Ne devenez pas l’esclave de votre montre GPS

Coureur esclave montre gps
 

Ces dernières années, les montres GPS ont complètement révolutionné la façon dont les sportifs s’entrainent. Je peux l’avouer, j’ai déjà mesuré la distance d’un circuit d’entrainement en voiture (juste 1 fois). Quant à faire du fractionné, c’était il n’y a pas si longtemps un vrai défi en dehors d’une piste d’athlétisme. Heureusement, les montres GPS ont rendu l’entrainement beaucoup plus simple.

Cependant, de plus en plus de coureurs deviennent complètement dépendants de leur montre GPS, parfois au détriment de la connaissance de leur corps. Ils deviennent des machines qui sont commandées par leur montre GPS et non plus par leur cerveau.

Ce n’est pas pareil avec une montre cardio. Parce qu’une montre cardio donne une indication sur les capacités de votre corps. Si vous avez encore de la marge pour accélérer ou pas.

Est-ce que vous me croyez si je vous dis qu’être trop dépendant de sa montre GPS peut être néfaste à votre performance ?

Voici 3 inconvénients à devenir dépendant du GPS et comment sortir de cet esclavage.

1. Ajuster constamment votre allure

Toute personne qui a déjà couru avec une montre GPS sait combien la donnée « allure instantanée » peut fluctuer.

Une montre GPS n’est pas assez précise pour mesurer de petites distances. Rappelez-vous qu’au mieux, elle reçoit 1 mesure toutes les secondes. Et qu’à chaque mesure, elle peut faire une erreur de 3.35m (parfois plus). Et cette erreur se reporte sur le calcul de la vitesse (et donc de l’allure) instantanée.

A cela il faut ajoutez votre propre variation naturelle de vitesse. Regardez comme vous ne restez pas fixe sur un tapis de course, mais bougez légèrement d’avant en arrière, alors que le tapis défile toujours à la même vitesse. Ben non, vous n’êtes pas une machine.

Ajoutez encore une faille technique, lorsque votre montre va perdre le signal GPS pendant quelques secondes (soit à cause des feuilles des arbres, soit à cause des immeubles qui vous entourent) et qui va au mieux l’obliger à faire des estimations ou au pire à croire que vous vous êtes arrêté.

Mais vous, vous avez oublié que tout cela se passe pendant que vous courrez. Vous raisonnez à l’inverse. Vous regardez l’écran de votre montre GPS. Vous accélérez quand vous voyez l’allure instantanée diminuer et vous ralentissez lorsqu’elle dépasse l’allure que vous souhaitez maintenir sur toute la distance de la course. Vous courez de façon très saccadée et avez l’impression de subir.

 

Ce que vous pouvez faire pour y remédier

Ne soyez pas l’esclave de l’allure instantanée. A la place, apprenez à sentir vos sensations comme un Jedi. Ecoutez votre corps au lieu de regarder votre montre GPS.

Sur votre montre GPS, remplacez le champ ‘allure instantanée’ par le champ ‘allure au tour’ et définissez un tour automatique de 1km. Ainsi, la donnée d’allure sera lissée de toutes ces petites variations parasites. Mais vous ne perdrez pas trop en précision, parce qu’elle sera recalculée à chaque kilomètre. Donc vous pourrez suivre l’évolution de votre allure au fur et à mesure que la fatigue se fera sentir.

2. Ne pas apprendre à gérer son allure

La course à pied, ça s’apprend, un peu comme le swing au golf ou le mouvement de bras en natation. Dans votre performance sportive, l’expérience compte pour une bonne part. C’est-à-dire que vous devez apprendre à gérer votre course, votre effort, votre condition physique. Vous ne pouvez pas courir toutes vos courses à la même vitesse, juste parce que votre montre GPS vous a dit que votre VMA était de 17km/h.

Et si vous comptez sur votre montre pour vous dicter votre allure, qu’est-ce que vous ferez si elle perd le signal GPS à mi-course ? Et dans les derniers 3km, est-ce que vous allez accélérez à la niaque ou est-ce que vous allez suivre ce que vous dit votre virtual partner ?

 

Ce que vous pouvez faire pour y remédier

Faites de temps en temps des séances d’entrainement au cours desquelles vous allez varier votre allure de course. Durant ces séances, vous ne regarderez votre montre GPS qu’à la fin de chaque kilomètre (réglez une alerte pour ça), juste pour vérifier que vous avez bien couru à la bonne allure. Ces séances vont vous apprendre les petites différences qu’il y a entre différentes allures. Différences de sensations, d’effort, de fatigue, de vent ressenti…

 

3. Etre à fond tous les jours

Peut-être l’erreur la plus commune avec les aides électroniques : ne pas écouter son corps et être toujours à fond, sur toutes les séances d’un programme d’entrainement. Plus on est fou de stats et plus on a envie de comparer chaque donnée, chaque temps au kilomètre avec celui de la précédente séance. Et il faut reconnaitre qu’une montre GPS marche super bien dans ce sens.

Malheureusement, votre corps est vivant, ce n’est pas une machine. Donc vous ne pouvez pas laisser une montre commander votre corps. Et parfois, il a besoin de repos. Car votre corps est affecté par les précédents entrainements, mais aussi par le stress de la vie quotidienne, par des maladies, etc.

Parfois, il faut accepter de faire un léger écart par rapport à son programme d’entrainement, pour pouvoir atteindre un objectif à plus long terme.

 

Ce que vous pouvez faire pour y remédier

Ne regardez plus votre montre GPS dans la phase de retour au calme à la fin d’une séance. Et ne la consultez pas non plus lors de footings de récupération. Le but de ces périodes est justement la récupération, pas la performance. Courez aux sensations, car l’allure à laquelle vous allez courir n’a pas d’incidence sur leur efficacité.

Faites-vous votre propre idée de la fiabilité de l’indicateur de récupération de votre montre GPS (si elle en a un). Car je vous rappelle que ce n’est qu’une estimation faite à partir d’un algorithme qui n’est pas forcément adapté à votre physiologie.

 

Qui d’autre ne veut rien rater ?

Inscrivez-vous à la newsletter pour être sûr de ne pas rater les nouveaux articles, les résultats des nouveaux tests et les bons plans du moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *