Test Hammerhead Karoo : entre smartphone et compteur vélo GPS

Test Hammerhead Karoo

Encore plus de contenus sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run, quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Si Garmin domine largement le marché des montres GPS par les fonctionnalités, c’est moins le cas sur le marché des compteurs GPS vélo. Dans un sens, Hammerhead est aux compteurs vélo ce que Coros est aux montres GPS. Malgré leur jeunesse, leur objectif est annoncé haut et fort : construire le meilleur compteur GPS vélo. Rien que ça.

Alors forcément, après avoir testé le meilleur compteur Garmin (Edge 1030) et le meilleur compteur Wahoo (Elemnt Roam), je me suis tourné vers le Karoo pour voir ce que ça donne.

Le Karoo est sorti non-fini en 2018 et a reçu une mise à jour tous les mois depuis. Maintenant, dès le premier contact, l’écran tactile est impressionnant (de loin le meilleur du marché). Un bon hardware, c’est essentiel pour construire un appareil à partir de mises à jour successives. Ensuite, la navigation est très agréable. Et pour aller plus loin, il y a même une connexion LTE.

Présentation du Hammerhead Karoo

Hammerhead Karoo présentation

Avant même de l’avoir dans les mains, on voit tout de suite que le Karoo est un gros compteur GPS (98 x 72 x 28mm). L’avantage, c’est que ça permet d’avoir une grande surface pour intégrer un grand écran : 3,5 pouces (89mm) de diagonale. La comparaison ne laisse aucun doute sur la qualité de l’écran par rapport à la concurrence :

  • Karoo : 89mm de diagonale, 480 x 640 pixels
  • Edge 1030 : 88mm de diagonale, 282 x 448 pixels
  • Elemnt Roam : 68mm de diagonale, 240 x 400 pixels

Concernant la forme, il est presque carré alors que les écrans Garmin et Wahoo sont rectangulaires.

Le fonctionnement du tactile est parfait. Rapide, réactif, même avec des gouttes d’eau et même avec des gants d’hiver (là, j’ai été bluffé). C’est une interface qui fonctionne super bien et qui est très agréable à utiliser quand on est sur le vélo. C’est vrai, quand on roule, c’est pénible de devoir passer plusieurs fois le doigt sur l’écran pour faire une action. Là, je n’ai jamais eu à m’en plaindre.

Une vitre Gorilla Glass recouvre toute la face avant et protège bien l’écran. Cette vitre a une finition mate, qui évite les reflets et elle est traitée pour être déperlante (pour que l’eau ne reste pas dessus mais que les gouttes glissent).

En complément, il y a 5 boutons :

  • 3 à gauche, dont 1 pour allumer/éteindre et 2 pour faire gauche/droite
  • 2 à droite, qui permettent de valider, d’ouvrir un menu ou marquer un tour manuel

Ca, c’est le fonctionnement général des boutons. Dans les paramètres, on peut activer une option qui affiche un petit icône au niveau de chaque bouton pour rappeler sa fonction.

Notez que le positionnement des boutons a été finement étudié. Ceux de gauche sont placés en haut, tandis que ceux de droite sont en bas. L’idée est qu’on ne puisse pas appuyer accidentellement sur un bouton lorsqu’on tient le boitier entre 2 doits pour appuyer sur un autre.

Un grand écran, c’est bien, mais ça se paie sur la balance : 168g contre 124g pour le Edge 1030. Dès qu’on l’a dans les mains, il pèse…

Le logiciel est développé par Hammerhead sur une base Android. Les menus ne correspondent pas du tout à ce qu’on trouve chez Garmin ou Wahoo. De par sa taille, la qualité de son écran tactile et son OS, on a un peu l’impression de manipuler un smartphone. Pour les premières configurations, on crée un compte Hammerhead, connecte le Wifi, couple des comptes Strava ou TrainingPeaks et on poursuit les paramétrages des profils et des itinéraires.

Au dos, on trouve le même système de fixation quart de tour que Garmin. Hammerhead fournit un support déporté vers l’avant. Je ne sais pas pourquoi, mais il n’est pas adapté pour se fixer sur mon ceintre. Il est trop gros, j’ai dû rajouter une languette.

L’autre souci que j’ai rencontré, c’est que le support ne positionne pas super bien le Karoo avec mes prolongateurs. La surface de l’écran se trouve au niveau de la potence. Comme le Karoo est gros et qu’il faut lui faire faire un quart de tour pour le fixer, ça oblige à le placer juste en-dessous des barres. La conséquence la plus fâcheuse, c’est l’accès aux boutons pendant qu’on roule qui devient compliqué. Heureusement, avec le tactile du Karoo qui fonctionne super bien, on n’a pas besoin des boutons pendant une sortie.

Au niveau connectivité, on trouve de l’ANT+, du Bluetooth, du Wifi et même du LTE (3G/4G). Pour que la connexion LTE fonctionne, il faut insérer une carte SIM dans le boitier (ce que je n’ai pas fait). Et dans ce cas, il devient complètement autonome (plus besoin de Wifi ni de smartphone).

En fait, avec ses connexions et son logiciel basé sur Android, le Karoo peut faire à peu près tout ce qu’un smartphone peut faire (en théorie) et tout ce qu’un compteur GPS peut faire.

En plus de la puce GPS/GLONASS, le Karoo peut aussi utiliser la triangulation de la connexion LTE (exactement comme votre smartphone) pour améliorer le géopositionnement. Il y a un altimètre barométrique, que l’on peut calibrer automatiquement ou manuellement. Hammerhead annonce une précision de 12cm sur l’altitude. Hum…

Comme beaucoup d’équipements de sport maintenant, le Hammerhead Karoo est compatible avec les capteurs ANT+ et Bluetooth :

  • Cardio
  • Vitesse
  • Cadence
  • Puissance
  • Dérailleur Di2
  • Garmin Varia Rearview Radar

On peut connecter jusqu’à 7 capteurs ANT+ simultanément. Et il n’y a pas de limite pour le Bluetooth. Ca devrait suffire…

Quand on teste la navigation, on a vraiment l’impression d’utiliser un GPS de voiture plutôt qu’un GPS cycliste. La carto rend super bien, que ce soit en termes de couleurs que de contrastes. Le suivi d’itinéraire se fait en mode ‘turn by turn’, c’est-à-dire avec les indications pour chaque virage. Et si on s’écarte du chemin, il recalcule un nouvel itinéraire automatiquement.

Le suivi d’itinéraire est placé en avant dans la préparation d’une sortie vélo. On sent que c’est une priorité de la marque. Par contre, il n’y a pas de moyen de programmer un entrainement.

L’application… Euh, quelle application ? Entre le Wifi et le LTE, le Karoo est autonome. Bref, pas besoin d’application sur smartphone. Tout se fait directement sur le Karoo.

Enfin, quand je dis « pas besoin », ça dépend ce que vous voulez faire, je vous l’accorde. Du coup, il n’y a rien pour analyser vos données. Rien pour voir l’évolution de votre VO2max sur l’année. Etc…

Et sans appli smartphone, le Karoo ne peut pas être couplé en Bluetooth à votre smartphone et donc il ne reçoit pas les smart notifications de votre smartphone. Là, c’est une grosse différence avec la tendance actuelle qui fait que toutes les montres GPS et compteurs GPS sont connectés et peuvent recevoir des notifications. Même si ce n’est pas leur fonction première.

Le site web est assez simple et épuré. On y retrouve les mêmes fonctionnalités que sur le Karoo : itinéraires, activités et réglages. C’est aussi là qu’il faut se rendre pour synchroniser plusieurs comptes :

  • Strava
  • TrainingPeaks
  • Komoot
  • Ride with GPS
  • MTB Project

Coros et Wahoo ont fait le choix de ne s’appuyer que sur une appli et de ne pas développer de site web. Hammerhead a fait le choix inverse.

Télécharger le manuel d’utilisation

Autonomie

Test Hammerhead Karoo

Avec un écran d’une telle qualité, l’autonomie en prend forcément un coup. Hammerhead annonce 15h. Sur mes tests, j’ai plutôt mesuré 10h. Bien évidemment, ça dépendra de l’utilisation que vous faites de l’écran. Je pense que les 15h annoncées sont atteignables en mode avion (en utilisation le GPS mais en désactivant le Bluetooth et le Wifi).

On peut désactiver indépendamment l’ANT+ et le Bluetooth, en fonction des capteurs que vous utilisez. Ca permet d’optimiser l’autonomie. Au besoin, il y a un mode économie d’énergie, qui éteint l’écran tout en poursuivant l’enregistrement.

La recharge se fait grâce à un port micro-USB. Et on peut recharger le Karoo en cours de route, sans arrêter l’enregistrement GPS. Bon, ça c’est sur le papier. Parce qu’en réalité, vu que le port micro-USB est en bas du boitier, ben il faut arriver à glisser le port micro-USB entre le boitier et le cintre. Et avec le support Hammerhead, ben perso j’y arrive pas.

Champs de données

Hammerhead Karoo champs donnée

Distance : totale, tour

Durée : totale, déplacement, pause, tour

Heure

Batterie

Distance jusqu’à destination

Distance jusqu’au prochain virage

Durée jusqu’à destination

Heure d’arrivée

Lever/coucher du soleil, aube, crépuscule, temps avant le lever/coucher du soleil, temps avant aube/crépuscule

Température

Vitesse : instantanée, moy, max, moy 3s, moy 5s, moy 10s, tour, max tour

Altitude : instantanée, min, max, moy, max tour, min tour, tour

Dénivelé : d+, d-, d+ tour, d- tour

Pente

Vitesse verticale

Fréquence cardiaque : instantanée, moy, max, %FCmax, %HRR, moy %HRR, tour, max tour

Zone cardio

Puissance : instantanée, max, moy 3s, moy 5s, moy 10s, moy 30s, moy 1h, tour, max tour

Zone puissance

Normalised power

FTP

Intensity factor

Stress score

Equilibre G/D

Efficacité de pédalage

Poids/puissance

Calories

Cadence : instantanée, moy, max, moy 3s, moy 5s, moy 10s, tour, max tour

Dérailleur : vitesse, % batterie, mode

Tour

Utilisation du Hammerhead Karoo

Hammerhead Karoo compteur vélo

Le truc qui est surprenant, au début, c’est qu’il faut se connecter sur le Karoo. Connecter au sens « nom d’utilisateur et mot de passe ». Ben oui, le Karoo est à la croisée entre compteur GPS et smartphone. Donc après l’avoir allumé, ben on se connecte à son compte Hammerhead.

Du coup, ça eut aussi dire que c’est le premier appareil que je teste qui supporte plusieurs utilisateurs. C’est une question qu’on me pose régulièrement : « est-ce que je peux prêter ma montre GPS à ma femme sans bousiller mes statistiques ? » ou « quelle montre GPS peut être utilisée par 2 utilisateurs ? ». Réponse : aucune. Hé ben avec le Karoo, c’est possible. Il suffit au premier utilisateur de se déconnecter et au deuxième de se connecter avec son compte.

Ca ne m’a pas poséde problème, mais ça peut pour certains d’entre vous : tout est en anglais dans les menus. Pour l’instant, il n’y a pas moyen de les passer en français.

Comme sur un smartphone, on glisse le doigt de haut en bas pour faire descendre le panneau de raccourcis :

  • Luminosité de l’écran
  • Wifi
  • LTE
  • Capteurs
  • Auto pause

Pour partir, rien de plus simple : on clique sur le gros rond jaune, on a 3 choses à régler (ou à laisser sur les données par défaut) :

  • Profil
  • Itinéraire
  • Vélo

Et c’est tout !

On peut créer plusieurs profils. Ca permet de faire des réglages différents en fonction de l’activité (par exemple VTT, route, home trainer). On peut aussi créer plusieurs vélos. Ca permet de suivre le kilométrage avec chacun.

Bon, le seul truc qui manque par rapport à ce qu’on voit d’habitude, c’est l’accroche GPS (le GPS fix). Hammerhead annonce que l’accroche se fait en moins de 5 secondes. Du coup, ils n’ont même pas pris la peine de mettre un indicateur pour montrer quand le GPS fix était terminé.

On peut afficher jusqu’à 12 champs de donnée. Les options de mise en page sont prévues pour 1, 2, 3, 4, 5, 8, 10 et 12 données. La configuration se fait avec l’écran tactile et on change les champs de donnée de place en drap and drop.

Sur l’écran de carte, on peut afficher 0, 2 ou 4 champs de donnée.

On peut afficher 3 données sous forme graphique :

  • Altitude
  • Répartition par zone cardio
  • Répartition par zone de puissance

On passe d’une page à une autre soit en glissant le doigt sur l’écran (vers la gauche ou vers la droite) ou avec les boutons de gauche. Bon, je vous ai déjà dit qu’avec les prolongateurs, les boutons sont mal placés. Mais comme l’écran tactile est super (et qu’il fonctionne même avec des gros gants d’hiver), c’est pas un problème.

En mode suivi d’itinéraire, les indications ‘turn by turn’ sont super. On a la forme du virage, la distance et ça va même souvent jusqu’au nom de la rue/route. Ce bandeau avec les instructions turn by turn, on peut choisir de l’afficher en permanence ou le laisser apparaitre/disparaitre en fonction de son utilité.

Le traitement mat de l’écran est super efficace pour réduire les reflets. C’est surtout visible en forêt : on ne voit pas toutes les branches qui se reflètent sur l’écran comme sur d’autres compteurs GPS cycliste. Ca améliore la lisibilité des données.

Une fois une activité terminée et enregistrée, on peut consulter les statistiques dans l’historique des activités. Et dès le retour à la maison, elles sont transférées automatiquement par Wifi. Mais il n’y a pas d’outil d’analyse à long terme ou de comparaison.

Navigation (suivi d’itinéraire)

Hammerhead Karoo navigation

Sur les 16Go de mémoire interne, 8,5Go sont disponibles pour le stockage des cartes. Pour la France, il faut compter entre 200 et 500Mo par département. Pour les autres pays, il y a de tout : 213Mo pour l’Estonie ou 1,5Go pour la République Tchèque, par exemple.

Vous vous demandez ce que vaut la carto ? Au niveau de zoom maximum, elle passe en 3D (au sens où on voit les bâtiments) ! Je ne sais pas quelle base de carto Hammerhead a utilisé, mais ils y ont ajouté tout ce qui est spécifique au cyclisme, comme les pistes cyclables.

On peut importer des itinéraires en plusieurs formats : GPX, FIT, TCX, KML, KMZ. On peut aussi importer un itinéraire juste par son URL, c’est encore plus pratique. Si vous avez déjà des itinéraires sur Strava (et que vous avez synchronisé vos comptes Strava et Hammerhead), pas besoin de les exporter en GPX pour les importer sur Hammerhead, il suffit de copier/coller l’URL Strava sur le site Hammerhead. Trop cool !

Après, dans la liste des itinéraires sur le compteur, il y a un petit icone qui indique la provenance de chaque itinéraire.

Un truc absolument énorme, c’est qu’on peut créer un itinéraire directement depuis le Karoo. Le principe est différent de la création automatique d’itinéraire en boucle de Garmin. Là, c’est exactement comme si on créait un itinéraire sur Strava, en plottant les points les un après les autres. Et le Karoo se charge de trouver la route pour relier les points, en utilisant préférentiellement les pistes cyclables lorsqu’il y en a.

Toujours depuis le Karoo, on peut aussi créer un itinéraire pour aller à une destination particulière, soit en cherchant une adresse, soit en pointant un endroit sur la carte.

Sinon, un outil existe aussi sur le site Hammerhead pour créer et gérer des itinéraires. On y trouve 3 fonds de cartes ou imagerie satellite, avec des informations spécifiques au cyclisme (comme les pistes cyclables).

Sur l’écran affichant la carte, on peut zoomer/dézoomer grâce au tactile exactement comme on fait avec Google Maps sur un smartphone.

Les consignes ‘turn by turn’ apparaissent dans un bandeau en bas de l’écran de carte. Il n’y a pas d’alerte sonore. Ben non, c’est peut-être un oubli dans la conception de Hammerhead mais il n’y a pas de haut-parleur. La solution, c’est de coupler un casque Bluetooth pour recevoir les commentaires audio. Moi j’utilise le casque de vélo connecté Coros Safesound, c’est nickel.

Il y a une première indication audio à 135m du virage (ça doit correspondre à un compte rond en miles) et une seconde au moment de tourner. Les commentaires sont en anglais, il y a que quelques mots à comprendre (genre ‘go straight’ pour ‘aller tout droit’), c’est pas trop compliqué. Après, le nom des rues est prononcé en français avec un accent américain, c’est parfois marrant. Bon, honnêtement, ça n’est pas toujours suffisant pour se fier uniquement à ça. La carte a encore son utilité.

Ca devient pire quand on active l’économie d’énergie. L’écran s’éteint mais il ne se rallume pas lorsqu’un carrefour arrive sur l’itinéraire. Le pire, c’est que les indications audio s’arrêtent aussi. Du coup, on peut tout à fait rater un embranchement. Il faudrait changer ça par mise à jour, il suffirait que l’écran se réactive 150m avant le virage puis se rééteigne après.

Si on s’écarte de l’itinéraire prévu, il n’y aura pas d’alerte. Le Karoo va tout simplement recalculer un nouvel itinéraire, en 3 secondes, comme le fait un GPS de voiture. L’itinéraire initial est en rouge, la modification en bleu. Lorsque la ligne bleue rejoint la ligne rouge, des flèches indiquent le sens qu’il faut reprendre (histoire d’éviter que vous ne repartiez dans le mauvais sens).

Bon, le reroutage est assez basique. Ca m’est déjà arrivé qu’il me propose de faire une boucle pour revenir au point où j’avais quitté l’itinéraire. Et aussi qu’il essaie de me faire passer par un chemin à tracteurs. Mais il suffit d’avoir un peu de jugeotte et on s’en sort toujours.

Avec le suivi d’itinéraire, on a aussi le positionnement sur le graphique d’altitude. Il est mis à jour de façon dynamique :

  • On voit le dernier kilomètre et les 4km à venir. Ca améliore la lisibilité du profil d’altitude pour les côtes à venir.
  • L’échelle s’adapte automatiquement au dénivelé. Sur un parcours plat, ça va être zoomé pour montrer la moindre petite bosse, tandis que sur un parcours montagneux ça sera dézoomé pour éviter que la prochaine montée sorte de l’écran.

Précision GPS / alti

Lors d’un test de compteur GPS vélo, la précisionest généralement, voire systèmatiquement, meilleure qu’avec une montre GPS. J’ai testé le Karoo en même temps que le Wahoo Elemnt Roam et c’est difficile de les départager.

Trace-GPS-vélo

Sur l’exemple suivant, on voit que les 2 montres dévient de ma trajectoire au moment du virage, mais que les traces des 2 compteurs se superposent parfaitement.

Trace GPS montre GPS

Les arbres ne font pas louvoyer la trace GPS.

Trace GPS Hammerhead Karoo

Mais ce n’est pas toujours parfait non plus.

Précision GPS Hammerhead Karoo

L’alti baro fait également son boulot. Dans le cas ci-dessous, aucun des appareils n’a été calibré manuellement avant de partir, ce qui explique les différences dans les altitudes de départ. En revanche, ça n’a pas d’influence sur le calcul du dénivelé total.

Alti-baro-vélo-2

Conclusion du test

Hammerhead Karoo avis

Entre son écran tactile et l’organisation de ses menus, le Karoo est le compteur GPS vélo le plus facile à utiliser de ceux que j’ai testés. Il est plus gros, plus lourd que ses concurrents mais il propose un écran d’une qualité inégalée. Sa résolution et le fonctionnement tactile sont un avantage aussi bien dans l’interface que dans l’utilisation de la carte et de la navigation.

C’est un peu la fusion d’un smartphone (écran tactile, connectivité, réactivité) et d’un compteur GPS (capteurs, statistiques).

En somme, ce n’est pas un compteur à mettre sur un vélo le jour d’une course, mais qu’on aura plaisir à utiliser tous les autres jours de l’année.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.