA) et se réveiller le matin pas très en forme.

Et c’est là qu’arrive le nouveau widget de Boost du sommeil. Cet algorithme combine l’analyse du sommeil et le système circadien pour faire une projection de votre niveau d’énergie tout au long de la journée à venir. Le graphique est facile à comprendre. Il s’agit d’un histogramme qui va vous indiquer, heure par heure, la pêche que vous allez avoir durant votre journée. Moi, généralement, je suis au top le matin, vers 8-9 h (aujourd’hui, c’est entre 7 et 10), avec un second pic vers 17-20h. Après, ça descend fortement jusqu’à 23h, l’heure à laquelle je me couche habituellement. L’algo me suggère aussi une plage d’endormissement, qui sera adaptée chaque jour en fonction de la qualité de la nuit précédente.

L’oxygénation sanguine n’est pas mesurée en continu pendant la nuit mais ponctuellement, à la demande, lorsqu’on lance le test.

Sinon, on a aussi le widget Activité qui donne quelques métriques d’activité quotidienne :

  • Progression vers l’objectif d’activité quotidienne
  • Nombre de pas
  • Temps d’activité
  • Calories brûlées

Le widget de température corporelle n’affiche pas la température proprement dite mais la variation de la température par rapport à la température habituelle de votre corps (elle peut être différente d’une personne à une autre). Cette mesure est prise pendant la nuit. Si on ouvre le widget, on peut visualiser sur la montre les valeurs des 7 dernières nuits. Et le reste est accessible dans l’appli.

En soi, ça ne sert actuellement pas à grand-chose. Vous pouvez à la rigueur confirmer que vous avez de la fièvre si vous êtes malade. Peut-être qu’un jour Polar pourra aussi identifier le cycle d’ovulation pour les femmes.

Montre connectée

Grit X2 Pro montre connectée

L’offre de watchface n’est pas énorme, mais il y a 1 nouvelle watchface sortie avec la Grit X2 Pro. Cela dit, elle donne l’impression d’avoir été développée à la va-vite, parce que les petites fenêtres de données qu’on peut personnaliser débordent sur l’affichage de l’heure et le rendu n’est pas terrible.

Sur chaque watchface, on peut choisir la mise en page, la couleur dominante mais aussi le fond et les informations affichées (niveau de batterie, date, nombre de pas, etc). En revanche, on ne peut pas cliquer sur ces petits éléments pour accéder directement au widget en question, comme on peut le faire sur d’autres montres connectées Garmin, Amazfit ou Apple.

On peut activer un mode d’affichage permanent. Dans ce cas, l’écran n’affiche plus que l’heure sur un fond noir, rien d’autre. Donc ce n’est pas la belle watchface qui est affichée en continu.

Le niveau de luminosité de l’écran est réglable. Par défaut, il est réglé au maximum, je l’ai réduit à moyen pour économiser un peu de batterie.

La Grit X2 Pro est une montre connectée, même si ce n’est pas une facette que Polar développe en priorité.

Elle reçoit toutes les notifications (SMS, appels et alertes). Un point rouge en bas de l’écran signale une notification en attente. A partir de là, on y accède par un glissement de doigt vers le haut. Une fois qu’on a lu une notification, elle disparait.

Le widget de musique permet de contrôler les lecteurs média du smartphone (lecteur de musique, Deezer, Spotify, YouTube) mais il n’y a pas de lecteur intégré à la montre.

Le widget météo a une présentation originale, en cercle. On trouve au centre le temps et la température actuels puis, autour, 12 rayons qui présentent les prédictions pour les 12 prochaines heures.

Le panneau de raccourcis qu’on tire depuis le haut de l’écran en glissant le doigt est personnalisable. On peut y placer les raccourcis pour le réveil, ne pas déranger, mode avion et la lampe.

Conclusion du test de la Grit X2 Pro

Grit X2 Pro avis

La Grit X2 Pro étant orientée vers le marché du trail et la Vantage V3 le segment de la performance running / triathlon, on peut se demander pourquoi Polar a adopté un écran AMOLED et pas un écran transflectif sur la Grit X2 Pro. Ca aurait eu le mérite de proposer un choix en fonction des préférences de chacun, en donnant en outre un surplus d’autonomie à la Grit X2 Pro.

Depuis la sortie de la Grit X2 Pro, la Vantage V3 a été mise à jour pour bénéficier des nouveautés logicielles. Donc techniquement, ces 2 montres GPS disposent des mêmes capacités. Les différences se réduisent maintenant au hardware, essentiellement liées au look et à la robustesse (saphir, étanchéité à 100 m et norme MIL-STD-810). On en vient évidemment à s’interroger sur la forte différence de prix : +150 €. Une partie de cette augmentation est attribuable à l’utilisation de saphir (traditionnellement valorisé 100 €).

L’analyse tarifaire pourrait laisser croire qu’il y a une grande fenêtre entre les Epix Pro Sapphire à 950 € et la Race à 450 €, que Polar vise avec la Grit X2 Pro à 750 €. La réalité est beaucoup plus complexe car il va falloir convaincre les gens tentés par la Race que ça vaut le coup de payer 300 € de plus et à l’autre bout, convaincre les gens tentés par une Epix Pro que ce n’est pas la peine d’espérer 200 € de remise au Black Friday…

Polar Grit X2 Pro Titan Bouton commander i-run
Polar Grit X2 Pro Bouton commander i-run
Polar Grit X2 Pro Bouton commander i-run

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.