9 appli pour le sport et l’outdoor avec une montre GPS comparées

Encore plus de contenu sur les réseaux sociaux : Youtube pour les vidéos, Facebook pour les échanges, Instagram pour les tests en cours et Twitter pour les nouvelles des marques. Abonnez-vous.

Vous êtes libre de cliquer ICI pour passer commande chez mon partenaire i-Run quel que soit ce que vous voulez commander. Ca ne vous coûtera pas plus cher, c’est livré en 24h et c’est une bonne façon de supporter le blog.

Il y a beaucoup d’applications pour préparer, suivre et analyser sa pratique sportive, que ce soit de la course à pied, du vélo, du triathlon ou autre. Certaines sont liées à l’achat d’un appareil (montre GPS ou compteur vélo), tandis que d’autres sont transverses et compatibles avec plusieurs marques via des synchronisations automatiques de données.

J’en ai utilisé énormément au fil des années et des tests sur Montre Cardio GPS. En fait, aujourd’hui, j’ai 37 applications liées au blog sur mon smartphone !

Donc je me suis dit (enfin, on me l’a souvent demandé, c’est juste que je n’avais pas encore pris le temps de le faire) qu’il serait intéressant que je partage mon expérience sur ces différentes plateformes pour vous orienter vers celle(s) qui vous intéressera.

Les applications de sport comparées

J’ai sélectionné 9 applications pour ce comparatif. On peut les classer en deux catégories :

  • Celles liées à un équipement : Garmin Connect, Polar Flow, Suunto, Coros et Stryd
  • Les transverses : Strava, Komoot, TrainingPeaks, Nolio, dont les données peuvent provenir d’un ou plusieurs appareils, quelle que soit la marque

Evidemment, il y en a d’autres. J’aurais pu ajouter Final Surge, Golden Cheetah, Quantified Self, Nike Training Club, Runalyse… Mais j’ai préféré faire une shortlist pour que ce comparatif reste digeste plutôt que de faire un énorme truc illisible. Et puis ce sont des plateformes adaptées à ma pratique sportive, les sports d’endurance et outdoor.

Strava : initialement, Strava, c’était le réseau social des sportifs (des cyclistes, même, au tout début), qui servait surtout à partager ses sorties et se motiver. Depuis, les fonctionnalités se sont étoffées avec des outils d’analyse et de sécurité (beacon de suivi en temps réel). Maintenant, Strava fait un peu de tout.

TrainingPeaks : TrainingPeaks propose une quantité astronomique de plans d’entrainements et d’outils d’analyse, aussi bien sur le court terme (analyse d’une séance) que sur le long terme (analyse sur une saison).

Nolio : Nolio, c’est un peu le TrainingPeaks français. La plateforme cherche à rapprocher les athlètes et les entraineurs.

Komoot : Komoot est une application spécialisée dans la création d’itinéraires. La cartographie est enrichie avec les pistes cyclables et les endroits remarquables. Vous serez épaté devant le niveau de détails de l’itinéraire.

Stryd Power Center : le centre d’analyse qui regroupe les données du capteur de puissance en course à pied Stryd et de la montre GPS qui y est couplée.

Garmin Connect, Polar Flow, Suunto app et Coros app : ce sont les plateformes de configuration des montres connectées et compteurs vélo des marques respectives.

Comparaison des interfaces des applications

Pour commencer, toutes ces plateformes n’existent pas sous les 2 formes du numérique : version web consultable depuis un navigateur sur un ordinateur et application sur smartphone.

Or, même si en 2021 le smartphone est très répandu, il faut reconnaître que certaines tâches sont plus pratiques à réaliser avec un grand écran d’ordinateur et une souris que du bout des doigts sur l’écran d’un smartphone. Exemples : tracer un itinéraire ou analyser une progression sur plusieurs semaines.

En 2021, seuls Suunto et Coros n’ont pas de version web, pour des raisons différentes (mais assez proches quand même). Coros, parce qu’ils sont nouveaux et que pour rattraper les autres, c’est plus facile de concentrer ses forces sur un seul outil à développer plutôt que de les diviser en deux. Dans le cas de Suunto, j’hésite quant à la raison. Avant d’abandonner leur ancienne plateforme (Movescount), ils ont fait un sondage pour savoir si les gens préféraient utiliser une application, un site web ou les deux. Peut-être que les résultats étaient en faveur de l’application. Ou peut-être que tout comme Coros, ils ont voulu concentrer leur ressource limitée en développeurs sur un seul outil.

Ensuite, il faut bien comprendre que certaines plateformes restent liées à l’utilisation d’appareils d’une marque en particulier (montre GPS, bracelet connecté ou compteur vélo), tandis que d’autres sont des agrégateurs de données qui peuvent provenir d’un ou plusieurs appareils, d’une ou plusieurs marques (genre 1 montre GPS Suunto et 1 compteur vélo Garmin).

L’intérêt est double :

  • Vous pouvez rassembler des données issues de plusieurs appareils de marques différentes
  • Vous pouvez conserver l’historique de vos données si jamais vous décidez un jour de changer de marque de montre GPS (ça évitera de repartir à zéro)

Maintenant, toutes ces synchronisations de données entre les applications se font automatiquement.

Comparaison des outils pour l’entrainement

La personnalisation des zones cardio, c’est la base pour mesurer l’intensité d’un effort. Si ce n’est pas fait, alors les résultats de nombreux algorithmes physiologiques seront faux. A commencer par la charge d’entrainement.

La charge d’entrainement, c’est l’indicateur qui va vous permettre d’ajuster votre entrainement pour tirer le maximum de votre corps, sans vous blesser. C’est-à-dire rester toujours en-dessous du surentrainement (pour ne pas se blesser) et au-dessus du désentrainement.

Chaque plateforme utilise des sigles différents pour des notions similaires. Ca commence avec le Training effect (TE) chez Garmin, le training stress score (TSS) chez TrainingPeaks, la mesure d’effort chez Strava. Des indicateurs similaires pour mesurer un effort en fonction de son intensité et sa durée.

Ensuite, la charge d’entrainement est généralement calculée à partir d’un ratio de 2 indicateurs : une charge à long terme (souvent 4 à 6 semaines) illustrant votre capacité physique (combien vous avez l’habitude de vous entrainer) et une charge à court terme (souvent 7 jours) qui va faire ressortir la fatigue des derniers jours.

Là encore, on trouve différentes appellations pour des notions identiques :

  • Charge long terme : chronic training load (CTL) chez TrainingPeaks, état de forme chez Suunto, condition physique chez Coros, tolérance chez Polar, forme chez Garmin
  • Charge court terme : acute training load (ATL) chez TrainingPeaks, fatigue chez Suunto, charge d’impact chez Coros, fatigue chez Polar, charge chez Garmin
  • Ratio de charge d’entrainement : training stress balance (TSB) chez TrainingPeaks, forme chez Suunto, fatigue chez Coros, statut d’entrainement chez Garmin

Pour ce qui est des outils de programmation d’entrainement, ils sont de 3 types :

  • Manuel : chaque athlète programme ses séances d’entrainement dans son calendrier d’entrainement
  • Automatique : on rentre quelques informations (type de course, date de l’événement, niveau, nombre de séances d’entrainement par semaine, etc) et un programme construit un plan d’entrainement personnalisé, qui peut être évolutif en fonction des résultats obtenus aux séances précédentes
  • Coaching : c’est un coach en chair et en os (en télétravail) qui programme les séances

Et puis parce qu’il n’y a pas que les montres GPS dans la vie, certaines plateformes permettent aussi de suivre l’utilisation d’équipements. Ca permet de suivre l’usure d’une paire de chaussures ou l’utilisation d’un vélo de route par rapport à un VTT.

Si l’entrainement est une face de la médaille, la récupération en est l’autre face. Il y a plein de métriques qui rentrent en ligne de compte, du temps de sommeil à la variabilité de fréquence cardiaque. Ca dépend des capteurs disponibles sur votre montre cardio GPS.

Comparaison des outils de navigation

Au-delà de l’entrainement, une montre GPS peut aussi servir à la navigation, soit avec le suivi d’itinéraire tracé à l’avance, soit avec la cartographie au poignet. J’ai déjà présenter 8 applications pour tracer un itinéraire GPX.

Toutes les plateformes n’offrent pas les mêmes outils de création d’itinéraire. La base, c’est la carte et la création manuelle d’itinéraires.

Certaines plateformes enrichissent leur cartographie avec des cartes de chaleur, qui agrègent les traces GPS de millions d’utilisateurs. Ces cartes de chaleur peuvent servir à 2 choses :

  • Identifier les meilleurs itinéraires dans une région qu’on ne connait pas (super utile en voyage)
  • Confirmer que ‘ça passe’ : s’il y a un trait, c’est que des sportifs sont passés par là avec une montre GPS (même s’il n’y a pas de chemin sur la carte)

A partir de ces cartes de chaleur, certaines plateformes ont développé des algorithmes de création d’itinéraire automatique. Il suffit d’indiquer la distance et le type d’activité (course à pied, vélo, etc) et d’attendre quelques secondes pour se voir proposer au moins un itinéraire qui passe par les itinéraires les plus empruntés. Super utile pour pas se prendre la tête en vacances.

Enfin, Garmin et Strava ont développé le concept de segments qui permettent à des sportifs de participer à une compétition permanente pour se mesurer à d’autres. Il suffit pour cela de passer avec une montre GPS sur un segment pour que le chrono soit enregistré automatiquement. Une fois les données transférées, on est classé parmi les performances.

Comparaison des fonctionnalités connectées

Relive est une application qui crée de courtes animations à partir d’une trace GPS sur un fond en 3D. Ca rend super bien.

LiveTrack, c’est le suivi en temps réel, qui peut être utile à 2 choses selon moi :

  • En sécurité, lorsque vous sortez seul faire du sport, afin que votre entourage puisse vérifier où vous en êtes
  • Sur une course, pour que vos amis puissent suivre votre progression à distance

Bien évidemment, avant de partager quoi que ce soit, réfléchissez bien aux conséquences qu’implique la mise à disposition de n’importe qui de vos données personnelles. Rassurez-vous, toutes ces plateformes ont des outils pour assurer votre vie privée (voir ce tuto). In fine, c’est une décision qui vous appartient et qui est un compromis entre sécurité et partage.

Vers quelles appli peuvent être transférées les données de votre montre GPS ?

Quelles applications peuvent transférer leurs données vers Strava, Komoot, TrainingPeaks, Stryd et Nöliö ?

Est-ce qu’on peut changer d’application ?

Comment faire si vous avez envie de changer d’application, parce que celle que vous avez voulu tester ne vous convient plus après quelques mois d’utilisation ? Ben en fait c’est tout à fait faisable et c’est même facile.

Il faut bien comprendre comment circulent vos informations :

  • La montre GPS (ou le compteur vélo) enregistre les données de votre séance d’entrainement
  • Les données sont envoyées vers les serveurs de la marque de votre montre et visibles depuis l’application
  • Les données sont ensuite envoyées de ces serveurs vers les serveurs des autres applications connectées (Strava, TrainingPeaks ou autre)

C’est pour ça que je recommande de créer des comptes gratuits sur des applications tierces, au moins Strava et pourquoi pas Nolio ou TrainingPeaks. Vos données y seront stockées et vous pourrez en faire ce que vous voulez. Vous pourrez expérimenter la version gratuite, ne rien faire du tout (juste attendre), passer à une formule avec abonnement, l’arrêter, la reprendre…

Et puis si vous voulez changer d’application et transférer tout votre historique de données de l’ancienne à la nouvelle (parce que vous avez changé de marque de montre, par exemple), vous pouvez utiliser SyncMyTracks.

Pourquoi choisir Strava

Strava web

A la base, Strava c’était un réseau social où l’on partage ses entrainements, commente ceux des autres, distribue des kudos, etc. Mais c’est maintenant une application complète, qui offre aussi des outils de navigation et un suivi de l’entrainement.

Techniquement, Strava pourrait se suffire à elle-même, puisqu’on peut tout à fait enregistrer des séances de sport directement depuis l’application sur smartphone (une vingtaine de profils sportifs) et même y coupler une ceinture cardio en Bluetooth. Mais bon, la plupart des gens utilisent plutôt un appareil GPS puis transfèrent leurs données vers Strava. Le seul intérêt que je vois de procéder depuis l’appli, c’est pour le LiveTrack (si vous n’avez pas de montre GPS Garmin qui fait déjà ça), appelé Beacon. Il est également possible de rentrer les données d’une activité à la main (sans enregistrement GPS).

A chaque sortie, on peut ajouter des photos, des commentaires, suivre les chaussures qu’on a utilisées (pour suivre leur kilométrage) et partager une photo sur les réseaux sociaux.

C’est plus un carnet d’entrainement sur lequel on visualise toutes ses séances qu’un calendrier d’entrainement qui permettrait de programmer des entrainements. La finalité n’est pas la même. Il est possible de comparer ses performances au fil du temps, soit sur les segments, soit en empruntant des itinéraires plusieurs fois.

Strava est d’ailleurs très connu pour ses segments. Chaque fois que vous passez sur un segment, votre chrono est enregistré. Vous pouvez comparer votre temps à vos précédentes performances sur ce segment, tout comme vous pouvez comparer votre record aux performances des autres athlètes classés sur ce segment. Etudier votre classement sur différents segments (plus ou moins long, plus ou moins pentu) aidera à comprendre vos points forts et vos faiblesses par rapport aux autres.

Pour plus de motivation, il est possible de s’inscrire à des challenges. Il y a des challenges de base pour la course à pied et le vélo (distance, dénivelé, etc) mais il y a aussi des challenges initiés par des marques (Saucony, Breitling, etc).

Chaque sortie, avec son score d’effort, va venir incrémenter le graphique de charge d’entrainement (condition physique, fatigue, forme), qui peut être utilisé pour gérer l’évolution de son entrainement sur la saison (volume et intensité) pour l’optimiser en vue d’arriver à son pic de forme le jour d’une course.

Strava, c’est aussi un super outil pour tracer des itinéraires. Ou plutôt 3 outils :

  • La création d’itinéraire automatique (que j’utilise régulièrement) basée sur la distance, le dénivelé et le type de surface
  • La création d’itinéraire manuelle
  • La création d’itinéraire en traçant un dessin sur l’écran d’un smartphone

La création d’itinéraire automatique s’appuie sur l’extraordinaire base de données de Strava qui contenait 3 milliards d’activités sportives (3 milliards de traces GPS) la dernière fois que j’en ai entendu parler. Donc quand Strava choisit de passer par un endroit, il y a de bonnes chances que ce soit un itinéraire adapté. Deux cartes de chaleur sont accessibles, une pour le vélo et une pour la course à pied.

Strava version payante :

  • Création d’itinéraire
  • Classements des segments (la consultation des 10 premiers du classement reste gratuite)
  • Segments live transférés vers une montre GPS ou un compteur vélo compatible
  • Comparaisons et tendances mensuelles
  • Comparaison des performances sur un même itinéraire
  • Analyse de l’entrainement
  • Beacon

Pourquoi choisir TrainingPeaks

TrainingPeaks web

Historiquement, TrainingPeaks s’est fait connaître très tôt comme application d’entrainement : plan d’entrainement, récupération des données, analyse des performances et des progrès. L’avantage, c’est la synchronisation dans les 2 sens :

  • On crée un entrainement dans TrainingPeaks, il est envoyé dans la montre GPS
  • On fait sa séance avec une montre GPS et les données sont remontées vers TrainingPeaks

La version gratuite est plutôt limitée en termes d’analyse. La version payante est assez chère mais apporte une autre dimension à la plateforme : planification des séances d’entrainement, périodisation de la saison d’entrainement, analyse des performances, charge d’entrainement, personnalisation des graphiques, etc. Et quand on voit le prix des dossards de nos jours, ça fait relativiser le prix de l’outil qui vous permettra de décrocher un chrono ou une place de finisher.

Toutes les données de chaque entrainement peuvent être éditées à la main, de même qu’on peut ajouter une description, un effort perçu, des sensations, choisir un équipement et ajouter un commentaire et des tags.

TrainingPeaks a développé des métriques spécifiques comme le TSS (training stress score), IF (intensity factor), NP (normalized power). Clairement, si vous êtes un fou de stats, TrainingPeaks est fait pour vous. Et si les statistiques ne vous suffisent pas, vous pourrez enregistrer encore en plus votre effort ressenti et le matériel que vous avez utilisé sur la séance (vélo, chaussures).

Suunto s’est d’ailleurs appuyé sur TrainingPeaks pour suivre la charge d’entrainement dans son application. Concrètement, ce sont les algorithmes de TrainingPeaks qui ont été intégrés à l’appli Suunto et qui calculent les CTL, ATL et le TSB dans l’appli Suunto à partir des données des montres cardio GPS Suunto.

TrainingPeaks, c’est aussi une formidable banque de plans d’entrainement, plus ou moins chers et la possibilité d’être suivi par un coach en chair et en os.

TrainingPeaks version payante :

  • Création d’un plan annuel d’entrainement
  • Planification de séances d’entrainement
  • Analyse graphique des métriques (cardio, allure, puissance)
  • Suivi des performances
  • Synthèse hebdomadaire de l’entrainement

Pourquoi choisir Komoot

Komoot web

Komoot est un super outil pour tracer des itinéraires, soit automatiquement, soit manuellement, pour des activités de vélo, rando ou course à pied. La moitié des utilisateurs sont des cyclistes : ¼ sur route et 1/4 des VTTistes. Donc les cartes de chaleurs sont plutôt pertinentes pour les activités à 2 roues.

Komoot a été créée pour permettre aux gens de partir un peu à l’aventure en créant le meilleur itinéraire pour ça. Donc il faut s’habitué à la sémantique particulière de cette application, qui n’a pas été pensée pour les athlètes. Par exemple, dans Komoot, un ‘itinéraire’ s’appelle un ‘tour’. Et puis il y a les ‘incontournables’, des points ou des portions d’itinéraires particulièrement empruntés par les sportifs de la communauté. Ca permet de trouver facilement des points de départ, des singles, des points de vue, etc.

On peut choisir parmi 8 déclinaisons d’activité sportive autour de la course à pied, du vélo et de la randonnée pour créer un itinéraire (pour m’être déjà trompé 1 fois en utilisant l’activité course à pied pour créer un itinéraire de vélo sur route, je peux vous assurer que l’algorithme prend bien en compte ce paramètre au moment de créer l’itinéraire entre 2 points de passage).

La création d’itinéraire manuel n’est pas simple à prendre en main. Le processus est assez rébarbatif.

Sur chaque itinéraire créé, on peut visualiser :

  • Le profil d’altitude
  • Le type de voie
  • Le type de surface

On peut tout à fait synchroniser les données d’une montre GPS ou d’un compteur vers Komoot. Komoot différencie les tours planifiés et les tours effectués. Mais il n’y a pas d’analyse sportive, juste le chrono, la distance, l’allure / la vitesse et le dénivelé, avec la possibilité d’analyser finement le profil d’altitude. Mais pas de training effect, pas de charge d’entrainement, etc.

En plus, Komoot s’intègre désormais très bien avec Garmin, Polar et Suunto, avec un transfert automatique des itinéraires vers Garmin Connect, Polar Flow et l’application Suunto.

Komoot version payante :

A la création de votre compte, Komoot vous offre une portion de carte de la France (en gros, un département). Vous ne pourrez créer des itinéraires qu’au départ de cette portion. Vous devrez payer pour pouvoir créer un itinéraire ailleurs (sur votre lieu de vacances par exemple). En plus, ce n’est pas trop cher. L’offre par abonnement ajoute d’autres fonctionnalités :

  • Live Track
  • Planificateur multi-jours
  • Météo du tour
  • Plus de détails par type de sport sur les carte
  • Une assurance (sans rire, pour de vrai)

Pourquoi choisir Nolio

Nolio web

Nolio, c’est en quelque sorte le TrainingPeaks français (quoi que je pense que dans quelques années les 2 créateurs en auront marre de cette comparaison). Alors disons plutôt que Nolio est une plateforme qui vise à servir autant pour les athlètes que pour les coachs.

Sur le tableau de bord, Nolio distingue 2 calendriers : celui des entrainements planifiés et celui des entrainements réalisés.

On peut programmer n’importe quel type de séance, à la distance, au cardio, à la puissance.

Les données de chaque activité sont principalement issues de la montre GPS ou du compteur vélo que vous utilisez, avec une synchronisation automatique. On peut les enrichir (en ajoutant les sensations, la perception de l’effort, un label, le profil du parcours, un équipement ou un commentaire) ou les modifier (corriger le D+, la durée, la distance). En gros, un coach a tout à disposition sur Nolio, plus besoin de tout lui détailler dans un mail ou sur WhatsApp.

Ensuite, on a tout un panel d’outils d’analyse de la séance, avec la génération de graphiques à la demande. On peut détailler les données par tour tels qu’ils ont été enregistrés par la montre ou en créant des tours de 1km depuis Nolio directement.

Et puis il y a l’analyse plus globale, par année, par saison (dates à personnaliser), par mois, par sport (de la course à pied au ski de rando en passant par le yoga). Il y a plein de dimensions possibles, selon la distance, la durée, le dénivelé, les sensations, la perception de l’effort, etc. Un coach peut même créer une séance en guise de protocole pour suivre l’évolution de son sportif. Il sera alors possible de filtrer pour comparer les performances uniquement sur ce type de séance test.

Pour ce qui est de la charge d’entrainement, Nolio propose 3 modèles : la méthode Foster (basée sur la perception de l’effort RPE), la méthode Coggan (basée sur les zones de puissance) et la méthode TRIMP (basée sur le cardio). L’idée de Nolio derrière cette apparente complexité, c’est que tous les coachs n’utilisent pas la même méthode pour suivre la charge d’entrainement et ils ont donc décidé de proposer les 3.

Enfin l’onglet de suivi permet de visualiser l’évolution dans le temps, pour voir si l’entrainement paie. On peut suivre :

  • L’état de forme et la charge d’entrainement
  • L’état de santé (sommeil, poids, % masse graisseuse)
  • Le cardio (FCmax et au repos)
  • Les performances (FTP, seuil lactique, VMA, VO2max, etc)
  • Profil de puissance (de 1s à 9h30)

Pour installer l’application Nolio sur votre smartphone, voir ce tuto.

Nolio en version payante :

  • Compte entraineur
  • Compte athlète premium : outils de prévision des entrainements et objectifs (= accédez aux outils d’entraineur sans entraineur)

Pourquoi choisir Stryd power center

Stryd web

Pourquoi choisir le PowerCenter de Stryd ? Parce que c’est là que sont téléchargées toutes les données du capteur de puissance en course à pied Stryd. Techniquement, le Stryd pourrait se suffire à lui-même pour mesurer des données de puissance en course à pied et les synchroniser avec le PowerCenter. Ce mode autonome peut être enrichi en utilisation l’application Stryd sur son smartphone pour enregistrer une séance avec le GPS. Mais bien évidemment, la solution la plus riche c’est d’utiliser une montre GPS à laquelle on couple le capteur Stryd.

Sur chaque enregistrement, le panel de métriques affiché est vraiment large : puissance, allure, FC, cadence, résistance au vent, rigidité musculaire (LSS), dénivelé, ratio de puissance verticale, longueur de foulée, oscillation verticale, pente, puissance verticale, temps de contact au sol. Et on peut suivre l’évolution de toutes ces métriques dans le temps sur des graphiques.

A partir de ces données, Stryd a décliné quelques algorithmes physiologiques appliqués à la puissance. Le running stress score (RSS) est en quelques sorte la charge d’entrainement, tandis que le running stress balance décrit l’état de forme un peu à la manière du training stress balance de TrainingPeaks (différence entre CTL et ATL). Le power center va également calculer à partir de toutes les séances la puissance critique, qui peut s’apparenter à la FC seuil, les zones de puissance et le profil de puissance (de 1s à 3h). A partir de la courbe de puissance, Stryd va faire une distribution de l’entrainement selon 4 composantes (forme physique, puissance musculaire, résistance à la fatigue, endurance), qui va permettre de faire des recommandations pour l’entrainement (visiblement, j’ai un gros handicap en résistance à la fatigue, que je pourrais travailler en faisant des courses longues, en augmentant le volume de séances à faible intensité ou en travaillant au seuil aérobie).

La fonctionnalité unique, propre à Stryd, c’est le calculateur de course. On choisit une course officielle (comme le marathon de New York) ou bien on charge un parcours GPX en précisant la nature du sol et le Power Center va construire une stratégie de course basée sur la puissance. Par exemple, pour le marathon de New York, il me prédit un chrono de 3h51 et me conseille de courir à 87% de ma puissance critique. On peut jouer finement sur les paramètres d’entrée (si je passe la température à 19° au lieu de 17, le chrono s’allonge d’une minute). Partant sur la base d’une puissance à 279W, il me construit même le plan de variation d’allure (6:16/km en haut de la côte du 1er km, 5:24 dans le dernier km. Le parcours du marathon de Londres est plus favorable, puisqu’il me prédit 3h45.

Stryd version payante :

  • Plans d’entrainement personnalisés
  • Planification d’une saison
  • Programmation de séances d’entrainement
  • Librairie de séances programmées
  • Recommandation sur les dimensions à travailler
  • Calculateur de course
  • Running stress balance
  • Analyses post-run

Pourquoi choisir Garmin Connect

Garmin Connect web

Point fort : la plus complète.

Pourquoi choisir Suunto app

Suunto app

Point fort : la création d’itinéraires.

Coros app

Coros app

Point fort : la simplicité.

Polar Flow

Polar Flow web

Point fort : le suivi de l’activité quotidienne et de la charge d’entrainement.

10 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.