Test Polar Grit X : en avant pour le trail

Test Polar Grit X

Encore plus de contenus sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run, quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Polar est un acteur bien connu des sports d’endurance, le premier à avoir développé un capteur cardio portable. Ca fait des années qu’ils sont bien présents sur les domaines du triathlon et de la course à pied. Pendant longtemps, ils ont concentré leurs efforts sur un très petit nombre de montres et le développement de fonctionnalités ajoutées par mise à jour.

Mais la stratégie a évolué. Après 2 Vantage positionnées en milieu et haut de gamme, l’Ignite est venue se placer en entrée de gamme. Alors que demander de plus ?

Le secteur qui se développe en ce moment, c’est le trail. Alors Polar a conçu la Grit X, avec de nouveaux outils qui n’existaient pas encore chez la marque, comme le suivi d’itinéraire turn by turn. Voire qui n’existaient pas du tout sur le marché, comme un indicateur intelligent de ravitaillement. Et aussi des outils qui avaient disparus, comme le choix de la fréquence d’enregistrement GPS pour augmenter l’autonomie.

Le détail qui prouve l’intérêt que Polar porte à cette orientation stratégique, c’est un positionnement tarifaire hyper agressif. A 429€, la Grit X est au moins 70€ moins chère que ses rivales directes.

Verdict

La Grit X est une montres GPS aboutie, qui profite de la maturation des Vantage, avec une orientation aussi bien trail que triathlon. Mais ce n’est pas encore une montre outdoor complète.

POUR
Prix
Robustesse (MIL-STD-810G)
Gestionnaire de ravitaillement intelligent
CONTRE
Des détails qui manquent pour une utilisation outdoor
Absence de version Sapphire

Présentation de la Polar Grit X

Présentation Polar Grit X

La Grit X a un profil plus robuste que la Vantage V. La lunette métallique est plus épaisse et se prolonge par 4 pattes de fixation du bracelet. Mais ne vous laissez pas tromper par l’apparence visuelle, elle n’a pris qu’un millimètre de largeur : 47mm. C’est l’équivalent de la Fenix 6, le modèle intermédiaire de la série, de la Suunto 5 (46mm) ou de l’Apex 46mm.

Malgré ça, ce qui est incroyable, c’est que la Grit X est 4g plus légère que la Vantage V (64g contre 68). C’est beaucoup plus léger que la plupart de ses concurrentes outdoor (80g pour la Fenix 6, 81g pour la Suunto 9 Baro). L’Apex Pro, utilisant du titane est tout de même plus légère (59g), de même que des montres au boitier en composite comme la Forerunner 945 (50g).

En plus, ce n’est pas qu’une impression visuelle, elle est vraiment plus robuste. Non seulement c’est la première montre GPS Polar étanche à 100m (la norme classique pour les montres GPS outdoor) mais elle répond aussi à la norme de résistance de l’armée américaine MIL-STD-810G. L’Instinct a été la première, puis les Casio ProTrek Smart et enfin toutes les Fenix 6. Ca assure une résistance contre :

  • Chocs
  • Poussières
  • Humidité (y compris eau salée)
  • Froid, chaleur et choc thermique

Mais pas contre les rayures, ni sur la lunette, ni sur la vitre protégeant l’écran. Le saphir est un détail souvent recherché pour les montres GPS outdoor, pour sa propriété anti-rayures. Il n’y a pas de version Grit X Sapphire. Dommage, parce que je pense que ce critère seul va orienter certains traileurs vers d’autres montres GPS.

L’écran est identique à celui des Vantage. Il s’agit d’un écran transréflectif tactile de 30,5mm de diamètre avec une résolution de 240 x 240 pixels. Il est néanmoins légèrement plus contrasté. Je dirais qu’il n’est pas plus lumineux, mais que les blancs sont plus blancs, alors qu’ils sont légèrement grisés sur les Vantage.

Je peux donc faire les mêmes commentaires que lors de mon test de la Vantage V :

  • C’est la taille et la résolution standards actuellement, mais finalement ça fait presque petit au milieu de la montre. On commence à trouver maintenant des montres GPS avec des écrans plus grands (jusqu’à 35mm) et de meilleure résolution (320 x 300 pour des écrans transréflectifs et même plus de 400 x 400 avec des écrans AMOLED).
  • Le défilement de l’écran tactile est encore saccadé, pas au même niveau que ce qu’on trouve sur d’autres montres connectées.

Le bracelet de 22mm est doté d’un système de remplacement rapide, comme la Vantage M mais contrairement à la Vantage V. Par défaut (en tout cas sur le modèle noir), Polar a opté pour le bracelet texturé de la Vantage V Titan, avec un imprimé qui donne l’impression qu’il est tissé. Enfin presque, il n’est pas bicolore (pas de rouge sur la face interne).

Aux côtés de l’écran tactile, toutes les fonctionnalités sont accessibles au travers des 5 boutons. Ils sont plus gros et bardés de picots, ce qui améliorera le toucher en outdoor.

La Polar Grit X existe en 3 coloris :

On retrouve les mêmes capteurs que sur la Vantage V :

  • Puce GPS/GLONASS/Galiléo/QZSS
  • Capteur cardio optique
  • Altimètre barométrique (utile pour avoir une meilleure fiabilité sur la mesure des dénivelés)
  • Boussole (utile pour la navigation)

Au niveau des systèmes de géopositionnement, Polar ne propose pas le GPS seul comme les autres marques de montres GPS. Cependant, QZSS étant un système de géolocalisation local qui ne fonctionne qu’au-dessus du Japon et de l’Australie, GPS+QZSS équivaut, en France à GPS seul.

Il y a une petite évolution sur le capteur cardio, qui possède maintenant des LED de 3 couleurs : vert, rouge, orange. La plaque qui entoure ces 10 LED et 4 électrodes est un miroir. Peut-être une solution pour renvoyer de la lumière et éviter les sources parasites. Alors je ne saurais vous dire si ça améliore la fiabilité sur les peaux claires ou foncées, mais vous pouvez aller voir dans la section « précision » pour voir comment il se comporte sur moi.

La présence d’une LED rouge pourrait en théorie permettre de mesurer l’oxygénation sanguine (SpO2) mais ce n’est pas actuellement le cas. Ce sera peut-être fait dans une prochaine mise à jour, ce qui pourrait permettre à la Grit X de mesurer l’acclimatation à l’altitude.

Cela dit, la construction du capteur cardio étant la même que sur les autres montres GPS Polar (avec 4 électrodes), le connecteur de recharge est aussi le même, aimanté au dos de la montre.

L’altimètre barométrique peut être calibré manuellement (ce qui n’est pas le cas sur la Vantage V). C’est important pour avoir des données d’altitude correctes. Mais l’implémentation de Polar est bizarre. Ce calibrage se fait depuis l’écran de données d’altitude après avoir lancé l’enregistrement d’une activité. Ca a un avantage et un inconvénient. L’inconvénient, c’est qu’il faut lancer le chrono pour calibrer l’altimètre au départ d’une séance. Vraiment bizarre. L’avantage, c’est qu’on peut le calibrer à n’importe quel moment en cours de route. C’est utile en rando, par exemple, lorsqu’on passe devant un panneau qui indique l’altitude d’un carrefour ou d’un col.

La Grit X est compatible avec de nombreux capteurs Bluetooth :

  • Cardio (ceinture ou brassard)
  • Vélo : cadence, vitesse, puissance
  • Running : footpod, puissance

L’interface des widgets est aussi ‘tordue’ que sur les Vantage. C’est-à-dire qu’on utilise les boutons de droite (haut et bas) pour faire défiler les widgets… de gauche à droite. L’heure reste affichée sur chaque widget ; c’est les infos au-dessus, en-dessous ou autour qui changent. Ca veut dire que vous pouvez choisir celui que vous préférez et l’utiliser comme widget par défaut, vous pourrez quand même voir l’heure. Voici la liste :

  • Heure, avec date et jour de la semaine
  • Activité quotidienne (progression vers l’objectif)
  • Charge d’entrainement
  • Fréquence cardiaque
  • Historique d’entrainement
  • Suivi du sommeil et de la récupération
  • FitSpark (coach électronique proposant des séances d’entrainement)
  • Prévison météo (nouveau)

A partir que chacun de ces widget (sauf le premier), on peut cliquer sur le bouton du milieu pour accéder à plus de statistiques. A ce moment-là, on ne voit plus l’heure.

Ce qui est dommage, pour une montre GPS orientée outdoor, c’est qu’il n’y a pas de widget ABC (altimètre, baromètre, boussole). Il existe bien un écran boussole dans les profils sportifs, mais ça oblige à lancer l’enregistrement d’une activité sportive pour pouvoir le consulter.

Sur chacun de ces écrans, un point rouge en bas indique la présence d’une notification. On les fait apparaitre en balayant de bas en haut.

En balayant du haut vers le bas, on fait descendre un panneau de raccourcis : alarme, ne pas déranger, mode avion.

La Grit X bénéficie des 130 profils sportifs personnalisables depuis Polar Flow, y compris un profil de triathlon. Attention, parmi cette liste, on ne peut en stocker que 20 dans la montre. A la différence des autres marques (Suunto, Garmin, Coros) qui laissent accès aux sports qui ne sont pas dans la liste des favoris, ce n’est pas possible chez Polar.

Après, il n’y a quand même pas grand-chose de très spécifique d’un profil à l’autre. Par exemple, pas de métrique de coups de rame sur le profil pour l’aviron. Mais ça permet quand même de différencier les réglages de chaque profil et les séances dans l’historique. On peut ajouter des écrans sous forme graphique, par exemple pour l’altitude, ainsi qu’un écran de boussole.

Comme sur toutes les montres GPS Polar, le paramétrage se fait en partie depuis les menus de la montre et en partie depuis Polar Flow web (sur ordinateur).

Depuis la montre :

  • Paramètres d’économie d’énergie
  • Rétroéclairage
  • Séances proposées par FitSpark
  • Itinéraire
  • Partenaire virtuel
  • Chrono d’intervalle
  • Système de géopositionnement (GPS, GLONASS ? Galiléo)

Depuis Polar Flow :

  • Personnalisation des écrans de donnée
  • Tours automatiques
  • Zones cardio
  • Unité de la FC (bpm, %FCmax, %FCR)
  • Choix d’afficher l’allure ou la vitesse

Les écrans de donnée peuvent afficher de 1 à 4 champs de donnée. Polar est donc une des dernières marques à avoir concervé ce format longtemps utilisé à 4 champs de donnée. Suunto, Coros et Garmin permettent tous d’en afficher 6, 7, voire 8. Parmi les champs de données, la pente pourra éventuellement être utile aux cyclistes, mais il manque la vitesse ascensionnelle pour les traileurs. Polar fait son premier pas vers le trail avec la Grit X et ce genre de détail montre leur relative inexpérience.

Les fonctionnalités sportives peuvent se classer en 2 catégories :

  • Celles qui existent déjà sur la Vantage V
  • Les nouveautés spécifiques à la Grit X, orientée trail ou ultratrail

On retrouve sur la Grit X toutes les fonctionnalités développées par Polar pour les Vantage :

  • FitSpark, le coach électronique qui propose des séances de cardio, renforcement musculaire et étirements en fonction de votre niveau physique et votre état de récupération (via Nightly Recharge)
  • Nightly Recharge, l’algorithme de suivi du sommeil et de la qualité de récupération. Ces données sont ensuite réinjectées dans FitSpark pour ajuster la difficulté des séances sproposées
  • Serene, l’outil de respiration guidée
  • Training load Pro, l’outil de suivi de la charge d’entrainement qui présente 3 facettes : charge cardio, charge musculaire (tiré des données de puissance) et charge perçue.
  • Puissance au poignet : la puissance en course à pied sans capteur additionnel
  • Segments Strava live
  • Programmation d’entrainements complexes depuis Polar Flow ou timer d’intervalles depuis la montre

Et maintenant, les nouveautés.

Qui dit trail dit forcément suivi d’itinéraire. Polar a comblé ses lacunes en s’associant avec Komoot (une autre application) afin de proposer du suivi d’itinéraire en trun by turn (à la façon d’un GPS de voiture, avec des indications de distance et sens du prochaine virage). Voir le paragraphe dédié ci-dessous.

Ensuite, il y a Hill Splitter, un écran qui permet d’afficher des données à chaque montée ou descente. Grosso modo, la Grit X détecte les différentes portions de terrain (plat, montée, descente) et affiche des données relatives à la portion actuelle. Voir le paragraphe dédié ci-dessous.

Polar a également développé FuelWise, un algorithme qui vous alertera aux bons moments sur la nécessité de boire ou de manger. L’idée est de passer d’alertes basées sur des durées fixes à des alertes intelligentes (comprendre : adaptatives) qui se déclenchent lorsque c’est nécessaire, en fonction de la durée mais aussi de l’intensité de votre effort. C’est une fonctionnalité qui révèlera tout son potentiel sur des ultras. Voir le paragraphe dédié ci-dessous.

La dernière nouveauté, c’est l’apparition d’un écran qui présente la météo. On visualise ainsi :

  • La météo des heures à venir
  • Les températures min et max de la journée
  • Le risque de pluie
  • La force et la direction du vent
  • Le taux d’humidité
  • Les prévisions sur les jours à venir

Les outils pour l’entrainement sont variés.

Pour faire simple, on peut commencer par configurer un partenaire virtuel. Polar appelle ça ‘contre-la-montre’. On règle la distance, l’objectif du chrono final et la Grit X donnera l’avance ou le retard par rapport à l’allure pour atteindre cet objectif.

Ensuite, on peut programmer depuis la montre un compteur d’intervalles, pour faire des séances de fractionné court comme du 30/30.

Pour la programmation de séances d’entrainement complexes, il faudra se diriger vers Polar Flow, où tout est possible : pyramidal, blocs, etc ; avec des objectifs de temps, distance, allure ou FC. Mais pas d’objectif de puissance.

On retrouve sur la Grit X ZoneLock, qui permet de verrouiller en cours de séance la zone de travail dans laquelle on se trouve à l’instant t. On peut ainsi verrouiller la zone de FC, d’allure ou de puissance à partir de l’écran en question.

La configuration des segments Strava live n’est pas forcément intuitive, alors j’ai fait un petit tuto pour la Vantage V qui reste valable pour la Grit X.

Un fitness test permet de mesurer la VO2max en dehors des activités sportives. Il suffit d’une ceinture cardio et de quelques minutes le matin après le réveil.

Training Load Pro est un outil qui permet de suivre une combinaison de 3 variables afin d’estimer la charge d’entrainement : la charge cardio (tirée des valeurs de FC), la charge musculaire (tirée des données de puissance) et la charge perçue (à renseigner manuellement pour chaque sortie dans Polar Flow). L’algorithme intègre ces données sur une période de 90 jours. Donc ne misez pas trop sur la sa fiabilité en rentrant de votre première sortie de trail.

On visualise de manière simplifiée un statut d’entrainement sur le widget Training Load Pro sur la montre. Il alerte d’un risque de blessure si la fatigue (la charge des derniers jours) dépasse la tolérence (l’historique des séances) d’un facteur 1,2. Une analyse plus détaillée et sur plus long terme est possible dans Polar Flow.

Après, la Grit X reçoit toutes les notifications de votre smartphone, que ce soient des emails, SMS ou notifications d’applications comme Facebook ou WhatsApp.

Mais c’est à peu près la seule facette connectée de la Grit X (avec la météo). Il n’y a pas de lecteur de musique, ni de commande du lecteur de votre smartphone, pas de paiement sans contact, etc…

Navigation avec et sans Komoot

Polar Grit X Komoot

Tout d’abord, la navigation avec la Grit X est améliorée par rapport aux Vantage par l’ajout d’une boussole. Grâce à ce capteur additionnel, la montre est capable d’indiquer la direction à suivre même lorsqu’on est à l’arrêt. Ce n’est pas le cas avec la Vantage V, dont l’absence de boussole impose d’être en déplacement pour que les données GPS puissent servir à calculer la direction de déplacement.

Komoot n’est pas encore très connu en France. C’est une application de création d’itinéraires, soit manuellement, soit automatiquement. Polar n’ayant toujours pas d’outil de création d’itinéraire sur Polar Flow, l’association Polar-Komoot pourrait résoudre facilement les désagréments des exports-imports de fichiers GPX grâce à un synchronisation automatique des itinéraires de Komoot dans Polar Flow. Avec un petit plus, puisqu’un itinéraire tracé sur Komoot et importé sur Polar Flow puis sur la Grit X délivrera une navigation turn by turn.

C’est-à-dire qu’il y a 2 qualités de navigation sur la Grit X :

  • Le suivi d’itinéraire, le long d’une trace GPS, comme avant (fichier importé)
  • Le suivi d’itinéraire avec distance et forme du virage, un peu comme sur un GPS de voiture (itinéraire Komoot)

Alors, la première question que vous vous posez, c’est : est-ce qu’il faut un compte Komoot payant ? La réponse : oui et non.

Lorsqu’on crée son compte Komoot, on a le droit à 1 zone de carte gratuite. Après, il faut étudier la mosaïque de la carte Komoot :

  • 1 zone supplémentaire coûte 3,99€
  • La zone du grand Paris (70km aux alentours) c’est 8,99€
  • Le monde entier coûte 29,99€

Ca peut vite revenir cher d’acheter les zones une par une. Car une zone, c’est plus petit qu’un département.

Attention à la petite subtilité concernant les zones gratuites. On peut tout à fait tracer un itinéraire n’importe où en France (et probablement dans le monde, mais je n’ai pas testé) sur la carte Komoot. Mais si cet itinéraire est sur une zone pour laquelle on n’a pas payé, alors il ne sera pas transféré vers Polar Flow. C’est le départ de l’itinéraire qui fait foi (il faut que le départ soit dans une zone achetée). Attention donc quand vous préparerez vos prochaines vacances à ne pas partir l’esprit tranquille avec vos itinéraires sur Komoot. Vérifiez bien qu’ils ont été transférés sur Polar Flow…

Après, il y a un pack Premium à 4,99€ qui débloque quelques fonctionnalités complémentaires, comme le fractionnement d’un itinéraire sur plusieurs jours.

Il faut un peu de pratique pour s’approprier Komoot. A la base, c’est une application faite pour les trajets aller-retour dans le cadre des déplacements domicile-travail. Elle exploite des données de fréquentation (heatmaps), comme Strava, pour créer les meilleurs itinéraires. Mais par défaut elle crée des itinéraires aller ou aller-retour.

Avec un peu de pratique, on peut créer des boucles, en ajoutant un ou plusieurs points de passage. Entre ces points, c’est l’algoritme de Komoot qui sélectionne les tronçons d’itinéraire.

Au final, ça fonctionne bien et on n’a pas besoin de plus de 30 secondes pour créer un itinéraire de vélo de 50km, par exemple.

Dans Polar Flow, les itinéraires en provenance de Komoot sont identifiés par un icone vert, de même que les segments Strava sont identifiés par un icone orange.

En utilisation, un bandeau apparait en haut de l’écran, pour indiquer la venue prochaine d’un virage (dans quelques dizaines de mètres), avec sa physionomie (carrefour en croix, fourche, rond point, etc). Puis une seconde alerte retentit, avec la réapparition du bandeau, au moment de tourner.

Cependant, l’implémentation de Polar n’intègre pas d’écran de profil d’altitude tel qu’on le connait sur les montres GPS Garmin ou Suunto, où l’on peut voir tout le profil de l’itinéraire, ainsi que la position actuelle. Encore un petit détail qui manque en vue d’une utilisation trail.

Sans Komoot, on a toujours la possibilité d’importer un itinéraire GPX, comme ça se faisait jusque maintenant. Dans ce cas, on aura un suivi d’itinéraire le long d’une trace mais sans guidage turn by turn (sans les indications ‘tourne à droite, tourne à gauche’ quoi).

Fuelwise

Polar Grit X FuelWise

FuelWise est un outil d’alimentation et hydratation (non, ça ne fait pas de la Grit X une machine à café). Il y a longtemps qu’on peut programmer des alertes liées aux ravitaillement sur certaines montres GPS (Garmin et Coros), mais l’idée de FuelWise est de rendre ça ‘intelligent’ en intégrant des données physiologiques et non plus seulement des durées fixes.

Pour commencer, FuelWise ne s’active que sur des efforts prévus de plus de 90 minutes. C’est donc un truc qui se programme pour créer une stratégie de ravitaillement. On rentre donc :

  • Durée de l’effort
  • Zone cardio estimée de l’effort
  • Glucides (en grammes) apportés par chaque ravitaillement (combien de glucides dans vos gels ou vos barres)

Et FuelWise calcule le nombre de ravitaillements qui seront nécessaires pour soutenir un tel effort. OK, rien d’extraordinaire jusque là. Mais ça peut déjà servir à prévoir les gels ou les barres pour votre racepack.

Le truc qui m’étonne quand même, c’est que ça se programme dans le menu général, bien avant de choisir un profil sportif. Or, j’avais toujours compris que la dépense énergétique variait en fonction du sport pratiqué (et je pense que vous serez d’accord avec moi).

Ensuite, pendant l’effort, la Grit X calcule le nombre de calories dépensées et FuelWide déclenche une alerte lorsqu’il est temps d’ingérer un peu de carburant. Les alertes seront plus rapprochées lors d’une période en zone 4 qu’une période en zone 2.

Bon, vous pouvez aussi programmer des alertes ravitaillement old school, à intervalles fixes en spécifiant une durée.

Pour l’hydratation, FuelWise ne permet que de programmer des alertes basées sur une durée (genre boire un coup toutes les 20 minutes). C’est dommage. En fait, il faudrait une alliance Garmin-Polar sur ce coup. Garmin a ajouté sur les Fenix 6 une estimation de la sudation. OK, ce n’est qu’une estimation basée sur la météo, nos données corporelles et l’intensité de l’effort. Mais imaginez le potentiel de ça + FuelWise : une alerte qui vous dit quand boire 2 gorgées (par exemple), basée sur cette estimation. Ca sera peut-être toutes les 25 minutes la nuit sur la SaintéLyon et toutes les 9 minutes de jour sur l’UTMB…

En fin de sortie, la Grit X présente le nombre de calories dépensées avec une réparition entre glucides, lipides et protéines.

HillSplitter

Polar Grit X HillSplitter

HillSplitter est un écran spéficique à destination des traileurs qui permet de découper des tronçons de montée ou descente pendant n’importe quelle séance. L’idée est d’afficher à l’écran des données spécifiques à la portion de terrain sur laquelle on se trouve (montée / descente / plat). HillSplitter compte aussi le nombre de montées et de descentes.

L’écran HillSplitter est ajouté dans le paramétrage des profils sportifs dans Polar Flow. L’affichage est dynamique, en fonction de la portion de terrain sur laquelle on se trouve :

  • Ecran plat : allure, distance (du plat)
  • Ecran montée : distance (de la montée), dénivelé (de la montée), allure, numéro de la montée
  • Ecran descente : distance (de la descente), dénivelé (de la descente), allure, numéro de la descente

Par contre, il n’est pas paramétrable. Et ça, c’est bien dommage. Parce qu’il affiche par défaut l’allure instantanée. Je trouve cette info pas très utile. Quitte à avoir un écran spécifique à la montée en cours, j’aurais préféré l’allure moyenne sur la montée ou (mieux) la vitesse ascensionnelle ou encore la puissance. Ca, ça aurait été plus utile.

Ca ressemble plus à l’ascension automatique de Garmin qu’à ClimbPro.

ClimPro (Garmin) s’utilise exclusivement en mode suivi d’itinéraire. Il découpe l’itinéraire en montées et descentes et affiche sur chaque montée les infos spécifiques à la montée en cours, comme le dénivelé total, le dénivelé parcouru ou la vitesse verticale.

L’ascension automatique (Garmin), c’est une fonctionnalité qui permet d’afficher automatiquement un écran de données à la place de l’écran principal dès qu’on dépasse une certaine vitesse verticale. Ca permet d’afficher des données plus centrées autour du dénivelé dès qu’on monte et les données classiques sur du plat.

HillSplitter (Polar) reprend cette idée de réaction à un certain dénivelé. Concrètement, ce n’est pas un outil prédictif comme ClimbPro qui peut être utilisé pour doser son effort. En fait c’est plus un tour automatique basé sur le dénivelé au lieu de la distance et le chrono.

Comparaison HillSplitter

Mise à jour du 1er juillet 2020

L’élément principal de cette mise à jour concerne une évolution des alertes FuelWise (son et vibration) pour les rendre plus visibles. Très bien, c’était un de mes points à améliorer sur la Grit X.

On peut maintenant lancer un Retour départ tout en étant en mode suivi d’itinéraire.

Et accessoirement, la précision GPS a été améliorée en ajustant le logiciel de la puce GPS Sony.

Autonomie

Polar Grit X autonomie

Polar a probablement réutilité la même puce GPS Sony et la même batterie que la Vantage V, aboutissant sans surprise à la même autonomie en enregistrement cardio + GPS : 40h. Cependant, quelques options de paramétrage permettent d’étendre cette autonomie jusqu’à 100h.

On peut effectuer ces paramétrages avant chaque séance de sport et on peut changer de mode en cours d’enregistrement (si vous sentez que ça ne suffira pas pour aller au bout de votre course).

Polar présente plusieurs configurations types :

  • 40h : GPS 1s, cardio optique ON, écran always ON
  • 60h : GPS 1 minute, cardio optique ON, écran always ON
  • 65h : GPS 2 minutes, cardio optique ON, écran always ON
  • 100h : GPS 2 minutes, ceinture cardio (cardio optique OFF), écran extinction auto

A chaque changement de réglage, la Grit X calcule une estimation de l’autonomie en fonction de la charge restante dans la batterie. C’est le même mode de fonctionnement que sur la Suunto 9 ou les Fenix 6.

Bon, vous voyez qu’une bonne partie des gains d’autonomie repose sur une modification de la fréquence d’enregistrement GPS, donc avec une dégradation de la précision GPS (calcul de l’allure instantanée et de la distance). Dans les modes dégradés (1 et 2 minutes), la puce GPS est allumée pendant 15s, le temps de prendre une position, puis éteinte pendant respectivement 45 ou 105s. Perso, ce serait la dernière option d’économie d’énergie que j’activerais. Je préfère activer l’extinction automatique de l’écran et avoir des données fiables que l’inverse. Mais bon, sur la fin d’une course, si vous voyez que ça ne passera pas, alors ça peut être intéressant de passer en mode GPS 2 minutes histoire de pouvoir tenir jusqu’à la ligne d’arrivée.

Notez quand même que Polar ne fait jamais une croix sur le cardio et que le mode 100h inclue bien la mesure de FC par une ceinture cardio (le capteur cardio optique de Polar ayant 10 LED, il consomme probablement un peu plus que ceux des autres marques).

Cependant, en pratique, ma Grit X ne m’annonce que 35h avec le profil de trail. Impossible de monter à 40h même avec une batterie chargée à 100%. Donc je ne sais pas comment Polar arrive à 40h. En désactivant le cardio optique et en activant l’extinction de l’écran, en conservant la meilleure précision GPS, je monte à 42h. Ca permet quand même de faire pas mal d’ultra.

Ensuite, je me suis rendu compte que le gestionnaire d’alimentation est quand même plus limité que celui de Garmin et de Suunto. Comment je le sais ? J’ai activé le mode avion (donc coupé le Bluetooth) et l’estimation d’autonomie ne change pas.

Dans la pratique, j’attire votre attention sur le fait que le guidage turn by turn bouffe de la batterie. Il y a tellement d’alertes (à chaque carrefour) et des vibrations à chaque fois, ben tout ça consomme de l’énergie. Donc en suivi d’itinéraire Komoot, l’autonomie passe d’environ 35h à quelque chose autour de 22h (avec tout le reste d’activé) sur un itinéraire de 66km de vélo.

Et non, la Grit X n’est pas rechargeable en course.

Sans activité sportive, en mode montre connectée, on peut compter sur environ 5 jours d’autonomie, avec un peu de marge (disons 5 et demi), même si Polar annonce 7 jours.

Différences entre Grit X et Vantage V

Polar Grit X turn by turn

D’un point de vue logiciel, la Grit X est construite à partir de la Vantage V, avec l’addition de quelques fonctionnalités nouvelles. Ce choix est déconcertant quand on regarde le placement tarifaire de la Grit X par rapport au prix de lancement de la Vantage V. C’est vrai, ça fait bizarre de voir une montre GPS moins chère qu’une autre alors qu’elle a plus de fonctionnalités.

Il y a quand même 2 fonctionnalités qui restent exclusives à la Vantage V :

  • Recovery Pro
  • Test orthostatique
Comparaison Grit X Vantage V

Champs de donnée

Polar Grit X champs donnée

Distance : total, tour, tour auto

Cadence (running) : instantanée, moy, max

Cadence (vélo) : instantanée, moy, max

Allure : instantanée, moy, max, max tour auto, moy tour auto, max tour, moy tour, graphique

Vitesse : instantanée, moy, max, max tour auto, moy tour auto, max tour, moy tour, graphique

Altitude : instantanée, graphique

Dénivelé : d+, d-

Pente

Heure

Chrono : durée, durée tour, durée tour auto, durée de récupération (natation)

FC : instantanée, moy, max, tour moy, tour max, tour auto moy, tour auto max, graphique (toutes les données de FC sont affichables en pulsations par minute, %FCmax ou %FC réserve(

Calories

Zone cardio

Puissance : instantanée, moy, max, tour moy, tour max, tour auto moy, tour auto max, graphique, équilibre g/d (vélo)

Course à pied (et trail)

Polar Grit X running

Il y a du bon et du moins bon dans l’implémentation du guidage turn by turn par Polar.

Sur l’écran de navigation, j’aime le bandeau en bas qui indique la distance restant jusqu’à l’arrivée.

Le gros point positif, c’est qu’on reçoit les alertes de navigation quel que soit l’écran affiché. On n’est donc pas obligé de conserver l’écran de navigation pour suivre un itinéraire. Ca, c’est top. Ca veut dire qu’on peut évoluer en regardant les données d’un écran quelconque, sans rater le prochain virage.

Concrètement, en plus de la trace visible sur l’écran de navigation, un bandeau apparait en haut de l’écran :

  • Quelques dizaines de mètres avant un point de navigation
  • Juste avant le point de navigation

Contrairement à ce qui se fait sur les Garmin, le bandeau apparait et disparait. Or, personnellement, j’aurais aimé qu’il reste affiché en permanence. Car j’aime bien par exemple savoir que le prochain virage est dans 860m. Dans ce cas, je sais que je n’ai pas trop à me préoccuper de la navigation dans les minutes qui viennent. Mais avec la Grit X, on n’a pas les indications turn by turn avant 50-100 en approche du virage.

L’autre remarque que j’ai à faire trouve probablement son origine du côté de Komoot. On reçoit des alertes de navigation sur tous les carrefours, même s’il faut aller tout droit. Alors là, je suis mitigé. D’un côté, j’avoue que c’est rassurant de pouvoir confirmer qu’il faut aller tout droit. Il arrive parfois, après plusieurs carrefours sans consignes, qu’on puisse stresser un peu en se demandant s’il ne fallait pas tourner avant. Mais d’un autre côté, ça multiplie les alertes, car on reçoit des alertes pour absolument tous les carrefours.

Imaginez une sortie longue avec :

  • 2 alertes de navigation pour chaque carrefour
  • des alertes de tours automatiques tous les kilomètres
  • des alertes FuelWise

Ca devient vite l’enfer…

Si on s’éloigne de l’itinéraire prévu, une alerte ‘mauvaise direction’ retentit.

Comme il n’y a pas de cartographie, il n’y a pas de reroutage en direct, même sur un itinériare de Komoot. C’est-à-dire que si vous vous écartez de l’itinéraire prévu, vous recevrez une alerte mais la Grti X ne vous indiquera pas que chemin prendre pour retourner sur l’itinéraire.

Il manque selon moi 2 choses pour que la navigation de la Grit X soit au standard du marché en 2020.

La première, c’est un écran avec la trace GPS en mode petit Poucet. Un écran qui montre juste le chemin parcouru même lorsqu’on n’a pas lancé de suivi d’itinéraire. Ca pourrait permettre par exemple de retrouver son point de départ.

La seconde, c’est de pouvoir zoomer sur l’écran de suivi d’itinéraire.

HillSplitter n’est pas très réactif. Il faut un dénivelé de 10m pour que HillSplitter se déclenche. Ce qui, en fonction de la pente peut représenter une centaine de mètres de montée. Dans un sens, c’est logique, puisque si le seuil était plus faible, l’écran n’arrêterait pas de changer à la mointe petite bosse. Mais j’ai eu le cas d’une montée de 12m où l’écran HillSplitter affichait ‘plat’ pendant la montée et a basculé en ‘montée’ tout en haut, lorsque j’étais revenu sur du plat.

Je ne suis pas persuadé que Hill Splitter soit d’une grande aide sur une course de trail, car les données à l’écran ne permettent pas de doser son effort (aucun moyen de savoir quand va se terminer la côté). En revanche, c’est un super outil pour ceux qui font du fractionné ou des séries en côte, puisque ça compte le nombre de montées/descentes.

On peut utiliser HillSplitter en même temps que le suivi d’itinéraire. Mais le suivi d’itinéraire n’alimente pas HillSplitter (pas de prédiction sur le dénivelé qu’il reste à parcourir pour arriver en haut de la montée détectée par HillSplitter). A l’usage, ça nécessite quand même de passer d’un écran à l’autre régulièrement :

  • Sur l’écran HillSplitter, pas d’information de guidage
  • Sur l’écran de guidage, pas d’info de HillSplitter.

Sauf si vous utilisez un itinéraire Komoot. Dans ce cas, le bandeau des indications turn by turn peut s’afficher en haut de l’écran HillSplitter.

En fin de sortie, on obtient un tableau des données par ‘tour HillSplitter’. Ca permet de voir les données pour chacune des montées. Même chose dans l’appli Polar Flow. Pour des sorties de fractionné en côte, c’est absolument parfait (et ça n’existe nulle part ailleurs).

En l’état, HillSplitter est plus utile à l’entrainement (et pas forcément qu’aux traileurs mais pour tous ceux qui font des entrainements en côte) qu’en trail (course officielle ou toute sortie en montagne).

Dans l’optique d’un ultra, le truc qui manque, c’est un champ de donnée ‘% batterie’. On peut changer les réglages du gestionnaire de batterie pendant une activité (il faut mettre pause et accéder à la petite molette). Donc ça pourrait permettre de dégrader par exemple la précision GPS dans les derniers kilomètres d’un ultra au cas où la Grit X manquerait un peu de jus. Le problème, c’est qu’il faut pour ça se rendre compte qu’il reste peu de batterie. Donc ce serait bien de pouvoir afficher le pourcentage de batterie restante sur un champ de donnée d’un écran.

A l’usage, je trouve que les alertes FuelWise ne sont pas assez marquées. En gros, on peut les confondre avec n’importe quelle autre alerte, voire ne pas les sentir du tout. Si on combine les alertes de la navigation trun by turn, plus des tours automatiques, plus FuelWise, ben on a vite fait de rater les alertes FuelWise.

En plus, elle ne reste à l’écran que quelques secondes. Concrètement, durant mes tests, je pense que j’ai bien raté la moitié des alertes FuelWise. En termes d’interface, peut-être que ce genre d’alerte devrait rester affichées à l’écran tant qu’on n’a pas appuyer sur un bouton pour confirmer qu’on a pris pris en compte le besoin de se ravitailler. Parce que si quelqu’un se repose sur FuelWise pour gérer sa stratégie de ravitaillement et rate des alertes, ça pourrait avoir des conséquences catastrophiques. Bref, encore un petit ajustement à faire pas mise à jour pour Polar.

Autres sports

Polar Grit X sport

La Grit X possède les 2 modes de natation adaptés à la piscine (sans GPS) et à la nage en eau libre (avec GPS).

Elle peut aussi être utilisée pour le vélo, le VTT et le home trainer (les profils existent), d’autant qu’elle est copatible avec tous les capteurs vélo (cadence, vitesse, puissance) et qu’on peut afficher la vitesse en km/h au lieu de l’allure. Après, fixée sur le guidon ou conservée au poignet, c’est selon votre préférence.

Il y a plus de 100 profils sportifs, en intérieur et en extérieur. Le seul souci, c’est qu’il n’y a rien de vraiment spécifique d’un profil à l’autre. En gros c’est un peu un copier/coller du profil de vélo. Il n’y a pas de comptage des coups de rame pour les sports de rame, pas de comptage des répétitions pour le profil de musculation, etc.

Les modes multisports, qui permettent d’enchainer plusieurs profils dans la même activité sportive, sont les mêmes que sur les Vantage. On trouve donc un mode triathlon et un mode multisports qui permet d’enchainer les profils sportifs à la volée dans l’importe quel ordre (pour peu qu’ils fassent partie des 20 profils présents dans la montre). Ce mode peut être utilisé pour un run & bike ou un swimrun. Il n’y a pas de programmation dans ce mode. On lance l’enregistrement avec un premier profil sportif, une pression sur le bouton Retour marque l’entrée en transition, on choisit le profil suivant et une pression sur Démarrer met fin à la transition (avec décompte du temps de transition).

Précision GPS / cardio / altimètre

La précision GPS de la Grit X est plutôt bonne.

Même sous de grands arbres, les virages sont bien marqués et pas arrondis.

Nouveau passage en forêt sur un petit sentier et la trace GPS de la Grit X colle bien à la réalité. Hazard ou coïncidence, les écarts entre les 3 montres GPS sont les mêmes : la Grit X mesure la distance la plus longue et la Suunto 9 la plus courte. C’est surprenant parce que c’est le plus souvent la Fenix 6X qui coupe dans les virages.

On passe cette fois sur une grosse montée en forêt. Là, je dirais même que c’est la Grit X qui a produit la trace GPS la plus propre.

Cette fois, j’ai aussi ressorti la Vantage V, pour faire la comparaison avec la Grit X. Et on se rencontre qu’elles ont toutes les 2 mesuré exactement la même distance, même si les traces GPS ne se superposent pas exactement. Mais c’est celle de la Grit X qui est le plus sur le chemin.

Je n’ai eu besoin que d’un test de précision avec les modes GPS dégradés pour me faire une idée. Il faut savoir qu’il y a plusieurs façons de fonctionner à partir du moment où l’on augmente l’intervalle entre 2 prises de position GPS.

La meilleure, c’est le FusedTrack de la Suunto 9. La montre reconstruit une trace avec l’accéléromètre et la boussole.

Il y a celle de l’UltraTrack de Garmin, où la montre essaie de reconstruire une trace avec l’accéléromètre et la boussole mais n’y arrive pas très bien.

Et puis il y a celle de la Grit X : celle qui consiste à ne rien reconstruire du tout et à tirer des traits entre 2 points GPS. Techniquement, Polar a opté pour un mode de fonctionnement hybride. On le voit très bien en analysant le contenu du fichier GPX.

La Grit X enregistre au départ une position GPS toutes les secondes. Puis, au bout de 9 minutes, elle bascule à une fréquence de 1 point toutes les minutes.

Précision Grit X éco départ

A partir de ce moment-là, elle tire des tout droit. Ca aboutit à des erreurs significatives dans la mesure de la distance. Un mode GPS 5s aurait été plus performant. Mais la puce GPS Sony est déjà tellement économe en énergie que je pense que l’économie a dû être jugée comme trop faible par les équipes de Polar.

Précision Grit X éco virage

A vélo, la Grit X a tendance à sousvirer dans les virages. Ca se voit sur la trace GPS. Je meroulais de haut en bas et on voit bien qu’a chaque virage de 90 degrés, la trace bleue sort un peu sur l’extérieur du virage. Alors c’est peut-être ça qui explique les 200m de trop, alors que la montre GPS et le compteur que j’avais ce jour-là ont fait la même mesure.

On passe maintenant à la précision du capteur cardio optique. Est-ce que les LED oranges plutôt que vertes changent quelque chose ?

On commence par une sortie running à allure relativement constante. Bon, ben c’est plutôt classique pour un capteur cardio optique. La Grit X est généralement dans la bonne zone cardio, à part un passage de plusieurs minutes vers la 20e minute et quelques pics après 45.

Et si on rajoute la Vantage V pour voir la différence.

Une autre, pour vérifier que la fréquence cardio est bien relevée toutes les secondes quand l’enregistrement GPS est réglé à la minute (mode ultra). La courbe se comporte un peu trop en dents de scie, alors que la courbe de référence de la ceinture cardio est assez plate.

Allez, on passe en trail, avec un peu plus de montées et descentes.

On retrouve ce comportement en dents de scie, même si l’allure générale ressemble à la référence. Le suivi en fin de séance est meilleur mais globalement c’est pas top sur ce coup-là.

On monte encore en intensité. C’est presque un bon suivi, sauf pour les 2 montées à 180. C’est presque dommage parce que le capteur de la Grit X réagit super vite à la première montée et la première descente mais rate le sommet de la bosse.

Par contre, la Grit X m’a épaté à vélo. D’habitude les capteurs cardio optiques donnent des résultats assez mauvais à vélo mais là, c’est presque mieux qu’en course à pied.

Côté altimètre maintenant ? Aucun problème. Voici une montée de terril.

A vélo, c’est pareil. Sur toutes mes sorties en 2020, le compteur Karoo a sous-estimé le dénivelé. Donc sur cette sortie, je fais confiance à la Fenix 6X Pro et la Grit X.

Pour la première fois, j’ajoute un paragraphe à cette section précision : la puissance en course à pied. J’ai voulu comparer les données produites par la Grit X et la Vantage V. Elles doivent en principe utiliser le même algorithme et prendre en compte les mêmes facteurs. Donc la comparaison permet de voir si c’est fiable ou au contraire aléatoire. Ben ça matche bien.

Activité quotidienne

Polar Grit X activité

Polar reste orienté vers la pratique sportive. C’est pourquoi le widget de suivi d’activité n’indique pas la progression vers un objectif de nombre de pas mais vers un objectif d’activité basé sur le niveau de pratique sportive et les habitudes quotidiennes au travail.

Après, si on ouvre ce widget pour afficher les détails, on trouve :

  • Nombre de pas
  • Temps d’activité
  • Calories dépensées

Le capteur cardio optique peut bien évidemment être utilisé pour enregistrer la fréquence cardiaque 24h/24. Mais par défaut, ce mode de fonctionnement est désactivé. On peut donc choisir entre enregistrer la fréquence cardiaque 24h/24 ou juste la nuit. Dans ce dernier cas, ça économise la batterie, tout en permettant quand même de mesurer la récupération et la fréquence cardiaque au repos. Je trouve ça bien pensé.

La Grit X hérite de l’analyse du sommeil la plus poussée du marché. Le suivi du sommeil Nightly recharge nécessite 3 nuits d’enregistrement avant de fonctionner en rythme de croisière. Elle se décompose en 2 volets :

  • Les phases de sommeil
  • La récupération sportive

Le statut du sommeil analyse le sommeil au travers du temps :

  • Heures de coucher/lever
  • Durée dans chaque phase (sommeil léger, profond, paradoxal)
  • Nombre de cycles de sommeil
  • Interruptions

La récupération se base sur l’analyse de la variabilité de fréquence cardiaque et du rythme respiratoire pour mesurer la qualité du sommeil.

Serene, c’est le nom du guide de respiration (avec objectif de relaxation). On règle la durée totale, la durée d’inspiration et la durée d’expiration. Puis on se laisse guider. Il n’y a pas de suivi du stress 24h/24.

Montre connectée

Polar Grit X montre connectée

Polar est encore un peu léger dans ce domaine.

Le choix des watchfaces se limite pour le moment à 2 options :

  • 1 écran à aiguilles
  • 1 écran numérique (heure affichée avec des chiffres)

Il est possible d’afficher la météo sur la watchface. Et là, je trouve que c’est bien fait et bien pratique. C’est devenu ma watchface préférée. Ces données météo ne proviennent pas du baromètre de la montre mais du smartphone. Il faut donc faire une synchronisation de temps en temps.

Quant au reste, ça se limite aux smart notifications. Pas de lecteur de musique, ni de paiement sans contact, ni de rappels de calendrier. La Grit X est une montre de sport, un minimum connectée. Ce n’est pas une critique, de nombreux sportifs ne recherchent pas plus.

Les notifications ne sont d’ailleurs pas visibles pendant une activité sportive. Ca ne sera pas un problème pour la majorité des sportifs mais perso, ça me dérange un peu. Il y a eu une période (lorsque j’avais 2 enfants en très bas âge), où j’appréciais le fait de recevoir les notifications pendant mes séances de sport. Ca me permettait de voir si ma femme m’envoyait un message ‘au secours’ parce qu’elle ne s’en sortait plus à la maison.

Un point rouge apparait en bas de l’écran lorsqu’une notification arrive. Il faut ensuite balayer vers le haut pour l’afficher (ça permet d’assurer la confidentialité des messages). Parfois, elle part un peu en live, en me renvoyant certaines notifications après une déconnexion/reconnexion Bluetooth.

Conclusion du test

Polar Grit X avis

Polar amis le paquet pour entrer sur le marché du trail : navigation turn by turn, écran HillSplitter spécifique au dénivelé et tarif agressif. A l’issue de ce test, je n’ai aucun problème à recommander la Grit X à un traileur moyen.

L’orientation trail de la Grit X reste une ‘orientation’ et il lui manque encore quelques fonctionnalités que des montres GPS outdoor plus matures (mais plus chères), comme la Fenix 6 ou la Suunto 9, possèdent. Je pense par exemple à :

  • Un champ de donnée de vitesse ascensionnelle
  • Une version avec une vitre en saphir (pour se prémunir des rayures)
  • Des widgets accessibles hors activité sportive : boussole, baromètre, altimètre, température
  • Trace petit Poucet
  • Zoom sur l’écran de navigation
  • Afficher les coordonnées GPS

Voilà, il reste plus qu’à ce que quelqu’un de Polar recopie cette liste, chacun de ces points faibles pouvant être réglé par une mise à jour.

C’est une montre GPS parfaite pour le marathonien qui veut se mettre au trail, ou pour le triathlète sur Ironman qui veut assurer son plan de ravitaillement.

D’un point de vue du rapport fonctionnalités/prix, la Grit X est une super montre GPS de trail, tout comme la Vantage M est une super montre GPS de triathlon. Ce qui va être intéressant, dans les mois à venir, c’est de voir ce que Polar peut/va ajouter par mise à jour pour transformer l’essai.

Vous avez trouvé ce test utile ? Soutenez le blog en commandant chez un partenaire.

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat de matériel sportif et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Polar Grit X noireBouton commander i-run
Polar Grit X blancheBouton commander i-run
Polar Grit X kakiBouton commander i-run
Polar H10Bouton commander i-run
Protection d’écranBouton commander amazon

5 commentaires

  • Jérôme L.

    “Sans activité sportive, en mode montre connectée, on peut compter sur environ 5 jours d’autonomie, avec un peu de marge (disons 5 et demi), même si Polar annonce 7 jours.”
    Plutôt 4 jours (et demi au plus), 20 % par jour hors activité, et à 10 % il faut recharger au risque de ne pas avoir le nightly recharge.
    Polar a un travail d’optimisation à effectuer par rapport au synchronisation et à l’éclairage de l’écran par rotation du poignet qui doivent drainer énormément la batterie, peut-être plus que le FC en continue d’après mes constatations.
    Super article, tout est dit

  • Jaouen

    Elle est aussi plus belle à porter que beaucoup de ses concurrentes.

  • Giovanni

    Oui @polar_France … fait remonter aux développeurs à Oulou parce que cette conclusion est la bonne !

  • Fabrice Gabriel

    Bonjour, je viens de faire une comparaison sur une balade en VTT de 10 kms entre la Grit X, la Honor Magic Watch 2 et la ceinture cardio Wahoo tickr. Je suis resté bouche bée. La Grit X a un score honorable mais la Honor est pratiquement un copier coller de la ceinture cardio. Comment est ce possible ? 300€ de moins pour un résultat meilleur ? Du coup dois je garder la Grit X ? Vaste débat… dommage qu’on ne sait pas poster les photos…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.