Ne devenez pas l’esclave de votre montre GPS

Coureur esclave montre gps

Encore plus de contenu sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Ces dernières années, les montres GPS ont complètement révolutionné la façon dont les sportifs amateurs s’entrainent. Je peux l’avouer, il y a longtemps, j’ai déjà mesuré la distance d’un circuit d’entrainement en voiture (juste 1 fois). Quant à faire du fractionné, c’était il n’y a pas si longtemps un vrai défi en dehors d’une piste d’athlétisme. Heureusement, les montres GPS ont rendu l’entrainement beaucoup plus simple.

Mais l’évolution ne s’est jamais arrêtée et les montres cardio GPS de maintenant mesurent de plus en plus de métriques physiologiques sur nos efforts et notre récupération.

L’effet pervers, c’est que les coureurs deviennent complètement dépendants de leur montre GPS, parfois au détriment de la connaissance de leur corps. Ils deviennent des machines qui sont commandées par leur montre GPS et non plus par leur cerveau. Et les dernières fonctionnalités comme PacePro renforcent encore cet effet, avec une montre GPS qui peut maintenant dicter son allure à l’homme quel que soit le profil du terrain. Ou pire, ils deviennent accro au point d’annuler leur séance si leur montre GPS n’a plus de batterie…

Même si certaines métriques physiologiques peuvent permettre d’éviter les blessures (ou du moins réduire le risque de blessure), est-ce que vous me croyez si je vous dis qu’être trop dépendant de sa montre GPS peut être néfaste à votre performance ?

Voici 3 inconvénients à devenir dépendant d’une montre GPS et comment sortir de cet esclavage.

1. Ajuster constamment son allure pour suivre ce qu’affiche la montre

L’erreur la plus fréquente, c’est d’ajuster constamment son allure en fonction de ce qu’affiche la montre GPS. Or toute personne qui a déjà couru avec une montre GPS sait combien la donnée « allure instantanée » peut fluctuer.

Une montre GPS n’est pas assez précise pour mesurer de petites distances. Rappelez-vous qu’au mieux, elle reçoit 1 mesure toutes les secondes. Et qu’à chaque mesure, elle peut faire une erreur de 3,35m (parfois plus). Et cette erreur se reporte sur le calcul de la vitesse (et donc de l’allure) instantanée.

A cela il faut ajoutez votre propre variation naturelle de vitesse. Regardez comme vous ne restez pas fixe sur un tapis de course, mais bougez légèrement d’avant en arrière, alors que le tapis défile toujours à la même vitesse. Ben non, vous n’êtes pas une machine.

Ajoutez encore une faille technique, lorsque votre montre va perdre le signal GPS pendant quelques secondes (à cause des immeubles qui vous entourent par exemple, ou en passant sous un pont) et qui va l’obliger à faire des estimations sur votre allure en se basant sur son accéléromètre, un capteur qui est moins précis que le GPS. Tout ça va induire des erreurs par rapport aux repères kilométriques officiels

Mais vous, vous avez oublié que tout cela se passe pendant que vous courrez. Vous raisonnez à l’inverse. Vous regardez l’écran de votre montre GPS. Vous accélérez quand vous voyez l’allure instantanée diminuer et vous ralentissez lorsqu’elle dépasse l’allure que vous souhaitez maintenir sur toute la distance de la course. Vous courez de façon très saccadée et avez l’impression de subir.

Ce que vous pouvez faire pour y remédier

Ne soyez pas l’esclave de l’allure instantanée. A la place, apprenez à sentir vos sensations comme un Jedi. Ecoutez votre corps au lieu de regarder votre montre GPS.

Sur votre montre GPS, remplacez le champ ‘allure instantanée’ par le champ ‘allure moyenne au tour’ et définissez un tour automatique de 1km. Ainsi, la donnée d’allure sera lissée de toutes ces petites variations parasites. Mais vous ne perdrez pas trop en précision, parce qu’elle sera recalculée à chaque kilomètre. Donc vous pourrez suivre l’évolution de votre allure au fur et à mesure que la fatigue se fera sentir.

Sinon, tournez-vous vers d’autres données comme le cardio ou la puissance en course à pied, qui servent de compte tour et mesurent la capacité de votre corps à maintenir un niveau de sollicitation.

Apprenez aussi à afficher la bonne donnée utile pour chaque type de séance.

2. Ne pas apprendre à gérer son allure

La course à pied, ça s’apprend, un peu comme le swing au golf ou le mouvement de bras en natation. Dans votre performance sportive, l’expérience compte pour une bonne part. C’est-à-dire que vous devez apprendre à gérer votre course, votre effort, votre condition physique. Vous ne pouvez pas courir toutes vos courses à la même vitesse, juste parce que votre montre GPS vous a dit que votre VO2max est de 55 (l’algorithme de votre montre GPS n’est pas aussi précis qu’un vrai test en laboratoire, soit dit en passant).

Et si vous comptez sur votre montre pour vous dicter votre allure, qu’est-ce que vous ferez si elle perd le signal GPS à mi-course ? Et dans les derniers 3km, est-ce que vous allez accélérer à la niaque ou est-ce que vous allez suivre ce que vous dit votre partenaire virtuel ?

C’est ainsi que lors du triathlon de Cannes, sur la partie de course à pied, je me suis laissé entrainer par le flot de concurrents autour de moi à une allure bien trop élevée pour moi. Je me suis forcé à ralentir, mais à cause de la fatigue, mon cardio ne faisait qu’augmenter au fil des kilomètres. J’ai terminé bien cramé…

Dites-vous bien que même les meilleurs professionnels ne courent pas une course à une allure régulière. Regardez ces courses des 2 derniers records du monde du marathon à Berlin. On voit bien qu’il y a une gestion de l’effort de ces 2 athlètes. Ils ne courent pas les 42km à la même allure, comme des machines.

Ce que vous pouvez faire pour y remédier

Faites de temps en temps des séances d’entrainement au cours desquelles vous allez varier votre allure de course. Durant ces séances, vous essaierez de vous caler naturellement à une certaine allure. Vous ne regarderez votre montre GPS qu’à la fin de chaque kilomètre (réglez une alerte pour ça), juste pour vérifier que vous avez bien couru à la bonne allure.

Ces séances vont vous apprendre les petites différences qu’il y a entre différentes allures. Différences de sensations, d’effort, de fatigue, de vent ressenti…

3. Etre à fond tous les jours

Peut-être l’erreur la plus commune avec les aides électroniques : ne pas écouter son corps et être toujours à fond, sur toutes les séances d’entrainement. Plus on est fou de stats et plus on a envie de comparer chaque donnée, chaque temps au kilomètre avec celui de la précédente séance. Et il faut reconnaitre qu’une montre GPS marche super bien dans ce sens. On suit le statut d’entrainement, l’évolution du VO2max, la cadence, etc.

Malheureusement, votre corps est vivant, ce n’est pas une machine. Donc vous ne pouvez pas laisser une montre commander votre corps. Et parfois, il a besoin de repos. Car votre corps est affecté par les précédents entrainements, mais aussi par le stress de la vie quotidienne, par des maladies, etc.

Parfois, il faut accepter de faire un léger écart par rapport à son programme d’entrainement, pour pouvoir atteindre un objectif à plus long terme.

Ce que vous pouvez faire pour y remédier

Ne regardez plus votre montre GPS dans la phase de retour au calme à la fin d’une séance. Et ne la consultez pas non plus lors des séances en endurance fondamentale. Le but de ces périodes est justement la récupération, pas la performance. Courez aux sensations, car l’allure à laquelle vous allez courir n’a pas d’incidence sur l’efficacité de ces phases.

Faites-vous votre propre idée de la fiabilité de l’indicateur de récupération de votre montre GPS (si elle en a un). Car je vous rappelle que ce n’est qu’une estimation faite à partir d’un algorithme.

Rappelez-vous aussi que le ‘no pain, no gain’ ne s’applique pas à toutes les séances et que dans les sports d’endurance, il faut passer 80% du temps d’entrainement en aisance respiratoire (zones 2 et 3), pour pouvoir se donner à 100% le reste du temps.

4 commentaires

  • Fred

    Bonjour,
    Quand je me suis mis « sérieusement » à la course à pied, je regardais (très) régulièrement ma montre pour surveiller ma moyenne.
    Puis je me suis cantonné à regarder à chaque « tour » (tous les kilomètres), mais depuis quelques mois je ne cours qu’aux sensations.
    La notification tous les kilomètres me permet juste de connaitre la distance, je ne regarde pas les autres données (durée, moyenne).

    De même ma montre m’indique tous les matins si mon système cardio a récupéré, la qualité de sommeil, mon niveau de boost de la journée… Mais pour moi c’est purement informatif.

    Par contre pour le dernier point, j’ai encore beaucoup de progrès à faire ;).

  • Xav

    Pacepro fonctionne très mal notamment pour le trail.
    La montre gps est indispensable ne serait ce que pour sa fonction fréquence cardiaque. En tant que nouveau coureur à pied il m’est difficile de différencier quand je me sens bien et que je pousse trop ma vitesse avec un cardio qui explose des jours où je suis un peu fatigué et du cardio qui monte au moindre effort. Bref pour courir z2 pour la majorité des coureurs au moins débutant la montre est indispensable …évidemment garmin rajoute plein de « fausse metrique » qu’il faudrait pouvoir virer les dernières en date étant toutes les métriques sur la foulée. Comment garmin connaît la hauteur de mon pied au dessus du sol? Avec une montre au poignet?
    Bref bcp de mesures bidons marketing (pour vendre des nouveaux modeles) mais quelques fonctions indispensables (pour moi) Fc, chrono , dénivelé gps ultra precis

    • Lionnel

      Si tu penses que la connaissance de la FC en instantanée est obligatoire, c’est que tu n’as jamais pris le temps de réellement apprendre à estimer l’intensité des efforts à la sensation. C’est une des premières compétences à développer pour pouvoir s’entrainer, mais actuellement on a effacé cette nécessite pour vendre des montres cardio-GPS.

      Déléguer ce travail à un objet qui ne prend en compte que 2 ou 3 facteurs (FC, allure, parfois puissance) c’est croire que notre corps et notre cerveau ne sont pas prévus pour survivre et peuvent faire n’importe quoi, jusqu’à détruire les capacités du corps.

      As-tu un appareil qui te dit où poser le pied quand tu cours ?
      As-un appareil qui te dit quand respirer ?
      Pourquoi laisser tout ça en gestion naturelle, en faisant confiance à « l’instinct », au ressenti, à l’apprentissage inconscient qu’on a fait depuis gamin, et par contre déléguer la gestion de son intensité à un appareil ? C’est juste parce que l’industrie a inventé une technologie qui mesure la FC et une autre qui donne le positionnement global donc l’allure, et que des industriels et des commerçants peuvent vendre ça aux coureurs consommateurs, pas parce que c’est nécessaire et obligatoire.

      Quand on compare un champion avec un coureur loisir, on voit que le premier ne regarde quasiment jamais sa montre, alors que l’autre le fait très régulièrement. Le champion court aux sensations et pourrait se passer de la montre.
      D’ailleurs, bon nombre de records sont réalisés en négative split, : le coureur sent à mi-parcours ou vers la fin qu’il peut aller plus vite, le fait et arrache un record. Alors que s’il était resté à l’allure cible en suivant constamment l’indication de la montre, il n’aurait pas fait mieux que prévu, sans record donc.

      N’oublions pas que Brigit Kosgei, ancienne recordwoman du marathon durant 4 années court sans montre, c’est indéniable. Mais le coureur loisir lambda devrait en être équipé ? Bizarre, non ?

      C’est sûr que c’est plus compliqué d’apprendre à réellement ressentir les niveaux d’intensité que de lire une donnée sur une montre, mais c’est découvrir la liberté et profiter de la formidable créature que nous sommes, améliorée depuis des centaines de milliers d’années par l’évolution.

      Bref, j’enjoins tous ceux qui lisent cet article à se forcer ne serait-ce que durant un mois à ne plus prendre la montre, afin de re-découvrir la perception de l’effort. Ça ne sera pas facile au début, mais une fois qu’on y est arrivé, plus besoin de Garmin, Polar et autres.

      • RICHER Bruno

        Bonjour, petites remarques sur les Top athlètes et le soit disant pas de montre: à l’entraînement on ne sait pas comment ils gèrent leurs efforts, ils peuvent utiliser des GPS, avoir l’entraîneur qui les suit à vélo etc… Ensuite en course ils ont la voiture avec le chrono au raz du nez avec les kms indiqués sur la route, facile de savoir où ils en sont. Pour les entraînements de vitesse c’est sur piste avec un chronométreur sur le bord alors oui, ils ne portent peut être pas de montre au bras lors de leurs records mais je doute qu’ils ne s’entraînent qu’aux sensations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.