Test Coros Vertix : la montre GPS de l’extrême

Test Coros Vertix

La communauté (et des bonus) sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Youtube et Instagram.

Vous êtes libre de cliquer ici pour passer commande chez mon partenaire i-Run et soutenir ainsi le blog. Profitez-en pour utiliser le code IRUN15, qui offre 15% de réduction sur les nouveautés chaussure et textile.

En moins de 18 mois, Coros a pris une dimension assez incroyable. En à peine 18 mois, la Vertix est leur 3e montre GPS, avec laquelle ils cherchent à attaquer le marché de l’outdoor (outrageusement dominé par les Fenix 5).

La Vertix a été conçue pour résister aux pires conditions climatiques en montagne (vitre saphir inrayable, testée jusqu’à -30°), pour des expéditions de plusieurs jours (jusqu’à 150h d’autonomie en enregistrement GPS), avec une interface adaptée au port de gants.

La cible de cette montre GPS est donc plus orientée vers les alpinistes, avec des fonctionnalités automatiques qui se déclenchent au-dessus de 2500m d’altitude. Mais sa légèreté, son autonomie et le suivi d’itinéraire devraient naturellement tenter les trailers.

Quoi qu’il en soit, son autonomie record de 60h, qu’on peut porter à 150h, attirera forcément l’oeil des ultra runners. C’est tout simplement les meilleures performances du marché.

Présentation de la Coros Vertix

Présentation Coros Vertix

Elle remplace : aucune

Au-dessus dans la gamme : aucune

En-dessous dans la gamme : Apex

Visuellement, on pourrait facilement confondre cette Vertix avec une Fenix 5. Le même écran (même taille, même résolution), le même genre de lunette avec des vis apparentes, des attaches de bracelet presque identiques… Bon bien sûr, il y a « Coros » écrit dessus et pas « Garmin ».

Son boitier de 49mm se place entre la Fenix 5 Plus (47mm) et la Fenix 5X Plus (51mm) ou la Suunto 9 (51mm). Au niveau de l’épaisseur, c’est là aussi assez similaire : 16,7mm pour la Vertix, contre 15,8 pour la Fenix 5 Plus, 17,5mm pour la Fenix 5X Plus et 17mm pour la Suunto 9.

C’est donc à peu près le même gabarit, elle se place vraiment entre la Fenix 5 Plus et les Fenix 5X Plus/Suunto 9.

Là où la Vertix surprend, c’est lorsqu’on la prend en main. Pourquoi ? Parce qu’elle pèse seulement 76g ! Coros a opté pour une construction en titane (lunette et fond de boîtier), ce qui fait sa légèreté.

Alors attention pour la comparaison, il faut être précis et comparer ce qui est comparable. Si j’étais allé un peu vite dans mon test, je vous aurais dit que la Fenix 5 Plus pèse 86g et la Suunto 9 81g.

Oui, sauf que la Vertix est en titane avec une vitre saphir. Alors ça donne quoi si on la compare avec d’autres montres GPS équipées titane/saphir ?

Hé bien c’est un match nul : 76g pour tout le monde (Suunto 9 Baro Titanium, Fenix 5 Plus Sapphire Titanium et Vertix). A côté de ça, la Fenix 5X Plus fait figure de monstre avec ses 88g.

La Vertix existe en 4 coloris :

  • Dark rock (noire et bracelet gris, celle utilisée pour ce test)
  • Fire dragon (lunette argent et bracelet orange)
  • Mountain hunter (lunette cuivre et bracelet vert)
  • Ice breaker (lunette bleue, bracelet bleu-gris et boîtier transparent)

Quoi quoi quoi ? Oui vous avez bien lu : boîtier en composite fibre de verre transparent. Trop cool !!! Bon, elle sortira vers la fin de l’été.

Là où Garmin utilise depuis des années 5 boutons, 3 pour Suunto depuis le passage aux Spartan en 2016, Coros semble encore tâtonner dans la construction de son interface. La Pace en avait 4, l’Apex 2 (dont 1 molette) et cette fois, la Vertix en a 3 (dont 1 molette).

Le bouton du haut sert à allumer le rétro éclairage et celui du bas sert de Retour (ou à marquer un tour lors d’une activité sportive). La molette est utilisée pour déplacer les écrans et les widgets et pour valider lorsqu’on appui dessus.

J’avais relevé 1 inconvénient à l’utilisation de la molette sur l’Apex : étant positionnée sur la droite de la montre, ça oblige à la porter au poignet gauche (car sinon, la main masque l’écran). Hé bien Coros a résolu ce problème par une astuce logicielle. Dans les paramètres, on peut inverser le sens de l’écran. La molette peut ainsi passer côté gauche, ce qui permet de porter la Vertix sur le poignet droit. Vous avez suivi ?

D’ailleurs, il y a un autre réglage possible de la molette, qui concerne le sens de rotation. Ben oui, parce que si vous retournez la montre, alors il faudra tourner la molette dans l’autre sens pour faire défiler les widgets. C’est un peu comme sur le joystick d’un jeu vidéo. Est-ce que vous voulez que votre avion plonge lorsque vous appuyez sur le manche vers l’avant ou bien qu’il monte ? Là, c’est pareil, on peut choisir de tourner dans le sens horaire ou anti-horaire pour faire monter les écran.

J’en n’ai pas encore fini avec la molette.

Vous l’avez peut-être déjà remarqué sur les photos, elle est proéminente. C’est à dessein, le but étant de pouvoir la manipuler avec de gros gants l’hiver. Mais du coup, j’avais un peu peur qu’elle soit actionnée intempestivement avec des frottements sur les manches ou la main ou autre.

Effectivement, ça arrive. Quelqu’un chez Coros y a pensé et on peut activer un verrouillage automatique. On peut choisir dans les paramètres comment se fera le déverrouillage, soit par un appui long, soit par une rotation rapide de la molette.

Il n’y a pas de cran sur cette molette. Elle ne fonctionne pas comme la couronne rotative de la Galaxy Watch où 1 cran = faire défiler 1 écran. Sur la Coros Vertix, il faut un peu de temps pour prendre le coup de main. Grosso modo, 1/3 de tour = faire défiler 1 écran.

L’écran fait 30mm de diamètre et 240×240 de résolution. C’est un écran transféflectif, c’est à dire qu’il sera superbe en plein soleil mais tout noir dans la pénombre. C’est du classique sur les montres GPS depuis quelques années. Mais je trouve qu’il y a plus de reflets sur celui de la Vertix (une galère pour faire des photos pour illustrer l’article). Il doit manquer un traitement anti-reflet que les autres marques font peut-être.

Le bracelet est équipé d’un système d’attache et détache rapide du même type que les Fenix 5. Je me demande encore comment Coros a pu copier ce système ou pourquoi aucune autre marque n’a copié ce système. Bref, c’est le meilleur système qui existe sur le marché (largement mieux que le système avec la petite tirette).

D’ailleurs, les bracelets 22mm de Fenix 5 Plus sont adaptables sur la Vertix (l’inverse n’est pas vrai).

Il y a 2 passants, le premier fixe (très proche de la boucle) et le second mobile (avec un petit cran pour bien rester en place). C’est le même choix que Polar sur les Vantage.

Au niveau écran de l’interface, on trouve différents widgets qui défilent de haut en bas ou de bas en haut. Dans l’ordre (vers le bas) :

  • Heure
  • Activité quotidienne (calories dépensées, nombre de pas, temps de sport, nombre d’étages gravis)
  • Fréquence cardiaque (instantanée, min, max et moy + graphique sur les 6 dernières heures)
  • Altitude (instantanée, min, max et moy + graphique sur les 6 dernières heures)
  • Pression atmosphérique (instantanée, min, max et moy + graphique sur les 6 dernières heures)
  • Température (instantanée, min, max et moy + graphique sur les 6 dernières heures)
  • Smart notifications

Ils ne sont pas encore autant paramétrable que chez Garmin et j’ai justement 1 reproche à faire. J’aurais aimé pouvoir changer l’échelle des graphique pour passer sur du 12 ou 24h.

En effet, avoir ma FCmin et FCmax sur les 6 dernières heures ne sert pas à grand chose. S’il est 17h, il est probable que la FCmin affichée à l’écran soit déjà bien au-dessus de ma FCmin de la journée (relevée normalement le matin au réveil).

De même, 6h de recul, c’est pas forcément suffisant pour se faire une idée de la tendance météo avec le graphique de pression atmosphérique.

Quant à la température, je vous rappelle (avant que vous ne me posiez la question en commentaire), que le capteur est influencé par votre propre chaleur corporelle qui réchauffe le boîtier de votre montre. Exemple, alors que j’écris ces lignes, je suis chez mes beaux-parents, il fait 19 dans la maison et le widget affiche 29°.

L’interface est complétée par un menu de commandes (appui long sur le bouton du bas), qui permet d’accéder à :

  • Réglages
  • Ne pas déranger
  • Alarme
  • Boussole
  • Mesure de FC
  • Mode UltraMax
  • Navigation
  • Carte (le nom est mal choisi, il n’y a pas de carte, c’est l’écran de suivi d’itinéraire)
  • Acclimatation à l’altitude
  • Chronomètre
  • Minuteur
  • Cadran (pour changer de watchface)

On voit bien que ces raccourcis sont hétérogènes, certains s’appliquent à une utilisation de montre, d’autres à une utilisation sur un enregistrement sportif. C’est un peu le bazar et ce n’est aps personnalisable. Mais bon, je trouve ça pratique et je préfère un peu de bazar que pas de menu de commande du tout.

La saturation sanguine en oxygène n’apparaît pas comme widget, alors que le capteur cardio optique dispose bien de la LED rouge supplémentaire pour mesurer le SpO2. En fait, c’est un mode particulier qu’il faut activer soit :

  • Ponctuellement dans le menu de commandes (appui long sur le bouton Retour) pour 1 mesure
  • Dans le menu de paramètres en activant le mode « Altitude »

Coros a réutilisé la même puce GPS que sur ses montres GPS précédentes. Il s’agit de la fameuse puce GPS Sony qui permet d’atteindre des autonomies incroyables il y a encore quelques années. Actuellement, elle fonctionne en mode GPS seul ou GPS/GLONASS. Mais Coros annonce déjà la compatibilité avec Galiléo, prévue pour une mise à jour à venir. On sait que c’est possible, puisque Garmin le fait sur la Forerunner 945.

Le capteur cardio optique est nouveau, intégrant la mesure de l’oxygénation sanguine (3 LED vertes, 1 LED rouge, 1 capteur). C’est une métrique encore assez rare mais qui tend à se démocratiser. Sinon, on trouve aussi à l’intérieur un altimètre barométrique, boussole, accéléromètre et gyroscope.

On peut compléter cette liste par des capteurs externes en ANT+ (pas Bluetooth). Actuellement, la puissance est supportée à vélo, mais pas en course à pied. Mais là aussi, Coros a annoncé que ça ferait partie d’une mise à jour à venir.

Coros a fait fort sur la résistance aux éléments climatiques. L’étanchéité est testée à 150m. je n’ai jamais vu ça. Et pour cause, c’est la seule monte GPS étanche à 150m. Habituellement les montres GPS outdoor sont étanches à 100m, celles pour le triaathlon à 50 ou 30m.

La Vertix supporte des températures de -30 à 70°. Ca devrait contenter aussi bien les skieurs de randonnée (comme moi) que les ultrarunners du Marathon des sables.

S’il y a 1 réglage que je trouve astucieux sur la Vertix, c’est celui du rétro éclairage automatique. Il y a 3 options de fonctionnement : off, toujours ou auto. Dans le mode auto, la montre intègre les heures de coucher et de lever du soleil. Le rétro éclairage fonctionne alors sur la plage ‘nuit’ et est en off sur la plage ‘jour’.

Pour satisfaire à une utilisation outdoor, Coros a étendu un peu la gamme des profils sportifs de la Vertix. En plus de 6+1 profils pour le triathlon :

  • Running / tapis de course
  • Vélo / home trainer
  • Natation piscine / eau libre
  • Triathlon

On en trouve maintenant 3 de plus :

  • Trail
  • Alpinisme
  • Randonnée

Coros a déjà annoncé que le profil ‘Ski’ serait ajouté par mise à jour (peu de chance de voir le profil ‘Pilates’ même dans plusieurs années).

Au niveau des métriques, la Coros Vertix va déjà assez loin pour contenter la grande majorité des sportifs (charge d’entraînement, seuil lactique, TE aérobie et anaérobie, etc).

Le suivi d’itinéraire est bien sûr bien présent pour accompagner ces profils.

La nouveauté, c’est un mode ‘Altitude’, dans lequel la saturation sanguine en oxygène est mesurée en parallèle de l’altitude. L’objectif est de mesurer l’acclimatation à l’altitude. Ces mesures sont faites 24h/24 mais dès qu’on dépasse les 2500m, la montre calcule un score d’acclimatation sur 100 et affiche des conseils qui doivent vous aider à prendre la décision de poursuivre une ascension ou y renoncer.

Autonomie

Autonomie Vertix

Une nouvelle fois, l’autonomie des montres GPS Coros est incroyable : 60h d’enregistrement GPS pour la Vertix (et jusqu’à 150h en mode UltraMax). Là, on atteint des valeurs qui font qu’on peut partir tranquille 3-4 jours en rando.

Et si jamais vous vous lanciez sur une course plus longue, il est possible de recharger la Vertix en course sans arrêter l’enregistrement d’activité. Le connecteur du câble de recharge ressemble à celui des Fenix (juste 1 broche en moins). Même cause, même effet : on ne peut pas garder la montre au poignet pendant la recharge.

Dans la pratique, on atteint des valeurs qui sont difficilement vérifiables avec précision en test (quand on n’est pas un ultrarunner comme moi). Lorsque je sors courir 1h, c’est 2% de batterie qui sont perdus. Si on extrapole, ça donne autour de 50h (à la louche).

En mode UltraMax, il faudrait des virgules pour être précis. J’ai noté une perte de 1% de batterie sur une sortie d’une heure, ce qui donne environ 100h. Mais ça pourrait tout aussi bien être 150h si c’était 0,6% au lieu de 1…

Coros a effectué des tests en environnement froid et annonce une autonomie de 21h par -30°. Quand je pense que mon iPhone n’est pas capable d’enregistrer 10 minutes de vidéo au ski…

En utilisation montre connectée (smart notifications + suivi FC), le mode altitude consomme plus de batterie. Il faut compter 6% de batterie par 24 heures. En le désactivant, on passe à 3%/24h.

Champs de donnée

Coros Vertix données

Heure

Chrono : temps total, durée de déplacement, dernier tour

Distance : totale, tour, 3D

Tours

Calories

Cadence : instantanée, moy, tour

Longueur de foulée : instantanée, moy, tour

Allure : instantanée, moy, tour, dernier tour

Vitesse : instantanée, moy, max, tour, dernier tour

Fréquence cardiaque : instantanée, moy, max, tour

Altitude

D+ : total, tour, dernier tour

D- : total, tour, dernier tour

Vitesse verticale

Pente

Batterie

Endurance

Training effect : aérobie, anaérobie

Mouvements (natation) : longueur, dernière longueur, tour, total

Fréquence mouvements (natation) : moy, dernière longueur, tour

Distance/mouvement (natation) : moy, tour

SWOLF : moy, dernière longueur

Puissance (vélo) : instantanée, 3s, 10s, 30s, moy

NP (normalized power)

Coros a annoncé que de nouvelles running dynamics allaient arriver lors d’une prochaine mise à jour (temps de contact au sol, oscillation verticale, puissance en course à pied, efficacité de la foulée).

Course à pied

Coros Vertix running

Même si j’ai mis en avant son orientation outdoor, la Vertix n’en reste pas moins une montre GPS pour le sport. En plus des données de base (distance, temps, allure/vitesse, dénivelé, Coros a développé le nombre de données mesurées par la Vertix pour s’adapter à une utilisation trail (vitesse verticale, etc). Il y a assez peu de montres GPS qui en couvrent autant.

D’ailleurs, sur le profil Trail, on trouve beaucoup plus de données « 3D » que sur le profil course à pied. Idéalement, ces réglages sont censés rendre des données plus précises, en prenant en compte le dénivelé dans le calcul des distances et des allures. Dans les faits, la différence est négligeable en trail, sauf pour du kilomètre vertical.

Pour chaque profil, on peut configurer jusqu’à 5 pages de données, avec 2 à 6 données à chaque fois. La petite particularité, c’est que le champ du bas, en noir en bas de l’écran, est fixe et est recopié sur toutes les pages (chrono par défaut, mais on peut mettre la donnée qu’on veut).

Pour ce qui est des mesures physiologiques, Coros n’est pas associé à Firstbeat mais a développé des algorithmes similaires :

  • Training effect aérobie et anaérobie (qu’on ne trouve que sur quelques Garmin)
  • Endurance/stamina (mesure l’énergie qu’il vous reste sous la pédale)
  • Temps de récupération

Globalement, je trouve que les résultats sont crédibles. Pour ma première sortie en course à pied (40 minutes), elle m’a annoncé 12,5 heures de récupération. Probablement correct. De toute façon, je vous rappelle qu’il faut un certain temps d’adaptation à ce genre d’algorithmes. Firstbeat estime que leur fonctionnement est optimum au bout de 40 jours.

L’algo de mesure de l’endurance est intéressant car c’est une donnée qu’on peut afficher sur un des écran des profils sportifs. Contrairement à la récupération qui et une donnée calculée à postériori, l’endurance est calculée en direct. Ca peut donc être une donnée utile pour gérer un ultra sans finir sur les rotules. Ou alors pour bien doser une séance de fractionné (ou autre séance d’entraînement intensive). Si à la fin de vos 10 répétitions il vous reste 40% d’endurance, vous pouvez allégrement ajouter 2 répétitions à votre série.

Après, sur l’appli, on trouve d’autres métriques physiologique :

  • Charge d’entraînement (la natation n’est pas prise en compte dans la charge d’entrainement ; le vélo, oui)
  • VO2max
  • Seuil lactique (FC et allure)
  • Niveau d’endurance

Chose suffisamment rare mais intéressante pour être mentionnée, on peut aller vérifier la validité des données AGPS dans les menus. Après une synchro, vous êtes normalement bon pour 7 jours. C’est à truc à vérifier la veille d’une course par exemple.

Pour les novices, la Vertix est plutôt claire et directe : si vous essayez de partir un peu trop vite, elle va afficher à l’écran un message du style « le signal GPS et la FC n’ont pas encore été acquis, est-ce que vous voulez commencer quand même ». Là, je crois que c’est clair. On attend le GPS fix (quelques secondes) et on attend une mesure stable de la FC (15-20 secondes), sinon, il faut pas venir se plaindre après que la montre affiche n’importe quoi.

Pendant l’attente du GPS fix, on peut accéder à un certain nombre d’options :

  • Programmer une séance de fractionné (échauffement, séries basées sur le temps ou la distance, puis retour au calme)
  • 3 séances d’entraînement aérobie (TE 2,5/3,5 ou 4,5)
  • 3 séances d’entraînement anaérobie (TE 2,5/3,5 ou 4,5)
  • Alertes (distance, allure, cadence, FC)
  • Auto pause
  • Métronome
  • Navigation

On ne peut pas créer d’itinéraire depuis l’appli Coros. Il faut utiliser un autre service puis les importer dans l’appli. Tout ça depuis son smartphone.

Concrètement, j’utilise la nouvelle appli Suunto pour tracer un itinéraire depuis mon smartphone, je l’exporte en GPX et me l’envoie par mail. Ensuite, lorsque j’ouvre la pièce jointe du mail reçu, mon smartphone me propose de l’ouvrir avec l’appli Coros. Au passage, le fichier perd le nom que je lui avais donné dans l’appli Suunto, il faut donc le renommer dans l’appli Coros. Après, il reste plus qu’à aller sur la page de configuration de la Vertix, cliquer sur Ma route et d’ajouter l’itinéraire qu’on vient d’importer.

On peut stocker jusqu’à 10 itinéraires dans la Vertix. Après, il faudra faire des permutations à partir de l’appli.

Le mode suivi d’itinéraire fonctionne bien. La molette sert à zoomer/dézoomer et fait apparaître un champ de donnée en bas de l’écran qui donne la distance restante. Attention, sur tous les autres écrans, un appui sur la molette met l’enregistrement en pause. Il y a une alerte de sortie d’itinéraire.

Je ne sais pas si le problème vient de la boussole, mais j’ai trouvé que l’orientation de l’écran de suivi d’itinéraire était régulièrement décalée. L’affichage est stable (ce n’est pas un problème d’écran qui tourne intempestivement comme sur l’Amazfit Stratos, c’est juste que parfois il n’est pas aligné sur la direction de marche pendant plusieurs secondes).

On a aussi un écran avec le profil d’altitude de l’itinéraire, mais je ne le trouve pas super clair. Déjà, le profil est rouge, alors que sur le widget d’altitude, il est bleu (c’est le graphique de FC qui est rouge sur les widgets). Ensuite, la partie qu’on a déjà parcourue est marquée en rose au lieu de rouge. Je trouve que la démarcation n’est pas assez nette. Chez Garmin, par exemple, c’est bleu/vert, avec un grand trait vertical pour bien voir où on en est). Après, on trouve en haut le D+ parcouru et le D+ total.

On ne peut activer le mode UltraMax qu’après le départ de l’enregistrement GPS. C’est un peu curieux. Donc si vous vous élancez sur un ultra, il faudra lancer le mode Course à pied (ou Trail) normalement puis penser à activer le mode UltraMax (appui long sur le bouton Back pour accéder au menu de commandes).

On peut le lancer à n’importe quel moment. C’est à dire que si vous n’avez pas anticipé le truc mais que vous sentez que vous n’aurez pas assez de batterie pour arriver au bout de votre course (le niveau de batterie est un champ de donnée qu’on peut afficher sur un des écrans), alors vous pourrez basculer sur ce mode pour économiser la batterie et terminer votre course.

Le mode UltraMax fonctionne bien. Il multiplie presque par 3 l’autonomie mais ne dégrade pas trop la trace GPS. J’ai même été bluffé par la valeur d’allure instantanée.

Sur la Suunto 9 en mode FusedTrack, l’allure est tirée de l’accéléromètre (puisque le GPS est coupé), donc pas précise du tout. Et la distance totale n’est incrémentée qu’à chaque prise de position GPS (donc toutes les 60 ou 120 secondes en fonction du mode choisi).

Sur la Vertix, l’allure est exploitable, la distance s’incrémente régulièrement. Idem pour le cardio. En fait c’est comme si de rien n’était. Lors de mon premier run avec le mode UltraMax, je suis même retourné dans les réglages pour voir s’il était bien activé… Quand on ouvre un fichier GPX, on voit que la Vertix continue de relever 1 point toutes les 2 secondes.

Vélo

Coros Vertix vélo

Il y a 2 profils vélo, extérieur ou intérieur (avec ou sans GPS quoi). Et là, j’aurais pu dire ‘seulement 2 profils vélo’. Pourquoi ‘seulement’ ? Parce que sur une montre GPS outdoor, on aurait tous apprécié un profil VTT.

On peut ajouter n’importe quel capteur externe (pourvu qu’il soit ANT+) : ceinture ou brassard cardio, capteur de cadence, vitesse ou puissance.

Pour le reste, la seule différence avec les profils de course à pied réside dans quelques champs de donnée différents. La pente sera certainement plus utile au cycliste qu’au runner.

Je ne saurais pas expliquer pourquoi, mais le suivi d’itinéraire n’est pas disponible sur le profil de Vélo. C’est dommage, car je trouve ça presque plus utile à vélo qu’en course à pied. Lorsque je pars courir 1h, je peux essayer de mémoriser l’itinéraire et au pire, si je me perds un peu, je ne suis pas trop loin de mon point de départ et j’arriverai à m’en sortir. Alors qu’à vélo, je pars régulièrement plus d’une heure et je parcours largement plus de distance, ce qui rend la mémorisation du parcours plus compliquée. D’où l’utilité du suivi d’itinéraire…

A vélo, les entraînements basés sur le training effect ne sont pas non plus disponibles. Mais il reste l’entraînement fractionné.

Natation

On trouve 2 profils de natation sur la Vertix : en piscine et en eau libre.

Comme pour toutes les montres GPS avec un profil de natation en piscine, il faut commencer par configurer la longueur de la piscine. Les 2 données par défaut sont 25 et 50m (oh quelle surprise:o) et si besoin, on peut rentrer une valeur perso. D’ailleurs, c’est un bon moyen d’améliorer vos performances. Configurez la longueur à 30m et nagez dans une piscine de 25m, vous allez voir ce que le dopage électronique peut faire…

L’algo de de Coros pour le comptage des longueurs est redoutable. Elle ne fait jamais d’erreur dans le décompte. de toutes les montres de sport que j’aie testées, je pense que c’est une des meilleures, sinon la meilleure.

Notez que le capteur cardio optique est bien activé sur les profils de natation. Il n’y a ne serait-ce que 2 ans, c’était impossible de trouver un capteur cardio optique activé dans l’eau. Depuis peu, tous les fabricants semblent débloquer cette fonctionnalité. Pourtant, je ne peux pas dire que les résultats soient très concluants.

En mode repos entre les séries (à actionner manuellement, pas de détection automatique), l’affichage s’inverse et bascule sur un écran de repos qui affiche en bas de l’écran la FC et la durée de la pause.

Triathlon

Coros Vertix triathlon

Quand on ne s’appelle pas Garmin, il est difficile de spécialiser une montre multisports sur l’outdoor et une autre sur le triathlon. Donc la Coros Vertix, tout comme la Suunto 9, intègre un profil de triathlon qui permet d’enchaîner les 3 sports et de gérer les transitions.

La construction du mode triathlon de Coros est quelque peu particulière. Ce n’est pas un profil sportif en soit, mais une interface qui permet de construire un profil à partir des autres profils. Ca veut dire que vous ne pourrez pas y configurer les champs de donnée par exemple. Vous allez récupérer la configuration des profils sportifs utilisés pour construire le profil triathlon.

Ensuite, on sent que Coros a cherché à ne pas se cantonner au triathlon ‘nage en eau libre / vélo / course à pied’. Donc en fait on a 3 épreuves qui s’enchaînent et pour lesquelles on peut choisir n’importe quel profil sportif ou alors OFF si on ne veut pas de cette épreuve.

Concrètement, on peut créer les combinaisons suivantes :

  • natation piscine / vélo / course à pied
  • natation eau libre / vélo / trail
  • course à pied / vélo / OFF

Et on voit là la limite : on ne peut pas faire du run & bike ou du swimrun. On peut faire un mode Course à pied / vélo ou Natation / course à pied, mais on ne peut pas répéter cet enchaînement pour faire du run / bike / run / bike / etc.

Précision GPS / cardio

Lorsqu’on étudie le contenu d’un fichier d’activité exporté de l’appli Coros, on se rend compte que la Vertix, comme toutes les autres montres GPS Coros, ne relève une position GPS que toutes les 2 secondes (là où le mode le plus précis de toutes les autres marques fonctionne toutes les 1s).

C’est une des clés des performances en termes d’autonomie. Quel est l’impact au niveau de la précision ?

Ben si je ne venais pas de vous le dire, je pense que vous auriez eu du mal à le deviner, même en comparant les traces GPS tirées de plusieurs montres GPS de différentes marques.

Sur cette partie en forêt, la Vantage V est la plus précise, mais la Vertix s’en sort pas mal.

J’aime bien faire une passe aller/retour en guise de test de précision, pour voir si les 2 traces se superposent bien. Rien à redire (du moins pas pour la Vertix…)

En forêt, sous de grands arbres, elle a eu un peu plus de mal à gérer cette partie tortueuse. Mais l’écart sur la distance totale n’est pas significatif.

Et le mode UltraMax ?

J’ai parcouru un circuit 2 fois, 1 fois en mode normal et 1 fois en mode UltraMax. De loin, difficile de voir la différence.

Si on zoome, on découvre quand même des écarts flagrants.

Comme on pouvait s’y attendre, la Vertix n’a pas trop de problème en ligne droite, mais plus dans les virages.

Mais au final, la différence dans la distance totale mesurée n’est pas très significative : 100m sur 5,8km, ça fait 1,7%.

Du côté du capteur cardio optique, je dirais qu’on se trouve dans la moyenne actuelle. Pas parfait, mais exploitable dans certains cas.

Sur une autre sortie, elle a eu plus de mal à accrocher mon cardio au départ, mais la suite est meilleure. A part le pic vers 26 minutes qui est trop court et donc complètement zappé, le reste du tracé est exploitable.

Ca reste un cardio optique, ne comptez pas dessus pour faire du fractionné. Mais il pourra servir sur des séances d’endurance à intensité moyenne.

Le cardio m’a paru super précis en vélo d’appartement. Mais l’outil que j’utilise requiert des données GPS pour aligner les courbes. Donc pour le coup, vous n’aurez que mon resenti. Et je ne l’ai pas testée sur un vrai vélo, où les vibrations peuvent perturber la précision du capteur cardio optique.

Suivi d’activité quotidienne

Suivi activité quotidienne

Comme toutes les montres connectées maintenant, la Vertix fait aussi tracker d’activité quotidienne.

La seule particularité des montres GPS Coros, c’est qu’elles mesurent le nombre de calories brûlées en activité, sans ajouter le métabolisme de base. Les nombres ne sont donc pas comparables avec ceux des autres marques, qui intègrent les 2 origines des calories dépensées (Garmin, Fitbit, etc).

Sur le widget de suivi d’activité, on trouve donc :

  • le nombre de calories brûlées en activité
  • le nombre de pas
  • le temps d’activité (= durée des séances de sport + durée d’activité à un certain niveau d’intensité de marche)
  • le nombre d’étages gravis

La fréquence cardiaque en continue se trouve sur le widget spécifique avec le graphique de FC sur les 6 dernières heures.

La mesure de la saturation sanguine en oxygène nécessite d’être immobile. Parfaitement immobile. Si le mode Altitude est activé, alors la Vertix va essayer de temps en temps de prendre une mesure. En mode automatique, j’ai trouvé que la Vertix arrive à prendre plus régulièrement une mesure que ce que faisait la Fenix 5X Plus. Sinon, on peut déclencher une mesure manuellement.

On peut visualiser 2 graphiques de SpO2, sur les dernières 24h ou les 3 derniers jours.

Si on passe au-dessus de 2500m d’altitude, alors on obtient en plus un score d’acclimatation à l’altitude. S’il se situe entre 61 et 80, Coros recommande de ne pas monter plus haut pour le moment. Au-dessus de 80, le feu est au vert ; en-dessous de 60, il est recommandé de redescendre.

Par contre, les mesures de SpO2 ne sont pas transférées dans l’application. C’est vraiment utilisé dans le cadre sportif pour de l’aide à la décision instantanée (monter plus haut ou pas), mais pas sauvegardé pour une analyse (dans le but de détecter des apnées du sommeil par exemple).

Et pour finir, ce n’est pas visible sur la montre (mais uniquement dans l’appli), la Vertix fait également le suivi du sommeil. Garmin a également fait ce choix de ne pas créer de widget Sommeil et franchement, je ne comprends pas pourquoi. Quand je me lève le matin, si j’ai envie de jeter un oeil aux stats de mon sommeil la nuit dernière (pour confirmer que ma fille m’a bien pourri ma nuit), j’aimerais bien pouvoir le voir directement sur un widget de la montre, sans devoir sortir mon smartphone et faire une synchro.

Montre connectée

Montre connectée Vertix

Si elle ne peut pas se connecter aux capteurs Bluetooth Smart, la Vertix possède tout de même une connexion Bluetooth pour se connecter à un smartphone. Par contre pas de Wifi.

Les smart notifications arrivent à l’écran accompagnées d’une vibration. On peut faire défiler l’écran avec la molette pour lire le texte d’un message.

Si on continue de tourner la molette, on passe à la notification suivante.

Toutes les notifications peuvent être retrouvées dans le widget de Notification.

Depuis l’application Coros, on peut activer ou désactiver les sources des notifications qui seront transférées du smartphone à la montre. Entre autres : appel entrant, SMS, email, Facebook, WhatsApp, Instagram, etc.

Il est possible d’activer le mode Ne pas déranger de 2 manières :

  • automatiquement sur une certaine plage horaire (la nuit pendant qu’on dort)
  • manuellement depuis le menu de commandes

Coros continue de développer l’offre de fond d’écrans. Sur la Vertix, on peut stocker 5 watchfaces en favoris, et il y en a 12 autres en réserve dans l’appli.

La roadmap des mises à jour

Coros a déjà communiqué une liste de fonctionnalités qui seront ajoutées par mise à jour logicielle. C’est toujours intéressant qu’une marque communique sur le sujet, mais il ne faut pas le prendre pour argent comptant : aucune date pour l’instant (ça peut être fin de l’été tout comme début 2020).

  • Compatibilité Galiléo
  • Test de forme basé sur la variabilité de FC
  • Puissance en course à pied
  • Running dynamics (temps de contact au sol, oscillation verticale, efficacité de foulée)
  • Programmation d’entrainements complexes
  • Retour départ

Conclusion du test

Avis Coros Vertix

La Vertix est la montre GPS possédant le meilleur hardware (titane, saphir, étanchéité 150m), la meilleure autonomie du marché (60/150h) et des fonctionnalités de bon niveau par rapport à ses concurrentes (sans être au top du top).

Mais je pense qu’elle va souffrir de la comparaison avec la Fenix 5 Plus.

Il faut dire que depuis la Pace et en passant par l’Apex, on sent bien que Garmin a été une grande source d’inspiration pour Coros. Elles se distinguaient toutes deux par un meilleur rapport qualité/prix au vu des matériaux utilisés (le saphir sur l’Apex à 299€ par exemple).

La Vertix a des atouts non négligeables en termes de matériaux et finitions, mais va avoir du mal à rivaliser avec les Fenix 5 Plus à prix quasi identique.

Même face à une Fenix 5 (de base, pas Plus), il manque encore quelques fonctionnalités ou possibilités de paramétrage. Par contre, elle se défendra plus qu’honorablement face à une Suunto 9 Baro (Suunto étant une marque traditionnellement orientée montagne).

Mais au final, c’est une montre robuste, bien finie, avec les capacités nécessaires pour et qui reste simple à utiliser. Et ça, pour certains, ça compte.

Vous avez trouvé ce test utile ? Soutenez le blog en commandant chez un partenaire.

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat de matériel sportif et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Coros Vertix Dark Rock599€Bouton commander amazon
Coros Vertix Fire Dragon599€Bouton commander amazon

14 commentaires

  • Alexandre ROBINE

    Hello Jérôme !!

    Tu pourrais nous en dire plus sur le mode UltraMax?
    Ce mode UltraMax vient directement concurrencé le mode FusedTrack de Suunto et lui on sait bien comment il fonctionne. (on allume le GPS tout les 120sec et entre temps s’est l’accéléro et la boussole qui font le job)
    Dans ton test tu dis que la Coros “continue” de relever un point GPS toutes les 2sec (donc en mode précision c’est 2 sec aussi) , que le cardio est encore activé, l”allure est toujours dispo et la précision GPS correcte…du coup c’est quoi l’astuce de Coros pour monter à 150h d’autonomie??

    On voit aussi dans ton test que…. la Suunto 5 est entrain d’être mise à l’épreuve!!! (miam miam)

    Alexandre

  • andy

    J ai la petite apex et déjà l autonomie est dingue en full gps cardio optique .. 5h30 de vélo 12% de batterie en moins ! ( commencé à 70%).
    L astuce c est la nouvelle puce gps sony qui consomme rien en partie .

    Sinon pour l histoire de la molette sans cran …c est un système rudement bien pensé et efficace pour éviter les défilements accidentels.
    Sur une mollette “a cran” , quoiqu’il arrive, si la molette tourne, le menu defile.

    Ici , ce n est pas le degré de rotation qui fait défiler le menu … mais la vitesse à laquelle on tourne la mollette ! En tournant de manière naturelle à rapide , effectivement le menu defile de suite.
    En tournant lentement , on peut faire un tour entier de la molette sans changement à l écran !
    Bref ça marche super bien !

  • andy

    Je rajouterais que les maj coros sont régulières, des fonctions nouvelles arrivent et qu ils sont supers à l écoute des retours notamment sur le groupe Facebook coros watch users

  • Samory

    Bonjour Jérôme,

    Merci pour le test et tout le travail que tu réalise sur différentes plateformes.

    Sais-tu où commander la Vertix et à quel délai, on peut s’attendre pour sa réception ?

  • Lagouardette Hugo

    Bonjour Jérôme,
    Coros ne distribue toujours pas sa montre autrement que par son site. Le prix que tu donnes est alors de 600€ mais est ce que ce prix comporte les taxes ainsi que la TVA?
    Sportivement

  • Kévin

    Bonsoir, tout d’abord merci pour ce test, je viens de regarder ta vidéo également, top.
    Plusieurs questions : vis a vis de l’APEX penses tu que l’écart de prix est justifié (prix x2) ? à part le capteur spo2 il y a de gros différence entre les 2 modèles ? niveau logiciel coros va il différencier les 2 modèles ? Connais tu la taille de la mémoire de ces montres (pour futur intégration carto ou mp3 par ex) ?
    Je souhaites renouveler ma fenix 3 hr au black friday, cherchant une montre intégrant des fonctions de “coaching” et de suivi de charge d’entrainement, la 945 de garmin a l’air top a ce niveau, la vantage propose des choses intéressante aussi de même que la sunto 5, que penses tu des fonctions coros a ce niveau ? vont ils les développer sur les prochaines maj ?
    Ca fais beaucoup de questions mais ca pourra servir a d’autres je pense 🙂 et coros vendu sur irun !
    Sportivement

    • Jérôme

      Bonjour
      Autonomie x2.
      Quand on branche la Vertix en USB sur un ordi, elle apparaît comme une clé USB de 4Go. Suffisant pour la musique, un peu juste pour la carto.
      Coros est beaucoup plus pauvre au niveau du coaching.

      • Kévin

        au même prix qu’une 945 ultra complète la question ce pose quand même, et l’APEX en mémoire ca donne quoi ? tu penses qu’ils vont différencier leur gamme sur les prochaine MAJ ? la vertix a 600 euros face a la garmin 945 et l’APEX face a la 245 le choix est difficile. Garmin a quand même une quantité de fonction impressionnante sur leur nouvelle gamme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.