Sigma ID.Tri : le triathlon pour moins de 150€

Sigma ID TRI

La communauté (et des bonus) sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Youtube et Instagram.

Vous êtes libre de cliquer ici pour passer commande chez mon partenaire i-Run et soutenir ainsi le blog. Profitez-en pour utiliser le code IRUN15, qui offre 15% de réduction sur les nouveautés chaussure et textile.

Bien qu’originaire d’Allemagne, Sigma reste encore peu connu en France. Pourtant la marque produit des montres GPS et des compteurs vélo, tout juste comme Polar en gros. Elle vient d’annoncer 2 montres GPS, la ID.Tri et la ID.Free.

S’il y a 10€ d’écart entre la ID.FREE et la ID.TRI, c’est que la seconde intègre la possibilité de programmer des séances d’entrainement et un mode multisports qui permet de faire du triathlon, mais aussi du run & bike et aussi du swimrun.

La Sigma ID.TRI affiche donc une bonne liste de fonctionnalités pour moins de 200€ (le prix de la Forerunner 45, l’entrée de gamme running de Garmin) :

  • Mode triathlon
  • Suivi d’itinéraire
  • Programmation d’entrainements
  • Alti baro
  • Compatible avec les capteurs de puissance ANT+ et Bluetooth
  • Hyper légère (42g)

Présentation des Sigma ID.TRI et ID.FREE

Présentation Sigma ID TRI

Les mensuration de la ID.Tri ne sont pas impressionnantes. Enfin si, elles sont impressionnantes parce que c’est une toute petite montre GPS : un boitier de 25x30mm, une épaisseur de 8mm pour un poids de 42g. A titre de comparaison, la plus petite montre GPS que j’aie eu en test est la Forerunner 45S. Son boitier fait 39mm de large et 11mm d’épaisseur. Ca en fait la montre GPS le plus petite et la plus légère de la catégorie triathlon (2g de moins que la Forerunner 735XT). Une montre GPS aussi fine est intéressante en compétition de triathlon, au moment de retirer la combi.

L’écran est rectangulaire, ce qui permet d’optimiser la surface utile d’affichage dans un si petit boitier. Malheureusement, Sigma ne détaille ni ses dimensions, ni sa résolution. C’est un écran noir & blanc qui offre donc un contraste suffisant, avec un rétro éclairage en plus.

Sigma insiste sur la simplicité de son interface (construite autour de 2 boutons de chaque côté) et de ses menus.

Au dos, on trouve un capteur cardio optique de marque Valencell, une référence dans le domaine. A l’intérieur, une puce GPS, un altimètre barométrique (pour des dénivelés plus précis), une boussole (utile en suivi d’itinéraire), un accéléromètre et un thermomètre.

Sur la tranche inférieure du boitier, au niveau de l’attache du bracelet, Sigma a intégré un bandeau lumineux. Ca, c’est l’innovation du jour : la Smartlight, une lumière qui permet de capter une information sans même focaliser sur l’écran. Il est par exemple possible de régler cette lumière pour changer de couleur en fonction de la zone cardio dans laquelle on se trouve. Même plus besoin de regarder l’écran pour voir si l’on est dans le rouge, ça se voit direct du coin de l’œil.

Elle est étanche à 50m, suffisant pour le triathlon.

Qui dit petite montre GPS, dit petite batterie. L’autonomie de la Sigma ID.TRI est donc relativement faible : de 8 à 12h en fonction de la précision GPS. Et 7 jours comme montre connectée.

Au niveau connectivité, on trouve même la possibilité d’appairer des capteurs ANT+ et Bluetooth (du cardio au capteur de puissance pour vélo).

Le Bluetooth est par ailleurs utilisé pour coupler un smartphone et ajouter des fonctionnalités basiques de montre connectée (smart notifications).

La montre est compatible avec un système de montage pour vélo, afin de parfaire son orientation triathlon. Il permet de monter rapidement la ID.TRI sur le guidon pendant les entrainements de vélo et les courses de triathlon.

Le bracelet en silicone est muni d’un système de remplacement rapide et est disponible en 4 couleurs.

A l’instar de Coros, Sigma a limité le nombre de profils sportifs, tout en restant complètement orienté vers le triathlon. On trouve donc 3 profils de base (course à pied, vélo et natation), 4 profils variés (randonnée, fitness, ski et autre), plus un profil multisports. Chaque profil sportif peut fonctionner avec ou sans GPS.

Le profil multisport peut être entièrement personnalisé à partir de différents profils sportifs et de transitions. C’est-à-dire qu’on peut le configurer pour faire du triathlon, du duathlon, du swimrun ou du run & bike.

L’ID.TRI intègre ensuite plusieurs outils pour l’entrainement. On peut programmer des alarmes (sonores ou pas vibrations) basées sur la distance, le temps, la fréquence cardiaque ou des rappels pour se nourrir ou s’hydrater le jour de la compétition. Sigma a préprogrammé 36 entrainements. Si cela ne suffit pas, il est possible d’en créer des nouveaux, soit sur le site web, soit depuis l’appli ou alors depuis un service tiers comme TrainingPeaks.

Les 6 écrans de données peuvent être personnalisés avec 1 à 3 données, dont certaines sous forme graphique (altitude, FC, météo).

La Sigma ID.TRI intègre 2 systèmes de suivi d’itinéraire.

Le premier, c’est le classique itinéraire GPX à télécharger dans la montre depuis l’appli ou le site web. Le second, c’est l’application Komoot, qui vous guidera sur les pistes cyclable et chemins de randonnée. Dans ce mode, l’application Komoot tourne sur votre smartphone et il faudra donc en permanence le conserver à portée de Bluetooth. Même en mode navigation, la Smartlight sait se rendre utile, pour le guidage.

Pour une montre qui vise un positionnement tout à fait d’entrée de gamme, l’intégration de partenaire permet tout de même d’ajouter des fonctionnalités qu’on ne trouve pas ailleurs. C’est intéressant.

La navigation peut être complétée par des points d’intérêt le long de l’itinéraire.

A l’instar des dernières Garmin et Coros, la ID-TRI est capable de détecter un accident. Si aucune action n’est faite au bout de 30 secondes, elle enverra automatiquement (via le téléphone) un SMS à une liste de contacts d’urgence, qui recevront ainsi votre position GPS.

L’export des données peut se faire automatiquement vers Strava, ou manuellement en fichier .FIT.

Le suivi d’activité en continu se limite à la base : nombre de pas, calories brûlées, distance et sommeil.

Dans le fonctionnement de montre connectée, la Smartlight est également utilisée pour avertir de la réception d’une smart notification (messages et appels entrants).

Prix et date de sortie

Montre GPS Sigma ID TRI

La Sigma ID.TRI est d’ores et déjà disponible, au prix incroyable de 134€, incluant le support pour guidon.

Un pack existe avec support guidon, ceinture cardio et capteur de vitesse/cadence pour vélo à 179€.

La ID.FREE est vendue 126€.

Mon avis

Avis Sigma ID TRI

Ces derniers mois, il suffit de chercher une montre GPS avec alti baro et suivi d’itinéraire pour aller tout de suite au-dessus de 300€. Avec ce couple de montres GPS, Sigma vient reprendre sur le marché la place qu’a occupée TomTom pendant quelques années.

Pour autant, le package de fonctionnalités apporte quelques bonnes surprises et ne se limite pas au strict minimum. Ainsi, la Smartlight peut démontrer son intérêt à l’usage, la détection d’accident est encore loin d’être généralisée sur les montres GPS et l’intégration de partenaires comme Komoot est intéressante (même si je pense que ça ne suffit pas à elle seule pour attirer de nouveaux utilisateurs).

Le ratio fonctionnalités/prix est impressionnant pour une montre GPS qui a tout ce qu’il faut pour l’entrainement et le triathlon. Maintenant, il reste à confirmer lors d’un test que l’interface de la montre et de l’appli (du site web aussi) est bien à un niveau suffisant pour ne pas ruiner complètement l’expérience utilisateur. Souvenez-vous, c’était mon principal point négatif lors du test de l’Epson SF-810.

Mais bon, au pire, vu le prix, vous ne prenez pas trop de risque.

Sigma ID.TRI + support guidonBouton commander amazon
Sigma ID.TRI + support guidon + cardio + capteur véloBouton commander i-run
Sigma ID.FREE + support guidonBouton commander amazon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.