Test Fenix 5 Plus : le nec plus ultra de la montre GPS

Test Fenix 5 Plus
 

La communauté (et du contenu complémentaire) sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Youtube, Instagram ou Pinterest.

Garmin a fait une nouvelle entorse à son plan bien rodé visant à sortir une nouvelle version de sa montre GPS à succès, la Fenix 5 Plus. Après l’absence de Fenix 4 en 2017, la marque américaine a délaissé le traditionnel rendez-vous du CES 2018 pour annoncer la Fenix 5 Plus début juin, tout juste 3 jours après la Vivoactive 3 Music.

Bien que la Fenix 5 Plus ressemble fortement à la Fenix 5, elle intègre plusieurs fonctionnalités très demandées par les utilisateurs (notamment le lecteur de musique, la cartographie et Galileo). Et la Fenix 5X Plus élargit encore son éventail de capteurs avec un oxymètre de pouls pour mesurer la saturation sanguine en oxygène.

Tout ça en fait une montre cardio GPS largement améliorée à peine plus d’un an après la sortie de la version précédente, corrigeant également quelques défauts hardware (design de l’antenne ANT+/BT et écran réduit de la Fenix 5S). On se demande pourquoi Garmin n’a pas simplifié les choses en l’appelant Fenix 6.

C’est en fait un trio Fenix 5 Plus, Fenix 5S Plus et Fenix 5X Plus qui est venu s’ajouter à la large gamme de montres GPS Garmin. Le logiciel étant commun, tout ce que vous lirez dans ce test s’appliquera aux 3 modèles.

 

Un mot sur les différentes versions de Fenix 5 PlusFenix 5 Plus présentation

Pour commencer, la différence la plus visible se fait sur le format du boitier des Fenix 5 Plus, Fenix 5S Plus (plus petite) et Fenix 5X Plus (plus grosse).

Fenix 5 Plus

  • Taille du boitier : 47mm
  • Epaisseur : 15,8mm
  • Poids : 86g (version de base)
  • Largeur bracelet : 22mm
  • Verre ou saphir

Fenix 5S Plus

  • Taille du boitier : 42mm
  • Epaisseur : 15,4mm
  • Poids : 65g (version de base)
  • Largeur bracelet : 20mm
  • Verre ou saphir

Il faut noter que l’écran de la Fenix 5S Plus est plus grand que celui de la Fenix 5S (28mm) et fait désormais la même taille que celui de la Fenix 5 Plus (30,5mm). Ce qui pourrait passer pour une toute petite amélioration fait en fait une grosse différence quand il s’agit de consulter des cartes, car ça donne une surface qui a augmenté de presque 20%.

Fenix 5X Plus

  • Taille du boitier : 51mm
  • Epaisseur : 17,5mm
  • Poids : 96g (version de base)
  • Largeur bracelet : 26mm
  • Saphir uniquement

Au total, si l’on ajoute les versions Sapphire, Titanium et les différents coloris, il n’y a pas moins de 15 versions différentes. On déplorera tout de même le nombre réduit de versions de base face aux versions Sapphire plus chères (jusqu’à 1149€).

 

Présentation de la Garmin Fenix 5 PlusFenix 5 Plus itinéraire

Elle remplace : Fenix 5

Au-dessus dans la gamme : Fenix 5X Plus

En-dessous dans la gamme : Fenix 5X

Si vous n’êtes pas déjà possesseur d’une Fenix 5, il y a des chances pour que vous ayez du mal à distinguer les différences de la Fenix 5 Plus : 0,3mm plus épaisse et 1g plus lourde. La lunette a été légèrement redesignée, en conservant les 5 vis apparentes, lui donnant désormais plus de caractère. Mais le style général n’a pas changé, aboutissant à une montre qu’on pourra porter aussi bien au bureau qu’en boite de nuit (du moins tant qu’elle n’aura pas ramassé trop d’éraflures).

L’écran est peut-être la seule déception à la lecture des caractéristiques. Il n’a pas changé par rapport à la génération précédente et on reste sur une résolution de 240 x 240 pixels. Vu ce qui se fait ailleurs sur le marché des montres connectées pour le sport (320×300 pour l’Amazfit Stratos, les Suunto Spartan et la Casio Protrek Smart), c’est assez décevant. Ca l’est encore plus lorsqu’il s’agit de consulter dans le détail des cartes topographiques.

L’interface n’a pas changé, Garmin ayant conservé l’usage de 5 boutons, faisant l’impasse sur l’écran tactile. Là encore, autant j’abonde dans le sens de ceux qui trouvent que le tactile n’est pas pratique en course ou lorsqu’il est mouillé (surtout en natation), autant je trouve ça largement plus pratique que d’appuyer à de multiples répétitions sur 3 boutons pour se déplacer et zoomer sur la carte. J’aurais personnellement apprécié un écran tactile, avec possibilité de le verrouiller, voire pourquoi pas de le désactiver dans certains modes sportifs (genre les modes natation et des profils perso que j’utiliserais sur des courses).

A l’arrière, le capteur cardio optique et le connecteur du câble USB n’ont pas changé. Hé oui… Ca veut donc dire qu’il sera toujours impossible de porter la Fenix 5 Plus au poignet en même temps qu’on la recharge. Ce n’est pas forcément un drame, ça ne concerne qu’une niche d’acheteurs potentiels qui font de l’ultra, mais c’est un détail à noter.

Puisqu’on parle d’autonomie, sachez qu’il y a du mieux et du moins bon, en fonction des modèles. Pour rappel, les Fenix 5 et 5X affichaient 24h d’autonomie et la Fenix 5S 14h. En enregistrement GPS 1s, on devrait pouvoir compter sur :

  • 11h pour la Fenix 5S plus (quelle déception pour une montre outdoor)
  • 18h pour la Fenix 5 Plus (déception encore, -25%)
  • 32h pour la Fenix 5X Plus (+33% !)

Attention, si l’on ajoute la musique au GPS, on n’est plus du tout sur les mêmes bases :

  • 4h pour la Fenix 5S Plus (déception bis, c’est moins que pour la Forerunner 645 Music et la Vivoactive 3 Music)
  • 8h pour la Fenix 5 Plus
  • 13h pour la Fenix 5X Plus (c’est de loin le record du marché !)

Je crois que c’est la première fois dans le test d’une montre GPS Garmin que je confirme ces chiffres théoriques par des essais pratiques. C’est donc avec un immense plaisir que je vous confirme que votre Fenix 5 Plus devrait bien tenir 18h en mode GPS + Galileo + cardio optique et 7/8h en y ajoutant le lecteur de musique.

L’excellent système QuickFit d’accroche rapide des bracelets fait qu’on peut passer en quelques secondes d’un bracelet silicone pour le sport à un bracelet cuir, métal ou d’une autre couleur. Mais attention, les bracelets ne sont pas compatibles entre les boitiers 5 Plus/5S Plus/5X Plus. Par contre, ils sont compatibles avec leur équivalent de la génération précédente. Vérifiez bien la largeur avant d’en acheter un autre. Comme les tiges restent en place lorsqu’on retire le bracelet, ça veut aussi dire qu’on peut le remplacer facilement (sans outil) par un bracelet NATO nylon 1 pièce (mais dans ce cas le capteur cardio optique sera masqué). Le bracelet silicone s’use rapidement, les premières traces d’usure apparaissent au bout de 3 semaines.

La panoplie traditionnelle de capteurs (GPS, GLONASS, accéléromètre, gyroscope, boussole, thermomètre, baromètre, capteur optique de fréquence cardiaque) s’est encore enrichie d’une compatibilité avec Galileo sur tous les modèles et d’un oxymètre de pouls sur la Fenix 5X Plus uniquement.

L’intégration de Galileo par le leader américain des montres GPS est plutôt un bon signe pour les utilisateurs que nous sommes (d’autant que Garmin a activé la compatibilité Galileo sur les Fenix 5/5S/5X et Forerunner 935 par une mise à jour logicielle en cours de déploiement). Cependant, il faut se rappeler que le système de positionnement par satellite Galileo ne sera pleinement opérationnel qu’en 2021. N’en faites donc pas un argument d’achat en 2018.

En plus du géopositionnement, la Fenix 5 Plus permet d’accéder aux cartes topographiques (avec les routes, les chemins, les forêts, etc) de toute l’Europe (pour les montres achetées en Europe), qui sont enregistrées dans sa mémoire interne. En complément, les 16Go de mémoire permettent d’ajouter des cartes presque à volonté (tirées d’OpenStreetMap par exemple).

La mémoire interne est également utilisée pour stocker de la musique au profit du lecteur de musique intégré. Cette fonctionnalité est arrivée tardivement sur les montres GPS Garmin (Forerunner 645 Music fin 2017) mais s’est développée à vitesse grand V en 2018, pour offrir une panoplie de 5 montres (Forerunner 645 Music, Vivoactive 3 Music, Fenix 5 Plus, Fenix 5S Plus et Fenix 5X Plus). Une application Deezer est annoncée sur Connect IQ, sans qu’on ait de date précise.

Les fonctionnalités de la Fenix 5 Plus sont si fournies qu’il a fallu mettre un peu d’ordre dans cet article de test. Rendez-vous plus bas pour des paragraphes spécifiques sur Galileo, la musique et la cartographie.

Comme pour la musique, la solution de paiement sans contact Garmin Pay se retrouve sur de plus en plus de montres GPS Garmin. Depuis la sortie de la Vivoactive 3, elles ont toutes intégré cette fonctionnalité (Forerunner 645, Forerunner 645 Music, Vivoactive 3 Music, Fenix 5 Plus, Fenix 5S Plus, Fenix 5X Plus).

L’interface n’a pas beaucoup changé, avec un menu de contrôle personnalisable (appui long sur le bouton Light), des raccourcis boutons configurables et de nombreux widgets que l’on peut afficher ou masquer et dont on peut changer l’ordre :

  • Heure
  • Fréquence cardiaque : affiche la fréquence cardiaque instantanée ainsi qu’un tracé du cardio sur les 4 dernières heures. Un appui sur Start bascule sur un 2e écran qui donne la fréquence cardiaque au repos sur les 7 derniers jours.
  • Statut d’entrainement : un appui sur Start permet d’accéder à plusieurs écrans complémentaires : VO2max, temps de récupération, charge d’entrainement sur les 7 derniers jours, seuil lactique, prédiction des temps de course.
  • Dernier sport : un appui sur Start ouvre le journal d’activités.
  • Musique : permet de piloter le lecteur de musique (choix de la source, connexion du casque audio, commandes musicales).
  • Ma journée : résumé des données de suivi d’activité quotidienne (pas, calories et étages) et des activités sportives enregistrées.
  • Altimètre, baromètre, boussole : un appui sur Start affiche l’altitude sur les 4 dernières heures, la pression atmosphérique sur les 6, 12, 24 ou 48 dernières heures, boussole.
  • Calendrier : un appui sur Start permet de faire défiler tous les événements.
  • Smart notifications : un appui sur Start permet d’arriver aux détails des notifications.
  • Météo

Maintenant, ceux que je n’utilise pas :

  • Stress
  • Dernière course
  • Dernier parcours vélo
  • Dernière nage
  • Golf
  • Nombre de pas
  • Etages gravis
  • Calories
  • Minutes d’intensité
  • Altimètre
  • Baromètre
  • Boussole
  • Température
  • Lever/coucher de soleil
  • DogTrack
  • VIRB
  • Autres fuseaux horaires
  • inReach
  • Xéro

Il n’en manque qu’un, selon moi, toujours le même : un widget chronomètre/compte à rebours (même si on peut y accéder depuis le menu de commandes). Pour s’y retrouver, Garmin a ajouté un élément visuel sur le côté de l’écran, qui affiche un point pour chaque widget et permet de voir où l’on se trouve par rapport à l’écran d’heure. Pas très joli et pas très utile dans la mesure où l’on ne navigue que sur 1 dimension (soit vers le haut, soit vers le bas).

Les profils sportifs sont toujours aussi nombreux :

  • course à pied, trail, tapis de course, piste
  • vélo, VTT, home trainer
  • natation en piscine, en eau libre
  • marche, randonnée
  • triathlon, multisports, swimrun
  • ski de descente, de fond, snowboard
  • SUP, aviron, rameur en salle, kayak
  • golf
  • musculation
  • yoga, cardio, stepper, vélo elliptique
  • jumpmaster, tactique
  • bateau
  • autre = créer un profil perso

A mon goût, il en manque encore un, toujours le même : le ski de randonnée…

La Fenix 5 Plus fait partie de la nouvelle génération de montres GPS Garmin qui supportent à la fois les capteurs ANT+ et Bluetooth, même s’ils ne sont pas de marque Garmin. Et la liste est longue :

  • Casques audio
  • Capteurs cardio : ceinture (y compris les ceintures HRM-Swim et HRM-Tri qui vont dans l’eau), brassard cardio optique
  • Capteurs course à pied : footpod, puissance, running dynamics pod
  • Capteurs vélo : vitesse, cadence, puissance
  • Caméra VIRB
  • Capteur de température Tempe
  • Dérailleur électrique
  • Radar arrière vélo
  • Lumières connectée vélo

On peut enregistrer sans problème plusieurs capteurs du même type. Ainsi, on peut utiliser un brassard cardio ou une ceinture cardio lorsque nécessaire, mais les fous de stats pourront aussi équiper différents vélos avec différents capteurs.

Attention, pour obtenir les 6 advanced running dynamics (analyse de la foulée), il faut obligatoirement un des accessoires suivants : HRM-Run, HRM-Tri, Running dynamics pod.

En plus de ça, le Wifi est désormais de série. C’est-à-dire qu’il existe 3 possibilités pour faire une synchronisation : par câble USB avec un ordinateur, par Bluetooth avec un téléphone et par Wifi avec une box.

La Fenix 5 Plus intègre 12 algorithmes de Firstbeat alimentés par les données des capteurs de la montre. Ce sont des mesures physiologiques qui aident à programmer et gérer ses entrainements. Aucune montre cardio GPS sur le marché n’en possède plus.

  • Statut d’entrainement
  • VO2max
  • Charge d’entrainement
  • Seuil lactique
  • Functional threshold power (FTP)
  • Condition de performance
  • Training effect 2.0 : aérobique et anaérobique
  • Temps de récupération
  • Test de stress
  • Niveau de stress et récupération
  • Calories brûlées

Les 5 premiers indicateurs sont accessibles à tout moment à partir du widget Statut d’entrainement. La condition de performance prend la forme d’une alerte vers 6-8 minutes après le début d’une activité. Les 2 suivants font partie des analyses post-entrainement. Les 3 derniers participent au suivi 24h/24 de l’activité quotidienne.

Si vous partez de rien (c’est-à-dire si vous n’avez pas déjà une montre GPS compatible TrueUp Physio), il faudra commencer par faire 2 sorties en course à pied (pas en trail) avec capteur cardio (ça peut très bien être le capteur cardio optique) ou à vélo (dans ce cas il faudra un capteur de puissance en plus) pour mesurer le VO2max. Ensuite, il faudra patienter 1 semaine pour obtenir toutes les infos du widget Statut d’entrainement.

Si vous avez déjà un appareil compatible TrueUp Physio (c’était mon cas après le test de la Forerunner 645), ces infos sont transférées après une synchro. C’est à ça que sert TruUp Physio, à synchroniser les données physiologiques entre plusieurs appareils (comme 1 montre cardio GPS et 1 compteur vélo).

Enfin, Garmin a amélioré le suivi d’itinéraire sur profil d’altitude. Avant, on pouvait visualiser la progression le long d’un itinéraire en vue « 3d » avec les montées et les descentes. La fonctionnalité ClimbPro va rendre cette vue plus lisible et plus exploitable en affichant chaque montée une par une, les unes après les autres.

Le suivi des segments Strava en direct se fait toujours (aussi bien en vélo qu’en course à pied), avec une détection automatique dès que vous en approchez et un écran spécifique pour vous donner l’avance ou le retard par rapport au record. C’est sympa pour pimenter certaines sorties et chasser les records.

 

Champs de donnéeFenix 5 Plus écran

Temps : durée, durée moy circuit, destination finale, prochain waypoint, circuit, d’arrêt, dans zone, intervalle, total pour plusieurs sports repos (natation)

Distance : parcourue, circuit, dernier circuit, jusqu’au waypoint, par coup de rame, par mouvement (natation), nautique, restante

Allure : instantanée, moy, circuit, dernier circuit, intervalle

Cardio : instantanée, moy, circuit, instantanée intervalle, zone, %FC max intervalle, max intervalle, moy intervalle, % FC max, %FC max circuit, %RFC (réserve de fréquence cardiaque), %RFC circuit, %RFC moy

Altitude : baro, GPS, max, min

Dénivelé + : total, circuit, dernier circuit, max, moy

Dénivelé – : total, circuit, dernier circuit, max, moy

Vitesse verticale

Pente

Cadence (vélo) : instantanée, circuit, dernier circuit, moy

Cadence (running) : instantanée, circuit, dernier circuit, moy

Calories

Cap : boussole, GPS

Circuit : nombre de circuits réalisés

Condition physique

Soleil : lever, coucher

Coups de rame : total, circuit dernier circuit, fréquence, fréquence circuit, fréquence dernier circuit

Foulée : longueur, longueur circuit, longueur moy

Oscillation verticale : instantanée, moy, circuit

Temps de contact au sol : instantané, circuit, moyen

Equilibre temps de contact au sol : équilibre G/D, équilibre G/D circuit, équilibre G/Dmoy

Rapport vertical : instantané, circuit, moyen

Taux plané : instantané, circuit, moyen

Allure (natation) : 500m, moy 500m, 500m circuit, dernière longueur

Type de mouvements (natation) : dernière longueur, intervalle

Mouvements (natation) : total, total circuit, total dernier circuit, dernière longueur, circuit, dernier circuit, moy, intervalle, fréquence, fréquence moy, nombre/longueur, nombre/longueur intervalle

SWOLF : dernier circuit, dernière longueur, moy, intervalle, circuit

Heure : locale, arrivée destination finale, arrivée waypoint

Position : latitude, longitude

Longueurs (natation) : nombre, intervalle

Température : instantanée, max 24h, min 24h

GPS : intensité signal

Batterie : niveau de charge

PCO

Pression : ambiante (non étalonnée), barométrique (étalonnée)

Relèvement

Training effect : aérobie, anaérobie

Training stress score

Vitesse : instantanée, circuit, dernier circuit, moy, max, nautique

Pédalage : efficacité, équilibre G/D, équilibre G/D circuit, équilibre G/D moy, équilibre G/D moy 3s, équilibre G/D 10s, équilibre G/D 30s, fluidité

Puissance (vélo) : instantanée, circuit, dernier circuit, max, max circuit, moy, moy 3s, moy 10s, moy 30s, rapport poids/puissance, zone

FTP : %FTP

Oxygénation musculaire : O2 musculaire, %saturation O2 musc

Dérailleur : pignon arrière, plateau avant, combinaison, rapport de transmission

Di2 : batterie

Phase de puissance à gauche/à droite : PP, PP circuit, PP moy, PPP, PPP circuit, PPP moy

Normalized power (NP) : instantané, circuit, dernier circuit

Temps assis (vélo) : total, circuit

Temps en danseuse (vélo) : total, circuit

 

Course à piedFenix 5 Plus running

L’interface a légèrement changé au moment de lancer l’enregistrement d’une activité. Avant, on choisissait un profil sportif et on attendait le signal GPS en regardant se compléter un cercle autour de l’écran (d’abord rouge, puis orange et vert quand le signal était acquis). Sur la Fenix 5 Plus, le cercle a été réduit à un arc de cercle en haut de l’écran. OK, ça change rien du tout. L’autre amélioration est plus utile car elle améliore l’ergonomie. On peut accéder aux options pendant la recherche des satellites par un simple appui du bouton Haut. On accède ainsi directement à :

  • Sélection d’itinéraire (enregistrés, précédentes activités ou en boucle)
  • Paramètres du profil sportif
  • Entrainement
  • Navigation
  • Icônes indiquant le niveau de batterie, la connexion Bluetooth, l’état des capteurs (GPS, cardio et éventuellement plus)

Je ne sais pas quelle est la source de cet entêtement, mais Garmin persiste à limiter l’affichage de ses Fenix 5 Plus à 4 champs de données par écran. Dans le même style, on est toujours limité à 2 champs de donnée issus de Connect IQ par profil sportif. Par contre, la nouveauté absolument géniale, c’est qu’on peut maintenant afficher 1 ou 2 champs de donnée par-dessus la carto. Perso, j’ai opté pour l’affichage de la distance. On pourrait aussi affiche sur le 2e champ le temps estimé pour finir l’itinéraire (ETE).

Les outils à disposition pour programmer des entrainements forment une panoplie complète :

  • Programmation de séances complexes à partir de Garmin Connect
  • Création de séances d’intervalles du type temps/durée d’effort, temps/durée de repos, nombre de répétition
  • Définition d’objectifs : distance, distance et temps, distance et allure
  • Course contre une activité précédente
  • Calendrier d’entrainement à partir de Garmin Connect
  • Segments
  • Test guidé de seuil lactique

En plus de tout ça, il est possible de configurer des alarmes basées sur :

  • La fréquence cardiaque (limite haute et limite basse)
  • L’allure (limite haute et limite basse)
  • Le temps
  • La distance
  • L’altitude
  • Certaines métriques (cadence, puissance, etc)
  • Les calories

L’allure instantanée est plus fiable sur la Fenix 5 Plus que sur la Fenix 5. C’est probablement un effet indirect de l’amélioration de la précision GPS (voir ci-dessous le paragraphe sur le sujet).

L’analyse post-run est déjà très complète sur la montre (je ne parle même pas des possibilités de Garmin Connect). On a tout un tas de données comme la distance, le dénivelé, le temps, l’allure moyenne ; des graphiques pour les temps dans les zones cardio ; des écrans spécifiques pour le training effect, le temps de récupération, l’éventuelle détection d’une FCmax, FCseuil ou amélioration de VO2max, les records.

 

VéloFenix 5 Plus GroupTrack

Tous les autres profils sportifs se comportent de façon similaire au profil Course à pied. Sauf les 2 profils de natation (piscine et eau libre) qui sont vraiment particuliers.

La double connexion Bluetooth/ANT+ pour les capteurs et l’énorme quantité de données disponibles raviront également les cyclistes. La Fenix 5 Plus est utilisable avec tous les accessoires possibles et imaginables et permet des analyses très poussées.

J’ai testé la fonctionnalité GroupTrack (voir photo qui illustre ce paragraphe) sur une sortie à vélo avec un pote équipé d’une Fenix 5X Plus. C’est une extension du LiveTrack qui permet de voir sur l’écran de la montre la position de tous vos amis équipés en Garmin qui font la même sortie que vous. Bon ça, c’est la théorie. Dans la pratique, le rythme de rafraichissement est plus proche de la minute que de la seconde. Résultat : mon pote avait 200m d’avance alors que la flèche bleue indiquant ma position venait de dépasser la pastiblle bleue indiquant sa position. Bref, pas forcément au point.

 

NatationFenix 5 Plus natation

La Fenix 5 Plus est tout aussi complète en natation qu’en course à pied. La panoplie des métriques spécifiques à la natation est la plus large disponible sur le marché. Et elle permet également de programmer des séances d’entrainement, exactement comme pour une séance de fractionné en course à pied.

Une fois dans l’eau, un écran de résumé s’affiche automatiquement lors des pauses. Et il est possible de rentrer manuellement les séries qui ne sont pas détectées automatiquement (typiquement les longueurs en planche) grâce au mode drill.

 

Autres sportsFenix 5 Plus outdoor

L’avantage de la gamme des Garmin Fenix par rapport à la concurrence, c’est la quantité de métriques spécifiques qu’on peut utiliser dans ces profils sportifs. Par exemple, il existe des métriques sur l’utilisation de rames, qui permettent plus d’analyses sur les sports comme le stand up paddle, l’aviron ou le kayak. C’est-à-dire que le profil SUP n’est pas juste un profil un profil course à pied avec un nom différent. On peut vraiment faire une configuration et des statistiques propres à ce sport.

La cartographie en mémoire augmente encore les possibilités offertes en termes de navigation et outdoor. Mais il faut être honnête : plus on va vite et plus c’est difficile à utiliser. En course à pied, c’est limite et ça oblige parfois à s’arrêter. A vélo, ça sert à confirmer qu’on est bien sur la bonne route, mais il est impossible de chercher son chemin. Cela dit, avec le guidage ‘turn by turn’, la Fenix 5 Plus vous indique la distance du prochain virage et la forme du virage. Ca, c’est absolument génial.

 

Cartographie et navigationFenix 5 Plus cartographie

La cartographie, ce n’est pas nouveau chez Garmin. Ce qui est nouveau, c’est qu’elle n’est plus réservée à un seul modèle dans la gamme (le plus cher). C’est une fonctionnalité standard sur toutes les Fenix 5 Plus/5S Plus/5X Plus. Attention lors de l’achat de votre montre, notamment si vous cherchez des promos à l’étranger, car toutes les Fenix 5 Plus ne sont pas livrées avec les mêmes cartes. Il faut acheter sa montre en Europe pour qu’elle soit chargée avec la cartographie de l’Europe.

Au besoin, il reste de la place dans la mémoire pour ajouter des cartes supplémentaires. Garmin propose différents jeux de cartes en vente sur leur site (assez cher). Lors de mon test de la Fenix 5X, j’avais trouvé une carto sympa, riche en sentiers, qui revenait à 11€ pour couvrir toute la France (1,5Go). Je ne me suis pas arrêté là et j’ai continué de chercher encore mieux cette année. Et j’ai trouvé !

J’ai téléchargé la carte Topo summer de Frikart.no, basée sur OpenStreetMap et gratuite. Cerise sur le gâteau, j’ai également téléchargé le calque Trails – overlay map qui ajoute des données sur les sentiers. Ce n’est pas une carte en soi, mais un calque qui vient se dessiner par-dessus n’importe quel autre fond de carte.

Pour la procédure de téléchargement et d’installation de nouvelle carte, allez voir sur le test de la Fenix 5X, c’est exactement pareil avec la Fenix 5 Plus.

Pour vous montrer ce que ça donne, j’ai fait des captures d’écran à différents niveaux de zoom. On commence avec la carte Garmin TopoActive de base (niveau de détail haut).

Carte Garmin TopoActiveEnsuite, la carte Talkytoaster que j’avais téléchargée pour le test de la Fenix 5 X.

Carte Fenix 5 Plus TalkytoasterEt enfin, la carte Frikart.

Carte Fenix 5 Plus Frikart

Un autre exemple pour finir de vous convaincre, cette fois en montagne.

La carte Garmin, 3 niveaux de zoom (en rouge, c’est ma trace GPS) :

Carte Garmin montagneLa carte Frikart, avec les mêmes niveaux de zoom (en rouge, ma trace GPS) :

Carte Frikart montagneLe petit chemin en pointillés noirs (celui que j’ai prévu d’emprunter), n’apparait pas sur la carto Garmin. La surface de forêt (le vert en bas de l’écran) est identique. Et les courbes de niveau facilitent quand même grandement la représentation de l’environnement.

Et puis vous pouvez aussi créer vos propres cartes raster géoréférencées à partir des cartes IGN et photo satellite du site Géofoncier et Suisse Mobile (un site suisse mais qui couvre aussi la France) avec le logiciel FCGP Capture.

Le déplacement sur l’écran de carto est plus réactif que sur la Fenix 5X. Mais je persiste à penser que l’interface à 3 boutons est moins pratique qu’un écran tactile. Les boutons Haut et Bas servent soit à zoomer/dézoomer, soit à déplacer à gauche/à droite, soit à déplacer en haut/en bas. Et le bouton Start sert à passer d’un des 3 couples de fonction que je viens de citer à un autre. Bref, se rendre à un endroit précis ou chercher son chemin peut demander un paquet de clics… Durant mon test, j’ai eu à déplorer 1 bug avec redémarrage de la Fenix 5 Plus en manipulant les cartes.

Ce que j’apprécie le plus par rapport à la Fenix 5X, c’est qu’on peut afficher par-dessus 1 ou 2 champs de donnée. Top ! Avant, on affichait soit l’écran de données, soit l’écran de carto. La première évolution, ça a été d’ajouter une flèche de cap sur l’écran de données. Maintenant, on peut ajouter des champs de données sur l’écran de carto. Perso, j’affiche simplement la distance.

La carte de popularité (heatmap ou carte de chaleur) peut être visionnée sur Garmin Connect et utilisée pour tracer des itinéraires. Plus l’itinéraire est violet foncé et plus les gens passent par là. Sur la Fenix 5 Plus, on ne peut pas visualiser ces segments violets. Au besoin, voici le tuto pour la création d’itinéraire et la navigation.

La création d’itinéraire en boucle peut se faire de façon automatique directement à partir de la montre. La nouveauté, c’est que l’algorithme Trendline popularity routing exploite la base de données de Garmin Connect pour sélectionner les itinéraires les plus empruntés par les utilisateurs de compteurs et montres GPS Garmin. La qualité des itinéraires proposés est donc sensée être meilleure.

Donnez-lui une distance et une direction et la Fenix 5 Plus est capable de créer un itinéraire à partir du point où vous vous trouvez. Bon, ce n’est quand même pas aussi précis que de tracer son itinéraire soi-même dans Garmin Connect. Ca reste un algorithme et il se peut qu’il vous fasse passer sur des routes pas forcément top. Une fois qu’elle a tracé un itinéraire, elle vous le propose, mais ce n’est pas facile de voir le détail d’une sortie de 10 ou 20km sur un écran de 30mm de diamètre… Si l’itinéraire ne vous convient pas, il suffit de relancer un calcul pour un autre itinéraire. Franchement, c’est pratique.

Pour l’instant, Trendline popularity routing n’est disponible que pour les profils de course à pied et de vélo, pas de trail et de VTT. J’imagine que Garmin va bosser là-dessus pour une prochaine mise à jour.

L’autre point à savoir, c’est que ça ne fonctionne qu’avec les cartes Garmin. Si vous avez désactivé la carte TopoActive et activé une autre carte, la création d’itinéraire en boucle vous indiquera qu’elle n’a trouvé aucun itinéraire. Dans ce cas, il suffit de réactiver la TopoActive et de relancer la création d’itinéraire.

Une fois l’itinéraire et le profil sportifs sélectionné, la Fenix 5 Plus fait du guidage ‘turn by turn’. C’est-à-dire qu’elle va indiquer la distance et la direction du prochain virage. On reçoit 2 alertes par vibrations : une première à environ 50m et une seconde pile poil sur le virage (ce qui est déjà trop tard si l’on est en vélo et qu’on a raté la 1e alerte).

Une autre alerte avertira en cas de sortie de l’itinéraire prévu. Contrairement aux GPS de voiture, la Fenix 5X ne va pas recalculer l’itinéraire. Elle va juste vous indiquer que vous vous en êtes écarté. Après, il suffit de regarder la carte pour comprendre on l’on est et par quel chemin passer pour rejoindre l’itinéraire prévu.

En revanche, la fonctionnalité retour au départ va bien calculer en direct un itinéraire pour vous ramener à votre point de départ. C’est une différence majeure par rapport aux montres GPS dépourvues de carto, qui offrent soit l’option de faire du vol d’oiseau, soit l’option de suivre le chemin parcouru dans l’autre sens.

 

ClimPro et calibrage de l’altimètreFenix 5 Plus ClimbPro

Deux nouveaux réglages de l’altimètre barométrique ont fait leur apparition. On peut activer séparément l’étalonnage automatique (qui combine les données d’altitude du GPS avec celles de l’alti baro) pendant et en dehors de l’enregistrement des activités. Par ailleurs, en plus de l’étalonnage manuel et GPS de l’altimètre, on peut utiliser une 3e option qui utilise la carto. Ou plus précisément le modèle numérique de terrain (MNT). En gros, il s’agit de calibrer l’altimètre barométrique à partir non pas de l’altitude mesurée par le GPS, mais de l’altitude relevée sur la carte à l’endroit où vous vous situez. Super pratique, même si ça ne sera jamais aussi précis qu’une borne IGN.

ClimbPro est une évolution de la visualisation pendant une activité du suivi d’itinéraire sur profil d’altitude. On peut, depuis une mise à jour sur la Fenix 3 HR, afficher un écran dans lequel on voit notre progression le long d’un itinéraire sur une vue verticale. Ca permet de voir les montées et descentes déjà avalées et celles qui restent à venir. C’est une représentation très utile en trail, mais qui avait ses limites sur des ultra trails, pour une question d’échelle : quand l’axe horizontal fait plus de 100km, ben les variations d’altitude se retrouvent très écrasées. Et on visualise mal les montées à venir.

Du coup, ClimbPro fait un boulot intéressant en découpant le parcours total en différents tronçons, ce qui permet d’afficher à l’écran les montées une pas une. Ainsi, plus de problème d’écrasement des dénivelés. Ca permet aussi d’afficher à l’écran des valeurs instantanées pour la montée en question.

Le nouvel écran ClimbPro affiche pendant une montée le profil de la montée en cours, avec un certain nombre de données chiffrées : distance, dénivelé, pente moyenne, vitesse verticale, durée et numéro de montée (pour identifier chaque montée si votre parcours en contient plusieurs). La donnée en bas de l’écran est personnalisable. Pendant la descente, l’écran affiche en grisé le profil de la prochaine montée.

 

Lecteur de musiqueFenix 5 Plus musique

Le lecteur de musique des Fenix 5 Plus est en fait constitué de plusieurs éléments :

  • Une mémoire qui permet de stocker environ 500 morceaux de musique (formats supportés : mp3, m4a, m4b, aac, adts, wav, m3u, m3u8, wpl, zpl, pls)
  • Une application Deezer (bientôt disponible sur Connect IQ)
  • D’autres applications de streaming pas accessibles en Europe
  • Une connexion Bluetooth pour coupler un casque (qui n’est pas la même que la connexion Bluetooth Smart pour coupler d’autres accessoires)

Non, pas de Spotify en vue.

Le transfert de fichiers mp3 est assez rapide, mais le processus complet est en fait très long. Je m’explique. Le transfert se fait via Garmin Express. Et avant de pouvoir sélectionner quels fichiers transférer, il fait le tour de tout votre disque dur à la recherche de fichiers musicaux. Noooooooon. L’avantage, c’est qu’on peut transférer les fichiers qu’on veut, en les sélectionnant un par un. C’est plus simple, notamment parce qu’on n’a pas forcément tous sur notre ordi une playlist ‘sport motivation’. La Fenix 5 Plus dispose de 16Gb de mémoire, à partager entre la musique et la carto (chaque carto que j’ai testé pesait 1,5Go pour couvrir la France).

On y accède ensuite de 2 façons : soit en activant un écran lecteur de musique dans les profils sportifs, soit à partir du widget Musique en dehors d’une activité sportive. A la première utilisation, la Fenix 5 Plus demandera automatiquement à coupler un casque audio.

L’interface se fait grâce aux boutons et une espèce de roue d’icônes un peu comme le menu de commandes. On commence par choisir la source de musique : musique stockée dans la montre, lecteur de musique du smartphone ou service de streaming. On gère ses playlists, par genre, par artiste, par album, etc. On règle les options de lecture (lecture aléatoire, répéter) et on lance la lecture. Certaines opérations ne sont pas pratiques. Il faut par exemple plusieurs clics pour changer le volume et il vaut mieux dans ce cas utiliser les boutons de ses écouteurs (s’il y en a et qu’ils sont pas trop petits).

 

Galileo

Si vous êtes un lecteur habituel du blog (si ce n’est pas le cas, il faut revenir tous les lundis pour lire le nouvel article publié chaque lundi, s’abonner à la page Facebook et la chaîne Youtube), vous savez que j’étais dubitatif quant à l’intérêt (autre que marketing) de la compatibilité GPS/Galileo.

Deux arguments :

J’ai besoin d’en dire plus ? Ben allez lire le paragraphe Précision GPS/Galileo.

 

Précision GPS/Galileo, cardio, alti

J’étais impatient de tester cette Fenix 5 Plus en conditions réelles. J’avais en effet pointé des déficiences en termes de précision GPS et cardio sur la Fenix 5. J’ai fait 100% de mes sorties en mode GPS+Galileo. Dans ce test, je vais évaluer la précision de la Fenix 5 Plus. Mais je vous prépare un comparatif précision GPS / Précision GPS+Galileo pour bientôt.

Pour rappel, voici le comportement que j’avais très souvent observé avec la Fenix 5 : un sous virage qui faisait que la trace GPS sortait de la trajectoire que j’avais suivie, même en terrain découvert (donc réception GPS normalement impeccable). Ci-dessous, vous voyez le même comportement avec la Fenix 5 Plus. Mais c’est des très rares fois que je l’ai observé.

Fenix 5 Plus Trace GPS sousvirageOn peut continuer avec des traces pas terribles, mais ce genre d’écart ne fausse quasiment pas la distance mesurée.

Fenix 5 Plus trace GPS écartPour le reste, je trouve que la précision GPS+Galileo de la Fenix 5 Plus est bien meilleure que celle de la Fenix 5 en mode GPS. Sur cette portion où les arbres forment une arche recouvrant entièrement la route, les traces aller et retour se chevauchent bien.

Trace GPS Galileo aller retourUne sous qu’on plonge sous la forêt, on voit que la trace est assez fidèle à l’épingle que fait le chemin.

Fenix 5 Plus virage épingleSur une autre sortie dans cette forêt, la trace GPS+Galileo est encore meilleure. La boucle du bas confirme encore et toujours la précision remarquable de la V800, qui suit exactement le chemin. La Fenix 5 Plus s’est sort bien sur cette portion comme sur l’épingle du haut.

Fenix 5 Plus GPS GalileoEn fait, c’est en ville qu’on trouve le point faible de la Fenix 5 Plus. Dès qu’on circule sur un trottoir à proximité d’immeuble, la trace louvoie en permanence et on est incapable de dire de quel côté de la route j’ai couru. Je précise que sur cette sortie, j’ai porté la V800 du même côté que la Fenix 5 Plus. En ville, on sait que le multi chemins pose problème aux récepteurs GPS : le signal d’un même satellite peut arriver au récepteur selon en chemin direct, mais aussi en rebondissant sur les façades d’immeuble ; pas facile alors de dépatouiller les signaux pour savoir lequel est le bon. Or, on voit bien que la V800 y arrive, la Fenix 5 Plus moins bien.

Fenix 5 Plus trace GPS Galileo ParisA vélo, la plus grande vitesse de déplacement rend la construction de la trace GPS plus facile. Et dans la grande majorité des cas, on obtient des traces très propres, comme celle-ci.

Fenix 5 Plus Précision GPS véloMais une fois de plus, sur un trajet pour aller au boulot dans Paris, la Fenix 5 Plus s’est sort moins bien que les autres appareils que j’ai emmenés ce jour-là.

Fenix 5 Plus Trace GPS vélo ParisGarmin a bien communiqué sur l’ajout de Galileo sensé améliorer les traces GPS, mais n’a fait aucune mention d’amélioration du capteur cardio optique. Je ne m’attendais donc pas à une grande amélioration par rapport à mon test de la Fenix 5, qui avait mis en évidence un comportement indigne d’une montre cardio à ce prix-là. Mais la Fenix 5 Plus m’a fait mentir ! Regardez plutôt.

Fenix 5 Plus précision cardioUne autre sortie pendant laquelle j’ai dû m’arrêter à des feux rouges et sans être parfait, le tracé du cardio est largement acceptable. Notez que les variations de 120 et 160bmp sont plutôt bien prises en compte.

Fenix 5 Plus précision capteur cardioBon ça, c’était pour le bon. Maintenant, passons au moins bon. Dès qu’on fait des variations de fréquence cardiaque et qu’on sort de la zone cardio 3 (grosso modo), la fiabilité n’est plus trop au rendez-vous. Soit le capteur met 2 minutes à se réveiller lors d’une grosse montée, soit il oublie de s’arrêter et continue de monter alors que le rythme cardiaque diminue. Par contre, on voit bien qu’avant et après, quand je suis autour de 140bmp, il est assez juste.

Fenix 5 Plus cardio pliométrieSur certaines sorties, il peut être très brouillon, avec des passages à +15bmp.

Fenix 5 Plus cardio optiqueEt parfois, il n’est même d’aucune utilité tellement la courbe ne représente pas l’effort fourni. Ici, il rate les 3 côtes de la 16e à la 30e minute, en invente une vers la 45e et surestime l’intensité de ma fin de course. Or, il ne faut pas oublier que cette courbe de fréquence cardiaque va ensuite être utilisé par l’algorithme Firstbeat qui calcule le training effect aérobique et anaérobique.

Fenix 5 Plus cardioA vélo, les résultats des capteurs cardio optiques sont systématiquement moins bons qu’en course à pied. Les vibrations, les mouvements de poignet, la montre qui glisse le long de l’avant-bras, tous ces facteurs rendent l’analyse de la lumière par le capteur beaucoup plus difficile.

Toutefois, ce genre de courbes pourraient nous laisser un peu d’espoir. Le premier quart d’heure est conforme à ce à quoi je m’attendais (très muavais), mais la suite est frachement pas si mal que ça.

Fenix 5 Plus précision cardio vélo

Mais bon, la plupart du temps, c’est plutôt ça qu’on observe (et ça, c’est inexploitable, ça ne reflète pas la réalité de l’effort).

Fenix 5 Plus cardio vélo

Du côté de l’atimètre, Garmin a de gros soucis en ce moment avec la Forerunner 935 (la Fenix 5 y est déjà passée, mais ça a l’air d’aller mieux maintenant). Pour ma part, voilà ce que j’attends d’une montre GPS avec un alti baro.

Fenix 5 Plus précision altimètreMais par 2 fois, chaque fois à vélo, l’algorithme de lissage s’est mis à faire du zèle et m’a foiré les courbes d’altitude et donc de dénivelé. Je n’ai aucune idée d’où ça peut venir et pourquoi ça se déclenche en cours de sortie, alors que tout allait bien au début.

Fenix 5 Plus altimètre vélo

Fenix 5 Plus altimètre

 

Tracker d’activité Fenix 5 Plus tracker d'activité

Les données enregistrées en continue sont nombreuses : nombre de pas, nombre d’étages, calories, minutes actives, fréquence cardiaque, sommeil et stress. La plupart peuvent être visualisées directement sur la montre à partir d’un widget dédié ou bien regroupées sur le widget Journée. Après, il faut savoir analyser ces données. Pour un sportif, le nombre de pas n’est pas forcément une métrique utile. Par contre, il pourra utiliser le nombre de calories brûlées pour ajuster son alimentation. Quant à la mesure du stress, je ne suis toujours pas convaincu de sa pertinence et des conclusions qu’on peut en tirer.

Le seul absent est le suivi du sommeil, pour lequel il faut obligatoirement se rendre dans Garmin Connect. Je ne comprends pas pourquoi Garmin n’a toujours pas ajouté ce widget à la longue liste des widgets disponibles.

Garmin a récemment amélioré le suivi du sommeil de ses montres connectées, en détaillant les phases de sommeil (sommeil profond, léger, paradoxal ou état éveillé). Mais les siestes ne sont toujours pas prises en compte (ni automatiquement, ni manuellement).

L’analyse à partir des widget peut se faire sur la journée ou la semaine en cours. Pour une vision à plus long terme, les graphiques sur Garmin Connect permettent de configurer une échelle au mois ou à l’année.

Le widget Cardio devrait prochainement recevoir une mise à jour (déjà déployée sur la Forerunner 645) permettant la détection de rythme cardiaque anormal (comme sur l’Apple Watch). Garmin s’aventure au-delà du domaine sportif et entre dans le domaine du médical. Le principe est de déclencher une alerte si la FC dépasse un certain seuil (100bpm par défaut) après 10 minutes d’inactivité. J’ai testé cette fonctionnalité lors de la finale de la coupe du monde de foot, mais je n’ai pas dépassé les 90…

 

Montre connectéeFenix 5 Plus montre connectée

La watchface par défaut reste la même et est plutôt sympa. Elle affiche l’heure, l’altitude, la FC, la date et le nombre de pas. Tout est personnalisable, des champs de données à leur position en passant par la couleur. On a un large choix de watchfaces avec aiguilles ou numériques. Et si jamais aucune de ces configurations ne vous convenaient, alors rendez-vous sur Connect IQ où il y a des centaines de watchfaces en téléchargement gratuit.

Mais Connect IQ ne se limite pas aux watchfaces. On peut y télécharger de nombreuses applications, widgets et champs de données pour compléter ou ajuster les fonctionnalités de base de la Fenix 5 Plus. Cliquez ici pour découvrir les meilleures applications de Connect IQ.

La Fenix 5 Plus renforce encore son côté montre connectée. Pour commencer, le Wifi est de série (il était réservé aux versions Sapphire sur les Fenix 5/5S).

Deux nouveautés ne pouvaient pas être ajoutées par une simple mise à jour logicielle : le lecteur de musique (qui nécessite de la mémoire de stockage) et le paiement sans contact (qui nécessite une puce NFC pour sécuriser les transactions). Avec tout ça, il n’y a plus qu’une seule raison d’emporter votre téléphone sur une séance de sport : pour téléphoner en cas d’urgence (OK, aussi pour prendre des photos si vous êtes instagrameuse). Sinon, vous pourrez écouter de la musique pendant vos séances de sport et acheter un pain au chocolat sur le chemin du retour grâce à votre montre de sport préférée.

Je passerai rapidement sur le paiement sans contact, tout simplement parce qu’il est encore limité à une poignée de banques en France. Vérifiez si le service est disponible pour vous. J’ai 4 banques différentes et il ne l’est pas pour moi.

Les smart notifications, on connait depuis longtemps. Mais elles ont été implémentées légèrement différemment sur la Fenix 5 Plus. En plus des réglages Mode avion (tout est coupé) et Désactivation pendant une activité sportive (pratique pour ne pas les confondre avec les alertes configurées sur le profil sportif), on peut maintenant activer un mode Confidentialité. Concrètement, dans ce mode, le contenu du message ne sera pas affiché tout de suite sur l’écran, afin d’éviter que quelqu’un le lise par-dessus votre épaule. Après réception de l’alerte, il faudra soit appuyer sur le bouton Start soit faire un mouvement de poignet (à configurer dans les réglages) pour afficher le contenu du message.

Petit détail (appréciable quand même), elle reçoit les émoticônes. Pas tous, mais les plus courants, genre un pouce vers le haut. Ils s’affichent en noir et blanc à l’écran, dans le contenu du message.

Le widget Météo affiche désormais non seulement les prévisions jour par jour, mais aussi heure par heure. C’est bien pratique pour se décider à quel moment partir faire du sport.

 

ConclusionFenix 5 Plus avis

Comme on pourrait s’y attendre, la Fenix 5 Plus embarque une tonne de fonctionnalités, pour le sport mais pas que. Alors je vois d’ici certains qui diront qu’ils n’ont que faire des gadgets de montre connectée comme le paiement sans contact. Des nouvelles fonctionnalités non sportives au détriment de l’autonomie ? Il faut plutôt le voir comme un package, avec des fonctionnalités pour le sport (cartographie, ClimbPro, Galileo), des fonctionnalités non sportives mais intéressantes (lecteur de musique) et du gadget (paiement sans contact).

Par ailleurs, la précision des capteurs a été améliorée. La trace GPS+Galileo est plus précise que le GPS de la Fenix 5. Le cardio optique est également plus précis, même s’il n’est pas encore fiable à 100%. Il pourra remplacer une ceinture cardio thoracique pour des entrainement en endurance (zones 2 & 3), mais je recommande toujours une ceinture HRM-Run (ou autre) pour les séances plus intenses.

A qui se destine cette Fenix 5 Plus ? Si c’est juste pour courir en musique, il y a d’autres options moins chères (et pas que chez Garmin). Si vous avez une Fenix 5, ce n’est probablement pas la peine de mettre 150€ de plus, attendez la Fenix 6. Si vous avez une Fenix 3 HR, allez-y !

La Fenix 5 Plus n’ayant pas été annoncée en début d’année au CES, ce n’est pas facile d’estimer la date de sortie de la Fenix 6. Est-ce que la Fenix 5 Plus est un modèle de transition (dans le style de la Forerunner 735XT) qui sera vite remplacé (en janvier 2019 au CES) ? Ou alors est-ce que Garmin va poursuivre avec un rythme de mise à jour allongé à 1 an ½ (ce qui nous amènerait au CES 2020) ? Difficile à dire…

 

Vous avez trouvé ce test utile ? Soutenez le blog en commandant chez un partenaire.

J’espère que vous avez trouvé cet article utile. Je passe généralement plusieurs heures pour faire ces tests, c’est pas mal de boulot.

Si vous êtes intéressé par l’achat de matériel sportif et que vous passez par un des liens ci-dessous, je toucherai une commission sur votre commande, ce qui contribuera à l’avenir de ce blog (et je vous en remercie).

Si vous avez encore des questions, n’hésitez pas à les poser dans un commentaire. Je prendrai le temps d’y répondre.

Fenix 5S Plus Silver699€Bouton commander i-run
Fenix 5S Plus Black Sapphire799€Bouton commander i-run
Fenix 5S Plus Silver Sapphire799€Bouton commander i-run
Fenix 5S Plus Rosegold Sapphire849€Bouton commander i-run
Fenix 5 Plus Silver699€Bouton commander i-run
Fenix 5 Plus Black Sapphire799€Bouton commander i-run
Fenix 5 Plus Silver Titanium849€Bouton commander i-run
Fenix 5X Plus849€Bouton commander i-run
HRM-Run75€Bouton commander amazon
Polar OH180€Bouton commander i-run
Aftershokz Trekz Air169€Bouton commander i-run

18 commentaires

  • Laurent

    « Si vous avez une Fenix 5, ce n’est probablement pas la peine de mettre 150€ de plus, attendez la Fenix 6. »
    C’est mon cas, le seul point qui pourrait me faire hésiter, c’est la musique, mais depuis le temps qu’elle est annoncée, l’application Deezer semble devenir une arlésienne. Un short trail avec plein de poche dont une smartphone continuera de faire l’affaire.
    Je vais donc tranquillement continuer à utiliser ma Fenix 5 et la ceinture HRM-Run pour le cardio. Tant pis pour la carto, le suivi d’itinéraire est déjà super pratique : avant de partir en vacances, je cherche les randos autour du camping, je crée les itinéraires sur Connect, et le tour est joué.

  • Benito

    J’ai participé à la 6000D samedi dernier et je confirme que le climbpro est vraiment très très utile. ça permet de gérer son effort en fonction du D+ restant. Évidemment il faut au préalable avoir chargé le parcours dans la montre. Pour les compétitions on les trouve facilement sur openrunner.
    Pour ce qui est de l’autonomie, il me restait 30% après 12h37 soit pile les 18 heures annoncées, j’étais en mode GPS seul.
    Maintenant la montre est en route vers le SAV pour un pb de bouton qui commençait à coincer, mais ça ne remet pas en cause ses qualités…

  • Alexis

    Salut Jerôme,
    Si tu cherches un moyen d’afficher les cartes topo IGN (ou swisstopo), c’est possible en utilisant « FCGP Capture ».
    Voici ce que ça peut donner en montagne (l’exemple sur glacier a en plus les classes de pentes > 30°) : https://photos.app.goo.gl/WofCNZptBrAao1av9

  • Je ne trouve pas le champs de données de pression, je l’avais sur la 935. Pourtant tu le mentionne dans ton descriptif ? Je suis en version beta 3.53

  • Faure

    Super article (tu as du y passer un paquet de temps)
    Merci

  • Mathieu

    Bonjour,
    comme toujours super test, on ne se lasse pas de lire tes comparatifs!

    Mais une petite question, la différence de cout que va engendrer les réductions des 5x suite à l’arrivée des 5X plus, va t’elle valoir le coup d’y investir la différence?

    Et dans cette optique (et on en parle pas beaucoup), la tactix Charlie est elle bien placée, en comparaison avec la 5x?

    Désolé si je suis un peu HS

  • Sylvin

    Merci pour le test complet mais j’ai quand même une question sur le lecteur de musique, lit il plusieurs formats ou simplement le mp3 ?
    Concernant la mk1 que je trouve plus jolie, Garmin va t il selon toi faire une mk2 en 2018/début 2019 avec les mêmes fonctions que la 5x plus ?

    • Jérôme

      Bonsoir
      Je pensais l’avoir mis. Du coup, j’ai mis à jour l’article. Les formats supportés : mp3, m4a, m4b, aac, adts, wav, m3u, m3u8, wpl, zpl, pls.
      La MK1 vient tout juste de sortir et c’est un amrché de niche, il ne faut pas compter sur un renouvellement très rapide.

  • Eddy

    Bonjour,

    Merci pour ce test, j’aurai cependant quelques questions.
    J’ai l’opportunité d’acheter une fenix 5s plus aux Etats Unis, ainsi je n’aurai pas la carte préchargé Europe.
    – Existe t-il une carte gratuite pour toute l’europe équivalente à celle d’origine ?
    – Sinon est-il possible de rajouter exactement la même en payant chez Garmin (et a combien) ? Je ne l’ai pas trouvé sur le site Garmin.
    – Si je prends une carte gratuite pour l’Europe, je ne pourrais pas utiliser Trendline popularity ? Y a t-il d’autres fonctionnalités que je ne pourrais pas utiliser ?
    – Peux t-on supprimer la cartographie d’origine (l’amerique du Nord dans mon cas) de la montre pour gagner en mémoire ? (une fois que j’aurais rajouter la carte europe).

    Merci pour ton aide,

    Cordialement,

    Eddy

    • Jérôme

      Bonjour
      On peut acheter les cartes sur le site Garmin, mais ce n’est pas donné. Le seul inconvénient des cartes gratuites, c’est de ne pas avoir Trendline routing, mais ça n’empêche pas de créer des itinéraires en boucle. Tout comme on peut ajouter des cartes manuellement (copier-coller) dans la mémoire de la montre, on peut les supprimer.

  • Maxime

    Merci pour ce super test, on ne peut être plus complet !!
    J’ai cependant une question : je possède une fenix 5 et je suis très déçu de la précision GPS, en course mon allure instantanée n’est pas fiable (même dans un environnement dégagé) à tel point qu’en compétition je reprends mon ambit3run. Sur la 5plus il y a un réel progrès de la précision GPS ? Dans l’affirmative je songe sérieusement à prendre une fenix5plus. Merci

    • Jérôme

      Bonjour
      J’ai trouvé la Fenix 5 Plus effectivement plus précise. Il n’y a qu’à lire la section Précision de ce test et celle du test de la Fenix 5 pour s’en rendre compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.