Test Fenix 5X Plus : la montre GPS outdoor ultime ?

Test Fenix 5X Plus
 

La communauté (et du contenu complémentaire) sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Youtube et Instagram.

Cliquez ici pour passer commande chez mon partenaire i-Run et soutenir ainsi le blog. Profitez-en pour utiliser le code IRUN15, qui offre 15% de réduction sur les nouveautés chaussure et textile.

Garmin a annoncé cet été 3 nouvelles montres GPS outdoor, dont la Fenix 5X Plus est le modèle le plus haut de gamme. Disons qu’elle s’appelle comme ça parce que c’est une Fenix 5X plus quelques petites choses. Plus pas mal de choses en fait.

Ce qui fait sa particularité, ce n’est pas seulement la taille de son boitier (plus grand que celui des 2 autres de la série), mais surtout son capteur cardio optique exclusif, qui intègre un capteur d’oxygénation sanguine. Avec ça, la Fenix 5X Plus est capable de mesurer votre acclimatation à l’altitude. Une fonctionnalité que j’ai eu l’occasion de tester sur le parcours de l’UTMB.

Mais ce n’est pas la seule amélioration. La Fenix 5X Plus intègre aussi un lecteur de musique, la compatibilité avec Galileo et le paiement sans contact. N’ayez crainte, ça n’en fait pas une montre connectée à la Apple. C’est tout simplement la meilleure montre GPS multisports de Garmin, avec des fonctionnalités qu’on ne trouve pas chez la concurrence.

Avant d’entamer le test de la Fenix 5X Plus proprement dit, on va commencer par quelques comparaisons.

 

Comparaison Fenix 5X Plus / Fenix 5XFenix 5X Plus lecteur musique

La Fenix 5X, issue de la génération précédente (annoncée au CES de 2017) intégrait déjà la cartographie de l’Europe (si vous l’achetez en Eruope). Vu le billet supplémentaire qu’il faut mettre pour passer à la Fenix 5X Plus, une comparaison s’impose, pour s’assurer que ça vaille le coup.

  • Capteur d’oxygénation sanguine : intégré dans le capteur cardio optique, permet de suivre l’acclimatation à l’altitude.
  • Compatibilité Galileo : 3 modes de fonctionnement pour le géopositionnement, GPS seul, GPS + GLONASS, GPS + Galileo. Intéressant pour l’avenir.
  • Lecteur de musique : transfert de fichiers de musique d’un ordinateur et application Deezer en téléchargement sur Connect IQ pour ses playlists.
  • ClimPro : découpe un itinéraire montée par montée pour présenter les données de la montée en cours (distance, dénivelé, pente, vitesse ascensionnelle).
  • Tendline popularity routing : lorsqu’on demande à la montre de créer un itinéraire en boucle, elle exploite la base de données des millions de parcours enregistrés dans Garmin Connect pour trouver un itinéraire le plus sympa possible. Comment on sait qu’il est sympa ? Ben c’est celui qui est le plus emprunté par les autres utilisateurs de montre GPS Garmin.
  • Calibration de l’altimètre à partir du modèle numérique de terrain : on connaissait la calibration manuelle d’un altimètre barométrique (obligatoire pour avoir une mesure précise de l’altitude par la suite), la calibration automatique grâce aux données GPS, il y a désormais la possibilité de calibrer l’altimètre par les données d’altitudes de la carte.
  • Paiement sans contact Garmin Pay : pour payer avec votre montre dans toutes les situations.
  • Mode confidentialité pour les smart notifications : permet d’éviter d’afficher le contenu complet d’un message à l’écran lors de l’alerte de notification. Grâce à ce mode, seul le nom du correspondant s’affiche. Il faut alors appuyer sur un bouton pour révéler le message en lui-même. Ca permet d’éviter les indiscrétions.
  • Autonomie augmentée : 32h au lieu de 20h en mode GPS 1s (la meilleure précision GPS), +65% d’autonomie, c’est pas rien quand même !
  • 150€ en plus : là aussi, c’est pas rien…

Il y a aussi quelques évolutions au niveau de l’interface, que vous présente en vidéo (c’est une Fenix 5 Plus, mais c’est pareil).

 

Comparaison Fenix 5X Plus / Fenix 5 Plus / Fenix 5S PlusFenix 5X Plus

Les 3 modèles de la série des Fenix 5 Plus (Fenix 5S Plus, Fenix 5 Plus et Fenix 5X Plus) profitent tous du package de mise à niveau des fonctionnalités (lecteur de musique, cartographie, Galileo, paiement sans contact, Wifi). C’est la raison pour laquelle j’ai repris pas mal de vidéos de la Fenix 5 Plus dans ce test de la Fenix 5X Plus.

Il reste néanmoins quelques petites différences qui rendent la Fenix 5X Plus unique.

  • Capteur d’oxygénation sanguine : intégré dans le capteur cardio optique, permet de suivre l’acclimatation à l’altitude.
  • Taille de boitier : 51mm de diamètre, c’est plus gros que la Fenix 5 Plus (47mm) et la Fenix 5S Plus (42mm). Pour autant, l’écran n’est pas plus grand que sur les autres (30mm de diamètre, résolution 240 x 240 pixels).
  • Meilleure autonomie : 32h contre 19 pour la Fenix 5 Plus et 11 pour la Fenix 5S Plus.
  • Version saphir uniquement : le saphir est inrayable (sauf par le diamant), il n’y a pas de version avec un verre minéral.

J’ai déjà fait un test de la Fenix 5 Plus, que vous pouvez aller (re)lire si aucun de ces 4 points n’est essentiel pour vous..

 

Présentation de la Fenix 5X PlusPrésentation Fenix 5X Plus

Elle remplace : Fenix 5X

Au-dessus dans la gamme : aucune

En-dessous dans la gamme : Fenix 5 Plus

Les 2 paragraphes de comparaison ci-dessus doivent déjà vous avoir donné une bonne idée des possibilités offertes par la Fenix 5X Plus.

Pour commencer, la Fenix 5X Plus est une grosse montre. Mais pas non plus un monstre. En fait, elle est aussi grosse que la Fenix 3 HR et la Fenix 5X. Alors c’est vrai que ça posera problème à certains petits poignets. J’avoue que lorsque j’ai enlevé la Coros Pace (que j’ai testée juste avant) et que j’ai mis la Fenix 5X Plus au poignet, ça m’a fait une impression un peu désagréable. Faut dire que je passais d’une montre GPS triathlon de 43g à une montre GPS outdoor de 96g… Mais on s’habitue rapidement.

Qui dit gros boitier dit bracelet plus large, 24mm. Toujours équipé du super système de détache rapide QuickFit développé par Garmin pour ses montres haut de gamme. Je vous déconseille d’acheter des bracelets pas chers d’une autre marque que Garmin. J’ai vu plusieurs fois des gens se plaindre qu’ils ne tiennent pas correctement. Et si le bracelet se décroche, vous perdrez votre Fenix. C’est un gros risque pour quelques euros d’économie.

La lunette a évolué, mais n’a pas le même profil que celle de la Fenix 5 Plus. Il y a bien la rainure circulaire au milieu, mais elle est plus aplatie. La vitre en saphir affleure quasiment la lunette. Alors, comme le saphir est inrayable mais que la lunette en acier ne l’est pas, c’est peut-être pas plus mal.

Il existe 3 versions :

L’interface reste la même : 5 boutons, pas d’écran tactile, un appui long sur le bouton Light ouvre un menu de commandes qui permet d’accéder rapidement à 14 fonctionnalités différentes comme la musique, lancer une synchro manuelle, éteindre la montre, enregistrer des coordonnées GPS, etc) et on peut aussi configurer jusqu’à 7 raccourcis sur les boutons.

La Fenix 5X Plus est aussi bien une montre de sport (avec de nombreux profils sportifs, une puce GPS/GLONASS/Galileo et un capteur cardio optique), un tracker d’activité (qui compte les pas, les calories, le stress et le sommeil), qu’une montre connectée (qui reçoit des smart notifications, intègre un lecteur de musique, le paiement sans contact et sur laquelle on peut changer la watchface). Et quelle que soit la situation, personne ne vous dira que votre montre est ‘moche’.

A la batterie traditionnelle des capteurs d’une montre outdoor (altimètre, baromètre, boussole), du GPS et du capteur cardio, s’ajoute le capteur Pulse Ox (saturation en oxygène du sang). Pour ce qui est des capteurs externes pour le sport, c’est assez simple, on peut coupler n’importe quel capteur ANT+ ou Bluetooth du marché, quelle que soit la marque. Il y a 2 cas particuliers :

  • Pour bénéficier des 6 advanced running dynamics en course à pied, il faut la HRM-Run ou la HRM-Tri
  • Pour enregistrer la FC dans l’eau, il faut la HRM-Tri ou la HRM-Swim

La synchronisation des données avec Garmin Connect peut se faire soit par Wifi, soit par Bluetooth via l’appli smartphone, soit par câble USB avec un ordinateur.

L’autonomie est record pour une Garmin : 20 jours en mode montre connectée, 32h en mode GPS 1s, 70h en mode UltraTrack (attention : précision GPS médiocre). De 32h, on tombe à 13h si l’on ajoute l’utilisation du lecteur de musique en plus du GPS. Ca parait pas top, mais c’est très largement au-dessus de ce qui est proposé sur les autres montres GPS avec lecteur de musique (5h pour la Forerunner 645 Music, 8h pour la Fenix 5 Plus, 5h pour la Fitbit Ionic). Dans la pratique, j’ai tenu 9 jours avec 8h d’enregistrement cardio/GPS et le cardio + smart notifications 24h/24. C’est dans la gamme de ce que je trouve satisfaisant pour une montre de sport : 1 recharge par semaine. Lors de mes tests, j’ai observé une autonomie d’une trentaine d’heures en cardio + GPS et environ 14h en cardio + GPS + musique.

Par défaut, elle offre 32 profils sportifs (de la randonnée au stand up paddle en passant par le vélo, le tapis de course et le ski), dont 3 profils qui permettent d’enchainer plusieurs sports sur 1 seule activité (triathlon, swimrun et multisports). Si ça ne vous suffit pas ou si comme moi vous pratiquez le ski de randonnée (sport qui n’est pas dans la liste ; je peux vous dire que lors de mon WE à l’UTMB, j’ai fait du lobbying auprès de Garmin pour qu’ils l’ajoutent), il est possible et créer des profils sportifs supplémentaires manuellement.

Quel que soit le sport, il n’y a pas d’autre montre GPS qui offre plus de métriques et d’outils d’entrainement. De la programmation de séances d’entrainement complexes (même en natation) à partir de Garmin Connect, aux différentes alertes (FC, allure, temps, distance, calorie, altitude, proximité d’un point, perso), en passant par les segments Strava Live et la puissance en course à pied (avec un capteur externe comme Stryd ou sans, en téléchargeant l’application Running Power sur Connect IQ), il ne lui manque rien.

Et le widget Statut d’entrainement apportera les informations pour gérer un plan d’entrainement : état de forme, charge d’entrainement, récupération, VO2max, seuil lactique. La plupart sont fournies par Firstbeat.

Pour ce qui est des écrans, on peut opter pour des écrans :

  • de 1 à 4 données (là encore, j’ai fait du lobbying auprès de Garmin pour avoir une mise en page à 6 champs de donnée)
  • 2 écrans pour les running dynamics
  • une jauge cardio
  • la carte
  • l’heure
  • le lecteur de musique
  • un partenaire virtuel
  • la boussole
  • un profil d’altitude

La liste des widgets, ces écrans qu’on peut activer/désactiver, donne une idée de l’étendue des possibilités qu’offre la Fenix 5X Plus. Commençons par ceux que j’utilise :

  • Heure
  • Fréquence cardiaque : affiche la fréquence cardiaque instantanée ainsi qu’un tracé du cardio sur les 4 dernières heures. Un appui sur Start bascule sur un 2e écran qui donne la fréquence cardiaque au repos sur les 7 derniers jours.
  • Statut d’entrainement : un appui sur Start permet d’accéder à plusieurs écrans complémentaires : VO2max, temps de récupération, charge d’entrainement sur les 7 derniers jours, seuil lactique, prédiction des temps de course.
  • Dernier sport : un appui sur Start ouvre le journal d’activités.
  • Musique : permet de piloter le lecteur de musique (choix de la source, connexion du casque audio, commandes musicales).
  • Ma journée : résumé des données de suivi d’activité quotidienne (pas, calories et étages) et des activités sportives enregistrées.
  • Altimètre, baromètre, boussole : un appui sur Start affiche l’altitude sur les 4 dernières heures, la pression atmosphérique sur les 6, 12, 24 ou 48 dernières heures, boussole.
  • Smart notifications : un appui sur Start permet d’arriver aux détails des notifications.
  • Météo
  • Oxymètre de pouls : affiche sur un graphique des dernières 24h ou de la semaine passée le taux d’oxygénation sanguine et l’altitude

Maintenant, ceux que je n’utilise pas :

  • Stress
  • Calendrier
  • Dernière course
  • Dernier parcours vélo
  • Dernière nage
  • Golf
  • Nombre de pas
  • Etages gravis
  • Calories
  • Minutes d’intensité
  • Altimètre
  • Baromètre
  • Boussole
  • Température
  • Lever/coucher de soleil
  • DogTrack
  • VIRB
  • Autres fuseaux horaires
  • inReach
  • Xéro

La Fenix 5X Plus est livrée avec la cartographie de toute l’Europe. Attention toutefois où vous achetez la vôtre. Certains sites sur Internet proposent des prix défiant toute concurrence (en jouant sur le taux de TVA dans le pays d’origine). Bien souvent, elles proviennent d’Asie. Or, là-bas, ce sont des versions APAC avec les cartes Asie-Pacifique. S’il est possible de charger de nouvelles cartes (voir le détail et la procédure dans la section Cartographie et navigation ci-dessous), vous ne pourrez en revanche pas passer les menus en français, ce qui peut être plus ennuyeux.

D’une manière générale, toutes les dernières fonctionnalités développées par Garmin sont présentes sur la Fenix 5X Plus :

  • diffusion de la FC à un autre appareil en ANT+
  • TrueUp Physio (permet de fusionner les données physiologiques mesurées par 2 appareils différents, genre la Fenix 5X Plus et un compteur vélo)
  • GroupTrack (permet de suivre la position d’autres utilisateurs Garmin sur la carte à l’écran)
  • alerte FC anormale (déclence une alerte si votre FC au repos dépasse un certain niveau)
  • etc

 

L’oxymètre de pouls de la Fenix 5X PlusFenix 5X Plus oxymètre de pouls

Le capteur cardio optique de la Fenix 5X Plus inclut une particularité : un oxymètre de pouls qui mesure la saturation pulsée en oxygène du sang (SpO2). Ce n’est pas la première montre à en posséder un (les Fitbit Ionic et Versa l’avaient déjà), mais c’est le premier à être opérationnel et le seul qui fonctionne en corrélation avec l’altitude.

L’oxymètre de pouls, c’est un capteur qui mesure la saturation en oxygène du sang. En somme, le capteur est assez simple : il s’agit d’une LED rouge (semblable aux LED vertes qui sont utilisées pour mesurer la fréquence cardiaque) qui envoie de la lumière à travers la peau. Or plus les globules rouges sont chargés en oxygène, plus ils sont rouge clair. Sans rentrer dans le détail, c’est une propriété de l’hémoglobine. Le capteur mesure donc le niveau de rouge de la lumière renvoyée. Rouge vif = sang oxygéné ; rouge sombre = sang peu chargé en oxygène.

La mesure est donnée sous forme d’un pourcentage : 98% veut dire que l’hémoglobine de votre sang est oxygénée à 98% (ça ne veut pas dire que 98% de vos globules rouges transportent de l’oxygène et 2% n’en ont pas). Je ne suis pas médecin, mais d’après mes recherches, un niveau de saturation en oxygène entre 90 et 100% est tout à fait normal. On n’est pas forcément tout le temps à 100%. En-dessous de 90%, ça commence à avoir un impact sur les fonctions cognitives du cerveau. En-dessous de 80%, c’est le système sensoriel qui est affecté. Et en-dessous de 70%, on risque la perte de connaissance. Bon, je n’ai pas été jusque-là pour tester la Fenix 5X Plus.

Avec ça, on quitte le monde du sport pour entrer dans le monde du médical. A partir du même capteur, Fitbit et Garmin sont partis dans 2 directions différentes. Fitbit cherche toujours à mesurer l’apnée du sommeil ; Garmin arrive à mesurer l’acclimatation à l’altitude.

J’ai profité de mon déplacement sur l’UTMB pour tester tout ça en conditions réelles et voir si le capteur est fiable et me faire une idée de l’utilité que ça peut avoir.

La prise de mesure de la saturation sanguine en oxygène fonctionne de la même manière que la mesure de la variabilité de la fréquence cardiaque pour la mesure du stress. Il y a 2 modes de fonctionnement :

  • mode automatique (1 mesure toutes les 15 minutes)
  • mode manuel (la mesure se lance après quelques secondes sur le widget Oxymètre de pouls)

Mais la mesure impose quand même une énorme contrainte : il ne faut absolument pas bouger pendant environ 30 secondes. Il suffit d’être debout et de balancer un peu le bras pour que ça n’aboutisse jamais. Du coup, le mode automatique enregistre pas mal de données pendant le sommeil mais très très peu dans la journée. C’est pourquoi, lors de mon voyage à Chamonix, j’ai lancé quelques mesures manuelles lorsque je pouvais (au resto, dans le téléphérique, lors d’une pause pipi, etc). En termes d’usage, ça veut dire qu’il ne sera par exemple jamais possible de fixer un seuil d’alerte qui signalerait automatiquement un danger vital pendant une activité physique.

La saturation sanguine en oxygène est visible sur le widget dédié de la montre et dans Garmin Connect (Pulse Ox Acc). Mais ce n’est pas un champ de donnée qu’on peut afficher sur un écran de données d’un profil sportif. Genre on ne peut pas l’afficher sur le 2e écran d’un profil alpinisme. Alors je vous donne l’astuce si vous avez envie de regarder ça pendant une activité : configurez un raccourci pour afficher les widgets.

Alors, est-ce que ça marche ?

Chez moi, à 50m d’altitude, l’oxygénation oscillait entre 95 et 100%. Normal. On remarque sur le graphique 24h qu’il y a plus de mesures sur la gauche que sur la droite. C’est ce dont j’ai parlé au-dessus. Comme il faut être immobile pour prendre une mesure, on a plus de résultats pendant la nuit (partie gauche) qu’en journée (partie droite).

Fenix 5X Plus oxymètre ParisEnsuite, à l’aéroport de Genève, à 500m d’altitude (le profil d’altitude est représenté en gris en bas de l’écran), l’oxygénation tombe pour la première fois à 90% puis se rétablit à 93% quelques minutes plus tard.

Fenix 5X Plus oxymètre GenèveAprès 24h à Chamonix, à 1000m d’altitude, on voit que l’oxygénation tourne entre 90 et 95%. L’altitude n’a encore que peu d’impact sur l’oxygénation de mon sang.

Fenix 5X Plus oxymètre ChamonixUne rando pour monter à 2000m et l’oxygénation sanguine tombe à 85%.

Fenix 5X Plus oxymètre CourmayeurBon, comme vous le voyez, ça évolue comme on pourrait s’y attendre. Il y a quand même de temps en temps de petites erreurs de mesure. Mais dans l’ensemble, je dirais que ce capteur est fiable.

Si on regarle les données dans Garmin Connect, on se rend compte qu’il n’y a que le 1er septembre (journée à Chamonix et rando à 2000m), que l’oxygénation moyenne a été inférieur à un jour normal. Les autres jours, elle se situe entre 95 et 100%, une fourchette tout à fait normale.

Fenix 5X Plus oxygénation sanguine

Au bilan, est-ce que c’est utile ?

Franchement, si vous restez en-dessous de 2000m d’altitude, ça ne sert à mon avis à rien. Mais pour ceux qui vont au-delà, ça peut permettre :

  • en direct : de chiffrer votre perte de performance due à l’altitude
  • sur quelques jours : de mesurer le temps qu’il vous faut pour une acclimatation complète

 

Champs de donnéeFenix 5X Plus running

Temps : durée, durée moy circuit, destination finale, prochain waypoint, circuit, d’arrêt, dans zone, intervalle, total pour plusieurs sports repos (natation)

Distance : parcourue, circuit, dernier circuit, jusqu’au waypoint, par coup de rame, par mouvement (natation), nautique, restante

Allure : instantanée, moy, circuit, dernier circuit, intervalle

Cardio : instantanée, moy, circuit, instantanée intervalle, zone, %FC max intervalle, max intervalle, moy intervalle, % FC max, %FC max circuit, %RFC (réserve de fréquence cardiaque), %RFC circuit, %RFC moy

Altitude : baro, GPS, max, min

Dénivelé + : total, circuit, dernier circuit, max, moy

Dénivelé – : total, circuit, dernier circuit, max, moy

Vitesse verticale

Pente

Cadence (vélo) : instantanée, circuit, dernier circuit, moy

Cadence (running) : instantanée, circuit, dernier circuit, moy

Calories

Cap : boussole, GPS

Circuit : nombre de circuits réalisés

Condition physique

Soleil : lever, coucher

Coups de rame : total, circuit dernier circuit, fréquence, fréquence circuit, fréquence dernier circuit

Foulée : longueur, longueur circuit, longueur moy

Oscillation verticale : instantanée, moy, circuit

Temps de contact au sol : instantané, circuit, moyen

Equilibre temps de contact au sol : équilibre G/D, équilibre G/D circuit, équilibre G/Dmoy

Rapport vertical : instantané, circuit, moyen

Taux plané : instantané, circuit, moyen

Allure (natation) : 500m, moy 500m, 500m circuit, dernière longueur

Type de mouvements (natation) : dernière longueur, intervalle

Mouvements (natation) : total, total circuit, total dernier circuit, dernière longueur, circuit, dernier circuit, moy, intervalle, fréquence, fréquence moy, nombre/longueur, nombre/longueur intervalle

SWOLF : dernier circuit, dernière longueur, moy, intervalle, circuit

Heure : locale, arrivée destination finale, arrivée waypoint

Position : latitude, longitude

Longueurs (natation) : nombre, intervalle

Température : instantanée, max 24h, min 24h

GPS : intensité signal

Batterie : niveau de charge

PCO

Pression : ambiante (non étalonnée), barométrique (étalonnée)

Relèvement

Training effect : aérobie, anaérobie

Training stress score

Vitesse : instantanée, circuit, dernier circuit, moy, max, nautique

Pédalage : efficacité, équilibre G/D, équilibre G/D circuit, équilibre G/D moy, équilibre G/D moy 3s, équilibre G/D 10s, équilibre G/D 30s, fluidité

Puissance (vélo) : instantanée, circuit, dernier circuit, max, max circuit, moy, moy 3s, moy 10s, moy 30s, rapport poids/puissance, zone

FTP : %FTP

Oxygénation musculaire : O2 musculaire, %saturation O2 musc

Dérailleur : pignon arrière, plateau avant, combinaison, rapport de transmission

Di2 : batterie

Phase de puissance à gauche/à droite : PP, PP circuit, PP moy, PPP, PPP circuit, PPP moy

Normalized power (NP) : instantané, circuit, dernier circuit

Temps assis (vélo) : total, circuit

Temps en danseuse (vélo) : total, circuit

 

Utilisation sportiveFenix 5X Plus multisport

La Fenix 5X offre de nombreux profils sportifs. Ca permet :

  • de distinguer les activités les unes des autres dans votre historique
  • de faire des réglages spécifiques pour chaque sport (données affichées à l’écran, cartographie, alertes, etc)

Elle peut tout à fait être utilisée pour faire du triathlon, même si son format n’est pas le plus adapté (il existe des montres GPS plus fines pour ça). D’ailleurs, elle est compatible avec les 2 ceintures étanches de Garmin : HRM-Swim (pour la natation) et HRM-Tri (pour toutes les activités, donc idéale pour le triathlon). La HRM-Tri et la HRM-Run permettent d’afficher les 6 Advanced running dynamics qui permettent d’étudier la technique de foulée.

Une des nouveautés que j’apprécie le plus, c’est la possibilité d’afficher 1 ou 2 champs de donnée sur l’écran de carte. Avant, quand on faisait du suivi d’itinéraire, il fallait faire défiler les écrans pour lire les données (distance, FC, etc). Et si on se plaçait sur un écran de données, c’était franchement chaud de se guider juste avec la petite flèche rouge qui donne le cap. Désormais, on peut avec la carto et 1 ou 2 profils de donnée qui s’affichent par-dessus dans le bas de l’écran. C’est top !

Il est possible de recharger la Fenix 5X Plus en cours d’activité. Il faut juste bien faire attention de paramétrer le mode USB. Le seul souci, c’est que vous ne pourrez plus la porter au poignet. La solution c’est le l’accrocher à une boucle de sangle.

On peut aussi changer de profil sportif en cours d’enregistrement. Il suffit d’avoir paramétré un raccourcis Changer de sport (Paramètres > Système > Boutons de direction).

On accède au lecteur de musique soit en ajoutant l’écran dans la configuration du profil sportif, soit par un appui long sur le bouton Down (raccourci qui fonctionne à tout moment). La lecture de musique est très bonne et je n’ai jamais eu à déplorer aucun décrochage. Même en cherchant volontairement des situations défavorables (en passant le poignet dans mon dos par exemple), je n’y suis jamais arrivé. Bon après, ça dépendra aussi du casque que vous utilisez, notamment de par la position de l’antenne.

Petits rappels concernant les données Firstbeat du widget Statuts d’entrainement :

  • il faut 1 semaine d’utilisation pour avoir la charge d’entrainement
  • il faut commencer par 2 sorties en course à pied (pas trail) ou vélo (avec un capteur de puissance) pour mesurer le VO2max
  • il faut une ceinture cardio pour mesurer le seuil lactique
  • il faut environ 30 jours pour que les données soient fiables

Les outils à disposition pour programmer des entrainements forment une panoplie complète :

  • Programmation de séances complexes à partir de Garmin Connect
  • Création de séances d’intervalles du type temps/durée d’effort, temps/durée de repos, nombre de répétition
  • Définition d’objectifs : distance, distance et temps, distance et allure
  • Course contre une activité précédente
  • Calendrier d’entrainement à partir de Garmin Connect
  • Segments
  • Test guidé de seuil lactique

En plus de tout ça, il est possible de configurer des alarmes basées sur :

  • La fréquence cardiaque (limite haute et limite basse)
  • L’allure (limite haute et limite basse)
  • Le temps
  • La distance
  • L’altitude
  • Certaines métriques (cadence, puissance, etc)
  • Les calories

 

Cartographie et navigationFenix 5X Plus carto

De plus en plus de gens sont attirés par la cartographie. C’est vrai que ça a un côté rassurant de se dire qu’on peut partir à pied ou à vélo n’importe où et retrouver facilement son chemin.

Ca permet de partir courir sans jamais avoir préparé son itinéraire. La première fois, j’ai simplement activé le retour départ au bout de 40 minutes. La montre m’a alors calculé l’itinéraire le plus court pour rentrer à la maison. J’ai affiché l’écran de la carte et j’ai tout simplement suivi l’itinéraire tracé en rose. Chaque virage est indiqué par une flèche blanche, avec une première alerte environ 50m avant et une autre au moment de tourner.

J’aurais tout à fait pu rentrer chez moi avec une autre montre GPS (et même probablement sans). Mais les autres indiquent une direction et une distance, pas un guidage ‘turn by turn’.

Je vais tout de même mettre un bémol avant que vous ne vous fassiez trop de films. En trail, c’est déjà un peu plus difficile de chercher son chemin, tout simplement parce qu’il est parfois un peu difficile sur un carrefour de repérer quel est le bon chemin. Surtout sur un écran de 30mm de diamètre. Ca oblige parfois à s’arrêter. Et alors en VTT, c’est encore plus difficile, même avec la montre placée sur le guidon, parce qu’on se déplace plus vite.

Cela dit, le guidage ‘turn by turn’ est impressionnant d’efficacité. S’il est difficile de ‘chercher’ son chemin, le suivi d’itinéraire est quand même super facile, parce qu’on visualise mieux l’environnement autour de nous avec une carte que sur un guidage sur fond noir.

Les cartes TopoActive fournies de base par Garmin sont pas mal. Mais j’ai trouvé mieux (et gratuit). Je recommande la carto Topo summer de Frikart. Vous allez comprendre tout de suite pourquoi en regardant ces captures d’écran.

Voici la carte TopoActive (la carte fournie de base par Garmin) lors d’une sortie trail dans le Jura.

Carte Garmin montagneEt voici maintenant ce que donne la carte Frikart au même endroit et avec les mêmes niveaux de zoom.

Carte Frikart montagneVoici les étapes à suivre pour ajouter une nouvelle carto :

  • téléchargez la carte Topo summer de Frikart sur votre ordinateur et décompressez-le
  • branchez la Fenix 5X Plus sur votre ordinateur avec le câble USB
  • copiez-collez le fichier .img dans le répertoire « Garmin » de votre Fenix 5X Plus
  • rendez-vous dans les paramètres de chaque profil sportif, dans le sous-menu carte > configurer les cartes
  • Laissez activé Worldwide DEM Basemap
  • Désactivez TopoActive Europe East et TopoActive Europe West
  • Activez OSM Topo Summer France

Les possibilités de navigation ne se limitent pas au simple suivi d’itinéraire. J’ai été conquis par la création automatique d’itinéraires en boucle directement depuis la montre et j’ai découvert l’utilité des points d’intérêts autour de moi lors d’une randonnée dans les Alpes italiennes.

Voici les différents moyens d’utiliser la Fenix 5X Plus pour se guider :

  • Points d’intérêt : rechercher un lieu particulier dans une liste (villes, restaurants, stations-service, hébergement, etc). Jusqu’à récemment, j’avoue que je n’y voyais aucune utilité. Je ne vais pas utiliser ma montre pour chercher une banque ou un hôpital), je vais sortir mon téléphone. J’ai utilisé ce mode pour la première fois lors d’un WE dans les Alpes, pour tracer l’itinéraire jusqu’à un refuge. Et c’est top. J’ai été dans la catégorie hébergements, j’ai trouvé le refuge dans la liste et la montre m’a tracé l’itinéraire en quelques secondes.
  • Autour de moi : il s’agit là d’afficher les points d’intérêts mentionnés ci-dessus sous forme d’icônes sur une carte. Pas top dans la pratique, car la montre rame vraiment.
  • Parcours : le traditionnel suivi d’itinéraire tracé à l’avance dans Garmin Connect (ou un fichier GPX importé)
  • Définir un itinéraire en boucle : je n’utilise maintenant presque plus que ça. Avant, en vacances particulièrement, j’utilisais les heatmaps de Suunto Movescount pour tracer quelques itinéraires sympas en prévision de mes sorties running. Maintenant, je ne m’embête plus à ça. Je sors de ma résidence, je lance la création d’un itinéraire en boucle de la distance que j’ai envie de faire ce jour-là et c’est parti ! C’est super pratique à utiliser. On rentre juste la distance approximative qu’on veut faire et la Fenix 5X Plus utilise l’algo Trendline popularity routing pour créer l’itinéraire le plus sympa dans le coin. Ca prend entre 30s et 1 minute.
  • Activités : refaire l’itinéraire d’une de vos précédentes activités enregistrées avec la montre.
  • Positions enregistrées : retourner sur un point dont vous avez enregistré les coordonnées.
  • Voir & rallier : se diriger sur un azimut.
  • Coordonnées : rentrer des coordonnées à la main et s’y rendre.
  • Utiliser carte : chercher un endroit en utilisant la carte. En pratique, ça demande beaucoup de manipulations de boutons pour dézoomer, déplacer haut/bas, déplacer gauche/droite. Selon ce que vous voulez faire, ça peut être long.
  • Retour départ : à tout moment lors de n’importe quelle activité, il est possible de lancer un retour départ qui calculera le chemin le plus court pour rentrer.

 

Montre connectéeFenix 5X Plus montre connectée

Avec les smart notifications qu’on connait depuis longtemps, 2 nouveautés majeures ont été intégrées sur la Fenix 5X Plus : un lecteur de musique et le paiement sans contact.

Le lecteur de musique offre 3 modes de fonctionnement :

  • Contrôle du lecteur de musique d’un smartphone connecté en Bluetooth
  • Transfert de fichiers de musique d’un ordinateur vers la mémoire interne
  • Téléchargement de playlists Deezer

Sur les 16Go de mémoire, 4 sont réservés à la musique. Garmin annonce que ça correspond à environ 500 morceaux de musique. Ca parait énorme, mais j’ai atteint cette limite dès la sortie de Deezer. Ben oui, lorsqu’on synchronise des playlists, ça va vite. Concrètement, j’ai ajouté une centaine de morceaux de mon ordi, plus 2 playlists Deezer (chacune à plus de 100 morceaux) et voilà.

On peut coupler plusieurs écouteurs et même des enceintes Bluetooth. L’intérêt c’est qu’ils restent en mémoire et qu’on n’a pas à refaire l’appairage à chaque utilisation.

Le lecteur de musique est accessible en tant que widget depuis l’écran d’heure et en tant qu’écran supplémentaire sur n’importe quel profil sportif. Il y a aussi un raccourci : appui long sur Down. L’utilisation des commandes est intuitive. On choisit la source de musique, on couple un casque audio en Bluetooth (pour le sport, je recommande toujours l’Aftershokz Trekz Air que j’ai testé ici), puis on gère sa playlist et le volume comme on veut.

Le seul truc que je lui reproche, c’est qu’il faut appuyer sur plein de boutons juste pour régler le son (vous verrez ça dans la vidéo ci-dessous). Quand on fait du sport, genre quand on court, c’est pas très pratique. Et à vélo, j’en parle même pas. Pour ce genre de manipulation, un écran tactile aurait été bien pratique.

La musique, c’est cool. Franchement, la combo Fenix 5X Plus + Deezer + Aftershokz Trekz Air est vraiment mortelle. Je pense que moins de gens seront conquis par le paiement sans contact.

Il faut avouer que le paiement sans contact, c’est pas forcément ce qu’on cherche en premier sur une montre GPS pour le sport. Mais bon, maintenant que Garmin Pay existe, je pense qu’on le retrouvera sur toutes les montres à venir.

C’est super simple à utiliser. On enregistre les informations de sa carte bancaire et on crée un code confidentiel personnel (qui n’est pas forcément le code de la CB). Ce code sera demandé à la première utilisation et après chaque fois que vous retirerez votre montre du poignet. C’est une sécurité. Dès qu’elle ne capteur plus de FC, elle considère qu’elle peut avoir été volée et donc redemande le code.

Pour l’instant, le service est encore très limité en France, essentiellement parce que les partenariats avec les banques sont encore très peu nombreux. Pour ceux qui sont intéressés, il y a Max qui offre un service qui réuni plusieurs CB sur 1 seule qui est compatible avec Garmin Pay.

De base, il y a 1 widget météo et 1 widget calendrier. La plateforme de téléchargement Conect IQ apporte de nombreuses possibilités de personnalisation (des watchfaces et des profils sportifs) et quelques fonctionnalités de montre connectée (comme l’appli Uber ou Samsung SmartThings par exemple).

 

Précision GPS / cardio

Il ne faut pas attendre d’une montre GPS grand public la précision de l’électronique embarqué sur un avion de chasse. Si je remonte un peu en arrière, j’avais trouvé la Fenix 5 pas terrible pour ce qui est de la précision GPS. Par contre, la Fenix 5 Plus avec Galileo était une grosse amélioration. J’ai principalement testé la Fenix 5X Plus en mode GPS seul et je la classerais entre les 2.

Dans un parc, la trace de la Fenix 5 Plus s’écarte du chemin suivi et l’erreur est plus importante qu’avec les autres montres GPS emmenées ce jour-là.

Fenix 5X Plus écarts trace GPS

Lorsqu’on complique un peu les choses en ajoutant des arbres, on se rend compte que la Fenix 5X Plus a tendance à arrondir les angles et à divaguer quelque peu en ligne droite. Difficile de dire à quoi c’est dû.

Trace GPS Fenix 5X Plus

Ces 2 problèmes sont assez visibles sur la sortie suivante, au cours de laquelle j’ai effectué 6 tours dans un parc (travail propriosception et pliométrie sur des escaliers). C’est d’autant plus dommage que les traces des 6 tours sont plutôt bien superposées. La Fenix 5X Plus serait moins précise (la trace n’est pas exactement sur le chemin emprunté) mais plus fiable (les traces sont au même endroit lorsqu’on passe plusieurs fois au même endroit) que la Vivoactive 3 music par exemple.

Précision GPS 6 tours

Le problème déjà identifié de trace qui se déporte même en ligne droite ne cause pas un énorme erreur de mesure de la distance totale. Mais il est quand même problématique en trail, lorsqu’on emprunte des lacets. Voilà ce que donne la trace sur le chemin de l’UTMB entre la Flegère et Chamonix.

Précision GPS trail Fenix 5X Plus

A vélo, comme presque chaque fois, pas de problème, même dans des virages en zone urbanisée.

Précision GPS vélo Fenix 5X Plus

Côté précision cardio, comme avec tous les capteurs cardio optique, les résultats dépendent de plein de facteurs et il est difficile d’optenir de bons résultats 100% du temps.

Ca peut très bien fonctionner et donner des résultats tout à fait exploitables.

Fenix 5X Plus cardio

Parfois ça peut pas trop mal fonctionner pendant un temps et partir en vrille sans qu’on comprenne pourquoi. Sur cette sortie, après les quelques premières minutes de « chauffe » (classique avec un cardio optique), le suivi de la Fréquence cardiaque sur la phase d’endurance est relativement bon. Par contre, après 25 minutes, la courbe dévie assez nettement. Assez pour que la FC affichée à l’écran ne corresponde plus à la réalitée.

Cardio Fenix 5X Plus

Sur la sortie trail à Chamonix, les variations d’intensité dues à un terrain plus irrégulier on rendu le travail du capteur cardio optique plus difficile. NB : le tracé est un peu bizarre entre 40 et 50 minutes et de nouveau entre 1h10 et 1h30. Ce sont 2 pauses pour attendre mes camarades du jour et Garmin et Suunto ne gèrent pas les pauses de la même manière. Garmin trace un trait tout droit alors que Suunto interrompt le tracé.

Bref, ça va à peu près à la montée, c’est pas terrible à la descente. Pour un capteur carido optique qui doit rester statique sur la peau pour bien faire sa mesure, la descente est un exercice difficile, car les chocs sont plus importants et donc la montre ‘ballotte’ plus sur le poignet.

Fenix 5X Plus cardio trail

A vélo, hum, c’est pas terrible, mais on peut pas dire que ce soit pire qu’avec une autre montre cardio GPS sans ceinture.

Fenix 5X Plus Précision cardio vélo

 

ConclusionAvis Fenix 5X Plus

Il y a plusieurs raisons qui peuvent vous donner envie de passer à une des 3 Fenix 5/5S/5X Plus : les outils pour l’entrainement, la cartographie, le lecteur de musique, le look (ben oui). Mais est-ce que la mesure de l’oxygénation sanguine est suffisante pour choisir spécifiquement la Fenix 5X Plus ? Pas sûr.

Le capteur de saturation pulsée en oxygène du sang ne sera vraiment pertinent que si vous recherchez des performances au-dessus de 2000m d’altitude. En-dessous, vous tomberez systématiquement dans la plage 95-100% où l’incidence de l’altitude est minime sur le corps.

Pour le reste, ben c’est simple, vous ne trouverez pas de montre GPS avec autant de fonctionnalités et de possibiltiés de paramétrage (ça, c’est la force de Garmin).

C’est quand même dommage de ne pas avoir profité du boitier plus grand pour intégrer un écran plus grand. Ca aurait été pratique pour consulter les cartes.

Alors, Fenix 5 Plus ou Fenix 5X Plus ? Quel serait votre choix ? Indiquez-le en commentaire ci-dessous.

 

Vous avez trouvé ce test utile ? Soutenez le blog en commandant chez un partenaire.

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat de matériel sportif et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Fenix 5X Plus849€Bouton commander i-run
HRM-Run75€Bouton commander amazon
Polar OH180€Bouton commander i-run
Aftershokz Trekz Air169€Bouton commander i-run

9 commentaires

  • François

    En parlant de lobbying, Garmin pourrait ajouter le sport « Rollers ». Pas mal de gens en font et mise à part utiliser le profil « Autre » pour ensuite modifier le type d’activité…

    Ou alors simplement que le type de sport change automatiquement selon le nom de l’activité si on l’a renommée. Après tout Connect IQ détecte bien le type d’activité, si on entre le nom et que ce dernier est dans les sports proposé dans Garmin Connect, ça devrait être possible, non? 🙂

  • Bertrand

    Bonjour Jérôme.

    Merci d’abord pour vos tests/comparatifs et le temps que vous y consacrez.
    C’est un excellent moyen d’avoir une opinion qualifiée sur ces produits !

    Une remarque qui concerne toutes les montres :
    Leur logiciel « Mobile ».
    Heureux possesseur d’un antique IPhone 4S de février 2013 et 100% opérationnel, son IOS reste à la version 9.3.5 comme étant la dernière supportée par Apple sur le 4S.

    – Cela veut donc dire qu’il est inutile d’acheter des Polar, Garmin ou Suunto ?
    – Si l’on achète malgré tout ces modèles, quelles fonctionnalités perd-t-on alors ?
    – Quid des autres marques ?

    J’ai fait un récap sur les 4 marques que je connais.
    Pensez-vous que cela vaille la peine d’y consacrer un véritable sujet ? Cela me semble important …

    TomTom : Appli TomTom Sports. Demande IOS >= 8
    Garmin : Garmin Connect Mobile. Demande IOS >=10
    Polar : Polar Flow. Demande IOS >=10
    Suunto : Suunto MovesCount. Demande IOS >=9
    Suunto : Suunto Sport Tracking. Demande IOS >= 10

    J’avoue ne pas comprendre ces restrictions d’IOS qui interdisent de fait l’achat de modèles de montres.
    Bien évidemment, à moins d’aller sur AppleStore, impossible de connaître l’IOS minimum.
    Mieux vaut donc regarder le Store avant l’achat ! 🙂

    Ou alors, il y a une astuce que je ne connais pas.

    Merci encore,
    Bertrand

    • Jérôme

      Bonjour
      Vous perdrez juste les usages liés à l’utilisation de l’appli mobile. Mais vous pourrez vous en sortir en branchant la montre à un ordinateur via câble USB.

  • Bertrand

    Bonjour Jérôme.

    Merci pour votre réponse rapide.
    C’est bien ce que je craignais hélas.

    J’étais intéressé par la D2 Delta ou D2 Charlie, pratiquant l’aviation en amateur.

    Sans couplage avec Iphone, je pense donc que les fonctions dédiées avion seront inopérantes (images radar météo notamment).
    Dommage !
    Il reste les instruments de l’avion, heureusement 🙂

    Bonne continuation,
    Bertrand

  • karim

    Bonjour,
    En faite petit à petit, je me demande pourquoi avoir une montre si on peut avoir son téléphone avec que des avantages finalement, hormis le poids ?

    Je me demande si ne pas acheter une ceinture cardio en l’associant à son téléphone n’est pas simplement l’achat à faire… les logiciels d’analyses sont assez similaire d’après ce que je lis.

    Quelle est votre avis ?

    sportivement,

    • Jérôme

      Bonjour
      L’avantage de la montre, c’est qu’on peut la regarder quand on veut.
      Mais après, ça dépend de votre objectif quand vous faites du sport.

  • Arno

    Bonjour,
    Venant d’une Suunto X10 sur laquelle j’ai changé 2 bracelets (qualité horrible sur ce modèle!) et une batterie.
    Je cherchais à savoir sur ce genre de modèle ou les bracelets me semblent bien pensé et interchangeable facilement, le verre en saphir, boitier métallique… bref semble t il fait pour durée, si vous avez des infos plus détaillé ou retour sur la batterie (durée de vie, perte de capacité, possibilité de remplacement…)
    D’avance merci de votre retour
    Sportivement,
    Arno

  • bonjour Jérôme et merci pour cette présentation, fort utile lorsque l’on démarre comme moi avec la fenix 5x plus, car la doc fournie par garmin est très insuffisante (c’est un petit carnet avec juste les fonctions des boutons).

    Après une 1ere semaine d’utilisation, je suis très content de cette montre, en particulier pour ses appli liées à la cartographie. J’aurais bien aimé une possibilité d’envoyer automatiquement un SMS avec mes coordonnées à mes proche, en cas de détresse (une fonction SOS en 1 clic ), mais je n’ai pas trouvé si elle existe ou pas ?
    Par ailleurs, j’ai téléchargé sur mon PC les cartes OSM topo summer puis j’ai copié le fichier sur le dossier « garmin » de ma fénix (il ne m’a pas demandé de décompresser) ; mais le répertoire n’apparait pas lorsque je vais ensuite sur la montre dans le paramétrage des cartes ? J’ai réessayé en copiant le fichier dans le sous répertoire custommaps de la fénix , mais pareil rien n’apparait sur le paramétrage des cartes sur la montre (je n’ai que les 3 cartes d’origine) ?
    Je serais preneur de tout conseil !
    fabrice

    • Jérôme

      Bonjour
      Je ne sais pas sur quel lien tu as cliqué, mais je viens de vérifier, il faut bien dézipper le fichier. C’est un fichier en .img que tu dois mettre dans le dossier de la montre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.