Galileo et montre GPS solaire : arrêtez de rêver

Montre GPS galileo solaire
 

Le CES 2018 étant terminé, on a une bonne vision des nouveautés qui arriveront durant le premier semestre 2018 (à part la Polar Vantage V, qui reste un secret bien gardé). Et il y a de quoi être un peu déçu.

Pour une fois, on n’a pas vu grand-chose de très alléchant/innovant de la part des grands groupes du marché. La seule nouveauté, c’est les programmes d’entrainements cardio auto-évolutifs de la Suunto 3 Fitness. Pour le reste, il s’agit au mieux de nouvelles combinaisons de choses qui existaient déjà ailleurs. Exemple de la Forerunner 645 : un design de Vivoactive 3, les fonctionnalités sportives de la Forerunner 630, le paiement sans contact de la Vivoactive 3 et un lecteur de musique (qu’on connait déjà depuis 3 ans avec les TomTom).

Alors bien sûr, on nous annonce quelques techno en cours de développement, comme la mesure du taux de glucose par Apple et la détection des apnées du sommeil par Fitbit. Et puis il y a l’arrivée toute proche de Galileo et la recherche insatiable de plus d’autonomie.

Désolé, je vais briser quelques-uns de vos rêves.

 

Bientôt une montre GPS/Galileo plus précise ?galileo-fenix-5x

Ne rêvez pas. Je vais vous expliquer pourquoi.

Pour beaucoup de gens, l’entrée en service opérationnel de la constellation Galileo marque le départ d’une nouvelle ère de montres GPS/Galileo plus précises.

Pourquoi ?

Premièrement parce que c’est un service européen (donc en partie français) et qu’on est quand même un peu chauvins. On se gargarise d’arriver à faire en 2020 un système plus précis que le GPS américain… qui date de 1973.

Deuxièmement, parce que Galileo promet des performances améliorées. La précision attendue dans le géopositionnement est de moins de 1m. Pour rappel, l’étude (sérieuse) la plus récente que j’ai trouvée sur le système GPS date de 2014. L’erreur mesurée est comprise entre 0 et 3,35m dans 95% des cas. Donc une précision de 1m serait une grosse amélioration de précision, il faut le reconnaitre.

Mais il y a un hic.

Pour commencer, si les premiers services Galileo sont opérationnels depuis le 15 décembre 2016 avec 18 satellites, ils n’atteindront leur pleine capacité que vers 2020, quand il y aura en orbite 30 satellites (dont 6 de rechange).

Vous pouvez utiliser cet outil pour visualiser les satellites visibles dans le ciel au-dessus de chez vous à n’importe quel moment. Vous pouvez vous rendre compte de la différence de couverture entre GPS, GLONASS et Galileo.

Cependant, ce n’est pas un problème de puce GPS. Par exemple, la Mediatek MT3333 de la Fenix 3 était déjà compatible avec Galileo. Donc on pourrait tout à fait, par une mise à jour logicielle, rendre la Fenix 3 compatible avec la nouvelle constellation Galileo.

Garmin a donné quelques éléments complémentaires sur l’intérêt qu’ils portent à Galileo dans leur forum support :

  • Garmin suit le développement de Galileo depuis plus de 10 ans et va continuer de le faire
  • Garmin a déjà de nombreux produits compatibles Galileo (cf ma remarque juste au-dessus sur la puce MT3333)
  • Garmin va tester ses produits compatibles pour intégrer cette nouveauté dans le futur
  • Garmin a hâte d’intégrer Galileo dans de nombreux produits

Garmin a tout de même fait un premier pas, en sortant 2 GPS de randonnée (Foretrex 601 et Foretrex 701) compatibles Galileo.

Mais bon, n’oubliez pas qu’avant 2020, la précision de Galileo ne sera pas au top. Et après, elle ne sera pas au top pour votre montre GPS/Galileo.

Quoi ?

Ben oui, il faut savoir que Galileo va fournir 2 services de géopositionnement pour le public (plus 1 service gouvernemental et 1 service de recherche et secours). Mais vous et moi, avec nos montres GPS/Galileo, n’aurons accès qu’au service gratuit (celui qui correspond à l’utilisation civile du GPS) et pas au service payant à haute précision.

Et voilà les performances du service gratuit :

  • Précision horizontale : 4m
  • Précision verticale : 8m

Ben oui, tout ça pour ça.

Ensuite, ce n’est pas si facile que ça à intégrer. Comme chaque système communique sur une fréquence différente, ça crée des différences dans les temps de propagation des signaux dans les différentes couche de l’atmosphère. Du coup, il faut faire une correction en post-processing pour arriver à bien exploiter la double compatibilité. Et ça, ce n’est pas si facile que ça.

Et en plus (décidément, ça commence à faire beaucoup), suivre plus de satellites et faire du post processing, ben ça consomme plus d’énergie. Donc ça diminue l’autonomie. Or, en ce moment, l’autonomie est une caractéristique critique sur laquelle tout le monde porte son attention.

Et en tout cas, ce qui est certain, c’est que le support Galileo ne sera jamais installé par une mise à jour logicielle sur les montres GPS Garmin existantes. Même la Fenix 5. Même si vous l’avez payée 700€. Question de marketing, Garmin préférera en profiter pour vendre une nouvelle montre…

Alors, déçu ?

EDIT : Garmin a activé Galiléo sur les montres suivantes : Fenix 5/5S/5X Plus, Fenix 5/5S/5X, Forerunner 645/645 Music, Forerunner 935, Vivoactive 3, Vivoactive 3 Music.

 

Bientôt une montre GPS solaire avec une autonomie monstre ?Casio GPR-B1000

Que ça soit pour un ultra ou tout simplement pour recharger sa montre GPS moins souvent, on veut toujours plus d’autonomie. Bon, en même temps, on veut quand même un grand écran couleur et une super précision.

Mais pourquoi est-ce qu’aucun fabricant n’a pensé à faire une montre GPS solaire qui se rechargerait tout le temps, toute seule.

J’avais bien une idée de la réponse : les puces GPS consomment trop pour être rechargées par un si petit panneau solaire. Quant on sait que l’activation du GPS fait passer l’autonomie d’une Fenix 5 de 2 semaines à 24h, on se rend bien compte qu’une puce GPS, ça consomme beaucoup.

Le CES 2018 m’a donné les chiffres qui me manquaient pour étayer ma thèse. En effet, Casio a annoncé la sortie prochaine d’une montre avec navigation GPS, alti baro et solaire : la GPR-B1000. Ben voilà ! Le top pour l’outdoor, non ?

Pour commencer, notons bien qu’elle est équipée d’un écran noir et banc qui parait assez petit. Donc qui consomme relativement peu d’énergie.

Maintenant, étudions ses capacités :

  • Après une recharge complète, si la montre est maintenue au soleil, l’autonomie de la GPR-B1000 est annoncée à 33h. OK, c’est environ 30% de mieux que les 24h de la Fenix 5.
  • Pour 1h de fonctionnement GPS, il faut 4h de recharge sous une luminosité de 50 000 lux (une journée ensoleillée d’été, c’est 130 000 lux ; si le ciel est couvert, on tombe en-dessous de 25 000 lux).

Cette fois, vous voyez bien que cette technologie apporte un surplus d’autonomie mais n’est pas viable et n’est pas prête de rendre pas votre montre GPS autonome en énergie.

Et pour info, je vous donne le prix de cette nouvelle montre GPS Android Wear : 800$.

Alors, déçu ?

 

Qui d’autre ne veut rien rater ?

Inscrivez-vous à la newsletter pour être sûr de ne pas rater les nouveaux articles et les résultats des nouveaux tests. Et recevez en bonus la checklist des 40 questions à se poser avant d’acheter une montre GPS.

* indicates required



Vous pouvez aussi suivre :

Un commentaire

  • Olivier 07

    Pourquoi ne pas faire comme le Cardio? quasiment toutes les montres ont un cardio intégré, mais si l’on veut une grande précision ou une autonomie supérieure, on met une ceinture (ou un brassard). Pourquoi ne trouve-t-on plus (Polar en avait fait un) un module GPS externe en plus de celui de la montre. En cas d’envie de précision ultime ou d’autonomie maximum, on utilise un GPS externe. Le “dialogue” en bluetooth ou ant+ consommant largement moins que la puce GPS intégrée. On a vu au CES 2018 un sweat Polar avec GPS et cardio intégré, mais plus de nouvelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.