Test Polar Ignite : coach cardio et fitness à votre poignet

Test Polar Ignite

Encore plus de contenus sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run, quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Polar poursuit le renouvellement de sa gamme de montres GPS, avec une tendance marquée par une grande amélioration du design (et l’abandon des écrans carrés). En complément de la série des Vantage (V et M) qui ciblent les athlètes, l’Ignite vient se placer en entrée de gamme pour une utilisation plus orientée vers les néophytes.

Ce qui est intéressant, c’est que l’Ignite n’est pas une Vantage M Lite, sur laquelle Polar aurait retiré des fonctionnalités. Au contraire, il y a des nouveautés très intéressantes.

La grosse nouveauté, c’est une aide à l’entrainement qui va proposer, chaque jour, des séances de sport adaptées au niveau de l’utilisateur. Avec cet algorithme appelé FitSpark, Polar va plus loin que ce que propose Suunto sur ses Suunto 3 et Suunto 5, en offrant un coaching global, de la course à pied au renforcement musculaire.

Si on ajoute à ça un positionnement tarifaire très avantageux (dès 199€), Polar a de quoi réitérer le succès qu’a connu la M400.

Verdict

Simple et petite, la Polar Ignite dispose de fonctionnalités avancées uniques pour une montre GPS d’entrée de gamme. L’analyse de la qualité du sommeil est très poussée et le coach virtuel ne se limite pas à la course pied mais intègre aussi du renforcement musculaire et des étirements.

POUR
Coach virtuel complet
Analyse du sommeil poussée
Excellent rapport fonctionnalités/prix
CONTRE
Fonctionnalités connectées limitées
Ecran tactile parfois peu réactif

Présentation de la Polar Ignite

Présentation Polar Ignite

Elle remplace : M430

Au-dessus dans la gamme : Vantage M

En-dessous dans la gamme : Unite

L’Ignite n’est pas la remplaçante de la M600, un essai qu’avait fait Polar de sortir une montre connectée sous Wear OS. C’est peut-être plus la remplaçante de la M430, mais alors avec plein de nouveautés. Visuellement, on est très loin de la M430 et plus proche de la Garmin Forerunner 645 ou de la Suunto 3 Fitness. Tant mieux. Il faut reconnaitre que maintenant, la majorité des gens n’achètent plus une montre juste pour faire du sport. Il faut que le design soit adapté pour pouvoir la porter 24h/24.

A mon avis, c’est le cas de la Polar Ignite. Mais tous les goûts sont dans la nature…

Le format est très compact, avec un diamètre de 43mm et une épaisseur de seulement 8,5mm. C’est le même format que la Forerunner 645. Et plus petit que les Vantage (46mm). Donc parfaitement convenable pour le poignet d’une femme.

Forcément, sur la balance, c’est un poids plume : 35g. Ca fait 10g de moins que la Vantage M et même 7g de moins que la Forerunner 245.

Ce poids plume, Polar l’a obtenu entre autres grâce un à bracelet fin et une boucle très fine aussi. OK, c’est une boucle en métal (généralement, sur les montres GPS d’entrée de gamme, on trouve plutôt des boucles en plastique), mais elle est tellement fine (genre fil de fer) que ça fait assez cheap selon moi. Quoi qu’à force, je m’y suis habitué.

Ensuite, le bracelet n’est pas en silicone mais en polyuréthane. Je ne vais pas vous faire un cours de chimie pour vous expliquer pourquoi, mais la différence se sent tout de suite. Le bracelet est plus rigide, c’est un peu plus galère de le plier pour le glisser dans la boucle. Le passant sur le bracelet est très efficace et le bout du bracelet reste bien en place.

Polar a de nouveau opté pour un écran tactile, mais ce n’est pas le même que sur les Vantage. Certes, la résolution est presque la même (240×204) pixels, mais ce n’est pas un écran transréflectif comme on a l’habitude de voir sur les montres de sport. C’est un écran OLED, comme sur la Garmin Venu ou les montres connectées comme la Galaxy Watch Active. Le rendu est bien meilleur, plus brillant et avec de belles couleurs quelle que soit la situation. Un capteur de lumière permet d’ajuster automatiquement la luminosité.

Sauf que la résolution est bien inférieure à celle des autres montres connectées. La Venu (la concurrente directe) a par exemple un écran de 390×390 pixels. Je vous assure que le rendu n’est pas du tout le même. D’ailleurs, bien que l’écran soit différent, l’interface de l’Ignite est identique à celle des Vantage. Le rendu des couleurs est meilleur, plus contrasté et avec plus de saturation, mais c’est tout.

Je ne suis pas fan de la forme de l’écran : arrondi avec un gros plat en bas. C’est une forme qui date de 2015 ou 2016. Maintenant, Garmin, Suunto et Coros sont tous passés à des écrans entièrement ronds. OK, en termes d’espace d’affichage des données on ne perd pas grand-chose avec ce plat, mais visuellement, c’est quand même pas super beau. Et quand je vois que cette surface sert juste à écrire ‘POLAR’, bof bof… Bon, techniquement, le capteur de lumière ambiante qui permet d’ajuster l’intensité du rétro éclairage est probablement caché sous cette zone.

Dans la réflexion sur le fonctionnement de l’écran, Polar a fait un compromis entre la qualité attendue sur une montre connectée de 2019 et le confort attendu pour une utilisation sportive. Concrètement, ça donne :

  • Un écran qui s’éteint au bout de quelques secondes en mode montre, pour économiser la batterie.
  • Une option pour que l’écran soit allumé en permanence lors de l’enregistrement d’une activité sportive, pour ne pas perdre de temps lorsqu’on cherche à consulter une donnée (à configurer manuellement, car par défaut, le rétro éclairage est en mode automatique, c’est-à-dire que l’écran s’éteint au bout de quelques secondes).

Parfait. Perso, ça me convient très bien.

L’écran tactile est le moyen principal d’interagir avec la montre. Il n’y a qu’un seul bouton, situé sur le côté gauche. Bizarrement il est placé en bas, pas au milieu comme sur la Vivoactive 3 Music. C’est peut-être pour éviter d’appuyer dessus par inadvertance lorsqu’on plie le poignet si jamais on décide de la porter au poignet gauche. Quoi qu’il en soit, on est obligé d’utiliser l’écran tactile, il n’y a pas moyen de tout faire avec le bouton. Il sert quand même à plusieurs fonctions :

  • annuler/retour
  • ouvrir le menu
  • lancer manuellement une synchronisation (appui long)

La lunette est en acier, de même que le bouton. La couleur neutre fait qu’on ne devrait pas trop voir les micro-rayures (bien moins que sur une lunette de couleur noire).

Il existe 5 versions de coloris :

Selon la version, le bracelet est soit en TPU, soit en silicone (plus souple). Dans tous les cas, ils peuvent être remplacés rapidement et sans outil. En plus, ils sont pas si chers que ça (c’est pas 80€ pièce). Il y en a aussi en cuir, mais pas en métal.

Il y a 2 tailles de bracelet :

  • S pour un poignet de 130 à 185mm
  • M/L pour un poignet de 155 à 210mm

A l’intérieur, on trouve la batterie classique de capteurs d’une montre de sport connectée. A commencer par une puce GPS. Difficile de dire si c’est la même que sur les Vantage. Quoi qu’il en soit, contrairement aux Vantage, on ne peut pas choisir son système de géopositionnement (GPS seul, GPS + GLONASS ou GPS + Galiléo). Polar a décidé que ce serait GPS + GLONASS pour tout le monde. Et pis c’est tout.

A l’arrière, on retrouve le capteur cardio optique conçu par Polar pour les Vantage, qui va visiblement devenir standard sur toute la gamme de montres cardio GPS Polar. Il combine 9 LED pour plus de précision et 4 électrodes pour confirmer le contact avec la peau.

Elle est dotée d’une connexion Bluetooth, qui servira à se connecter à un smartphone. Pour la connecter à un ordinateur en USB, il ne faudra pas perdre le câble propriétaire fourni.

Le Bluetooth peut également être utilisé pour coupler une ceinture cardio, mais pas d’autres capteurs (pas de footpod, pas de capteurs vélo, pas de capteur de puissance). C’est une des grosses différences avec les Vantage, qui sont plus orientées performance sportive et sont donc compatibles avec plus de capteurs externes. Notez bien que Polar a activé la double compatibilité ANT+/Bluetooth sur ses capteurs (ceinture cardio H10, brassard cardio optique OH1), mais conserve la simple compatibilité Bluetooth sur ses montres.

Zone Lock n’est pas non plus disponible sur l’Ignite.

La Polar Ignite est étanche à 30m, donc bonne pour aller à la piscine.

Polar introduit plusieurs nouvelles fonctionnalités, dont certaines sont nouvelles pour une montre GPS Polar et d’autres carrément exclusives puisqu’on ne les trouve sur aucune autre montre cardio GPS (même si elles ont été transférées aux Vantage par mise à jour depuis).

Le suivi du sommeil est affiné, prenant en compte la fréquence respiratoire qui, en plus d’autres mesures (comme la fréquence cardiaque et la variabilité de fréquence cardiaque), permet de donner plus d’infos sur la qualité du sommeil. Et surtout, la qualité de la récupération ! Avec Nightly Recharge, c’est clairement la montre qui analyse le mieux le sommeil et la récupération liée aux cycles de sommeil. Le Sleep score est ensuite utilisé dans un autre algorithme pour adapter les propositions de séances de sport.

L’assistance à l’entrainement (le coach électronique) s’appelle FitSpark. L’algorithme est un peu plus élaboré que l’assistance à l’entrainement évolutive de la Suunto 5. Il va combiner non seulement l’historique des séances de sport (pour mesurer votre niveau), mais aussi les données de récupération (qualité du sommeil), pour proposer chaque jour différentes séances d’entrainement.

Vous aviez prévu de faire du fractionné aujourd’hui ? D’après les données physiologiques mesurées par la Polar Ignite, ce n’est peut-être pas la meilleure option pour améliorer vote condition physique. Elle va peut-être plutôt vous proposer une séance d’endurance fondamentale ou de renforcement musculaire pour laisser le temps à votre corps de récupérer.

Et là, ça va plus loin que ce qui est pris en compte par l’assistance à l’entrainement évolutive de la Suunto 5 (ça, je l’ai déjà dit, non ?). L’algo de Suunto va analyser la séance de sport du vendredi, son training effect en gros, pour calculer un temps de récupération nécessaire après une séance d’une telle intensité. Disons 36h. La Suunto 5 va donc vous proposer une séance pour dimanche. Et ce, quelle que soit votre récupération. Même si vous avez été de mariage le samedi soir et que vous avez fait quasi nuit blanche.

Avec l’Ignite, vous allez faire une séance de sport le vendredi, la fête le samedi soir et dans ce cas, le dimanche, FitSpark va probablement vous recommander une séance plus cool comme du renforcement musculaire. Dans un cas moins extrême, si votre récupération a été bonne, alors la montre va consulter l’historique de vos performances sportives pour vous proposer différentes séances de sport adaptées à votre niveau.

Après, ce n’est pas non plus un entrainement spécifique du genre ‘courir un marathon dans 12 semaines’. L’idée est plutôt de travailler la forme physique sur le long terme, en alternant des séances de course à pied, de vélo et de préparation physique générale. Et en même temps, ce n’est pas non plus un plan d’entrainement rigide, puisque chaque jour l’Ignite vous proposera plusieurs séances parmi lesquelles vous pourrez choisir.

Il faut un minimum de 3 séances de sport et en vitesse de croisière, l’Ignite prendra en compte un historique sur les 28 derniers jours.

Après Fitbit et Garmin, Polar se met aussi à proposer une assistance pour des exercices de respiration guidée pour aider à la relaxation, appelé Serene. Mais pas de mesure du niveau de stress…

Avec tout ça, on retrouve quand même le package de fonctionnalités sportives qu’on a l’habitude de trouver sur une montre GPS Polar.

La première (bonne) surprise, c’est de trouver 2 modes natation (piscine et eau libre). Polar a fait le même choix que Suunto qui est d’offrir cette possibilité sur toutes ses montres GPS, là où Garmin réserve le mode natation en eau libre à ses montres GPS de triathlon ou outdoor (plus haut de gamme). Mais Suunto va plus loin en offrant également le mode triathlon, ce qui n’est pas le cas de Polar sur l’Ignite.

En tout, c’est une centaine de profils sportifs qui sont proposés dans Polar Flow, parmi lesquels on peut en transférer 20 (au choix) dans la montre. Chaque profil est personnalisable dans Polar Flow. On peut afficher jusqu’à 4 données par écran.

En plus de FitSpark, l’Ignite permet d’accéder aux outils d’aide à l’entrainement de Polar :

  • La programmation d’entrainements depuis Polar Flow
  • Le programme de coaching personnalisé de Polar, qui propose des plans d’entrainement pour les courses de 5km au marathon

Mais pas de programmation de séance de fractionné (simple) depuis la montre.

On retrouve 2 façons de mesurer le VO2max (je dis retrouve, car cette possibilité offerte sur la V800 avait temporairement disparu des Vantage) :

  • Le Running index (calculé à chacune de vos sorties, mais affiché uniquement dans Polar Flow, pas sur la montre)
  • Un test fitness (qui est un test de VO2max à réaliser couché avec une ceinture cardio)

On peut suivre sa charge d’entrainement grâce à Training load pro, de la même manière que sur les Vantage M et V. Mais comme il n’y a pas de mesure de la puissance, il n’y a que le suivi de la charge cardio, pas la charge musculaire.

On fait défiler les widgets de gauche à droite ou de droite à gauche. L’heure est affichée sur tous les widgets.

Un petit point rouge en bas indique la présence d’une ou plusieurs notification(s) non lue(s). Pour afficher les notifications, il suffit de glisser le doigt vers le haut.

L’écran suivant affiche le suivi d’activité quotidienne.

Après, c’est l’écran de FC. Un clic affiche la FCmax, la FCmin (de la journée) et la FCmin (de la nuit).

Ensuite, on passe à l’écran des activités sportives, qui affiche la dernière séance de sport. Un clic ouvre l’historique des séances enregistrées.

Puis c’est Nightly Recharge, le suivi du sommeil. Un clic affiche le statut SNA et le statut sommeil. Un clic sur chacune de ces données affiche encore plus de statistiques.

Enfin, c’est FitSpark, l’assistance à l’entrainement. En gros, c’est le coach virtuel qui vous propose quelques séances de sport adaptées à votre niveau sportif et votre récupération. Une fois qu’on a choisi la catégorie, il indique la durée et l’enchainement d’exercices.

C’est aussi un tracker d’activité quotidienne qui ne s’arrête jamais mais compte le nombre de pas et les calories dépensées 24h/24.

A tout moment, on peut faire descendre un panneau de configuration, comme sur les montres connectées Samsung ou Wear OS, avec quelques raccourcis (mode avion, verrouillage de l’écran, ne pas déranger) et la charge de la batterie.

L’Ignite reçoit toutes les smart notifications d’un smartphone. Mais sans plus de grigri…

Téléchargez le manuel d’utilisation

FitSpark (coach virtuel)

Polar Ignite FitSpark

C’est le coach virtuel le plus élaboré de toutes les marques de wearables. Il existe beaucoup de marques qui proposent des programmes d’entrainement pour atteindre un objectif (un chrono sur une course dans x semaines). Fitspark a un fonctionnement différent et va plus loin dans la finesse de ses conseils.

Premièrement, tout est accessible depuis la montre.

Deuxièmement, il n’y a pas d’idée d’objectif pour FitSpark. Ou disons que l’objectif est d’améliorer sa forme physique générale. Donc le programme n’est absolument pas orienté vers une course particulière. FitSpark peut vous donner des conseils en continu, tous les jours pendant un an ou même deux ans. Mais il ne va pas créer un plan d’entrainement de 12 semaines pour préparer le marathon de Paris.

Ensuite, il n’est pas spécialisé dans la course à pied. Il va proposer des séances de course à pied, mais aussi de renforcement musculaire, voire même d’étirements les jours où vous êtes fatigué. En ce sens, c’est vraiment complet.

Et l’atout majeur qui le différencie de tout ce qui se fait sur les autres plateformes : il prend en compte votre récupération. Tous les autres services de coaching virtuel se contentent de vous programmer des séances de sport de semaine en semaine pour atteindre un certain objectif. Mais aucune ne prend en compte votre fatigue pour adapter ce programme d’entrainement.

L’algo FitSpark de Polar va non seulement prendre en compte vos performances sportives pour générer les prochaines séances, mais aussi votre statut de récupération pendant le sommeil.

Chaque jour, après avoir étudié toutes les données qu’elle a enregistré, la montre va vous proposer quelques séances de sport. En fonction de vos envies, vous pouvez partir sur une séance cardio, du renforcement musculaire ou des exercices de mobilité/gainage. Pour le cardio, on peut utiliser n’importe quel profil sportif (pas seulement la course à pied). Pour les autres séances, l’Ignite va vous montrer à l’écran les exercices à réaliser.

Avec l’assistance évolutive de la Suunto 5, lors du test, il m’avait fallu environ 3 semaines pour que le coach virtuel me propose des séances à peu près de mon niveau. Ca partait de très très bas. Là, ce n’est pas le cas avec FitSpark. L’Ignite m’a proposé dès la 2e semaine une sortie en endurance fondamentale (zone cardio 2) de 1h42 ou une sortie de 1h en zone 3.

Et après une séance, elle va même vous proposer une séance d’étirements. Des petites animations déroulent à l’écran pour présenter les mouvements à réaliser.

Bon, il y a forcément quelques limitations, comme par exemple le fait que les exercices de musculation ne spécifient pas les poids à utiliser, mais juste le nombre de répétitions. Et je n’ai pas l’impression qu’il y ait une quelconque progression dans la difficulté des séances de renforcement musculaire. Ce n’est donc pas un coach de muscu, il faut plus voir ça comme un complément pour améliorer sa forme générale.

Nightly Recharge (sommeil/récupération)

Polar Ignite Nightly Recharge

Polar a combiné l’analyse de la récupération et du sommeil d’une manière qu’on ne trouve nulle part ailleurs. On trouve sur ce widget et sur Polar Flow le statut du système nerveux autonome (SNA) et le statut du sommeil.

Le statut SNA, c’est la mesure de la récupération. Attention, c’est bien différent du temps de récupération des autres marques de montres cardio GPS. Ca fait longtemps qu’on trouve des estimation de temps de récupération en fin de séances de sport. C’est une prédiction basée sur le training effect et l’historique des entrainements. Mais ça reste une prédiction. J’en veux pour preuve les 2 cas suivants :

  • Recommandation de 36h de récupération et une bonne nuit de sommeil
  • Recommandation de 24h de récupération et une soirée en boite de nuit

A votre avis, est-ce que vous allez pouvoir reprendre le sport plus rapidement dans le 2e cas ? Celui où la montre vous annonce moins de temps de récupération ?

La différence, c’est que le statut SNA se base sur des mesures de variables (mesurées la nuit) :

  • FC moyenne
  • Variabilité de fréquence cardiaque
  • Rythme respiratoire moyen

A partir de ces 3 données, la Polar Ignite va être en capacité de savoir si vous avez bien ou mal récupéré pendant votre nuit de sommeil. Une FC moyenne plus élevée que d’habitude, une variabilité de FC plus faible ou un rythme respiratoire plus élevé sont des indicateurs que votre corps est encore dans un état physiologique de récupération.

Le statut du sommeil est plus classique et se base sur :

  • Durée couché
  • Sommeil réel
  • Continuité du sommeil
  • Interruptions longues
  • Nombre de cycles de sommeil
  • Répartition par phase : sommeil léger, profond ou paradoxal

Les différences entre l’Ignite et la Vantage M

Différences Polar Ignite Vantage M

Que ce soit en termes de prix ou de capteurs, l’Ignite et la Vantage M sont finalement assez proches l’une de l’autre. Donc dans votre recherche de montre GPS, il est probable que vous hésitiez entre l’une ou l’autre.

D’un point de vue hardware, la différence majeure, c’est l’écran. C’est la même résolution (240×240), mais l’Ignite a un écran AMOLED qui rend mieux les couleurs que l’écran transréflectif de la Vantage M. L’inconvénient de l’Ignite, c’est qu’il ne reste pas allumé en permanence, l’inconvénient de la Vantage M, c’est qu’il est sombre dès que la lumière baisse.

Cette différence d’écran a un gros impact sur l’autonomie en enregistrement GPS : 17h pour l’Ignite contre 30h pour la Vantage M.

L’Ignite n’a pas d’altimètre barométrique. La Vantage M a un altimètre GPS et la Vantage V un altimètre barométrique. Et puis elle n’est pas compatible avec les capteurs vélo et les capteurs de puissance.

D’une manière générale, côté fonctionnalités, la Vantage M est mieux équipées pour la recherche de performances sportives :

  • Compatible avec les capteurs de vélo (cadence, vitesse) et course à pied (footpod)
  • Profils multisports (permettant d’enchainer plusieurs activités sur la même séance)
  • Champs de donnée de cadence et longueur de foulée (running)
  • Tours manuels
  • Zones de puissance
  • Recovery Pro
  • Retour départ

Quelques fonctionnalités sont disponibles avec l’Ignite uniquement dans Polar Flow, alors qu’elles sont visualisables directement sur la Vantage M :

  • Training Load Pro
  • Sensations
  • Training benefit

Quant aux nouveautés introduites sur l’Ignite, la plupart vont être transférées à la Vantage M par mise à jour :

  • Exercice de respiration guidée
  • Nightly recharge

Finalement, la seule fonctionnalité qui va rester exclusive à la Polar Ignite, c’est l’assistance à l’entrainement personnalisé FitSpark. Et ça, ça peut tout à fait être un critère pour choisir l’Ignite plutôt qu’une autre montre cardio GPS.

Autonomie

Polar Ignite autonomie

Avec un boitier aussi petit, difficile de faire des miracles au niveau de l’autonomie. Heureusement, la puce GPS Sony est un atout majeur pour limiter la consommation d’énergie. On arrive donc à un maximum de 17h d’autonomie en enregistrement GPS. Mais pas de possibilité de recharger en course (comme les Vantage).

Si ça vous parait peu au regard de la concurrence, dites-vous que ça aurait figuré dans le top running, juste derrière les montres GPS outdoor, il y a 18 mois. Et soyez honnête, c’est probablement suffisant pour ce que vous allez faire avec cette montre GPS.

Dans mes tests en utilisation, avec le GPS et le cardio activés, je dirais qu’on peut plutôt compter sur 12h d’autonomie. Bien sûr, ça dépend de l’utilisation que vous en faites, du nombre de fois que vous allumez l’écran pendant l’activité, etc.

Et si on active l’écran en permanence ? Alors là, la batterie en prend un coup : 3h d’autonomie.

En utilisation montre connectée, Polar annonce 5 jours. Sans faire de sport avec le GPS activé, on peut même arriver à 6 jours. Mais dès qu’on utilise le GPS pour des séances de sport régulières, il faudra plutôt la recharger tous les 3 jours. Là, ça commence à devenir légèrement contraignant.

Champs de donnée

Polar Ignite running

Altitude

Dénivelé : d+, d-

Cadence : instantanée, max, moy

FC : instantanée, max, moy, tour auto max, tour auto moy

Calories

Zone cardio

Distance : totale, tour auto

Durée : totale, tour auto

Heure

Cadence : instantanée, max, moy, tour auto max, tour auto moy

Vitesse : instantanée, max, moy, tour auto max, tour auto moy

Running

Polar ignite champs de donnée

Au moment de lancer une activité, le contenu du menu avec la petite roulette s’est étoffé. On y trouve maintenant :

  • Les suggestions d’entrainement
  • Les entrainements favoris créés dans Flow
  • Un compteur d’intervalle
  • Un compte à rebours

Polar a centré l’Ignite sur le fitness et pas la performance en course à pied (il y a les Vantage pour ça).  Pendant une séance, on a bien les tours automatiques, mais pas de tour manuel.

Hormis les écrans de données (1 à 10 pages de 1 à 4 données par écran) qui sont d’un affichage assez classique, Polar propose des écrans complémentaires avec des mises en page ou des graphiques assez originaux.

Lors d’un entrainement programmé ou issu de FitSpark, on a par exemple un écran qui indique la zone cardio cible sous forme de jauge, avec une barre en bas d’écran qui indique de façon visuelle le défilement du temps de la phase en cours.

On retrouve aussi pour la FC l’affichage des Vantage avec une échelle. On a dans ce cas sur l’écrans :

  • La FC max
  • La FC moy
  • Une échelle sur laquelle la FC actuelle est positionnée par rapport à la FC moyenne

Ce même écran existe pour l’allure.

Pour activer l’allumage de l’écran en permanence, il faut faire descendre le volet de configurations après avoir lancé l’enregistrement. Ainsi, ça permet d’avoir un écran allumé en permanence et de ne pas être obligé de lever le poignet et d’attendre 1 seconde pour qu’il s’allume. Mais ça diminue l’autonomie.

Après ma sortie running d’aujourd’hui, elle me propose par exemple de faire 23 minutes d’exercices de mobilité (des étirements) ou un petit run de décrassage de 30 minutes (endurance fondamentale en zones 1 et 2).

Autres sports

Polar Ignite autres sports

On peut synchroniser sur l’Ignite 20 profils sportifs parmi la centaine proposée sur Polar Flow. Mais aucun profil multisports comme le triathlon, le swimrun ou autre. Pour une montre GPS à 200€, c’est déjà bien fourni (surtout avec le mode natation en eau libre).

Au moment de chercher le bon profil sportif, l’écran tactile montre ses limites. Si vous avez de la chance ça ne sera pas trop galère étant donné que les profils se rangent dans l’ordre anti chronologique de leur utilisation (le dernier utilisé en premier quoi). Mais quand il faut aller chercher le 19e parce que vous ne faites pas souvent du ski de rando, c’est déjà plus pénible.

A part les profils de natation, les autres n’ont pas grand-chose de spécifique. Le profil pour le ski ne compte pas les descentes automatiquement (pas d’alti baro), le profil aviron ne compte pas la fréquence de coups de rame, le profil muscu ne détecte pas les répétitions automatiquement, etc.

Bref, il faut en fait considérer que ce sont de micro variations d’un profil avec GPS pour les sports en extérieur et un profil sans GPS pour les sports en intérieur. Ca permet tout de même d’affecter des réglages différents pour chaque discipline et ensuite de discriminer les sports dans l’analyse sur Polar Flow.

En natation en piscine, elle me rate régulièrement 1 à 2 longueurs par séance (sur 2000 à 3000m). Le capteur cardio optique est bien activé dans l’eau pour les profils de natation. Chose surprenante (pour une montre de cette gamme de prix), l’Ignite détecte automatiquement les phases de repos et lance un chrono de récupération. Top !

Précision GPS / cardio

La précision GPS de l’Ignite est dans la norme de ce qu’on peut trouver sur une montre GPS. Il y a des jours avec et des jours sans. Par exemple elle peut être super précise pour ma traversée sur un passage piéton un jour et rater un virage en S un autre jour.

Même si la trace peut être décalée un peu à gauche ou un peu à droite, elle est globalement à peu près en cible.

C’est vrai qu’il n’est pas rare qu’elle soit un peu décalée. Mais ce genre d’erreur ne me dérange pas trop, car elles ne génèrent quasiment pas d’erreur sur la mesure de la distance totale.

Même avec des passages sous des arbres, la trace reste encore correcte.

Après, on voit quand même sur le cas suivant, que les traces GPS en forêt sont moins précises (en bas, le retour) qu’en environnement dégagé (en haut, l’aller). Et dans ce cas, c’est l’Ignite qui subit le plus de déviation.

J’ai fait un test en ski de rando (montée à droite, descente à gauche), même si ce n’est pas la destination première de l’Ignite. Ben elle s’en est mieux sortie que la Fenix 5X Plus, dont la trace a tendance à virevolter dans tous les sens (et particulièrement lors de tous les arrêts).

Un autre cas de déviations plus importantes, c’est la ville. On voit que la trace est nickel dans le parc, mais qu’elle commence à vadrouiller un peu n’importe comment en ville.

Quand il s’agit d’examiner la précision de la mesure de la fréquence cardiaque, le type de capteur cardio optique n’est pas le seul facteur qui rentre en compte. La taille et le poids de la montre ont aussi une influence (car une grosse montre qui ballote, ça complique la tâche du capteur cardio). Avec le poids plume et le capteur cardio de la mort de Polar (9 LED + 4 électrodes), je m’attendais à ce que l’Ignite soit précise.

Ben j’ai été déçu.

Sur certaines sorties, on pourrait croire que le suivi de la fréquence cardiaque est à peu près similaire à celui d’une ceinture cardio.

Les résultats sont plutôt bizarres. Les grandes variations sont bien suivies, mais à chaque remontée en intensité, ça déconne.

J’ai eu du mal à bien faire fonctionner le capteur cardio de l’Ignite, malgré différents essais de serrage. Sur la sortie suivante, la fin de l’enregistrement m’a donné un peu d’espoir. Le début est catastrophique mais la fin est parfaite.

Il faut savoir que le froid dégrade la fiabilité des capteurs cardio optique. Les vaisseaux de la peau se contractent et donc les résultats sont généralement plus mauvais en hiver qu’en été. Est-ce que c’est ce qui explique mes résultats lors de ce test ?

Après, il m’a semblé observer un comportement asymptotique vers 165 battements par minute. Regardez bien toutes les courbes (et les 3 prochaines) : est-ce que vous n’avez pas l’impression d’une limite vers 165bpm ?

Alors j’ai pensé à un truc : 165, c’est à peu près ma cadence de course à pied. Je suis donc allé regarder cette métrique pour la comparer avec la courbe de FC de l’Ignite. Hé bien bingo ! Ca ne correspond pas 100% du temps, mais c’est quand même assez intriguant quand même.

Ma cadence touche 170 pas par minute au bout de 14 et 33 minutes. Retournez voir la FC de l’Ignite. Elle tourne autour de 162-165 et elle monte à 170 au bout de… 14 et 33 minutes.

Passons maintenant à l’altimètre. Ca va être rapide : c’est catastrophique. La précision GPS a beau être bonne, le suivi de l’altitude est catastrophique. Je ne vous mets que 2 courbes, mais elles sont toutes comme ça. Là, je ne sais pas d’où ça peut venir.

Suivi d’activité quotidienne

Polar Ignite tracker activité

Comme toutes les montres connectées de nos jours, l’Ignite enregistre 24h/24 :

  • Le nombre de pas
  • La distance
  • Les calories brûlées
  • La fréquence cardiaque
  • Le sommeil

C’est sur le suivi du sommeil que l’analyse de la Polar Ignite est plus riche que tout ce qu’on trouve chez la concurrence. Les algorithmes ont évolué et la présentation dans Polar Flow rend très bien. Il faut 3 nuits de sommeil pour que la montre se calibre et ensuite on débloque tout un tas de données et de graphiques sur la montre et sur l’appli.

Polar fournit de loin l’analyse du sommeil la plus complète actuellement. La nouveauté, c’est que Polar utilise la fréquence respiratoire en plus des données comme la fréquence cardiaque, la variabilité de fréquence cardiaque et les mouvements. Ca permet de mesurer avec plus de finesse la récupération et l’activité du système nerveux autonome.

Les résultats de l’algo Nigthly recharge sont ensuite injectés dans FitSpark pour l’élaboration des séances sportives proposées chaque jour. Mais l’Ignite ne déclenche son analyse du sommeil que la nuit. Les siestes ne sont pas prises en compte dans la mesure de la récupération.

Polar est la première marque à régler le litige de la définition de la fréquence cardiaque au repos. Techniquement, la fréquence cardiaque au repos est la fréquence cardiaque la plus basse lorsqu’on est au repos… mais éveillé ! Or, toutes les marques de montres cardio utilisent en fait la fréquence cardiaque la plus basse sur 24h. Sauf que cette FCmin est relevée pendant qu’on dort. La différence est faible, mais il y a une différence.

Hé bien Polar trace 2 courbes sur l’écran de suivi de la FC dans Polar Flow : en bleu c’est la FCmin (pendant la nuit) et en noir la FCR (en journée).

L’Ignite ne mesure pas le niveau de stress, mais propose quand même un exercice de respiration guidée (Serene), qu’on peut lancer à la demande. Par défaut, il s’agit d’inspirer pendant 5 secondes, d’expirer pendant 5 secondes, pendant 3 minutes. Mais on peut personnaliser la durée et le nombre de respirations par minute.

Cette fonctionnalité est décorrélée de toutes les autres. On a certes un écran qui résume notre ‘performance’ pendant l’exercice, mais ce n’est pas enregistré, il n’y a pas de suivi. C’est vraiment juste pour déstresser.

On peut se laisser guider soit par l’animation à l’écran, soit par des vibrations. Et l’implémentation de Polar est intéressante. Au lieu de faire une vibration pour indiquer de commencer à inspirer ou à expirer, l’Ignite vibre tout le temps de l’inspiration et reste immobile le temps de l’expiration.

En fin de session, un écran résume le temps passé dans les 3 zones : diamant, saphir et améthyste. Difficile de comprendre ce que représentent ces « zones de sérénité ». Mais le diamant, c’est le meilleur…

Montre connectée

Montre Connectée Polar Ignite

Le hardware pourrait faire de la Polar Ignite une bonne petite montre connectée, à l’instar de la Garmin Venu ou la Samsung Galaxy Watch Active. Mais pour le moment, la liste de fonctionnalités est encore un peu courte pour rivaliser :

  • Pas de lecteur de musique
  • Pas de paiement sans contact
  • Pas de téléchargement d’applications

Mais il y a la base : la réception des smart notifications, qui peut être configurée de différentes manières :

  • On/off
  • Avec une période « ne pas déranger » (pour la nuit)

On reçoit donc des messages de différentes origines : SMS, email, Facebook, WhatsApp, etc. Et il y a même les émoticônes de base !

Conclusion du test

Avis Polar Ignite

De par ses fonctionnalités, la Polar Ignite se destine aux sportifs ne pratiquant pas de compétition, aux touchent-à-tout, aux débutants, etc. Tous ceux qui ont besoin d’aide pour construire un plan d’entrainement et se motiver à faire du sport de manière cohérente sur la durée. Pour ceux-là, la Polar Ignite remplacera un coach sans être trop rigide. Et je suis persuadé qu’ils amélioreront leur condition physique en suivant ses recommandations.

C’est également un choix parfait pour une première montre cardio GPS.

Mais la combinaison FitSpark & Nightly Recharge, notamment sur la gestion de la récupération dans le cadre d’un plan d’entrainement, rendra selon moi plus de service aux sportifs qui ont une grosse charge d’entrainement. C’est une bonne chose que Polar ait transféré ces 2 fonctionnalités sur les Vantage par mise à jour.

Le plus impressionnant dans cette Ignite, c’est son rapport fonctionnalités/prix. On s’assure une certaine fiabilité dans les données sportives apportée par l’expérience de Polar (pas comme les variations incroyables de l’allure instantanée sur la Samsung Galaxy Watch). Et elle est presque à moitié prix de la Garmin Venu.

Pour finir, ce que j’apprécie, c’est la capacité de Polar à proposer des fonctionnalités innovantes qui s’intègrent les unes avec les autres. Le piège, je crois, serait de courir derrière Garmin. Polar a réussi à faire sortir du lot la Vantage V avec la puissance en course à pied, un suivi de la charge d’entrainement et de la récupération qu’on ne trouve pas chez la concurrence. Là, sur l’Ignite, qui pourtant se place en entrée de gamme, Polar a réussi à proposer avec son coach électronique quelque chose de nouveau, de plus élaboré que tout ce qui existe ailleurs.

Et surtout, ils n’ont pas simplement développé de nouvelles mesures juste pour fournir des statistiques en plus. Polar s’oriente plutôt vers de nouveaux outils qui sont compréhensibles et qui peuvent servir à améliorer notre capacité physique mais aussi tout simplement notre état de santé général.

Vous avez trouvé ce test utile ? Soutenez le blog en commandant chez un partenaire.

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat de matériel sportif et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Polar Ignite Copper Bouton commander i-run
Polar Ignite Rosegold Bouton commander i-run
Polar Ignite Black Bouton commander i-run
Polar Ignite Blanche Bouton commander i-run
Polar Ignite Silver Bouton commander i-run

8 commentaires

  • nicolas

    je trouve la fonctionnalité Nightly Recharge de chez Polar très intéressante. La façon dont-il l’utilise est pile poile ce que j’aimerai avoir chez Suunto ou Garmin pour un achat futur.

  • Emmanuel B

    Bonjour jérome,

    Pour information, le nightly recharge, serene et fitspark (entre autres) sont arrivés sur les vantages depuis les mises à jour 4.0 et 5.0. Il ne doit plus exister beaucoup d’écarts entre l’ignite et les vantages en terme de logiciel.

  • ADidier

    Bonjour Jérome,

    Est-ce que vous comptez tester une Apple Watch 5 (ou 4) pour savoir si c’est une alternative à ce type de montres (Ignite, Venu,… etc) ?

    Pour info : J’ai une Vantage M que je trouve très pertinente en sport, mais un peu grosse à porter au quotidien ou la nuit. Je teste les nouvelles fonctions de la vers. 5.0 depuis quelques semaines et le suivi des nuits est top.

    • Jérôme

      Bonjour
      J’ai déjà essayé de me procurer une Apple Watch en test mais visiblement Apple n’a pas besoin d’un petit blogueur comme moi pour assurer leur pub. Donc échec.
      Attendez tout de même lundi le test de la Venu…

  • Kiki

    Bonjour Jérôme,
    Merci pour ce test. Après la M400 et la M430, je vais me laisser tenter par cette montre. En revanche, il manque une fonctionnalité qui va beaucoup me manquer : le retour au départ. Pensez-vous qu’une mise à jour pourrait remédier un jour à ce manque ? Si seulement c’est techniquement possible de l’ajouter…

    • Jérôme

      Bonjour
      Je ne pense pas que Polar ajoute le retour départ. Leur segmentation est claire :
      – Ignite : rien
      – Vantage M : retour départ
      – Vantage V : suivi d’itinéraire

  • Mathieux

    Bonjour Quel est son équivalent chez quel est son équivalent chezGarcin? Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.